Accueil / T Y P E S / Articles / L’Am?ricain qui flottait au-dessus des montagnes

L’Am?ricain qui flottait au-dessus des montagnes

On s’est retenu de parler durant les derniers jours. On attendait d’?crire sur l’?tape des ?tapes. Pas tant celle d’aujourd’hui que l’?tape de mercredi o? l’on se claquerait le T?l?graphe et le Galibier dans la m?me journ?e. Une ?tape o? les grandes choses se discuteraient, o? l’on jaserait d’affaires pour grands gar?ons, pour les petits gars qui savent tourner le moulinet.


Et bien on est oblig? de reprendre du collier aujourd’hui. ?tape importante mais tout de m?me, ?tape de moindre cat?gorie que celle qui suit. On terminait ? Courchevel, ? 2000m d’altitude, apr?s une mont?e d’une vingtaine de kilom?tres. On se disait que Vinokourov allait d?charger, que Basso allait tuer quelqu’un, que Ullrich allait tenir et que les Discovery allaient peiner devant les attaques soutenues.

Aujourd’hui, le Tour de France s’est termin? de la m?me mani?re que celui de l’an pass?. Sur les premiers coups de reins du grand patron, tra?n? dans les premiers kilom?tres par son arm?e, et laiss? ? lui-m?me dans les 12 derniers, o? les survivants du front se sont tous ?croul?s sous le poids du coup de p?dale de l’Am?ricain.

Le premier ? tomber n’est pas celui que l’on croyait. Vinokourov, ? la peine, ? la grande peine dans le peloton Armstrong, s’est d?tach? en premier. On a perdu plus tard Ullrich, qui s’est tra?n? jusqu’au final dans la roue de Kl?den, lui aussi l?ch?. Et enfin, le plus improbable, Basso, qui a d?croch? sous les attaques tr?s tr?s lourdes et soutenues du boss qui en avait apparemment encore beaucoup sous le pied.

Peu ont surv?cu. Mancebo et Valverde ont tenu. Rasmussen, le vainqueur de la veille, s’est admirablement gard? de se faire l?cher, maintenant le rythme .

Le tour s’est termin?, aussi malheureusement que pr?matur?ment. Avec les bras au ciel, Valverde a travers? la ligne devant un Armstrong fatigu? mais fort d’une journ?e destructrice.

L’Am?ricain vient de donner un coup tr?s douloureux ? tout le monde, tout le monde sans aucunes exceptions.

? voir s’effeuiller le peloton aujourd’hui, on a du mal ? croire que le Tour a un avenir dans les prochains jours sinon celui que d’attendre la fin. Amstrong n’a qu’? s’asseoir derri?re les T-Mobile, immens?ment perdant aujourd’hui, ainsi que les CSC, qui a vu son maillot jaune arriver pr?s de 25 minutes apr?s Lance, qui attaqueront certainement un tout petit peu pour sauver la face devant le ma?tre.

Aujourd’hui, Armstrong a survol? la belle montagne supportant Couchervel, et ses yeux brillant, sur le podium, refl?taient l’image de tous ces coureurs qui franchissaient encore la ligne d’arriv?e. Il a enfil? le maillot jaune avant m?me que le porteur de la journ?e, Jens Voigt, puisse l’enlever, encore ? peiner dans la montagne.

Aujourd’hui, Armstrong a caress? le bitume comme on caresse un chaton. Sans m?me se retourner, il a endormi tous ses pr?tendants d’une longue berceuse qu’il a lui-m?me compos? et que l’on entend, enfin, pour la derni?re fois…

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le « Poilu », un violoncelle dans l’enfer de 14-18

Avec ses formes grossières et son bois de piètre qualité, il n’est pas très élégant, ...

No comments

  1. avatar

    À l’image de son pays, Lance, bombarde et discute ensuite. Son armée, tout simplement trop puissante, pulvérise l’adversaire grâce à des gaz lacrymogènes très puissants. Ça commence sur le plat avec un train d’enfer qui asphyxie les petits gabarits Mayo, Heras et compagnie. Par la suite, au pied de la montagne, un coup d’Agent Orange pour les plus costauds. Ensuite, C’est le chemin de Damas, tout le monde tombe comme des mouches. Leur « Raid « est trop fort. Le spectacle est désolant.

    Mince Bonheur : Valverde et Rasmussen

    J’ai bien hâte que le Tour se débarrasse de cette artillerie lourde qui sclérose cette course rendue trop banale. Vivement la Vuelta ! Ou les coureurs à l’image de leur hôte on l’honneur de se battent encore à cheval et non en tank.