Accueil / T Y P E S / Articles / LA TUNISIE VICTIME ET COMPLICE DE TOUS LES S?VICES

LA TUNISIE VICTIME ET COMPLICE DE TOUS LES S?VICES

ROBERT BIBEAU

 

Prise dans le cercle vicieux de la violence, la Tunisie traverse une crise multidimensionnelle, id?ologique, politique, ?conomique. Un bilan bien sombre apr?s la destitution de Ben Ali. Face ? cette situation le gouvernement tunisien laxiste, produit d?une arnaque ?lectorale est en panne. Comme attendus les signes avant-coureur d?une recrudescence de la violence, ont ?t? annonc?s depuis d?cembre dernier par l?assassinat de Lotfi Nakhd, militant de Nida Toun?s, suivi r?cemment de celui de Chokri Bela?d du Parti Patriote D?mocrate, et ce, au moment o? les islamistes nourris et assist?s par un Qatar aux desseins sournois, n?ont rien ?trouv? de mieux que de faire l?apologie de la violence. Pas de solution venant de l?int?rieur de la torpeur dans un monde domin? par une crise ?conomique avec en prime ce cul de sac islamiste. Dans ce contexte, l?Alg?rie aujourd?hui entour? de pays en crise o? les puissances imp?rialistes occidentales jouent chacune leur partition en sous-main, a d?j? annonc? sa couleur, en repoussant la menace djihadiste comme l?on d?montr? ses forces de s?curit? ? In Amenas (Sud de l?Alg?rie).

 

Plus pr?cis encore, Robert Bibeau pr?sente au quotidien La Nouvelle R?publique d?Alger [http://www.lnr-dz.com/] une analyse ?conomico-politique de cette situation troublante.? Cherif Abdeda?m est journaliste et auteur [http://cherif.dailybarid.com/].

?

?

QUESTION NR : Quel bilan pourrait-on faire deux ann?es apr?s le changement de r?gime en Tunisie??

Robert Bibeau (RB) : Commen?ons par le commencement

Pour analyser, comprendre et expliquer la r?volte populaire tunisienne il faut remonter ? Sidi Bouzid le 17 d?cembre 2010. Voici une ? r?volution ? qui ne parvint jamais ? maturation et ? trancher le n?ud gordien de son pass? compradore, et pour cette raison, elle pi?tine et tourne en rond depuis plus de deux ans maintenant (d?cembre 2010 ? f?vrier 2013).

Rappelez-vous, dans un geste dramatique le jeune Mohamed Bouazizi, ma?on de sa condition ? r?sign? petit marchand ambulant sur la place du march? ? s?immole dans son quartier paup?ris?. Face ? cette torche humaine, symbole agonisant de la r?sistance aux exactions de la flicaille locale, avalis?e par leurs officiers et haut grad?s ? ran?onner tout m?tayer, marchand ambulant ou tenancier ? ils doivent bien manger ces policiers et quand la solde est maigre et irr?guli?re les ripoux prolif?res.

Divers ?l?ments sont frappants dans cette trag?die. D?un c?t?, l?indigence du petit peuple tunisien ? on pourrait tout aussi bien ?crire ?gyptien, libyen (maintenant qu?ils ont ?t? soi-disant ?lib?r?s? !), y?m?nite, soudanais et malien ? r?duit pour partie ? la mendicit?, au ch?mage, aux petits boulots, ? la d?brouille sociale et aux petits larcins, trafics et criminalit? en tout genre. De l?autre c?t?, face ? cette mis?re humanitaire, une ploutocratie bien engraiss?e, enrichie par les pr?bendes laisser par les multinationales qui sucent le sang de la classe ouvri?re tunisienne ? on pourrait tout aussi bien ?crire ?gyptienne, libyenne, y?m?nite, soudanaise et malienne ? une oligarchie pr?varicatrice, roublarde, spoliatrice, imposant son pouvoir opprimant, discr?tionnaire et s?en mettant plein les poches au milieu du d?nuement populaire.

Au centre de cette division tranch?e, entre ces deux forces oppos?es, toute une coterie de petits bourgeois, d?intellectuels, de politicailleux pr?tentieux, de journalistes et communicateurs gouailleurs, de petits dirigeants des s?vices et de petits professionnels des services, commis de l??tat, agent de r?pression et autres chantres de la ?d?mocratie de la participation?, qui tous, parasitent le syst?me d?exploitation, jouent les entremetteurs, s?agitent politiquement, singes les agissements des grands gourmands et spolient les petites gens et les manants ? il n?y a pas de petits profits en Tunisie ? et ils arnaquent ou matraquent ainsi ceux d?en bas ; les ouvriers, les paysans, les artisans et les marchands ambulants et tous les autres paum?s qui passent ? leur port?e.

