Accueil / L O C A L I S A T I O N / ASIE / asie centrale / afghanistan / L’arme qui sommeillait sous le pantalon

L’arme qui sommeillait sous le pantalon

Viagra

 

On ne peut pas tuer un œuf et espérer manger la poule.

Jocelyn Robichaud

Happiness is a warm gun, mamma

John Lennon

________________________

L’agence fédérale de renseignement américaine propose «tout ce qui peut permettre de se faire des amis et d’influencer les personnes», indique un agent de la CIA qui a travaillé en Afghanistan, cité par le journal sous le couvert de l’anonymat.La CIA, qui a toujours rémunéré les informations reçues, a commencé à proposer des cadeaux de plus en plus insolites comme des couteaux de poche, des jouets, des fournitures scolaires, des visas de voyage, des soins médicaux dont des interventions chirurgicales et parfois même du Viagra, connu pour ses effets contre l’impuissance, écrit le journal. ( Cyberpresse)

La munition bleue

On a un petit blues à l’âme? Aucun problème. ! Les gens de la CIA ont trouvé le moyen de fouetter de vieilles troupes,  les soldats de l’âge d’or en Afghanistan : le pot de vin bleu… La pilule qui retrousse la mine basse.

La guerre émousse la libido des vieux combattants vidés…

Les ratés du désidérata sont la mère de toutes les interventions.

De l’érection à la guerre : les quatre chemins

Les chefs militaires locaux sont parfois âgés et peuvent avoir jusqu’à quatre femmes, et le Viagra peut leur permettre de «réaffirmer leur autorité», indique un autre agent de la CIA, cité aussi sous le couvert de l’anonymat.

Je peux comprendre qu’après avoir satisfait quatre femmes à cet âge, il faut non seulement se fendre en quatre, mais se refaire un mât qui tiendra le voyage à bon porc, aurait dit le défunt San-Antonio. Sinon, le piston ne tiendra pas le coup. Quand les munitions viennent à manquer…

Le progrès : le moral rebiqué

Étonnant le progrès! Étonnant! Il y a de quoi être abasourdi. Abasourdi parce que généralement, dans les guerres, l’essentiel vient à manquer. On refile alors du pain, des œufs, des boîtes de sardines, du lait, etc.  Il ne manque jamais de plomb dans les guerres. On peut réutiliser les vieux chaudrons, les faire fondre à nouveau pour en faire des munitions. Là, on fait fondre de vieux coucous de généraux pour en faire une bombe.

Une fois satisfait, on procréé mieux, mais on tue mieux. Un homme assouvi en vaut deux.

Enregistrement des armes

Les pays «civilisés» enregistrent les armes.

Il faudrait donc, pour légaliser cette arme, l’insérer au registre. Le registre – qui nous a coûté une fortune – au Canada,   et aussi utile qu’une carte de l’âge d’or – pourrait inclure cette nouveauté artistiquement vôtre, afin d’éviter de tuer votre voisin parce qu’il couche avec votre femme. Mais, pour ce qui est de l’autre bout du monde, c’est sans problème.

Tous les moyens sont bons pour ne pas se laisser abattre afin d’abattre… Allah! Jésus! ou Poutine. Quand un dieu n’est plus crédible, il est remplacé par un autre. Life goes on… Et la mort également.

La pharmacie : des munitions pour les revenues également

Enrichissantes  les pharmacies. C’est une industrie qui contribue à prolonger la vie, à soulager la misère, mais -surtout- à rapporter des sommes colossales aux compagnies pharmaceutiques. Voire à certains sénateurs américains.

Sénateurs corrompus?

Le site Natural News souligne d’ailleurs ces liens boueux liants sénateurs et compagnies :

Les sénateurs qui ont reçu des dons provenant de compagnies pharmaceutiques ont contribué à faciliter des lois i plus favorables  à l’industrie, selon les études réalisées par des groupes sans but lucratif et les remarques de certains des sénateurs eux-mêmes.
Ce projet de loi, adopté par le Sénat 93-1 et qui  va désormais devant la Chambre des représentants, a été présenté en vue de corriger les erreurs de procédure de la FDA qui a permis à Merck de l’analgésique Vioxx à demeurer  sur le marché depuis des années, même après avoir accumulé  des preuves que celui-ci  est responsable  de crises  cardiaques  potentiellement mortelles. . Il est basé sur les recommandations de l’Institut de médecine, division de la National Academy of Sciences.
Natural News

La chute sans rechute : le Niagara de la bobette 

Sur le site La médecine et ses mots, l’on note cette tendance de l’industrie pharmaceutique à utiliser des dénominations doctement étudiées pour charmer le consommateur :

Le cas du Viagra est typique, puisqu’issu de la contraction de Vigor  et de Niagara; ce qui pour un médicament utilisé dans la dysfonction érectile est assez évocateur: Vigor signifiant Vigueur en anglais et les chutes du Niagara donnant une impression de fontaine du bonheur inépuisable au débit impressionnant ( ce qui renforce encore le mot vigueur )

A l’origine le viagra avait été conçu pour le traitement de certaines pathologies cardiovasculaires. Comme plusieurs médicaments en circulation – exemple, le Zyban – les effets secondaires sont devenus les buts primaires. Quant à penser qu’il deviendrait  une arme de guerre… Il a fallu la CIA pour gamberger une telle approche.

Je suis venu, j’ai vu, je vaincrai…

«Il est venu nous voir tout épanoui», a dit un agent au Post

Le quadrafemmé, ce pauvre bougre au missile à courte portée…

Il peut maintenant satisfaire quatre femmes et la CIA…

Au Vietnam il y a eu l’agent orange…

Mais l’agent bleu de la C.I.A, , c’est le ciel!

Gaëtan Pelletier

Commentaires

commentaires

A propos de Gaëtan Pelletier

avatar

Check Also

L’Europe pourrait développer encore un peu plus la pêche électrique !

Alors que les océans se vident progressivement de leurs poissons, les députés européens de la ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *