Accueil / T Y P E S / Articles / La Turquie et la confr?rie musulmane : Soul?vement contre le Fr?re Erdogan

La Turquie et la confr?rie musulmane : Soul?vement contre le Fr?re Erdogan

Le soul?vement turc plonge ses racines dans les incoh?rences du gouvernement Erdogan. Celui-ci, apr?s s??tre pr?sent? comme ??d?mocrate-musulman?? (sur le mod?le des ??d?mocrates-chr?tiens??), a brusquement affich? sa vraie nature ? l?occasion des ??r?volution color?es?? du printemps arabe.

En politique int?rieure et ext?rieure, il existe un avant et un apr?s cette volte-face. Avant, c??tait le noyautage des institutions. Apr?s, c?est le sectarisme. Avant, c?est la th?orie d?Ahmed Davuto?lu de ??z?ro probl?me?? avec ses voisins. L?ex-empire ottoman semblait sortir de sa torpeur et revenir ? la r?alit?. Apr?s, c?est l?inverse?: la Turquie s?est re-brouill?e avec chacun de ses voisins et est entr?e en guerre contre la Syrie.

Les Fr?res musulmans

Derri?re ce virage, les Fr?res musulmans, une organisation secr?te dont Erdogan et son ?quipe ont toujours ?t? membres, malgr? leurs d?n?gations. Si ce virage est post?rieur ? celui du Qatar, financier des Fr?res musulmans, il porte la m?me signification?: des r?gimes autoritaires qui paraissaient anti-isra?liens affichent soudainement leur alliance profonde.

Il importe ici de rappeler que l?expression occidentale de ??printemps arabe?? est un leurre visant ? faire accroire que les peuples tunisien et ?gyptien auraient renvers? leur gouvernement. S?il y a bien eu une r?volution populaire en Tunisie, elle ne visait pas ? changer le r?gime, mais ? obtenir une ?volution ?conomico-sociale. Ce sont les ?tats-Unis, et non la rue, qui ont ordonn?s ? Zinedine el-Abidine Ben Ali et ? Hosni Moubarak de quitter le pouvoir. Puis c?est l?OTAN qui a renvers? et fait lyncher Mouammar el-Khadafi. Et ce sont ? nouveau l?OTAN et le CCG qui ont aliment? l?attaque de la Syrie.

Partout en Afrique du Nord ?sauf en Alg?rie?, les Fr?res musulmans ont ?t? plac?s au pouvoir par Hillary Clinton. Partout, ils ont des conseillers en communication turcs, gracieusement mis ? disposition par le gouvernement Erdogan. Partout, la ??d?mocratie?? n?a ?t? qu?une apparence permettant aux Fr?res d?islamiser les soci?t?s en ?change de leur soutien au capitalisme pseudo-lib?ral des ?tats-Unis.

Le terme ??islamiser?? renvoie ? la rh?torique des Fr?res, pas ? la r?alit?. La Confr?rie entend contr?ler la vie priv?e des individus en se fondant sur des principes ext?rieurs au Coran. Elle remet en cause la place des femmes dans la soci?t? et impose une vie aust?re, sans alcool ni cigarettes, et sans sexe, du moins pour les autres.

Durant une dizaine d?ann?es, la confr?rie s?est faite discr?te, laissant la transformation de l?Enseignement public aux bons soins de la secte de Fethullah G?len, dont le pr?sident de la R?publique Abdullah G?l est membre.

Bien que la confr?rie clame sa haine de l?American Way of Life, elle se tient sous la protection des Anglo-Saxons (UK, USA, Isra?l) qui ont toujours su utiliser sa violence contre ceux qui leur r?sistaient. La secr?taire d??tat Hillary Clinton avait install? dans son cabinet son ancienne garde du corps, Huma Abedin (?pouse du d?put? sioniste d?missionnaire Antony Weiner), dont la m?re Saleha Abedin dirige la branche f?minine mondiale de la confr?rie. C?est par ce biais qu?elle agitait les Fr?res.

Les Fr?res ont fourni l?id?ologie d?Al-Qaeda, par l?interm?diaire de l?un d?entre eux?: Ayman al-Zawahiri, organisateur de l?assassinat du pr?sident Sadate et actuel leader de l?organisation terroriste. Al-Zawahiri, comme Ben Laden, a toujours ?t? un agent des services ?tats-unien. Alors qu?il ?tait consid?r? officiellement comme ennemi public, il rencontrait tr?s r?guli?rement la CIA ? l?ambassade US ? Bakou, de 1997 ? 2001, t?moigne la traductrice Sibel Edmonds, dans le cadre de l?op?ration ??Gladio B???[1].

Une dictature progressive

Lors de son emprisonnement, Erdogan a pr?tendu avoir rompu avec les Fr?res et a quitt? leur parti. Puis, il s?est fait ?lire et a impos? lentement une dictature. Il a fait arr?ter et emprisonner deux tiers des g?n?raux, accus?s de participer au Gladio, le r?seau secret d?influence US. Et il a obtenu le plus fort taux d?incarc?ration de journalistes au monde. Cette ?volution a ?t? masqu?e par la presse occidentale qui ne saurait critiquer un membre de l?OTAN.

