Accueil / A C T U A L I T É / LE ? PRINTEMPS DE TUNIS ?

LE ? PRINTEMPS DE TUNIS ?

Image Flickr par VitalyMSK

Apr?s le ??Printemps de Prague??, voici le ??Printemps de Tunis??. Ils pavoisent, les intellectuels maghr?bins planqu?s; ils ?ructent les journalistes occidentalis?s, quelle aubaine, la ??R?volution tunisienne??, le ??Mal-vivre alg?rien??, les ??Marches jordaniennes??, alors pourquoi pas le ??Printemps arabe?? ?? Et ces analystes se muent en ?proph?tes ? la petite semaine dans les souks embu?s par les fum?es du narguil?. Lisez ?plut?t?:

??Nous sommes certains que tous les r?gimes arabes, qui partagent la m?me situation mais avec des ingr?dients diff?rents, sont d?sormais ?branl?s parce que la m?me situation produit les m?mes r?sultats. Nous sommes ?galement certains que tous les r?gimes arabes, tous les imp?rialistes, tous les r?volutionnaires sont en train d’?tudier les causes de la r?ussite de l’exp?rience tunisienne.?Tous se demandent pourquoi les Tunisiens ont r?ussi ? expulser leur gouvernement tandis que d’autres soul?vements similaires ont ?chou?. De notre point de vue, partout dans le monde arabe, il y a la m?me situation et le m?me d?sir de changement et de se d?barrasser de ce mod?le?; la seule diff?rence est que la r?volte tunisienne a ?t? spontan?e et non-id?ologique.??? (1)

L?apologie de l?inconscience r?volutionnaire est le leitmotiv de la petite bourgeoisie p?dante qui ne souhaite pas que le peuple s?aventure dans les sph?res??tranges de la conscience politique. Elle se r?serve ce?domaine?l?intelligentsia petite-bourgeoise arabe. Observez-la ? l??uvre et ne la distrayez pas de ses ?lucubrations ?pist?mologiques. Elle ronronne la petite-bourgeoisie arabe, elle stigmatise les contradictions de classes et les oppositions tribales et elle psalmodie de gros mots comme ??imp?rialisme?? et ??classe sociale??. Hier, elle? pr?chait en faveur de la mondialisation, aujourd?hui elle reconna?t que son salaire d?pendra de la d?nonciation de la mondialisation et de l?apologie de la ??d?mocratie??. Mais de quelle d?mocratie parle-t-elle, la petite-bourgeoisie arabe ?

Auriez-vous not? qu?aucun de ces analystes n?a pris la peine de vraiment?expliquer les ?v?nements tunisiens ? Pour notre gouverne r?sumons ces ?v?nements (2).? Le peuple tunisien subit l?oppression ?conomique, id?ologique et politique de la part de la grande-bourgeoisie tunisienne qui obtient depuis des ann?es ses parts de march?s et son droit d?exploiter ce peuple patient par le fait qu?elle livre les ressources nationales tunisiennes sur le march? de la concurrence monopolistique internationale.

La grande bourgeoisie fran?aise, les bourgeoisies canadienne, italienne et belge font des affaires d?or en Tunisie et exploitent des h?tels luxueux aux plages sablonneuses avec la complicit? de sous-traitants locaux qui jusqu’? tout r?cemment entouraient le dictateur Ben Ali. L?eau coulait ? flots sous les douches des h?tels d?Hammamet pendant que la femme tunisienne devait marcher des kilom?tres pour transporter?son maigre pot ? l?eau. Ben Ali et ses amis se d?pla?aient en limousines pendant que le marchand du souk fouettait son canasson pour qu?il tire son wagon. On nous d?crit cette r?alit? un peu comme une fatalit? o? l?on ne discerne pas tr?s bien qui gouverne et qui ob?it dans toute cette fourberie. Lisez plut?t.

