Accueil / Général-(EN-RECLASSEMENT) / analyses / La r?surrection du dollar
Relativement stable depuis quelques mois, le dollar a pourtant subi une dépréciation ininterrompue ces dix dernières années et, ce, vis-à-vis de la quasi-totalité des autres monnaies. La dégradation des déficits américains avait en effet inévitablement pesé sur sa valeur. Les dépenses outrancières sous la Présidence Bush combinées à ses diverses expéditions militaires, couronnées par l’effondrement [...]

La r?surrection du dollar

Relativement stable depuis quelques mois, le dollar a pourtant subi une d?pr?ciation ininterrompue ces dix derni?res ann?es et, ce, vis-?-vis de la quasi-totalit? des autres monnaies. La d?gradation des d?ficits am?ricains avait en effet in?vitablement pes? sur sa valeur. Les d?penses outranci?res sous la Pr?sidence Bush combin?es ? ses diverses exp?ditions militaires, couronn?es par l?effondrement immobilier avaient achev? de persuader les investisseurs de se d?tourner des actifs US. La p?riode pr?c?dente avait n?anmoins ?t? marqu?e par une forte ascension du billet vert, sous l?impulsion d?une administration Clinton ayant r?colt? les dividendes de ses hausses d?imp?ts et de la stabilit? g?opolitique ayant succ?d? au d?mant?lement de l?Union Sovi?tique. Du coup, les exc?dents budg?taires combin?s ? des taux d?int?r?t US r?els positifs avaient propuls? le dollar et les actifs boursiers (notamment am?ricains) comme investissements de choix.

 

Aujourd?hui, gr?ce aux retraits d?Iraq et d?Afghanistan et aux progr?s spectaculaires sur le front de la lutte contre les d?ficits (budg?taire et commercial), le contexte semble ?trangement similaire ? celui des ann?es 90. La reprise ?conomique de la premi?re puissance mondiale et les ?conomies budg?taires substantielles ram?neront en effet le d?ficit US ? environ 3% du P.I.B. en 2013. Sachant que le facteur d?cisif qui devrait poser le tout dernier jalon pour une reprise du dollar sera la fin annonc?e des baisses de taux quantitatives de la R?serve f?d?rale, in?luctable ? mesure de l?am?lioration des chiffres de l?emploi. N?oublions pas en effet que son Pr?sident, Ben Bernanke, a courageusement annonc? la poursuite de cette cr?ation mon?taire tant que le ch?mage n?atteindrait pas 6.5%, niveau qui sera prochainement atteint. Enfin, la poursuite pr?visible de la baisse du Yen (du fait d?une masse mon?taire amen?e ? ?tre doubl?e au Japon en deux ans) sera le facteur d?cisif qui autorisera une flamb?e en bonne et dure forme du billet vert et de l?ensemble de la classe des actifs am?ricains.

 

Tendance lourde donc d?appr?ciation g?n?ralis?e du dollar qui sonnera la fin des r?jouissances pour les mati?res premi?res, ??commodities?? et autres m?taux pr?cieux. L??poque o? les march?s ?mergents, emmen?s par la Chine, ?puiseraient toutes les ressources ? disposition est ? pr?sent bel et bien r?volue. Leur consommation ?tant dor?navant revenue ? des niveaux moins vertigineux, ? mesure que leurs moteurs respectifs se mettent ? tourner selon des rythmes plus raisonnables. Quoiqu?il en soit, le processus de revalorisation ? ou plut?t de d?valorisation ? de ces actifs n?en est qu?? ses pr?misses, et il n?affectera pas la croissance globale car il traduira simplement une correction des exc?s du pass?. Quant ? l?inflation maintes fois annonc?e par les d?tracteurs acharn?s de la cr?ation mon?taire, elle ne pr?occupe plus aujourd?hui que les inconditionnels de la th?orie du complot. Car les faits sont l?, incontestables?: le ch?mage am?ricain, toujours tr?s ?lev?, se r?sorbe progressivement, et le secteur priv? ? c?est-?-dire tant les familles que les entreprises US ? ont largement sold? leurs endettements (deleveraging). Dans conditions, plus dure sera la chute pour les m?taux pr?cieux comme pour les autres commodities?

 

Les grands gagnants seront les valorisations am?ricaines et, ce, d?autant que la corr?lation entre le niveau du dollar et les performances boursi?res est tr?s diff?rente que celle que conna?t le Japon avec son Yen. En effet, bien moins d?pendants de leurs exportations, les Etats-Unis tirent un avantage indiscutable du raffermissement de leur monnaie. N?oublions pas que les b?n?fices des entreprises am?ricaines avaient nettement progress?s dans les ann?es 1990 en m?me temps que le dollar, avant de conna?tre une d?crue lors de la d?cennie suivante, en m?me temps que le dollar. En outre, comme les march?s ?mergents sont aujourd?hui bien moins d?pendants de la monnaie am?ricaine qu?il y a dix ans, une flamb?e du billet n?aura pratiquement pas d?impact n?gatif sur leur croissance. Attendons-nous donc ? un r? ?quilibrage en profondeur des actifs qui devrait favoriser de mani?re d?cisive la monnaie et les bourses am?ricaines.

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

L’assassinat de Kennedy : Oswald, ou le parfait pigeon (34)

Nous voici à la conclusion de ce long feuilleton.  Les Kennedy étaient, on vient de ...