Accueil / T Y P E S / Articles / La violence faite aux femmes, nouvelle cause nationale ?

La violence faite aux femmes, nouvelle cause nationale ?

Photo : Ende Flickr
Photo : Ende Flickr

Quand on lit les chiffres de la violence faite aux femmes, on pourrait presque penser qu?elle est si fr?quente et si fr?quemment tol?r?e que ne rien faire de plus serait criminel. Les d?put?s semblent d?cid?s ? prendre ce probl?me ? bras le corps.

Promise par le Pr?sident de l?Assembl?e Nationale Bernard Accoyer le 25 novembre 2008 lors de la Journ?e internationale de lutte contre la violence faite aux femmes, une commission parlementaire vient d??tre cr??e ce 2 d?cembre 2008. Elle est compos?e de trente d?put?s, est pr?sid?e directement par Bernard Accoyer et se mettra au travail d?s le 10 d?cembre 2008.

Au fil de l?actualit?, la violence faite aux femmes et, plus g?n?ralement, les violences conjugales sont tr?s peu m?diatis?es? sauf quand la notori?t? de certains protagonistes les remet ? la surface. Cela a ?t? le cas lors de la mort de l?actrice Marie Trintignant apr?s les coups et blessures sans intention d?homicide par son compagnon Bertrand Cantat et, plus r?cemment, par le meurtre et suicide du d?put? de Thionville Jean-Marie Demange.

Rappelons d?abord les statistiques qui ont de quoi faire fr?mir?: en 2007, 166 femmes sont mortes en France de violences conjugales, soit une femme tous les deux jours. Cela correspond ? une hausse de 20% par rapport ? 2006?!

Il y a donc urgence, une urgence rappel?e par l?association « Ni putes ni soumises » qui voudrait que ce th?me devienne une cause nationale pour l?ann?e 2009.

Il y a un an d?j?, les groupes communistes du S?nat et de l?Assembl?e Nationale avaient d?pos? une proposition de loi-cadre pour lutter plus efficacement contre les violences faites aux femmes, une proposition d?pos?e respectivement le 4 et le 20 d?cembre 2007. Un collectif a d?j? r?uni quinze mille signatures pour demander que cette proposition soit inscrite ? l?ordre du jour.

Une proposition des groupes communistes

Mais que dit cette proposition de loi?? On pourra la lire ici.

Elle veut d?finir juridiquement les violences ? l?encontre des femmes en reprenant une d?claration de l?ONU qui date de 1993 et en incluant notamment les violences psychologiques (qui ne sont pas reconnues dans le cadre d?un m?nage), les mutilations sexuelles, les mariages forc?s ou arrang?s, les crimes d?honneur et m?me la lesbophobie (ou homophobie). Elle y inclut ?galement la prostitution qu?elle consid?re comme une violence (ce qui est certainement vrai, mais faut-il alors interdire la prostitution??).

Elle souhaite faire de la lutte contre les violences faites aux femmes un imp?ratif national notamment en hissant cette lutte au m?me niveau que la lutte contre la pauvret? et les exclusions et l?aide aux personnes handicap?es.

Sur la pr?vention de la violence faite aux femmes

Si les intentions sont louables, cette proposition est peu convaincante sur la partie pr?ventive car elle est ? la fois confuse et incantatoire.

D?ailleurs, elle le stipule clairement?: ??Il ne s?agit pas d?envisager le probl?me des violences ? l?encontre des femmes d?une fa?on plus r?pressive, de faire encore plus de s?curitaire, mais de d?gager d?importants moyens humains et financiers pour r?duire ces ph?nom?nes de soci?t?.??.

Elle est plus port?e sur l??galit? entre l?homme et la femme que sur la lutte contre non pas la violence contre les femmes mais plus g?n?ralement la violence conjugale qui peut inclure ?galement des hommes battus (en 2006, un homme mourait tous les dix jours en France de cette violence aussi).

Elle pr?f?re r?glementer plus, technocratiser plus que r?duire la r?alit? des violences.

Si son diagnostic est pertinent, comme le constat que la violence faite aux femmes est encore trop souvent socialement tol?r?e et que les femmes battues ont trop souvent honte et culpabilisation pour d?poser une plainte, les mesures sugg?r?es rel?vent d?un catalogue ? la Pr?vert sans beaucoup de signification comme les mesures suivantes qui seraient consid?r?es comme de la pr?vention?:

1. Un vaste plan d?information, de sensibilisation et de formation sur les valeurs d??galit? hommes/femmes contr?l? par une commission ind?pendante (une ?ni?me?!), et en particulier dans les ?tablissements scolaires.

2. Un enseignement obligatoire hebdomadaire sur ces principes d??galit? avec des ??actrices de la lutte pour les droits des femmes?? (et le corps enseignant, ? quoi sert-il??). Mais aussi un enseignement obligatoire au sein m?me des IUFM (formation des professeurs).

