Accueil / S E C T I O N S / FORUMS-BABILLARDS / 5- France/Europe / LA VIE EST UN NAUFRAGE DISAIT CHARLES DE GAULLE ?

LA VIE EST UN NAUFRAGE DISAIT CHARLES DE GAULLE ?

Dans tous les sens des termes, c?est ainsi que cette phrase qui ne prendra jamais une ride continuera de fleurir en chacun.

Ce n?est qu?une reprise, cette citation n?est pas de Charles de Gaulle.

Passons en revue quelques ?l?ments?:

Les causes des ?meutes urbaines qui d?ferlent sur l?Angleterre depuis le 6 ao?t ?

La pauvret?, la marginalisation, l?absence d?autorit? parentale, la haine de la police ou le pur vandalisme expliquent, p?le-m?le, cette flamb?e de violence qui a envahi l?ile la plus puissante d?Europe, avec des ramifications sur le monde.

Contrairement aux id?es re?ues, les pires saccages n?ont pas eu lieu dans les arrondissements les plus pauvres.

Ce m?lange traditionnel entre riches et pauvres fonctionne sans trop d?accrocs en p?riode d?essor ?conomique.

En revanche, comme l?attestent les actes de d?linquance, cette cohabitation peut facilement se fracturer en p?riode de crise ?conomique, de coupes draconiennes dans les d?penses publiques, en particulier dans les budgets sociaux, et d?envol?e du ch?mage des jeunes pas ou peu qualifi?s.

Nous sommes dans un monde compl?tement virtuel, sauf dans le cadre des violences, c?est une r?alit? incontournable.

Plus de 1000 milliards seraient partis en fum?e en l?espace de deux jours.

? quel moment les mensonges vont-ils cesser??

Cet argent n?existe absolument pas, nous sommes encore plus enfonc?s?!

Il va falloir finir par arr?ter de lire son journal, ?couter sa radio, idem pour les t?l?visions et les m?dias de connivences avec les sp?culateurs?; il ne faut pas se leurrer, il y en a qui tirent profits de ce semblant de marasme. Arr?tez de raconter n?importe quoi.

Cet argent n?est pas perdu puisqu?il n?a jamais exist?. Il ne va m?me pas non plus dans les poches de qui que ce soit, puisque l?on parle de la valeur estim?e d?actions, c?est ? dire les montants auxquels certains seraient pr?ts ? acheter des actions d?entreprises auxquelles ils croient.

C?est le m?me probl?me que les petites entreprises am?ricaines qui sont sur?valu?es ? des dizaines ou centaines de millions de dollars.

Un exemple des structures type Facebook, ou autres, ?valu?es ? des dizaines de milliards de dollars. Cela ne veut rien dire, cet argent n?a jamais exist? et ne verra jamais le jour.

Demain, ou juste un peu tard, ils subissent une panne, la chute de plusieurs dizaines de milliards la r?alit? est face ? nous, il n?y a aucun argent perdu, ce n?est qu?une estimation factice.

Un plein fantasme d?une utopie dont les m?dias se gargarisent en nous saoulant, de br?ves manipulations qui ne servent ? l?analyse, que les politiques.

Il est ?vident que la crise ou ce type de manifestation ne peut en aucun cas servir le social, donc c?est volontairement l??croulement de toutes les institutions du culturel???

Ne pas perdre de vue que ces chiffres permettent ? leurs actionnaires de se gargariser, voire ? de petits porteurs de vendre cher quelques parts.

Personne ne peut mettre des dizaines de milliards sur la table pour acheter du vent, aucune valeur de ce style ne vaut rien.

Il suffit pour faire plus simple de comptabiliser mille milliards de z?ro, quel sera le r?sultat??

Z?ro sans complexe, mais une vie peut effectivement valoir 1 milliard de vies?; c?est d?une logique implacable et cart?sienne? pour toute libert? humaine au droit d?exister.

Ce ne sont que les rumeurs qui font varier les cours, une attitude lamentable.

Cessons de faire croire que cet argent existe r?ellement et comme par miracle disparait !

Alors tenter de d?montrer que l?Atlantide figure ? un moment pr?cis sur une carte??

Nous sommes otages des pouvoirs politiques, les contextes sanglants de?:

La Syrie, La Palestine, Le Liban, La Lybie etc. seraient bien plus faciles ? r?soudre, une ?vidence.

La logique est implacable, elle s?impose, ils ne le veulent pas, cela permet ? certaines ?conomies de tourner telles les bourses d?illusions face aux morts sur le terrain qui eux sont r?els?!

?

La pseudo v?rit?-th?orie des Mayas pour 2012 devient-elle une r?alit? incontournable??

Nous sommes des cr?tins ? ces ?chos, qu?il faudra que chacun fasse la juste part des faits et que nous tombions dans leur cadre pseudo?apocalyptique.

Qui peut d?montrer que nous sommes sur la plan?te Terre??

Certains ont vu la belle bleue, ils ont plant? de tels satellites que de partout nous sommes espionn?s?!

Dans la majorit? des pays dits d?mocratiques, le service militaire n?est pas obligatoire.

Nous avons des arm?es de m?tier, des professionnels presque au m?me titre que les divers minist?res dans le monde.

Les ?conomies r?elles ne seraient pas si difficiles que cela ? r?aliser?:

Que les nations exploit?es puissent vendre leurs propres productions, surtout ne pas les payer avec de la monnaie de singe, tel que c?est le cas depuis des lustres.

Se souvenir de nos ain?s, oui c?est normal, mais d?penser des sommes folles inutiles pour glorifier les sanctuaires des forces de frappe??

Un nouveau n?, ? la seconde o? il voit le monde, est d?j? endett?.

Un article ne suffirait pas pour traiter les lacunes de la masse de certaines institutions minist?rielles inutiles.

Par contre le co?t du plaisir de d?montrer le pouvoir cr?e une psychose, puis tout ce qui en d?coule chez une jeunesse qui se rebelle ? juste titre??

Les politiques financiers de nos vies sont aussi forts pour p?rorer dans les diverses assembl?es, r?unions, que pour faire fonctionner la planche ? billets.

Ce jour comme demain, nous aurons des sentiments de d?tresse.

Puis dire que malgr? leurs puissances, il faut les prot?ger et leur famille avec, et nous alors??

Ils tentent de juxtaposer leurs soci?t?s de bourses imaginaires.

Que ceux qui le veulent se d?p?chent, le temps frappe ? vos portes et vous ?tes vol?s dans tous les sens.

Le Panda

Patrick Juan

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Bla, bla, bla… Tu parles trop !

Cette vieille rengaine yéyé, chantée par les Chaussettes Noires, chères à Eddy Mitchell, (lien) et ...