QUESTION NR : Face ? cet ?tat de fait, on constate un laxisme de la part du gouvernement tunisien. Comment peut-on expliquer ce laiss? faire ?

RB : L?improbable r?volution

La classe ouvri?re n??tant pas organis?e, ni dirig?e, ni repr?sent?e sur l??chiquier politique nationale nous avions d?j? annonc? en d?cembre 2010, que cette r?volte populiste serait d?voy?e et en aucun cas transform?e en une r?volution authentique (renversement radicale de toute la classe politique et ?conomique capitaliste monopoliste tunisienne compradore ? et nous avions fait le m?me constat pour l??gypte, le Y?men, etc.) [http://www.ism-france.org/analyses/Le-printemps-de-Tunis–article-14916 ?et? http://www.legr andsoir.info/La-revolution-avortee.html].

D?s le d?but de la col?re populaire les classes interm?diaires, coinc?es entre les ouvriers et le peuple d?un c?t? et de l?autre les oligarques, les mandarins du pouvoir, les grands larbins ? la botte de Ben Ali ? le dictateur mafieux, lanc?rent leurs slogans r?formistes : ?Cette guerre de classe est une guerre pour b?n?ficier de la d?mocratie des riches?, entendez ceci : ?Il y a des d?cennies que la m?me clique monopolise la mainmise sur la machine d??tat et empoche les pr?bendes, les restants de plus-value, les profits usuriers abandonn?s par les monopoles ?trangers. Il est temps que l?on change la garde ?lectoralement. ? nous l?assiette au beurre et l?argent du beurre?. Par milliers ces cliques et ces clans mobilis?rent leurs militants pour gagner l??lection mystifiante, le nouvel opium des peuples.

L?oligarchie compradore tunisienne, prenant la mesure de l?ampleur de la jacquerie populiste dans le pays, consentit ? sacrifier l?ex-parrain Ben Ali qui partit en catimini se planquer chez son ami le roi d?Arabie avec tous ses profits mal acquis.

Professionnels, petits marchands, fonctionnaires, journalistes et reporters, syndicalistes et petits seigneurs pr?varicateurs rest?s si longtemps sur la touche, si loin du r?telier, crurent arriver l?heure de bouffer dans l?auge gouvernementale et de festoyer. Un ?cueil se pr?sentait cependant ? ils avaient demand? des ?lections et des ?lections ils auront ? et voil? que les int?gristes ? islamistes remport?rent la mise ?lectorale et th?saurise aujourd?hui les petits profits.

QUESTION NR : Pourquoi le peuple tunisien, que l?on dit musulman accommodant et mod?r?, a-t-il vot? majoritairement pour des int?gristes incommodants et immod?r?s ?

RB : L?arnaque ?lectorale

Le peuple tunisien a r?ellement cru pouvoir jouer le jeu de la d?mocratie bourgeoise ??mancipatrice? et il a cherch? parmi les pr?tendants au tr?ne ?tatique un parti politique qui ?tait, par lui consid?r?, comme une v?ritable opposition ? l?ancien r?gime, n?ayant en toute apparence jamais traficot? ou couch? avec le pouvoir honni et cela sans compromis. Un parti, selon toute apparence, int?gre ? int?griste ? sur le plan de l?administration publique et politique et surtout un parti promettant de mettre fin ? la crise et assurant la reprise ?conomique et des emplois, des emplois et encore des emplois permanents, honn?tes, payants, pour survivre, manger et pouvoir se marier d?cemment.

La droite salafiste-wahhabite en Tunisie a compris ces exigences et soutenue par les cr?dits ?lectoraux du Qatar et d?Arabie, elle a su se pr?senter comme la r?ponse ? toutes ces demandes justifi?es.

Pendant ce temps la pseudo gauche militante a martel? son message ?d?mocratique? pu?ril pour changer de clique au pouvoir et pouvoir s?inviter au r?telier. Le parti de la droite int?griste-int?gre et apparemment d?sint?ress?e a donc remport? son pari.