3. L??limination de tous les st?r?otypes sexistes. Si, ici encore, l?intention est louable, les mesures pr?n?es sont ? mon sens contreproductives. S?agacer que dans les manuels scolaires la vision traditionnelle de la famille (la proposition de loi cite par exemple la maman ? la cuisine et le papa devant la t?l?vision) alors que la r?alit? sociale est tr?s diff?rente avec des cellules familiales ?clat?es, recompos?es, monoparentales, est une chose?; veiller ??de fa?on contraignante?? ? ?viter tous les st?r?otypes est non seulement impossible ? appliquer (il existe aussi des familles traditionnelles) mais tr?s co?teux (faut-il racheter un livre scolaire ? cause d?un malheureux dessin??). Car ? ce compte-l?, on pourrait aussi interdire les discrimination nationale (l?Anglaise rousse, l?Allemande avec ses deux nattes etc. qui v?hiculent autant de pr?jug?s que le sexisme).

4. Une lutte contre le sexisme dans les publicit?s (la femme consid?r?e comme objet pour vendre une voiture par exemple) et dans les films pornographiques o? des films de violence sexiste extr?me sont commercialis?s sans aucun contr?le du contenu. On peut cependant penser que ces films, pour adultes, ne sont pas de nature ? influencer l??ducation des enfants et que, dans cette m?me logique, il faudrait interdire tout film violent mettant en danger la dignit? d?un ?tre humain, qu?il soit femme ou homme. Une ??Autorit? administrative ind?pendante sur les contenus pornographiques?? est m?me imagin?e?!

Un oubli majeur au lieu de contraindre la cr?ation

Car le point de vue d?velopp? par les auteurs de cette proposition de loi est qu?une ??v?ritable pr?vention des violences ne peut se dispenser d?une attention accrue ? la lutte contre les images sexistes, notamment dans la publicit?. Or, il n?appara?t pas marquant que cette phrase soit exacte, d?autant plus que les publicit?s (moins les films) jouent ais?ment sur des registres du second degr?.

Une contrainte suppl?mentaire ? la libert? de cr?ation ne me para?t donc pas opportune.

Le compagnon ivre et violent ne battrait pas moins sa compagne s?il avait vu moins de films ou de publicit? sexistes ?tant plus jeune?

Le vrai probl?me qui n?a pas ?t? du tout abord? dans cette proposition de loi, c?est le probl?me de l?alcoolisme et du traitement de l?alcoolisme. C?est la cause majeure des violences inflig?es aux compagnes et pr?venir les violences conjugales devrait n?cessairement se pencher sur le grand fl?au qu?est l?alcoolisme.

Sur le « traitement » des femmes battues

En revanche, la proposition de loi ?voque quelques mesures int?ressantes pour am?liorer le d?pistage de femmes violent?es et les actions ? d?finir le cas ?ch?ant par les acteurs sociaux et sanitaires.

?galement, l?impossibilit? pour les femmes battues ?trang?res d??tre expuls?es en cas de violence reconnue?: ??Toutes les femmes victimes de violences doivent pouvoir d?poser plainte (?) sans craindre une mesure d??loignement du territoire fran?ais.??. Car souvent, le risque d?une expulsion implique le silence de la femme battue. La proposition va m?me plus loin en pr?nant un droit d?asile aux femmes ?trang?res qui sont battues sans soutien de leur pays d?origine.

Elle pr?voit aussi un renforcement des structures d?accueil des femmes violent?es, une aide juridictionnelle ainsi que de tr?s nombreuses mesures d?ordre social pour am?nager la vie d?une femme d?tect?e battue.

Sans doute un projet gouvernemental en point de mire

La proposition de loi-cadre a donc l?avantage d?exister (depuis un an) mais ne para?t pas forc?ment la mieux adapt?e pour lutter efficacement contre la violence faite aux femmes car elle accro?t de fa?on beaucoup trop large ce qu?on pourrait appeler la bureaucratie dans de nombreux domaines (y compris au gouvernement en demandant la cr?ation d?un Secr?tariat d??tat contre les violences ? l?encontre des femmes, mais aussi la cr?ation d?unit?s sp?cialis?e dans la police, l?adjonction de repr?sentantes des droits des femmes dans nombre d?organismes comme le Conseil sup?rieur de l??ducation etc.) sans citer le probl?me de l?alcoolisme.

La d?cision du Pr?sident de l?Assembl?e Nationale Bernard Accoyer de cr?er et de pr?sider une mission montre que le sujet est d?importance et que les institutions de la R?publique veulent am?liorer cette lutte.

Hommage donc aux auteurs de cette proposition de loi-cadre d?avoir initi? cette d?marche. Et espoir que cette mission d?bouche sur des mesures ? la fois constructives et efficaces.

Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (3 d?cembre 2008)

Pour aller plus loin?:

En 2006, une femme meurt tous les trois jours en France des violences conjugales (8 juillet 2008).
Le drame de Thionville.
La proposition de loi du groupe communiste (d?cembre 2007).
Journ?e internationale contre la violence faitesaux femmes.
Cr?ation d?une mission parlementaire.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Bla, bla, bla… Tu parles trop !

Cette vieille rengaine yéyé, chantée par les Chaussettes Noires, chères à Eddy Mitchell, (lien) et ...