Accueil / Général-(EN-RECLASSEMENT) / COMPLOTS / 9/11 / L’anniversaire du 11-Septembre : La ruine du pr?texte terroriste

L’anniversaire du 11-Septembre : La ruine du pr?texte terroriste

 

Par le Bill Van Auken
13 septembre 2012

Le onzi?me anniversaire de l’attaque terroriste du 11 septembre a ?t? comm?mor? modestement mardi, tandis que les tentatives d’exploiter les morts tragiques de cette journ?e comme pr?texte pour les guerres sans fin de Washington apparaissent de plus en plus vaines.

? New York, o? 2700 personnes sont d?c?d?es dans l’effondrement des tours jumelles, aucun politicien n’a pris la parole. Durant la c?r?monie, des membres des familles ont r?cit? la longue liste des morts et invoqu? des souvenirs de parents, enfants, fr?res, s?urs et ?poux d?c?d?s.

? Washington, le pr?sident Barack Obama et le secr?taire ? la D?fense L?on Panetta ont livr? des discours banals et hypocrites ? l’ext?rieur du Pentagone, o? 125 personnes avaient perdu la vie. Obama a louang? les victimes des attaques du 11-Septembre, d?clarant qu’?? travers leur sacrifice, ils nous ont aid?s ? faire des ?tats-Unis ce qu’ils sont aujourd’hui – des ?tats-Unis encore plus forts?.

Dans quelle mesure les ?tats-Unis sont-ils plus forts? Ailleurs dans son discours, Obama a sugg?r? que ?lorsque les livres d’histoire seront ?crits??, l’h?ritage du 11-Septembre sera un pays devenu ?plus s?curitaire? et ?plus uni que jamais auparavant?.

Ses ?tats-Unis ne peuvent ?tre ?voqu?s que dans une rh?torique vide, loin du r?el pays qui est saisi d’une profonde crise, o? des dizaines de millions de personnes sont incapables de se trouver un emploi et o? les divisions entre l’oligarchie financi?re qu’Obama repr?sente et les travailleurs qui composent la majorit? de la population n’ont jamais ?t? aussi frappantes.

Pour ce qui est de ses livres d’histoire, leur t?che premi?re est d’expliquer les ?v?nements du 11-Septembre, lesquels demeurent entour?s de myst?re et sont dissimul?s depuis plus d’une d?cennie. Dans ce qui est, selon la version officielle, l’?chec le plus catastrophique des services du renseignement de l’histoire des ?tats-Unis, aucune personne de l’appareil de renseignements et de l’arm?e, ou de l’administration Bush ou Clinton, n’a jamais ?t? tenue responsable.

L’histoire officielle est que 19 Arabes membres d’Al-Qa?da ont ?t? en mesure d’entrer aux ?tats-Unis et d’y passer plusieurs mois, et que certains d’entre eux ont suivi de longs entra?nements de pilotage, sans que personne du vaste appareil de renseignements de Washington n’ait la moindre id?e de ce qu’ils faisaient. Cela demeure l’explication la plus improbable, qui est contredite par le fait que plusieurs de ces individus ?taient sous surveillance et par les nombreux avertissements re?us par l’administration Bush.

La r?f?rence d’Obama aux ?sacrifices? des victimes du 11-Septembre pour rendre les ?tats-Unis ?encore plus forts? semble ?trange. Le sacrifice implique un ?l?ment de conscience de la part des victimes – ou de quelqu’un d’autre – qui donne sa vie dans la poursuite d’un objectif d?fini. Le choix de ces mots par le pr?sident pourrait sugg?rer plus qu’il le souhaitait.

Personne n’est all? au travail au World Trade Center ou au Pentagone le matin du 11 septembre 2001 en pensant qu’il allait mourir, encore moins en pensant que sa mort serait utilis?e pour justifier le commencement d’une d?cennie de guerres qui co?teraient la vie ? plus d’un million d’Irakiens, des centaines de milliers d’Afghans et 6600 soldats am?ricains.

Mais ceux dans les hautes sph?res du gouvernement am?ricain et des instances de l’arm?e et des renseignements n’ont pas perdu de temps pour profiter des attaques et mettre en branle des plans d?j? existants de conqu?te militaire. Ils ont exploit? le 11-Septembre pour justifier des guerres d’agression dont le but est de compenser pour le d?clin ?conomique du capitalisme am?ricain en ?tablissant l’h?g?monie am?ricaine sur les r?gions riches en ?nergie du Golfe Persique et de l’Asie centrale.