La pseudo gauche, d?sunie, chaque clique vorace souhaitant tirer l?auge vers son parterre gr?gaire, ne comprenant rien au d?sespoir du peuple tunisien, continue encore aujourd?hui de proclamer que la guerre des classes engag?e vise ? acc?der ? la ?d?mocratie? bourgeoise et au droit de se d?v?tir sur la rue, au droit au mariage libertin ? oppos? ? la ?charia?, pour le droit de blasph?me (sur les traces de Charlie Hebdo l?organe int?griste ?socialiste? rouge/brun des bobos parisiens).

?videmment, le petit-peuple tunisien qui ne mange pas de ce pain et ne mange pas ? sa faim, n?a rien ? cirer du droit au mariage libertin, d?j? que les jeunes tunisiens ne peuvent pas se marier parce que trop pauvre pour acqu?rir un logement et faire vivre leurs enfants d?cemment ou encore pour quitter le logis des parents.

Vous assistez en Tunisie (en ?gypte aussi), ? la quintessence du cr?tinisme parlementaire totalement d?sincarn? des s?vices qui accablent les ouvriers et le petit peuple d?laiss?s alors que pendant ce temps la petite bourgeoisie d?chire sa chemise non pas contre la famine et le ch?mage end?mique qui accable le peuple et contre la paup?risation dramatique qui le d?truit petit ? petit mais contre la ?charia?, la rh?torique et les sophismes islamistes (1).

QUESTION NR : D?apr?s-vous quelle lecture pourrait-on faire du r?cent assassinat du militant Chokri Bela?d ?

RB : Assassinat ? droite ? d?route ? gauche

Quant ? l?ex?cution de Chokri Belaid ? membre de la Haute instance pour la r?alisation ?des objectifs de la r?volution, de la r?forme politique et de la transition d?mocratique, devenu chef nationaliste du Mouvement des Patriotes D?mocratiques ? assassinat commandit?s par les Torquemada de la ?fitna? islamiste, chacun pourra mesurer l?ab?me des divergences qui oppose sa plate-forme ?mergente aux revendications de la population dans cette oraison tir?e de son anthologie :

? Quand dans notre pays ? le pays de Yadh Fadhel Ben Achour, le pays des r?formes, du progr?s, de la prestigieuse mosqu?e Zitouna et de son universit? ? on laisse entrer ces tenants de la fitna et de l?ignorance? venus aussi des montagnes de Tora-Bora et d?ailleurs? Quand on les laisse pr?cher la violence dans les mosqu?es et les universit?s de Tunis? s?adonner ? la violence? s?accaparer les pri?res du Vendredi? ? [http://www.mondialisation.ca/syrie-tunisie-non-la-verite-nest-toujours-pas-bonne-a-dire/5322231].

L?homme a-t-il ?t? approch? pour participer au gouvernement de coalition dont il ?tait question depuis quelques temps (?) Une faction int?griste radicale aura voulu signifier au Premier ministre tunisien Hamadi Jebali son opposition ? cette solution de compromission? C?est une explication plausible. Mais quel est l?int?r?t du peuple tunisien dans tout cela??

Pas plus qu?Ennahda, le parti au pouvoir ? Tunis, le Mouvement des Patriotes D?mocrates et le reste de la droite et les partis de la gauche tunisienne ne peuvent sortir la Tunisie de la crise internationale dans laquelle elle s?emp?tre depuis cinq ans au moins (2008). Pas davantage que ne peut le faire la droite Salafiste-wahhabite-islamiste qui n?a pas livr? la marchandise promise en dehors de cette pol?mique oiseuse ? superf?tatoire ? ? propos de la nouvelle constitution et de la ?charia? qui ne fournissent ni le pain, ni le couscous ? quiconque en Tunisie affam?e (sauf aux l?gislateurs, juges, avocaillons et constitutionnalistes de l?industrie du manuscrit constitutionnel).

QUESTION NR?: L?implication du Qatar dans les troubles qui secouent le monde arabe a ?t? prouv?e ? maintes occasion ; d?apr?s-vous cet ?mirat serait-il un simple pion au service des Occidentaux et ? leur t?te les ?tats-Unis, ou au contraire, chercherait-il un quelconque leadership du monde arabe ?