??De l?indiff?rence bienveillante-complicit? dont fait preuve l?Occident (durant les ?v?nements de Tunisie, le Canada n?a pip? mot, la France s?enlise en? explications alambiqu?es pour avoir fait de Ben Ali un ?grand d?mocrate?, et propos? le ?savoir-faire? de ses troupes la veille de sa fuite?),? de l?ing?rence syst?matique dans la mise en place et le maintien de dictateurs-pilleurs un peu partout au tiers- monde et en particulier l? o? il y a r?gions de p?trole (?) de la voracit? des multinationales complices de ces r?gimes, et bras arm?s de politiques n?ocolonialistes (?)?? (3).

Fait ?tonnant, apr?s avoir fustig? la ??bienveillante?complicit??de l?Occident?? et son ing?rence dans la mise en place de dictateurs-pilleurs ? la solde des multinationales (non pas complices, mais bien ma?tres d??uvre de ces abr?actions), voil? nos intellectuels arabisants qui implorent l?intervention des puissances coloniales occidentales, c?est ? n?y rien comprendre.

L?chez du lest, qu?mandent-ils aux dieux de la peste; sinon vous serez balay?s si vous ne permettez pas ? une nouvelle couche de petits-bourgeois au vernis ??d?mocratique?? de prendre la rel?ve pour tromper la rue r?volt?e. Ils r?vent tous de devenir calife ? la place du calife ces ??Iznogouds?? petits bourgeois afin d?enfermer la col?re populaire dans l?urne de la pseudo d?mocratie, et elle recommence la danse du ??Printemps arabe ?, elle se danse les yeux band?s, ? la fil?e, jusqu?aux isoloires pour voter, puis chacun rentre ?fumer le narguil? faute de pain ? manger.

Comme tant d?autres, un jeune homme ch?mait dans la Tunisie de Ben Ali;?il se mua en vendeur itin?rant pour faire vivre sa famille d?cemment. Un jour, un potentat local s?interposa et exigea un pot-de-vin pour autoriser le d?soeuvr? ? poursuivre son commerce fruitier. Le jeune homme s?objecta et refusa de payer cette ran?on mafieuse. Il fut aussit?t arr?t? et admonest? par l?agent impudent, repr?sentant local de la hi?rarchie corrompue d?une structure sociale d?cadente. Le jeune homme contrit s?immola publiquement. R?action inattendue, comme il en arrive parfois parmi ces peuples d?pourvus, des milliers de t?moins, d?exploit?s, d?ali?n?s comme lui, prirent spontan?ment la rue et protest?rent pour le droit au pain, le droit ? l?eau, le droit au logement, le droit au travail, le droit au commerce quand il ne reste que ce geste.

Aussit?t, comme ? l?accoutum?e, les autorit?s brandirent la panoplie usuelle? police, arm?e, r?pression sauvage des affam?s. Le plein poids de la loi s??crasa sur le dos du peuple d?sempar?. Ceux qui ne comprenaient pas pourquoi ces d?penses militaires et s?curitaires somptueuses auront compris en une nuit (4). La petite-bourgeoisie ?baudie regardait dans l?expectative le peuple sans perspective mourir dans les rues, car il donnait ?ce qu?il poss?dait ce peuple, sa vie, pour que d?autres obtiennent l?usufruit de ce combat pour la survie, le droit de manger, de boire, de se loger, de travailler et de vivre convenablement.

Rien ne les arr?tait ces enrag?s, ils ?taient pr?ts ? mourir ces va-nu-pieds; de fait, ils savaient qu?ils mourraient de faim ou de ch?mer; alors autant en d?coudre maintenant avec le potentat et ses repr?sentants. Au vu de cette r?volte farouche qui ne d?parait pas le pouvoir se ravisa et jeta du lest, le chef des brigands, Ben Ali, fut ?ject? muni d?un parachute dor? pour s??chapper vers une contr?e amie en attendant que les r?volt?s se calment ou se replient. Un thurif?raire, premier ministre complice de l?intim?, vient proposer un compromis ? la petite bourgeoisie pour qu?encore une fois jouant son r?le de courroie elle apaise le jeu et r?tablisse les ma?tres dans leurs lieux au nom de la ??d?mocratie??. Quelle ??d?mocratie??, celle des ?lections truqu?es ou celle du pain?celle des riches ou celle des pauvres ?

