Accueil / A C T U A L I T É / L’art de la boucherie

L’art de la boucherie

Image Flickr par The French One

Quand la machine rattrape l’art humain … Mais nous sommes des machines, tout compte fait,? et quand nous disons art ou atteindre le sommet de son art, du « naturel » nous parlons d’atteindre un ?tat machinique. Le summum de ce que peu donner par nos capacit?s pourtant pas si illimit?es que cela : contrairement ? ce que peut devenir une machine.

Les possibilit?s de la machine, quelque soit l’esprit qui la dirige, sont illimit?s.

Tic, Tac, Tic, Tac …

Un extrait des ?uvres du philosophe chinois Tchouang-tseu.

Quand le boucher du prince Wen-houei d?pe?ait un b?uf, ses mains empoignaient l’animal ; il le poussait de l’?paule et, les pieds riv?s au sol, il le maintenait des genoux. Il enfon?ait son couteau avec un tel rythme musical qui rejoignait parfaitement celui des c?l?bres musiques qu’on jouait pendant la  » danse du bosquet des m?riers  » et le  » rendez-vous de t?tes au plumage  » .

 » Eh! lui dit le prince Wen-houei, comment ton art peut-il atteindre un tel degr??  » Le boucher d?posa son couteau et dit :  » J’aime le Tao et ainsi je progresse dans mon art. Au d?but de ma carri?re, je ne voyais que le b?uf. Apr?s trois ans d’exercice, je ne voyais plus le b?uf. Maintenant c’est mon esprit qui op?re plus que mes yeux. Mes sens n’agissent plus, mais seulement mon esprit. Je connais la conformation naturelle du b?uf et ne m’attaque qu’aux interstices. Si je ne d?t?riore pas les veines, les art?res, les muscles et les nerfs, ? plus forte raison les grands os ! Un bon boucher use un couteau par an parce qu’il ne d?coupe que la chair. Un boucher ordinaire use un couteau par mois parce qu’il le brise sur les os. Le m?me couteau m’a servi depuis dix-neuf ans. Il a d?pec? plusieurs milliers de boeufs et son tranchant para?t toujours comme s’il tait aiguis? de neuf. A vrai dire, les jointures des os contiennent des interstices et le tranchant du couteau n’a pas d’?paisseur.

Celui qui sait enfoncer le tranchant tr?s mince dans ces interstices manie son couteau avec aisance parce qu’il op?re ? travers les endroits vides. c’est pourquoi je me suis servi de mon couteau depuis dix-neuf ans et son tranchant para?t toujours comme s’il ?tait aiguis? de neuf. Chaque fois que j’ai d?coup? les jointures des os, je remarque les difficult?s particuli?res ? r?soudre, et je retiens mon haleine, fixe mes regards et op?re lentement. Je manie tr?s doucement mon couteau et les jointures se s?parent aussi ais?ment qu’on d?pose de la terre sur le sol. Je retire mon couteau et me rel?ve; je regarde de tous c?t?s et me divertis ici et l? ; je remets alors mon couteau en bon ?tat et le rentre dans son ?tui.

Tr?s bien, dit le prince Wen-houei. Apr?s avoir entendu les paroles du boucher, je saisis l’art de me conserver.  »

LA TECHNOLOGIE EST UNE DROGUE : DANS NOS SOCI?T?S LA TECHNOLOGIE EST LA PLUS GRANDE FORCE SOCI?TALE, et l’incapacit? pour les drogu?s de s’en passer ou de voir ses m?faits : ou l’incapacit? de simplement s’imposer le principe de pr?caution EST LE PLUS GROS RISQUE.

L’inconscience, l’irrationnel : le manque de pr?cognition sur les voies que l’on laisse prendre, ou que l’on prend.

Mon dernier : Si vous ch?rissez un monde inhumain, meme sans le savoir par votre inconscience dans vos choix, appr?tez a avoir ce que vous voulez.

Je d?fend une vision de l’humanit? : et vous ?et les marxistes ? et les capitalistes ?

Si il y a l’?quivalent d’une « bombe atomique » : en intelligence artificielle, en biotechnologie et en nanorobotique : et ?tant donn? l’inconscience d’une MAJORIT? de personne : « ON » les emp?chera de nuire : ou on peut se laisser mourrir si vous voulez ? ( ca irez plus vite )

Tic, Tac, Tic, Tac …

Alors quand a ce spectacle , je dirai ce mauvais spectacle politique, ce bolywood du n’importe quoi pompeux : d’aubry, dsk, sarkozy sa clique, et bien d’autres …

Tic, Tac, Tic, Tac …

On fait ce qu’il ne faut pas faire : perdre du temps en bavardage… Vous n’en avez plus de temps.

Tic, Tac, Tic, Tac …

Si vous voulez que l’humanit? vive : il faut d?fendre la libert? de l’individu, sa libert? , son AUTONOMIE … car tout, et surtout la machine ( tel que vous l’avez con?ut vous les marxiste, et les capitalistes ) a controler va dans le sens contraire : la machine ala google centralise : l’humain est individu indivisible FORCEMENT avec une action d?centralis? : non li? a un centre pour D?CIDER, une action dans un r?seau : et non dict?.

Mais ca veux dire quoi l’autonomie ? Des vieux marxistes peuvent difficilement se remettrent en question : je leur serai gr?s ( de gr?s ou de force ) de laisser la place a d’autres id?es moins destructrice de l’humanit?.

Vous ?tes ce que vous ?tes : certains ne change plus : LE MONDE DOIT POURTANT CHANGER

Tic, Tac, Tic, Tac …

Plus le temps passe, et moins vous serez capable d’?couter, la RAISON,

Dans ce brouhaha.

Tic, Tac, Tic, Tac …

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

La véridique histoire de « Fort Chabrol »

Paris, 10e arrondissement. Quelques clients entrent et sortent du magasin de bricolage Bricolex implanté au ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Article impressionnant! Merci.

    « Si vous voulez que l’humanité vive : il faut défendre la liberté de l’individu, sa liberté , son AUTONOMIE. »

    Le plus efficace est d’adopter cette liberté et cette autonomie dans sa vie de tous les jours quoiqu’en disent les « collectivistes ».

    Évidemment cela ne peut s’appliquer et réussir qu’individuellement; l’ensemble n’y a aucun pouvoir.

    Par contre, si chacun des individus adopte ce principe, c’est la « collectivité » qui est libérée.

    La recette de départ est d’accepter et de prendre ses responsabilités individuelles sans les « déléguer » à d’autres au moyen « d’excuses ».

    Amicalement

    Elie l’Artiste

  2. avatar

    Impressionnant en effet…
    Je pensais en apprendre sur la boucherie.
    J’en ai appris.
    J’attends avec impatience vos prochains articles.