RB : Pas de solution venant de l?int?rieur de la torpeur

L?alternative que vous pr?sentez est de fait identique ? votre proposition initiale. Le Qatar qui est devenu le nouveau gendarme de l?OTAN dans le monde Arabe, ou le Qatar qui cherche ? prendre le leadership du monde Arabe, dans les deux cas vous d?crivez le r?le de cet ?mirat r?trograde dans la division imp?rialiste internationale du travail et du capital. Le Qatar poss?de d?immenses fortunes gr?ce ? sa rente p?troli?re imposante. Les capitalistes monopolistes qataris, imbriqu?s au capital imp?rialiste mondial, se sont fait attribuer le r?le de courroie de transmission entre les pays imp?rialistes encore dominants (mais sur leur d?clin inexorable) et les peuples et pays arabes ? exploiter, ? soumettre, ? dominer et ? spolier afin de leur arracher leur pr?cieuse plus-value et leurs ressources naturelles colossales.

Le Qatar utilise la rh?torique et le sophisme islamiste-nationaliste pour recruter des mercenaires qu?il arme, entra?ne et lance contre les gouvernements r?calcitrants (Libye, Syrie) ou contre les gouvernements d?ficients (en ?gypte, en Tunisie au temps de Ben Ali, au Y?men, et au Mali aujourd?hui).

La droite islamiste s?vissant au Qatar, en Arabie, en Turquie, en ?gypte ou en Tunisie n?a aucune prise sur la crise syst?mique de l?imp?rialisme mondial et ne peut ?videmment garantir la fin de la crise, ni la reprise de l??conomie, pas plus qu?elle ne peut cr?er les milliers d?emplois promis-attendus, les logements manquant, ou stopper la hausse des prix inflationnistes, assurer la stabilisation des monnaies arabes, ou endiguer l?infestation des march?s nationaux arabes par les produits ?trangers, venus de Chine notamment.

Chacun, ? droite comme ? gauche, voudrait nourrir les ventres affam?s par les plats indigestes de la constitution et des slogans de ?lib?ration? mensongers quand la dignit? de manger n?est m?me pas assur? au premier des troupiers. Cet assassinat d?montre que la Tunisie s?enlise sur les chemins constitutionnels et l?orni?re des ?lections d?mocratiques bourgeoises qui ne r?gleront rien si ce n?est de reporter les islamistes au pouvoir. Et si ces ?lections anticip?es portaient une coalition de gauche ou de centre gauche au pouvoir? rien ne serait am?lior?, ni m?me transform?.

Que ce soit d??gypte, de Syrie, de Libye, de Turquie ou de Tunisie les slogans des fr?res musulmans sonnent creux. L?islam n?est pas la solution ? la crise ?conomique imp?rialiste syst?mique. Ainsi, un observateur de la sc?ne politique arabe t?moigne de ceci :

? Monsieur Khairat Al-Shater est le num?ro deux des Fr?res musulmans (d??gypte NDLR), et le repr?sentant de son aile la plus conservatrice. Quant au richissime Hassan Malek, apr?s avoir d?but? dans les affaires en partenariat avec M. Al-Shater, il dirige aujourd?hui avec son fils un r?seau d?entreprises dans le textile, l?ameublement et le commerce employant plus de quatre cents personnes (il y a aussi Farid Khamis, pr?sident d?Oriental Weavers, le plus grand fabricant mondial de tapis. NDLR). Ces hommes incarnent bien le credo ?conomique des Fr?res musulmans en faveur de la libre entreprise, qui se conforme davantage ? la doctrine n?olib?rale que la forme de capitalisme d?velopp?e sous la pr?sidence de M. Hosni Moubarak (ou de Ben Ali. NDLR?. [http://www.pressegauche.org/spip.php?article13012].

Les m?mes s?vices entra?neront ? coup sur les m?mes souffrances et les m?mes sacrifices?(2). Alors que le ?tiers-monde? fut oblig? d?embrasser les politiques du libre-?change et la discipline du march? soi-disant libre de l?imp?rialisme mondial juste pour obtenir des pr?ts asservissants de l?Occident (du Qatar et de l?Arabie aussi), le r?sultat pr?visible s?est produit : appauvrissement des masses populaires et exploitation accrue de la classe ouvri?re pour rembourser ces pr?ts asservissants et la dette souveraine garantie par l??tat compradore. L?adh?sion de la Tunisie ou de l?Alg?rie au groupement du BRICS (les nouveaux imp?rialistes ?mergents) ne fera que d?placer le mal de l??paule droite vers l??paule gauche ? La Chine ou l?Inde comme fournisseurs de marchandises et en tant que cr?anciers spoliateurs ou encore la France, l?Allemagne, la Suisse et les ?tats-Unis ? Qu?est-ce que cela change pour les travailleurs payeurs ?

