Accueil / A C T U A L I T É / La trag?die grecque
La Gr?ce et le reste de l’Europe retiennent beaucoup l’attention ces temps-ci. Un signe avant-coureur de ce qui risque de se passer un peu partout dans la monde avant tr?s longtemps. Le plan de sauvetage de la Gr?ce par l’Allemagne, la Banque centrale europ?enne et le FMI est ni plus ni moins que du vol [...]

La trag?die grecque

La Gr?ce et le reste de l’Europe retiennent beaucoup l’attention ces temps-ci. Un signe avant-coureur de ce qui risque de se passer un peu partout dans la monde avant tr?s longtemps. Le plan de sauvetage de la Gr?ce par l’Allemagne, la Banque centrale europ?enne et le FMI est ni plus ni moins que du vol de grand chemin qui transf?re la richesse des moins nantis vers les grandes banques fran?aises et allemandes qui ?taient les plus gros d?tenteurs de la dette grecque. Il ne faut pas se leurrer, nous payons tous pour ce sauvetage.

Le probl?me, c’est que cette solution n’en est pas une. La Gr?ce n’est pas sortie du bois pour autant. Pour ?viter de faire d?faut, il leur faut faire des coupes draconiennes dans leur budget, chose que les observateurs doutent fort et augmenter le fardeau fiscal de leurs citoyens qui sont d?j? fortement tax?s. Assez fortement d’ailleurs pour que les hausses de taxes soient totalement inefficaces, parce que comme l’?conomiste Arthur Laffer l’a d?montr? avec sa c?l?bre courbe, pass? un certain point les hausses de taxes causent une diminution des revenus de l’?tat au lieu de les augmenter. Les grecs ont beau mettre leur pays ? feu et ? sang, ?a ne les aidera pas ? sortir de l’impasse. Ils n’arriveront pas ? conserver leurs privil?ges quoi qu’ils fassent. Dans un an ou deux, le gouvernement grec retournera voir le parlement europ?en avec le chapeau tendu. Un second sauvetage sera probablement n?cessaire pour ?viter qu’ils ne soient encore pris en d?faut. Mais il est peu probable que le reste de l’Europe puisse les aider cette fois-la. La solution logique serait d’accepter la faillite. Au moins, les banquiers mangeraient leurs bas et les grecs pourraient essayer de reconstruire et s’adapter ? la r?alit?. Ils pourront remercier leurs politiciens de les avoir roul?s avec des fausses promesses qui ne pouvaient pas possiblement ?tre tenues.

Pendant ce temps, l’Espagne et le Portugal sont aussi en difficult? et maintenant qu’on a “sauv?” la Gr?ce, il sera difficile de ne pas faire de m?me pour eux. O? va s’arr?ter la folie? Les ?tats-Unis ne sont pas vraiment en meilleure posture. Leur dette touche maintenant la marque de 94% de leur PIB et ils n’incluent pas les dettes de Fannie Mae et Freddie Mac qui ont ?t? nationalis?s et donc sont la responsabilit? du tr?sor am?ricain, ni les dettes actuarielles de la s?curit? sociale, de Medicare et Medicaid qui totalisent 60 billions (trillions en anglais). En ajoutant ces obligations, le gouvernement am?ricain aurait une dette qui d?passe 500% de son PIB. C’est beau la comptabilit? cr?ative. Contrairement aux pays de la zone Euro, les am?ricains peuvent utiliser la planche ? billet pour mon?tiser leur dette et ils le feront probablement. Dites-moi, qui d’entre vous croit qu’on peut s’enrichir en imprimant de l’argent ? partir de rien? Tous les d?tenteurs de dollars am?ricains vont en souffrir, les plus pauvres en particulier. Parce qu’?ventuellement, une dette astronomique rembours?e avec l’aide de l’assouplissement quantitatif ne peut aboutir qu’? un r?sultat: la destruction de la devise.

Certains y voient la fin du capitalisme, mais c’est plut?t la fin des monnaies fiduciaires. Comme dans toutes les autres exp?riences du pass? ? tenter de faire fonctionner une ?conomie avec de l’argent de papier cr?? ex nihilo, comme la monnaie de cartes en Nouvelle France ou les assignats fran?ais ou les continentals et les greenbacks am?ricains; cette nouvelle exp?rience avec ce type de monnaie se soldera par l’?chec et l’effondrement. La raison est simple: nous ne pouvons pas remplacer du capital r?el cr?? par l’?pargne par de l’argent cr?? ? partir de rien. Cet argent n’ajoute rien ? la richesse et au contraire, il ne sert qu’? diluer la richesse qui existe d?j?. L’?pargne est une fraction de notre production que nous mettons de c?t? pour consommation future ou pour l’investir. L’argent que les banques produisent ? parti de rien est en r?alit? une dette. Depuis des d?cennies, nous vivons sous l’illusion que cet argent-dette nous rend plus riches, alors qu’en r?alit? il nous appauvrit. Ce n’est pas l’?conomie de march? elle-m?me qui cause le transfert de richesse des pauvres aux riches, c’est le syst?me de fausse monnaie que nous lui avons greff? et dont le march? pourrait tr?s bien se passer. C’est aussi ce syst?me qui a permis l’apparition de l’?tat-providence qui en d?pend pour financer ses programmes sociaux et sa bureaucratie toujours plus ob?se. Lorsque les banques s’effondreront, l’?tat-providence tombera ?galement, affam? parce qu’aucune quantit? de taxation directe ne pourrait le soutenir.

