Accueil / T Y P E S / Articles / L’adultarium

L’adultarium

 

ne_tuons_pas_la_beaut__du_monde

 

Je ne vais plus ? la messe des id?es? Je regarde, simplement, les gens aller?

La vie enferm?e dans le temps, qui conflue du mat?riel au spirituel. Les parfums, le bruit des trains, le froissement du vent sur une joue. Un petit ?clair ? travers les arbres. Le f?tu s?ch??

 

Belle! Trop belle la Terre. La ruche bleue dans l?espace? La pauvre ruche livr?e parfois aux lions mondialistes. L? o? le diable danse dans la m?me lumi?re que celle des dieux.

Il n?existe pas de myst?re ? ?lucider, mais une vie ? vivre. La Vie, ? travers tous les livres du monde, a pris un sens qu?on a bien voulu lui donner. La vie par effraction! La claudiquante mis?re humaine. La fragilit? de la peur entretenue. Les pays-prison.

La d?it? ?triqu?e?

Avec son arsenal de connaissances livresques, math?matiques, ce ??sauvage?? nouvelle ?re s?est pris pour le roi de la cr?ation. Le savoir estampill? des dipl?mes. Le charme empes? des nouveaux rois. Les veaux d?or des temps lac?r?s.

Tout ?a peut vous faire mourir avant la mort.

On a tout transform? en un grand charnier d?acier et d?id?es mortes.

Un drone vaut-il une fleur? Nous ne savons plus vivre, et plus nous avan?ons dans l?Histoire, mieux nous savons nous entre-d?truire.

L?horloger ne comprend m?me plus la montre qu?il a cr?e. Dans laquelle il est enferm?. C?est une ?re m?canique, hallucinante, d?brid?e, d?nu?e du ?simple bon sens.

La politique est l?acier, le p?trole et ce luxe mis?rable vont r?gler tous les probl?mes du monde. Le cerveau s?est encag?. Comme un oiseau ??d?sail?.

Quand on cesse de cultiver les dieux, nous ne sommes que l?UN du TOUT. En quoi l?Homme est-il sup?rieur au simple pissenlit, au ch?ne qui grandit, aux oiseaux qui y nichent? Au ?frimas des matins d?automne?

? partir du moment o? l?on croit conna?tre quelque chose de la vie, on l??treint, comme pour le garder en tr?sor. On l??touffe pour s?en nourrir. Car ce qui ne vit pas, ne nourrit personne. Les id?es n?ont rien de diff?rent de l?argent, de l?avoir. Les couards saisissent au vol un oiseau, une id?e, pour l?enfermer. ?a les rassure.

Peur de ce qui bouge, peur de ce qui s?use. L?industrie de la peur.

Ma quand on a compris que la simple tige d?un pissenlit a autant de valeur que soi, que la feuille s?en va et nourrit la terre, que la beaut? du monde est l?, sans attente, sans rien, sans d?sir d??ternit?, juste l? dans les amours, juste l? dans l?invisible, on trouve bien risible toutes les analyses du monde qui polluent en id?es le simple r?sultat d?une vie.

Parler de soi n?est pas nombriliste. Ce qui l?est c?est de parler des autres, hypocritement. Ou parler de dieu un couteau? ? la main?

Il y aura toujours, chaque jour, quelqu?un pour vous livrer un petit secret, une d?couverte. Vous attendez patiemment? Vous attendez comme un enfant? Vous attendez que quelqu?un vous explique ?le monde, et que tout soit fini.Fig?. ?Vous attendez que les politiciens r?glent votre sort. Que les armes m?nent ? une victoire.

En ce si?cle, les armes ne m?nent qu?aux banques.

Dans ce faux th??tre, les humains hypnotis?s cherchent un r?le ? jouer, une id?e ? d?fendre, un pays ? sauver. Un syst?me ? inventer. La perfection du petit cahier. La ligne la plus droite que droite ?? travers les hypocrisies imp?rissables du temps.