Une fraction de la petite-bourgeoise intellectuelle tunisienne, qui en r?vait depuis des d?cennies,? accepta le ??deal?? des urnes et se proposa, servante servile, pour r?tablir la loi et l?ordre des ploutocrates. Trop vite en besogne, cette couche de tra?tres appr?cia mal la col?re populaire. Ces petit-bourgeois de la capitulation furent balay?s, discr?dit?s par les ouvriers exc?d?s.

Le peuple tunisien en est l? aujourd?hui. Voil? qu?entre en sc?ne une nouvelle fraction d?intellectuels arabes, des occidentalis?s mieux avis?s. Maintenant que le premier groupe de compromis s?est cass? le nez, eux s?avancent et proposent une tactique diff?rente; ils souhaitent d?tourner le mouvement; d?une lutte sur le front ?conomique, id?ologique et politique, ces intellectuels arabes sugg?rent de faire une lutte pour la ??d?mocratie??. La ??d?mocratie?? qui nourrit comme aux ?tats-Unis, mais pas les gagne-petits, elle nourrit la petite-bourgeoise? ? auto de luxe et studio dans la Cit? ? vous comprenez?c?est le prix qu?elle fixe pour gagner son pari et engranger son profit, la petite-bourgeoise, le pari de diriger le conflit de Tunisie vers la ??d?mocratie?? du d?sespoir, de la faim et du m?pris.

?? Peut-?tre les forces adverses du peuple tunisien, de mani?re ? sauvegarder leurs int?r?ts, vont tenter de contenir le mouvement par un changement de visages, mais la situation continuera ? ?tre explosive jusqu’? ce qu’il y ait une r?conciliation entre l’int?r?t du peuple et l’?tat dans lequel il vit. C’est ce qu’on appelle la d?mocratie et l’ind?pendance o? le peuple et l’?tat sont ma?tres de leur pr?sent et de leur avenir.??

Demain, un ?tudiant de polytechnique et ses amis ch?meurs pourront vendre leurs? fruits sur le parvis des mosqu?es pendant que les repr?sentants honteux de la petite- bourgeoisie s?amuseront ? jouer au ministre du travail, de l?enseignement sup?rieur ou du d?veloppement r?gional jusqu’? ce que la grande-bourgeoisie rassur?e les retourne ? leurs billeves?es et qu?elle reprenne en main la rue agit?e et l??crase sous la botte de l?arm?e grassement pay?e.

Pour que la ??R?volution ?? tunisienne du jasmin sorte victorieuse, le peuple tunisien doit mener ?une guerre consciente pour la prise du pouvoir d??tat par les partisans. C?est la seule fa?on de ??r?concilier?? les int?r?ts du peuple travailleur et ceux de l??tat du travail. Ce doit ?tre leur ?tat ? eux, pas celui des brigands au pouvoir qui doivent tous ?tre chass?s?: que la rue tunisienne ne laisse pas la petite-bourgeoise opportuniste lui voler sa premi?re victoire. Si la petite-bourgeoise excit?e souhaite contribuer ? la lib?ration, qu?elle commence humblement par analyser et comprendre la vraie nature de la r?volte populaire tunisienne, qu?elle se mette au service des travailleurs tunisiens et qu?elle cesse de dicter les objectifs strat?giques de cette r?volte qui n?est pas un ??Printemps arabe?? mais un ??Hiver tunisien?? o? les travailleurs et les travailleuses cherchent la voie vers le d?veloppement, le pain, l?eau, le travail, la dignit? et le pouvoir? Pas d?illusion, la lutte populaire n?a pas encore triomph?e dans la Tunisie d?poss?d?e, le ??Printemps de Tunis?? n?est pas termin?.

____________________________________________

(1)?? http://www.michelcollon.info/Le-Printemps-de-la-democratie.html

(2) http://blog.mondediplo.net/2011-01-19-La-semaine-qui-a-fait-tomber-Ben-Ali

(3)?? http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=22878

(4) http://www.robertbibeau.ca/palestine/edito10.1.2011.html

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Plus ça change, moins ça change…

La ministre de la transition écologique était l’invitée d’Ali Baddou, sur l’antenne de France Inter, ...