Accueil / T Y P E S / Articles / LA SAGA RELIGIEUSE DU MAIRE TREMBLAY

LA SAGA RELIGIEUSE DU MAIRE TREMBLAY

J?ai suivi, comme plusieurs d?entre vous, la saga du maire Tremblay dans sa lutte pour maintenir son droit ? la pri?re aux assembl?es municipales ainsi que la pr?sence du crucifix comme symbole religieux en ce m?me lieu. D?j?, dans une lettre publique que je lui adressais en 2011, je lui exprimais, en tant que croyant, mon point de vue sur le sujet.
Depuis lors, sa cause a ?t? entendue par la Cour d?appel du Qu?bec et le jugement a ?t? rendu public le 28 mai dernier.

Je laisse ? d?autres intervenants le soin d?analyser le jugement rendu. Je retiens toutefois les propos tenus par le maire Tremblay lors de sa conf?rence de presse, suite au jugement. En plus d?exprimer sa satisfaction pour sa victoire, il a relev? l?importance de la tradition religieuse au Qu?bec et de l?h?ritage qu?elle a laiss? dans la conscience du peuple. ? l??couter, la foi serait un produit culturel qui fait partie de nos vies.

Mon opposition aux revendications du maire Tremblay n?a rien ? voir avec le combat sur la la?cit?. Elle repose d?abord et avant tout sur cette compr?hension qu?il se fait de la foi.

Moi-m?me, en tant que croyant, je consid?re que la foi, celle qui transforme les c?urs et conduit ? la radicalit? de l?engagement au service de la justice, de la v?rit?, de la compassion, de la solidarit? et de la bont?, ne peut ?tre assimil?e ? quelques expressions culturelles que ce soit. La foi chr?tienne n?est ni un folklore, ni un culte, mais un engagement qui prend ? son compte les engagements m?mes de J?sus de Nazareth.

Le m?me jour o? le jugement de la Cour d?appel a ?t? ?mis, le pape Fran?ois rappelait ? un groupe de fid?les que la foi n?est pas un ph?nom?ne culturel rattach? ? des cultes, ? des traditions, mais ? un engagement. Je me permets de paraphraser, de l?espagnole au fran?ais, une partie de son intervention.

??On peut suivre J?sus de diverses mani?res et pour divers motifs.?

?Certains suivent J?sus, comme quelque chose de culturel. Ils se disent chr?tiens parce qu?ils sont n?s et ont grandi dans cette culture.?Ils ont une foi culturelle, mais sans l?exigence du v?ritable engagement qui transforme les vies.?

?Certains autres suivent J?sus comme une proposition culturelle, comme une mani?re de monter plus haut dans l??chelle sociale et eccl?siale, une mani?re d?obtenir plus de pouvoir.?

L?histoire de l??glise est pleine de ces gens, en commen?ant par certains empereurs, suivis de beaucoup de gouvernants et de nombreuses autres personnes. Il en va de m?me pour un certain nombre de pr?tres et d??v?ques. Plusieurs pensent que suivre J?sus c?est une question de carri?re.?

Le combat que m?ne le maire Tremblay porte sur une foi culturelle, soutenue par des cultes, des liturgies, des pri?res, des symboles. Cette foi ne rejoint pas toujours celle qui s?enracine dans ce J?sus de l?histoire qui apporte de nouveaux paradigmes pour la gouvernance du monde. Cette foi culturelle, loin d??clairer cette derni?re, elle en est souvent le voile qui en dissimule la r?alit?.?

?Que les plus grands se mettent au service des plus petits et que les plus petits soient consid?r?s comme les plus grands. Que les artisans de paix et les pers?cut?s pour la justice soient glorifi?s et non condamn?s. Que les hypocrites et les manipulateurs soient d?nonc?s, etc.???

Le v?ritable combat du croyant et du non-croyant c?est celui qui doit rendre notre humanit? plus juste, plus vraie, plus compatissante, plus solidaire, plus libre, en un mot, plus humaine.?

Ce fut le combat de J?sus de Nazareth et c?est ?galement le combat de toutes les personnes de bonne volont?. Il appartient ? chacun et chacune de puiser l?inspiration et l??nergie, l? o? les y conduit leur conscience, pour mener dans la paix du c?ur et de l?esprit ce combat de tous les jours. En cela, nous t?moignerons vraiment de nos v?ritables engagements.?

L?ennemi ? abattre n?est pas le croyant ou l?incroyant, mais le mensonge, la manipulation, la domination, le sectarisme, le fanatisme sous toutes ses formes, l?individualisme, l?injustice, etc.. En cela et pour cela nous devons tous et toutes ?tre unis.?

Encore en ce premier juin, le pape Fran?ois a rappel? que l??glise n?est pas une organisation de culture, ni de religion, ni de social, mais de famille.

Voil?, en quelques mots, ce que je pense de cette saga du maire Tremblay et de son lien avec la foi authentique qui est d?abord et avant tout un engagement de vie.?

Oscar Fortin

Qu?bec, le 30 mai 2013?

http://humanisme.blogspot.com


Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Nous ne sommes pas dupes : la violence est d’abord économique et sociale…

Dans une tribune publiée par le journal Libération, 1400 représentants du monde de la culture, ...