Accueil / T H E M E S / CULTURE / Littérature / anecdotique / La théorie monétaire du bonheur

La théorie monétaire du bonheur

Un État qui met son système monétaire au service de ses citoyens et de ses entreprises considère l’argent comme un instrument favorisant leur prospérité. En l’absence de cette détermination, l’action de l’État est inefficace ou ne l’est que pour une minorité. Ce qui dégénère en «pauvreté au milieu d’abondance», pour reprendre les termes de Keynes, qui illustrait parfaitement son propos en décrivant un contexte «où les maisons viennent à manquer mais où nul ne peut habiter dans celles qui existent par manque de moyens» ! L’État doit donc mettre l’ensemble de ses ressources au service de la nation. À cet effet, les déficits publics ne doivent rencontrer aucun obstacle ni aucune limite, si ce n’est l’accomplissement de la raison même d’exister d’un État, à savoir le rétablissement du plein emploi. Il existe un système permettant de restaurer et de réconcilier ces deux composantes fondamentales, en apparence antinomiques, de notre vie économique. Il manque en revanche la volonté et le courage politiques pour le mettre en place.

Intégrer la fonction «lissante» de la dette

Les crises successives ont mis en évidence les déficiences de nos modèles économiques où la variable des endettements est étrangement absente en dépit du rôle prépondérant et actif qu’elle y joue. Notre système économique actuel prend naturellement en compte les variables des prix et des salaires. Il est en outre déterminé par la banque centrale qui, à travers son instrument traditionnel de contrôle du taux d’intérêt, dispose d’un formidable levier à même de doser notre prospérité. Pour autant, l’ingrédient essentiel de la dette semble cruellement faire défaut à nos modèles économiques actuels où nul n’a encore eu le cran d’intégrer la variable du crédit. La corporation des économistes, et avec elle les agences de notation qui parasitent le système, sont ainsi en retard d’une globalisation et semblent restées au stade antérieur des économies fermées où toutes les dettes devaient forcément être contrebalancées par des créances aux montants équivalents. Comme nos modèles économiques n’intègrent pas la dette, ils passent forcément sous silence ses effets. Notre stabilité et notre prospérité financières dépendent néanmoins tout autant de la politique monétaire (c’est-à-dire de la fixation des taux d’intérêt) que des outils et des leviers non conventionnels (comme les injections de liquidités et donc les dettes). Pourtant, nos dirigeants politiques et nos penseurs économiques se cantonnent aux considérations académiques où la composante des déficits est totalement exclue. La balance des mesures et des approches est ainsi biaisée d’emblée et les déséquilibres se retrouvent donc systématiquement accentués par des décisions et des postures qui écartent d’un revers de main les effets (souvent bienfaisants) de la dette. Les banques centrales, les ministères des Finances et du Budget, les organes de régulation comme les milieux universitaires et de recherche académique doivent donc comprendre et intégrer la fonction active (et souvent «lissante») de la dette dans le réseau économique.

 

Sans déficits publics, pas de croissance !

Notre contexte économique ne pouvant précisément plus être défini comme un circuit (par définition fermé), une profonde remise en perspective s’impose à la lueur de ces questions : Quelle est la nature de nos endettements et comment se déclinent-ils entre dettes privées, dettes des entreprises et dettes publiques ? Quand la dette devient-elle excessive ? À partir de quel niveau d’investissement la croissance économique d’un pays est-elle redevable aux fonds étrangers ? Les crédits et les émissions obligataires sont-ils les seuls mécanismes permettant de redistribuer les ressources ? Pourquoi les risques ne sont-ils pas plus équitablement répartis entre les diverses parties prenantes ? N’est-il pas logique que les pourvoyeurs de crédits endossent un certain risque de non-remboursement de leurs créances pour prix de l’intérêt facturé ?

La dette publique offre de la liquidité aux agents économiques

Les réponses à ces interrogations devront en outre nécessairement s’articuler autour d’un certain nombre d’évidences trop souvent niées par la profession des économistes comme par la classe dirigeante. En effet, le recours à l’emprunt permet aux ménages et aux individus de stabiliser leur consommation et leur vie quotidienne dans un contexte où leurs revenus sont fluctuants, voire incertains par temps de crise. De même qu’il autorise les entreprises confrontées à un chiffre d’affaires erratique à réguler leurs investissements et leur production. Le crédit permet enfin à l’État de procéder à ses dépenses publiques sans trop taxer ses citoyens tout en lui offrant des leviers précieux pour relancer des pans entiers de son économie. Enfin, la dette publique offre de la liquidité aux agents économiques en mettant en quelques sorte de l’huile dans leurs rouages avec, à la clé, des retombées forcément positives sur l’investissement privé et des entreprises. Le train de vie du citoyen et l’amélioration des conditions économiques sont donc étroitement corrélés aux dettes de son État, car la volatilité et les incertitudes macroéconomiques se retrouveraient exacerbées par le refus de faire appel au crédit en quantités suffisantes. Bref, sans déficits publics, pas de croissance !

Sans dettes, nous serions toujours pauvres

Car c’est la dette qui aura permis à nos sociétés de se moderniser, de se construire, de s’enrichir et de garder confiance en des jours meilleurs. Notre confort matériel, l’évolution de nos mentalités et même l’épanouissement de nos démocraties sont en effet redevables à cette capacité de contracter des dettes, et à cette volonté et à cette capacité de vivre, en tout cas partiellement, sur le crédit. Sans dettes et sans la courroie de transmission des outils financiers, nous serions toujours pauvres, notre Occident n’aurait pu jouer son rôle de locomotive de la croissance et du modernisme mondiaux, le citoyen de base n’aurait certainement pas pu consommer, devenir propriétaire de son logement ou simplement s’acheter son téléphone portable, et les entreprises n’auraient pu investir et se développer…

L’argent n’est qu’un banal instrument

Les Etats souverains – c’est-à-dire ceux qui émettent leur propre monnaie hors de toute indexation – devraient apprendre à aimer, à tout le moins à apprivoiser, leurs déficits publics. Car une nation qui contrôle sa monnaie est à même de relancer sa croissance et de soutenir son emploi grâce au levier de la dépense publique et, ce, sans risquer le défaut de paiement. L’argent n’est qu’un préalable, un simple moyen, un banal instrument qu’un Etat responsable se doit de mettre au service de la mobilisation de toutes les ressources nationales afin d’assurer plein emploi, soutien aux entreprises en difficultés et autres services publics vitaux.

 

Michel Santi

Commentaires

commentaires

A propos de Michel Santi

avatar

Check Also

J’avais trouvé Charlie… il y a 50 ans

Oh, voilà qui est délicat à rédiger comme éloge funèbre. Charlie Daniels qui vient de ...

One comment

  1. avatar

    La economía es una ciencia creditos al instante online grande, seria, pero peculiar. Sin lugar a dudas, es de vital importancia como disciplina que estudia el fenómeno real e importante de nuestro mundo: la realidad económica. La ciencia económica se esfuerza por la demostrabilidad y la formalización, tiene muchas matemáticas, a veces complejas e interesantes. Sin embargo, al abrir un libro de texto económico serio, es probable que encuentre algunos cálculos relativamente simples, recetas preparadas y un montón de consideraciones informales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.