Accueil / A C T U A L I T É / La retraite « à points » sera saignante

La retraite « à points » sera saignante

 

 

Le gouvernement sur le grill

Le Bon Freluquet, envoyé spécial des maîtres queux du Monde, nous mijote un de ces régimes spéciaux dont il a le secret. Passé expert dans l’art d’embobiner le quidam, le chef étoilé du palais prépare un festin pour quelques-uns, laissant la soupe populaire aux œuvres caritatives, qui à l’avenir ne manqueront pas de clients.

La recette est simple : il faut dégraisser du côté des bas morceaux. Les fonctionnaires à l’exception notable du bras séculier : police et armée seront mis au régime maigre, celui du commun. Le principe d’égalité n’est pas choquant en soi pourvu qu’il ne tire pas toujours vers le bas. Les parties nobles quant à elles ne subiront nulle découpe. Les parlementaires ne vont tout de même pas se tirer une balle dans le pied pour réduire leurs privilèges.

Afin de mieux faire avaler la potion, le grand cuistot a prévu d’allonger le temps de cuisson. Les futurs ingrédients mijoteront un temps infini, au risque de dépasser la date de fraîcheur. Il est vrai que notre marmiton compte sur la qualité de l’élevage tricolore avec des soins de plus en plus élaborés destinés aux bestiaux voués à l’abattage.

Hélas, les conditions ne sont pas propices pour le commun des mortels. Les soins font défaut et leur coût ne cesse d’augmenter. On risque de se retrouver sur les étals des caisses de retraites avec des bêtes de réforme, mises depuis longtemps à la retraite sans indemnité, puisque de ce côté-là également les économies d’échelle ne permettent plus de monter au septième ciel.

Une viande dure, privée de ses muscles par manque d’activité, ne fera pas un bon ragoût. Le risque est grand de devoir s’orienter vers la daube, ce qui, avouons-le est devenue la grande spécialité de notre chef. De la daube dans de la porcelaine à ce prix, il y a de quoi en avoir gros sur le cœur ! Mais ne nous égarons pas, la soupe à la grimace n’est pas au menu de ceux qui nous gouvernent et qui ont oublié depuis longtemps les recettes de la nuit du 4 août.

À force d’indigestion, de macération, de crise de foie et de crampes d’estomac, le bon peuple, non seulement ne veut pas qu’on le mijote à point mais risque fort d’avoir besoin qu’on lui hache le travail pour réussir à avaler le peu qu’il lui restera. Au bout de ce mécompte, la crise de régime semble poindre son nez dans les cuisines du palais.

Le chef est loin de pouvoir conserver son étoile, elle serait même de plus en plus filante. S’il met son grain de sel, ce n’est que dans les congrès et les colloques internationaux tandis que les mets qu’il sert à ses compatriotes sont de plus en plus indigestes. Curieusement, il privilégie certains qui ont droit à la carte, d’autres se contentent d’un menu bon marché et les plus nombreux se satisferont du plat du jour.

L’avenir s’assombrit pour l’homme qui au piano nous joue une bien étrange berceuse. La batterie de cuisine risque fort de retentir dans les rues de nos villes. Le peuple est sur les dents, la colère monte. Devinant que les choses risquent de mal tourner, le patron n’hésitera pas à faire donner du fouet sur les gueux. Il se peut alors que la mayonnaise prenne et que les jaunes s’agrègent parfaitement avec les blancs.

On appellera ce phénomène une crise de régime. Nous pourrions tout aussi bien penser que c’est une crise d’acétone durant laquelle le peuple vomira sa rage et renverra tout ce vilain petit personnel dans les arrière-cuisines de l’histoire. Je me fais déjà de la bile pour la suite des événements et j’en ai gros sur l’estomac. Pas vous ?

Culinairement leur.

 

C’est Nabum

 

Commentaires

commentaires

A propos de C'est Nabum

avatar

Check Also

Le petit monde de Donald (12) : « the politics of boobs »

Le cas du jour peut résumer à lui seul ce qui est décrit dans le ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.