Ceux qui comprennent vraiment le fonctionnement des march?s savent que la stimulation artificielle de l’?conomie par la cr?ation mon?taire et la manipulation des taux d’int?r?ts, s?me les graines de sa propre destruction. En 2001, suite ? l’?clatement de la bulle Nasdaq, l’?conomie am?ricaine aurait d? passer ? travers une s?v?re r?cession. Seulement, George Bush et Alan Greenspan ont refus? de laisser l’?conomie se r?organiser et ont baiss? le taux d’int?r?t ? 1%. La r?cession qui aurait d? corriger les march?s ? cette ?poque n’a jamais eu lieu, mais ?a n’a fait que pelleter le probl?me vers l’avant. La nouvelle injection de cr?dit facile est venue nourrir une nouvelle bulle, la bulle immobili?re et cette fois encore, ils ont r?duit les taux ? 0,25%. Notre classe politique, se reposant sur de dangereux mythes ?conomiques, ne cesse de vouloir essayer de gu?rir un patient victime d’une overdose en pompant toujours plus de drogue dans son syst?me. Il vient un temps ou la drogue n’a plus d’effet (c’est la fameuse “trappe de liquidit?” keyn?sienne), mais ce qu’ils refusent de comprendre, c’est les dommages qu’ils causent. Comme pour le cas du drogu?, les principaux organes commencent ? d?faillir parce qu’on refuse de laisser le syst?me ?liminer le poison. Les gouvernements de ce monde seront bient?t ? cours de moyens et l’effondrement est in?vitable.

Qu’est-ce qui viendra par la suite est un myst?re. Certains semblent croire qu’une dictature mondiale ?mergera de l’effondrement du syst?me actuel. J’esp?re sinc?rement que ce ne sera pas le cas. Tous ceux et celles qui d?sirent rester maitres de leur destin?e ont tout int?r?t ? combattre cette ?ventualit?. Comme le soulignait Lord Acton, le pouvoir corrompt et le pouvoir absolu corrompt absolument. Les dictature sont rarement des havres de libert?.

Ne soyez pas si surpris par ma d?nonciation dans ce billet. Le syst?me mon?taire et bancaire actuel sont la plus grande fraude jamais perp?tr?e dans l’histoire et aucun libertarien qui se respecte ne soutient ce syst?me. Ron Paul n’est-il pas le fer de lance du mouvement pour abolir la R?serve F?d?rale am?ricaine? Ce syst?me n’a rien ? voir avec un march? libre et tout ? voir avec une ?conomie planifi?e. L’effondrement qui vient ne sera pas le r?sultat d’un capitalisme sauvage, mais de pr?s d’un si?cle de planification centrale mon?taire et d’inflation mon?taire ? outrance.

Pour ceux qui ont une affinit? avec la langue de Shakespeare, je vous sugg?re de regarder ce documentaire et abandonner vos lunettes roses.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Travailler 4 jours pour travailler mieux

Après la crise sanitaire – et alors même qu’elle sévit encore – la semaine de ...

One comment

  1. avatar

    «Qu’est-ce qui viendra par la suite est un mystère. Certains semblent croire qu’une dictature mondiale émergera de l’effondrement du système actuel. J’espère sincèrement que ce ne sera pas le cas. »

    Effectivement, il ne semble pas y avoir d’autre issue possible que l’effondrement…
    Qu’est-ce qui émergera d’un tel effondrement ?
    L’histoire nous dit que ce ne sera rien de bon…
    Les gens dénoncerons les banques, la richesse…
    Ils vont demander plus de controle sur la société.
    Ils vont demander un retour à l’illusion précédente. Qui va promettre cela ?
    Les seuls capable de promettre celà seront ceux qui ont un agenda bien différent que celui de la liberté individuelle…

    Est-ce que ce gouvernement sera mondial ? J’en doute fort.
    Face à un tel effondrement, la réaction ne sera pas de s’unir pour être plus fort mais de se diviser pour mieux profiter des miettes du voisin…
    Tant mieux car cela ne serait vraiment pas une bonne idée mais la perspective d’un gouvernement global n’est pas une menace à mon avis.

    Quelles sont les perspectives d’avenir pour que des peuples adoptent une économie saine ?
    Bien faibles…
    On crash systémique est la pire avenue. (Et elle est sans doute inévitable un jour ou l’autre).

    Que reste-t-il alors ? Convaincre le plus de gens possible avant ce crash. Ce qui est du domaine de l’illusion. Autant parce que le taux de réussite à «réveiller» les gens est très bas que parce que le temps manque.

    Espérer que suite à ce gouvernement totalitaire que suivra ce crash, de plus en plus de gens soient sensibilisé à l’importance de la liberté (politique évidemment dans un gouvernement totalitaire ) et économique et renverseront éventuellement la tendance…

    Espérer que le système survivra le plus longtemps possible mais avec assez de signaux pour réveiller les gens à l’importance de l’économie.

    D’une façon ou d’une autre, l’avenir n’est pas rose.
    Quelqu’un a une autre vision de l’avenir proche à me proposer ?