Accueil / T Y P E S / Chroniques / L’ADQ se d?gonfle

L’ADQ se d?gonfle

Pr?s d’un an apr?s son ?lection comme opposition officielle au Qu?bec, le parti de Mario Dumont est en train de se d?gonfler. En effet, si au lendemain du scrutin du 26 mars 2007 tous les espoirs ?taient permis pour les ad?quistes, il en va tout autrement par les temps qui courent. En fait, si des ?lections provinciales avaient eu lieu au cours des derni?res semaines, l’ADQ se serait retrouv? sur les banquettes du 2e groupe d’opposition ? l’Assembl?e nationale. C’est ? tout de moins le portrait que nous brosse le dernier sondage Crop – La Presse.

Les partisans ad?quistes diront assur?ment qu’il s’agit seulement d’un sondage et que le vrai sondage c’est le jour de l’?lection que ?a se passe. Ce n’est pas faux. Cependant, il y a quand m?me une tendance qui est en train de se dessiner. ? chacun des 4 derniers sondages (Crop – La Presse), l’ADQ recule par rapport au pr?c?dent. (34%, 28%, 26%, 24% – apr?s r?partition proportionnelle de la non-r?ponse). La m?me tendance est observable quand on demande aux Qu?b?cois : qui ferait le meilleur Premier ministre. Lors des 4 derniers sondages, l’appui donn? ? M. Dumont a chut? constamment. (29%, 25%, 23%, 22%) Plus qu’une saute d’humeur de la part de l’?lectorat qu?b?cois, c’est v?ritablement un recul de l’Action D?mocratique du Qu?bec qu’on peut observer au Qu?bec.

Au lendemain du 26 mars 2007, certains sympathisants ad?quistes parlaient d’un nouveau 15 novembre 1976. Une nouvelle ?re venait de se lever sur le Qu?bec. Les id?es ad?quistes, de droites, allaient maintenant pouvoir r?sonner ? l’Assembl?e nationale et partout sur le territoire qu?b?cois. Mario Dumont affirmait m?me, lors de son discours de victoire, que le r?sultat de l’?lection marquait « le d?but d’un temps nouveau pour le Qu?bec ». Super Mario se voyait d?j? dans la chaise du Premier ministre.

Malgr? toute la couverture m?diatique qu’ils ont pu avoir apr?s cette perc?e surprise, les troupes ad?quistes n’ont jamais su capitaliser. Ils ont bien essay?, mais sans jamais vraiment r?ussir. Ils ont tent? de s’affirmer sur le dossier de l’identit? et des accommodements raisonnables, mais ils se sont rapidement fait voler le devant de la sc?ne par le PQ. Ensuite, ils ont tent? de faire tomber le gouvernement sur la question des Commissions scolaires. Encore l?, ce fut un ?chec. Les nouvelles id?es r?volutionnaires qui allaient chambouler le Qu?bec, elles sont o? ? Ils seraient temps que Dumont nous les pr?sente.

Lors de la « crise » sur le dernier budget lib?ral, l’ADQ criait sur tous les toits que c’?tait la responsabilit? de l’opposition de s’opposer au gouvernement. C’est effectivement le cas. Cependant, ce que les ad?quistes semblent oublier, c’est que l’opposition a ?galement la responsabilit?, dans un r?gime parlementaire britannique, de fournir une alternative cr?dible au gouvernement en place. Elle doit pr?senter ce qu’elle ferait si elle ?tait le gouvernement. Elle doit nous fournir des projets pour le Qu?bec. ? ce niveau, pour l’instant, l’ADQ a lamentablement ?chou?.

Premi?rement, contrairement aux deux autres partis repr?sent?s ? l’Assembl?e nationale, l’ADQ n’a pas jug? bon de d?poser un m?moire ? la Commission Bouchard-Taylor. C’est quand m?me bizarre de constater, que le Parti qui a le plus surf? sur la question des accommodements raisonnables, ne consid?re pas important de mettre sur papier ses r?flexions et ses id?es et de les livrer aux commissaires. Un parti qui esp?re prendre le pouvoir ne peut pas se tenir ? l’?cart d’un d?bat intellectuel d’une telle importance. ?a ne fait pas tr?s s?rieux. Peut-?tre que Mario Dumont avait peur de changer d’id?e entre le d?p?t de son m?moire et la sortie du rapport des commissaires …

Ensuite, ce fut l’?pisode des ?lections scolaires. Avec un taux de participation autour de 8%, Super Mario en est venu ? la conclusion qu’il ?tait pertinent de faire tomber le gouvernement afin de pouvoir mettre la hache dans le r?seau des Commissions scolaires. Au premier coup d’œil, l’id?e d’abolir le gouvernement scolaire peut sembler int?ressante. Comme je l’ai souvent dit et ?crit, ?tant tr?s sensible ? la question de l’?ducation, il m’est impossible de rejeter du revers de la main l’id?e d’abolir les Commissions scolaires. C’est une solution qui doit ?tre envisag?e. Par contre, il faut avoir des id?es pour pouvoir remplacer ce palier gouvernemental. Et ces id?es, l’ADQ ne les avait pas. C’est vendeur de dire qu’on va d?membrer les Commissions scolaires et en m?me temps couper le budget de pr?s de 9 milliards qui va avec. Mais pour les remplacer par quoi ? On ne met pas la hache dans une structure qui repr?sente une part importante du budget de l’?tat sans savoir exactement comment on va la remplacer. Ils avaient certainement quelques r?ponses et quelques suggestions, mais rien de tr?s coh?rent et de compr?hensible aux yeux de la population. Ce qui est ressorti de cet ?pisode, plus qu’autres choses, c’est que l’ADQ, une fois de plus, avait des propositions bien simplistes et bien peu ?toff?es pour r?gler un probl?me bien complexe.