L’assertion constamment r?p?t?e selon laquelle ces guerres ?taient lanc?es pour d?truire Al-Qa?da n’a jamais ?t? cr?dible. Les ?tats-Unis ont envahi l’Irak pour renverser le r?gime de Saddam Hussein, un ennemi d’Al-Qa?da, apr?s avoir concoct? des mensonges sur des ?armes de destruction massive? et des liens terroristes inexistants. En Afghanistan, Obama a tripl? la pr?sence des forces d’occupation am?ricaines dans des conditions o? des responsables de l’arm?e et des services de renseignements am?ricains ont admis qu’Al-Qa?da ?tait pratiquement absente du pays.

L’invocation du 11-Septembre pour justifier les crimes commis dans la derni?re d?cennie – ainsi que les prochains ? venir – est de moins en moins cr?dible. Le peuple am?ricain a pass? par l’exp?rience de guerres bas?es sur des mensonges, et d’un assaut incessant sur les droits d?mocratiques ?l?mentaires. Malgr? les tentatives constantes pour le terroriser avec de pr?tendues menaces omnipr?sentes de terrorisme, la majorit? de la population vit dans une peur plus importante de la terreur ?conomique et sociale des dirigeants financiers et d’entreprises am?ricains.

Aujourd’hui, il serait manifestement absurde de pr?tendre que les op?rations internationales du militarisme am?ricain visent ? r?primer Al-Qa?da. Dans la guerre pour un changement de r?gime en Libye l’an dernier et dans la campagne actuelle pour obtenir le m?me r?sultat en Syrie, Washington a supervis? le financement, l’entra?nement et l’armement de forces li?es ? Al-Qa?da. Les ?tats-Unis travaillent avec ces ?l?ments pour renverser des gouvernements arabes s?culiers et paver la voie ? une guerre encore plus sanglante contre l’Iran. Dans ces campagnes, l’imp?rialisme am?ricain a boucl? la boucle?: il a reproduit la relation qui avait ?t? forg?e entre la CIA et Al-Qa?da quand ce dernier avait ?t? cr?? pour mener une guerre contre le r?gime prosovi?tique en Afghanistan dans les ann?es 1980.

Mardi, les commentaires du secr?taire ? la D?fense, Panetta – dans une glorification ?hont?e de la guerre et du militarisme – ont refl?t? ce changement, le 11-Septembre servant de pr?texte passe-partout pour justifier la guerre contre n’importe qui, n’importe o?.

Le 11-Septembre, a-t-il d?clar?, ?a inspir? une d?termination farouche ? ne pas se laisser faire et ? prot?ger notre mode de vie??. Jurant que les ?tats-Unis allaient poursuivre leurs op?rations militaires au Y?men, en Somalie et en Afrique du Nord, il a ajout??: ?Nous allons continuer ? pourchasser et combattre nos ennemis, partout o? ils iront, o? ils se cacheront, o? ils trouveront refuge – nous n’arr?terons pas tant que nous ne serons pas certains que les ?tats-Unis sont en s?curit?.?

Il y a presque quatre ans, Barack Obama remportait l’?lection sur une vague de sentiments antiguerres et de d?go?t pour les crimes perp?tr?s sous l’administration Bush. Il affirme maintenant que les guerres et les crimes de son pr?d?cesseur ont rendu les ?tats-Unis ?plus forts? et ?plus unis?, en promettant de d?clencher lui-m?me d’autres guerres encore plus horribles.

La population am?ricaine est face ? une ?lection qui ne lui permet pas d’exprimer sa profonde hostilit? au militarisme. La menace de nouvelles interventions militaires et, ultimement, d’une autre guerre mondiale n’?mane pas seulement des politiques r?actionnaires des d?mocrates et des r?publicains. Elle est le produit in?vitable de la plus profonde crise du capitalisme depuis la Grande D?pression des ann?es 1930.

La mobilisation politique de la classe ouvri?re contre la source de cette menace, le syst?me de profit capitaliste, est n?cessaire pour remporter la lutte. C’est pour cette perspective que se battent le Parti de l’?galit? socialiste et ses candidats ? la pr?sidence et ? la vice-pr?sidence?: Jerry White et Phyllis Scherrer.

(Article original paru le 12 septembre 2012)

wsws.org

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Election 2020 (VI) : l’origine de la rumeur « du serveur allemand »

Envoyés au front aux abords de l’hiver, les avocats mandatés par Donald se sont pris ...