QUESTION NR : Au m?me titre que les autres pays arabes d?stabilis?s, la Tunisie est devenue un terrain de chasse des wahhabites ; comment d?apr?s-vous les peuples arabes devraient-ils contrecarrer ce courant ?

RB : L?Alg?rie repousse la menace djihadiste et tient la France ? distance

Je prendrai l?exemple de l?Alg?rie pour r?pondre ? votre question sur la Tunisie. L?Alg?rie se trouve aujourd?hui entour? de pays en crise o? les puissances imp?rialistes occidentales jouent chacune leur partition en sous-main ; o? le Qatar, ce nouveau gendarme du monde arabe, p?che en eau trouble et finance l?aile radicale des bourgeoisies nationalistes affubl?es des oripeaux us?s de l?islamisme qui a pris la place du nationalisme chauvin. Mais l?Alg?rie a d?j? connu, dans les ann?es 1990, cette mystique nationaliste int?griste ? propos de ?L?Islam solution de tous les maux nationaux? ce qui lui a co?t? des dizaines de milliers de martyrs.

Alors, quand des djihadistes se sont ?chapp?s des harnais de leurs ma?tres qataris et occidentaux sur la piste des puits au Sud du grand d?sert (In Amenas), la r?action du pouvoir d?Alger fut sans ambigu?t?, pas de tergiversation, pas de n?gociation, pas de ran?on, pas de prisonniers et pas de t?moins. La prise d?otage fut r?gl? en un tour de main ? message clair ? tout r?cidiviste djihadiste ? qu?on se le dise parmi la mouvance int?griste ? la solde, si vous entrez en Alg?rie ce sera pour mourir isol? ou dissimul? derri?re vos otages ex?cut?s. Je ne crois pas que la France ou le Qatar r?ussiront ? enflammer l?Alg?rie pour se justifier d?attaquer l?Alg?rie qui a d?j? donn? de ce c?t? de la mystique int?griste.

La classe ouvri?re alg?rienne est la plus consciente du continent africain (avec celle d?Afrique du Sud) et je crois qu?elle est imperm?abilis?e face ? l?islamisme radical (ce sont les jeunes de la classe dite ?moyenne? ? petite et moyenne bourgeoise ? qui adh?rent ? cette mouvance assassine tromp?s par la propagande des recruteurs ? la solde d?agences de renseignements bien connues). Le danger le plus grave qui guette la classe ouvri?re alg?rienne ce sont tous ces partis de la soi-disant gauche nationaliste plurielle, r?formiste et opportuniste.

QUESTION NR : Quel avenir imm?diat pour la Tunisie sous les feux de la r?volte et de la r?pression??

RB : Crise ?conomique syst?mique et cul de sac islamiste-int?griste

Aujourd?hui, en Tunisie, le peuple en est r?duit ? crier ? D?GAGE ? ? une clique, puis ? une autre, aucune n?apportant de solution v?ridique, d?autant que la crise ?conomique syst?mique ?et structurelle de l?imp?rialisme n?a pas fini de s?approfondir et donc de tous les faire souffrir. La Tunisie ne b?n?ficie pas d?une imposante rente p?troli?re et gazi?re comme l?Alg?rie ou la Lybie. Elle ne peut donc acheter temporairement la paix sociale avec quelques redevances abandonn?es sur place par les monopoles du p?trole.

Et en ce qui a trait ? la ?pseudo ? d?mocratie ? ?lectoraliste par les riches et pour les riches, ?je vous laisse le soin de trouver un usage quelconque ? cette ?friandise? pour les peuples affam?s et troubl?s du Nord de l?Afrique spoli?e (3).

ROBERT BIBEAU

_______________________________________

 

(1) Tunisie l?art d?avancer en arri?re. http://www.mondialisation.ca/printemps-arabe-tunisie-l-art-d-avancer-en-arri-re/27422

(2) L?gende du nouvel an au Mali. http://les7duquebec.org/7-au-front/legende-du-nouvel-an-au-mali/

(3) La guerre de reconqu?te du Mali. http://les7duquebec.org/7-au-front/87816/

?

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Peut-on faire confiance aux économistes ?

Le Chili, seule nation d’Amérique Latine admise au sein du club de l’OCDE, il y ...