Depuis l’?lection de mars 2007, l’ADQ n’a pas r?ussi ? d?montrer qu’il pouvait repr?senter une alternative cr?dible au gouvernement Charest. Malgr? le fait que 41 d?put?s ad?quistes si?gent ? l’Assembl?e nationale, l’ADQ est toujours le parti d’un seul homme pour bon nombre de Qu?b?cois. Moi-m?me, qui demeure dans le bastion ad?quiste de Qu?bec et qui ?tudie en Science politique, j’aurais de la difficult? ? nommer plus de 5-6 d?put?s. Serait-ce que Mario veut cacher ses d?put?s et les id?es qu’ils d?fendent ? Il est permis de le croire.

De plus en plus, l’ADQ semble ?tre une balloune qui se d?gonfle ; un parti qui est vide de nouvelles id?es. Mario Dumont, qui se prenait pour Ren? L?vesque le soir du 26 mars 2007, ne serait-il pas qu’une simple girouette trop ?tourdie pour savoir r?ellement dans quelle direction les Qu?b?cois veulent aller ?

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Élucubrations matutinales

À l’heure du laitier …   La maisonnée dort à poings fermés, seuls une dizaine ...

4 Commentaire

  1. avatar
    Catherine-Aimée Roy

    Vous abordez avec précision une situation qui entraîne des questionnements. En effet, on peut se demander quels ont été les intentions des électeurs qui ont voté ADQ à la dernière élection. Etait-ce parce qu’il ne voulaient pas voter pour André Boiclair, ni pour le PLQ ? Si c’est le cas, il est à prévoir que de nouvelles élections montreront de toutes nouvelles tendances, ou plutôt celles qui prévalaient depuis une trentaine d’années. La lutte se renouvellera entre le Parti libéral et le Parti québécois. C’est tant mieux.

  2. avatar

    Très bon texte qui résume bien ce qui arrive avec les troupes de Mario Dumont depuis mars dernier… Il faut toujours se rappeler que l’ADQ, malgré ses apparences, n’est pas une grosse machine politique enracinée dans les circonscriptions qu’elle a décroché aux dernières élections. Dans plusieurs d’entre elles, ils sont moins que 10 militants réellement engagés… C’est une organisation fragile.

    Il ne reste que Mario et ce, depuis les débuts. Alors, lorsque Mario se plante, comme il l’a encore fait aujourd’hui avec le retour des coups de règle dans les écoles, le parti bouscule. Et les sondages aussi…

    Autre élément : il y a eu rapprochement avec les conservateurs l’automne dernier et ça semble déjà une histoire du passé… Je me demande bien ce qui est arrivé…

    Ce qui manquera dans le paysage politique québécois avec la disparition de l’ADQ c’est le rôle de « chien-de-garde » que pouvait jouer Dumont. Je ne suis pas certain de vouloir retourner à un tandem PLQ-PQ sans une opposition, au moins médiatique. Avec la proportionnelle, Scott MacKay, Françoise David ou Amir Khadir pourraient sièger à l’assemblée nationale, ça serait au moins ça. Pauline Marois et son équipe n’ont pas encore tendu la main aux tenants de la gauche québécoise, beaucoup de votes sont perdus avec une guerre à deux grands partis.

    Si vous me permettez la « plogue », je vous invite à lire mon petit billet sur l’idée d’autorité et de discipline à l’école lancée par Mario aujourd’hui… Ça sera publié ce soir sur Un Homme En Colère.

  3. avatar

    Merci pour vos commentaires !

    Comme je l’ai dit sur UHEC, je ne crois pas à la disparation de l’ADQ dans le portrait politique québécois. Du moins, pas à court terme. Il est fort à parier que Dumont disparaîtra avant son parti.

    Depuis 1994, l’appui à l’ADQ est en croissance. (1994-6%, 1998-12%, 2003-18%, 2007-31%) La faible députation qu’il avait avant 2003, dû à un dysfonctionnement de notre système électoral, nous laissait croire à un faible appui des idées de Dumont. Ce n’est malheureusement pas le cas.

    Les idées de droites ont un appui certain au Québec. Par contre, cet appui n’est pas de l’ordre de 30%. Si Dumont a eu ce résultat aux dernières élections, c’est que le PLQ et le PQ étaient dans une position de faiblesse extrême ; l’un à cause de son bilan et l’autre à cause de son chef. Je crois que le résultat de la prochaine élection ramènera l’ADQ aux alentours de 20%. Ce qui n’est pas mal et il ne faut pas les négliger. L’ADQ sera toujours là pour profiter, en opportunistes qu’ils sont, des faiblesses des autres partis. C’est à nous de faire nos devoirs et de reprendre la place que nous avions.

    Ce n’est rien d’autre que mon opinion !

  4. avatar

    L’ADQ avec plus de 20% des votes pourra effectivement demeurer dans le paysage politique. L’ADQ avec moins de 20% devra par contre vivre avec les mêmes problèmes qu’elle avait entre 1994 et 2007. Manque de financement, moins de sympatisants, disparition des personnalités reconnues, etc… Ça serait à mon avis le début de la fin. A moins que Mario reprenne son idée de défendre la réforme du mode de scrutin.