Accueil / A C T U A L I T É / La?cit? et valeurs, le dernier combat

La?cit? et valeurs, le dernier combat

Par Renart L?veill?

Depuis quelque temps, le sujet de la la?cit? revient et revient sous ma plume alors que je me dois d??crire pour mon texte de la semaine sur Les 7 du Qu?bec. C?est un hasard, et je le trouve heureux.

Juste comme je r?fl?chissais ? quoi choisir comme sujet, je tombe via un tweet de Jeff Plante (@JF_Plante) sur le billet ? La?cit? et ?thique chr?tienne ?. Il y est question des avis divergents de Normand Baillargeon et Jean-Marc Piotte face au livre ? La culture religieuse n?est pas la foi ? Identit? du Qu?bec et la?cit? ? de Guy Durand, d?fendu par Jean Laberge, l?auteur dudit billet.

Dans le premier chapitre, Durand recueille de tr?s nombreux t?moignages de Qu?b?cois qui, aujourd?hui comme hier, ont fa?onn? le Qu?bec par l?h?ritage chr?tien et ce, dans tous les domaines d?activit?s, voire m?me dans les institutions d?mocratiques elles-m?mes du Qu?bec. On sait que la question de la la?cit? de l??tat qu?b?cois s?est cristallis?e autour du fameux crucifix de l?Assembl?e nationale. Les tenants de la la?cit? int?grale ou stricte l?ont en horreur, m?me des croyants. Durand plaide pour conserver le crucifix car il fait partie de notre fibre d??tre qu?b?cois, que nous soyons ou non des croyants, voire chr?tiens.

Premi?rement, le crucifix ? l?Assembl?e nationale ne me semble pas tellement cristalliser la question de la la?cit?, m?me que je crois que ce serait le dernier symbole religieux ? garder sa place, vu son caract?re tr?s historique. Par contre, en fouillant plus profond?ment dans l?Histoire, justement, il est clair que ce crucifix, en plus d??tre le premier symbole du christianisme, est le puissant symbole du contraire de ce que la la?cit? pr?ne : ? ce crucifix a ?t? donn? par l?archev?que de Qu?bec ? Maurice Duplessis pour sceller l?alliance entre l??glise et l??tat. ?

Et j?ai pris la peine de sp?cifier qu?il fallait fouiller ? profond?ment ? parce qu?il est certain que ce d?tail de l?Histoire ?chappe ? la grande majorit? des Qu?b?cois. Alors, ?a me fait bien rigoler de lire que ce crucifix ? fait partie de notre fibre d??tre qu?b?cois ?. Et c?est encore plus dr?le quand on se rappelle que le changement de d?nomination (et identitaire), de Canadien-Fran?ais ? Qu?b?cois, s?est produit gr?ce ? la R?volution Tranquille, qui ?tait beaucoup une r?action au r?gne de Maurice Duplessis? Tentative de r??criture de l?Histoire?

Mais je ne voulais surtout pas ?crire un billet au sujet du crucifix ? l?Assembl?e nationale (m?me si je pourrais seulement me concentrer ici ? d?velopper qu?en fait la possible disparition de ce symbole fait bien plus peur aux d?tracteurs de la la?cit? que sa pr?sence ne fait peur aux pro-la?cit?). La question qui m?int?resse concerne plus amplement le lien entre la culture (l?? Ensemble des formes acquises de comportement de l??tre humain. ?) et la religion au Qu?bec. Parce que l?essentiel du discours de Jean Laberge, nourri par Guy Durand, consiste en une ?num?ration de l? ? h?ritage chr?tien ?, avec l?aide de figures embl?matiques du Qu?bec comme Michel Chartrand et Camille Laurin, afin de justifier la place de la religion, enfin de sa tradition, aujourd?hui.

Le probl?me que j?ai avec ce discours, c?est qu?il d?borde de la question ?tatique. C?est que m?me la la?cit? stricte ne pourrait emp?cher la population, si elle le d?sire, de c?l?brer son h?ritage chr?tien. La culture en est bien s?r impr?gn?e, et un mur vide o? ?tait pr?c?demment un crucifix, et un employ? de l??tat qui laisse dans sa poche un pendentif avec une croix, et une employ?e d?un service ?tatique qui laisse son voile ? la maison, ne pourront changer ?a. Et, pour ce qui est des valeurs, ce vers quoi tout le discours de Laberge tend, j?ai un gros b?mol?