L?arm?e est le gardien traditionnel de la la?cit? k?maliste. Cependant, apr?s le 11-Septembre, des officiers sup?rieurs se sont inqui?t?s de la d?rive totalitaire des ?tats-Unis. Ils ont pris des contacts avec leurs homologues en Russie et en Chine. Pour stopper cette ?volution avant qu?il ne soit trop tard, des juges leur ont rappel? leurs ant?c?dents pro-US.

Si les journalistes peuvent ?tre, comme toute autre profession, des voyous, le taux d?incarc?ration le plus ?lev? du monde renvoie ? une politique?: celle de l?intimidation et de la r?pression. ? l?exception d?Ululsal, la t?l?vision ?tait devenue un pan?gyrique officiel, tandis que la presse ?crite prenait le m?me chemin.

??z?ro probl?me?? avec ses voisins

La politique ?trang?re d?Ahmed Davuto?lu ?tait tout aussi risible. Apr?s avoir cherch? ? r?soudre les probl?mes laiss?s sans solution, un si?cle plus t?t, par l?Empire ottoman, il a voulu jouer Obama contre Netanyahu en organisant la?Flotille de la libert??vers la Palestine?[2]. Mais, moins de deux mois apr?s la piraterie isra?lienne, il acceptait la cr?ation d?une commission d?enqu?te internationale charg?e d??touffer l?affaire et reprenait en sous-main la collaboration avec Tel-Aviv.

Signe de la coop?ration entre les Fr?res et Al-Qa?da, la confr?rie avait plac? sur le?Marvi Marmara?Mahdi al-Hatari, num?ro 2 d?Al-Qa?da en Libye et probable agent britannique?[3].

Catastrophe ?conomique

Comment la Turquie a t-elle g?ch?e non seulement une d?cennie de travail diplomatique de restauration de ses relations internationales, mais aussi sa croissance ?conomique?? En mars 2011, elle participe ? l?op?ration de l?OTAN contre la Libye, un de ses principaux partenaires ?conomiques. Une fois la guerre finie, la Libye ?tant d?truite, la Turquie perdit son march?. Simultan?ment, Ankara se lan?a dans la guerre contre son voisin syrien avec lequel elle venait, un an plus t?t, de signer un accord de lib?ralisation commerciale. Le r?sultat ne se fit pas attendre?: la croissance de 2010 ?tait de 9,2?%, elle tomba en 2012 ? 2,2?% et continue ? chuter?[4].

Relations publiques

L?arriv?e au pouvoir des Fr?res en Afrique du Nord est mont?e ? la t?te du gouvernement Erdogan. En affichant son ambition imp?riale ottomane, il a d?contenanc? le public arabe pour commencer, puis a dress? la majorit? de son peuple contre lui.

D?un c?t?, le gouvernement finance?Fetih 1453, film au budget pharaonique pour le pays, cens? c?l?brer la prise de Constantinople, mais historiquement fallacieux. D?un autre, il tente d?interdire la plus c?l?bre s?rie t?l?vis?e du Proche-Orient,?Le Harem du Sultan, parce que la v?rit? ne donne pas une image pacifique des Ottomans.

La vraie raison du soul?vement

La presse occidentale met en avant, dans le soul?vement actuel, des points de d?tail?: un projet immobilier ? Istanbul?; l?interdiction de vendre de l?alcool en soir?e?; ou des d?clarations encourageant la natalit?. Tout cela est vrai, mais ne fait pas une r?volution.

En affichant sa vraie nature, le gouvernement Erdogan s?est coup? de sa population. Seule une partie minoritaire des sunnites peut se reconna?tre dans le programme r?trograde et hypocrite des Fr?res. Or, environ 50?% des Turcs sont sunnites, 20?% sont al?vis (c?est-?-dire alaouites), 20% sont Kurdes (principalement sunnites), et 10?% appartiennent ? d?autres minorit?s. Il est statistiquement clair que le gouvernement Erdogan ne peut pas r?sister au soul?vement que sa politique a provoqu?.

En le renversant, les Turcs ne r?solvent pas seulement leur probl?me. Ils mettent fin ? la guerre contre la Syrie. J?ai souvent not? que celle-ci s?arr?terait lorsque un des sponsors ?trangers dispara?trait. Ce sera bient?t le cas. Ce faisant, ils mettent un terme ? l?expansion des Fr?res. La chute d?Erdogan annonce celle de ses amis?; de Ghannouchi en Tunisie, ? Morsi en ?gypte. Il est en effet peu probable que ces gouvernements artificiels, impos?s par des ?lections truqu?es, puissent survivre ? leur puissant parrain.

Thierry Meyssan

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Macron, Le Pen, l’invisible convergence

Alors qu’Emmanuel Macron et Marine le Pen s’affichent en adversaires, l’observation des faits démontre qu’il ...