Il n?y a pas plus syst?me qui puisse mener au bonheur. Il n?y en a jamais eu. Il n?y a eu, dans l?Histoire, qu?une s?rie de m?galomanes, d?esclaves volontaires, et il y en aura toujours. Les diables dansent sur la poussi?re de tous les esclaves ensevelis de l?Histoire. Ils ne connaissent qu?un seul jardin; celui de la fragilit? humaine. Ils les font dansotter en ricanant.

Le mouton ? tondre est le d?sir des loups? Il produit. Et on lui accroche une m?daille pour sa production?: une montre. En attendant l?heure fatale du ??vrai?? mourir. Il sait l?chouiller la b?te.

***

Chacun danse sur tous les cadavres des gens pass?s dans cette vie. Et ?a continuera?

On ne changera rien. On ne changera rien parce que chacun veut ?tre ??grand??. Alors que tout se fait par les tout petits.

Pour vivre, il faut rester enfant, ou retrouver l?enfant. L?enfant n?a pas de syst?me, ni de dieu, ni d?id?es?: Il regarde, assimile, et apprend tout. C?est apr?s qu?on le fige lentement, qu?on le statufie, qu?on mod?le ses ??id?es??, ses ??visions??, comme s?il n?y en avait qu?une.

Il y a mourir sous terre et mourir sur Terre.

On ne devient ?UN que par l?amour des autres dans leur diff?rence. Ceux qui se battent pour des id?es se privent d?un grand bonheur?et d?une grande connaissance?: la pierre aiguis?e de la diff?rence, la rugueuse diff?rence de la pierre.

On ne devient UN que par la mani?re de l?oiseau qui se jette en bas de l?arbre, qui tombe, se rel?ve, pendant des heures.

Puis un jour, il vole?

Chose surprenante?: une id?e n?a jamais fait vivre personne. Elle a parfois am?lior? son sort. Mais une id?e n?est l? que pour ??am?liorer??. Maintenant, une id?e peut ?tre b?tement inutile, mais ? combien attirante dans son lustre!

Nous voil? au si?cle des id?es vendues et achet?es par tout le monde.

C?est pourquoi nous sommes si pauvres. On rejette le paysan. On exaltera les grands ?difices, les ?uvres d?art, le clinquant mondain. La surface. Le laque. Les dipl?mes. Tous des accessoires ? se moirer?

Une id?e ne sera jamais un jardin. Une formule math?matique ne sera jamais la Vie.

Alors, de quoi nous nourrissons-nous?

C?est l? le c?ur du probl?me?

Nous nous nourrissons ? de ??l?inconcret??. Nous t?tons de l?abstraction? Biberons d??tats.

Tout le syst?me est organis? pour que nous restions enfants, enferm?s, clou?s, sans jamais passer ? l??ge adulte.

Comme si on disait ? l?oiseau?: ??Ne sautez pas en bas de l?arbre, vous pourriez vous blesser et ne jamais voler??.

Les oiseaux n??coutent pas?

Et c?est ainsi que doit ?tre la vie?

 

Ga?tan Pelletier

30 ao?t 2013

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

La langue des oiseaux

La langue des oiseaux. Il était une fois un pays prospère au bord de sa ...

4 Commentaire

  1. avatar

    « On ne devient UN que par l’amour des autres dans leur différence. »

    Merci et bon courage!

    André

  2. avatar

    Vous résumez bien:

    «Les oiseaux n’écoutent pas…
    Et c’est ainsi que doit être la vie…»

    «Tout le système est organisé pour que nous restions enfants, enfermés, cloués, sans jamais passer à l’âge adulte.»

    Pire que tout: des enfants vides.

    Bonne journée,

    Elyan

  3. avatar

    Bonjour André et Elyan,
    Merci pour les commentaires.
    À force de couver les enfants, j’ai l’impression qu’on ne cultive plus leur unicité, mais des citoyens bien en rang.
    J’ai hâte au jour où je serai capable d’écrire Goebbels sans vérifier dans le dictionnaire.
    🙂

  4. avatar

    Gaétan

    L’administration des espace pour inventaire est extrêmement importante. Mieux vaut ne pas gaspiller un espace de la mémoire à long terme pour un tel mot.

    Accepte la nécessité du dictionnaire. 🙂

    André