Je vais l??crire d?embl?e, son message pr?ne l?emprisonnement, voire m?me la prise en otage de la culture et des valeurs par l?h?ritage de la religion. Et je me pose la question ? savoir si le but est d?actualiser le lien entre la soci?t? et la religion (bien s?r catholique). Je m?explique, premi?rement avec une question : m?me si je suis d?accord que les valeurs des ?tres humains ont beaucoup ?t? influenc?es par la religion ? par son omnipr?sence historique dans les soci?t?s ?, est-ce que ces valeurs sont indissociables de cet h?ritage?

La r?ponse est bien s?r non. Et la transmission de ces valeurs ne d?pend pas exclusivement de la pratique religieuse, en plus. Si ??Sergio Leone, le r?alisateur des fameux westerns-spaghetti, bon ath?e et anarchiste, n?a pu s?emp?cher d?user d?images religieuses chr?tiennes dans son cin?ma que la longue tradition catholique lui a l?gu? en h?ritage ?, comme le souligne Laberge dans son billet, un ath?e comme moi peu bien ?lever sa fille selon une majorit? de valeurs que la religion catholique ne nierait absolument pas. Alors, pourquoi toujours revendiquer la paternit? religieuse des valeurs puisqu?elles ne disparaissent visiblement pas avec la remise en question de la religion, qui vient entre autres avec la la?cit?? J?irais encore plus loin, elles ne dispara?traient pas si une pilule distribu?e ? la totalit? de la population mondiale r?ussissait ? faire dispara?tre le ph?nom?ne religieux et la croyance en Dieu. Je dis qu?elles ne disparaissent pas, mais je sais tr?s bien que le discours religieux actuel trouve justement sa base sur la peur, ou une certaine constatation ? qui rel?ve beaucoup ? mon avis de l?hypocondrie ? de la perdition du mode de vie occidental. ? la base, c?est le propre du conservatisme et du traditionalisme d?avoir peur de l??volution et du changement, alors ce n?est pas bien difficile ? r?futer.

Et, parlant d??volution, je crois que la religion a ?t? n?cessaire ? l??volution des soci?t?s humaines (beaucoup vers la gauche au Qu?bec comme le souligne Laberge, et pourtant beaucoup vers la droite par exemple aux ?tats-Unis?). La religion a institu? une coh?sion sociale qui aujourd?hui est bien assimil?e (pas toujours avec bonheur, j?en conviens). Ce que la soci?t? rejette aujourd?hui de la religion est seulement ce qu?il lui reste de poussi?reux, d?archa?que. Et la religion ?tait bien utile l? o? l??ducation ?tait quasi inexistante. Alors, je crois que le d?fi actuel, ?tant donn? que la population est beaucoup plus ?duqu?e, est de remettre en question ces valeurs h?rit?es de notre pass? et, une fois le test remport?, de les c?l?brer en toute connaissance de cause. Cela serait bien tout le contraire d??crire tout bonnement, comme l?a fait Guy Durand, comme une gifle ? l?intelligence humaine : ? Les valeurs chr?tiennes sont n?cessaires ? la vie. ? J?admets qu?en gommant l?adjectif ? chr?tiennes ? l??nonc? a du sens, mais en gommant aussi la d?finition biologique en lien avec la vie. Personne ne peut mourir par manque de valeurs, encore moins chr?tiennes?

Et dans cette id?e de d?fi actuel, ce pour quoi toutes ces questions me sont int?ressantes, il y a pour moi la conviction que l?abandon total de la religion (comme b?quille sociale) ne pourrait que donner un coup de main ? la r?flexion globale. Et c?est d?j? en cours de toute fa?on, depuis que l??tat a purg? la religion de ses entrailles. Mais il reste encore des stigmates ? ?liminer, alors on voit clairement la terreur dans les yeux de certains croyants.

(Photo : brioso)

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Hommage aux bénévoles de la SNSM

  La main tendue du fond de la bîme … Il était une fois deux ...