Accueil / T Y P E S / Articles / La relation franco-russe, de Fran?ois Hollande ? G?rard Depardieu

La relation franco-russe, de Fran?ois Hollande ? G?rard Depardieu

Alexandre Latsa

Alexandre Latsa

« Un autre regard sur la Russie » par Alexandre Latsa

Le pr?sident Fran?ois Hollande est donc?venu ? Moscou?pour y consolider une relation franco-russe qui bien qu?ancienne, est toujours ambig?e. La Russie et la France ont une histoire commune forte et tr?s souvent ces deux pays se sont du reste retrouv?s du m?me cot? de la barricade, dans l?histoire moderne.

Pendant le si?cle de l’unilat?ralisme anglo-saxon britannique, fran?ais et russe ont militairement tent? de r?sister ? cette dominance britannique, que ce soit en Am?rique du nord pour les fran?ais et en Asie centrale pour les russes. L??pisode napol?onien n?a quand a lui finalement laiss? que peu de blessures profondes dans l?histoire des relations franco-russes, au contraire de l??pisode hitl?rien.

Durant le si?cle dernier, France et Russie ?taient ?galement du m?me cot?, pendant la deuxi?me guerre mondiale, bien que la fin de la guerre ait laiss? France et Russie chacune d?un c?t? du rideau de fer, dans une Europe meurtrie sous domination Am?ricaine ? l?ouest, et sovi?tique ? l?est. A l’ouest, c?est la France du G?n?ral De Gaulle qui a la premi?re brandi l??tendard souverainiste, s??mancipant du joug am?ricain post guerre froide, pour tenter d?s 1966 de reb?tir un pont continental vers une Union sovi?tique qu’il n’a du reste jamais cess? de nommer Russie. Mais ce printemps fran?ais prendra fin avec le d?part du G?n?ral. Progressivement, la France perdra sa superbe, sa politique d’ind?pendance, et finalement une bonne partie de sa souverainet?, acquise si difficilement.

La France d?apr?s De Gaulle modifiera ainsi quelque peu sa destin?e historique. Comme le rappelait?Nikola? Dolgopolov: « les dirigeants fran?ais qui lui ont succ?d? n??taient pas d?honn?tes patriotes et n?avaient sans doute pas la carrure de pr?sidents, mais plut?t de simples ministres ». Une assertion brutale mais avec la quelle il est assez difficile d??tre en d?saccord. En moins d?un demi si?cle la France n?est plus que l?ombre d?elle-m?me: le pays est devenu une hyper-province sans souverainet?, dirig?e par les managers de cette hyper structure qu’est aujourd’hui l?Europe de Bruxelles, enfonc?e dans une crise politique et ?conomique dont on imagine mal comment sortir.

Pendant ce temps, la Russie s?est remise de la fin du Sovi?tisme et conna?t un r?tablissement ph?nom?nal. Ce printemps russe s?accompagne d?ambitions politiques fortes, et la Russie a repris ? son compte l??tendard souverainiste pour devenir en quelque sorte le porteur de flambeau des pays qui refusent l?unilat?ralisme anglo-saxon 2.0, cette fois am?ricain. Il est d?ailleurs int?ressant de rappeler que les grands messages g?opolitiques du G?n?ral de gaulle se sont adress?s ? l’Am?rique du sud et ? la Chine, deux parties du monde qui sont aujourd’hui l’objet des attentions prioritaires de la Russie.

La Russie, comme l?a tr?s bien rappel? Jean-Pierre Chev?nement n?est pas un pays ?mergeant mais un pays qui r?-?merge. Les attentes russes envers la France semblent cependant stables et la Russie a patiemment et intelligemment stabilis? ses relations bilat?rales avec les gros pays europ?ens: Allemagne, Italie et France en t?te. Le besoin fran?ais de Russie est lui croissant aujourd?hui pour des raisons principalement ?conomiques. La relation France-Russie devrait d?ailleurs dans les prochaines ann?es sans doute principalement se cantonner ? ce domaine et ? ce titre 80% des fran?ais trouvent du reste?normal?que la France signe des contrats avec la Russie.

Sur le plan ext?rieur, le pr?sident Fran?ais a fait avaliser par Hubert V?drine l?int?r?t et la n?cessit? pour la France de rester dans l?Otan. Celui-ci, se conformant aux logiques am?ricaines en Syrie, ne fait donc que prolonger la politique ?trang?re fran?aise d?cid?e ? a Washington, qui avait vu son pr?d?cesseur agir dans ce sens en Libye. Alors que le changement c?est soi disant maintenant, rien n?a en fait chang? depuis 2008 et la d?cision de Nicolas Sarkozy de r?int?grer le commandement unifi? de l?Otan. La Syrie reste donc ?videmment un point de d?saccord fondamental entre la diplomatie Russe (qui pense aux cons?quences r?gionales d?un changement anarchique de pouvoir) et la diplomatie Fran?aise dont l?objectif est visiblement uniquement la chute d?Assad.

Sur le plan bilat?ral, la relation franco-russe a connu r?cemment quelques risques de grincements, que l?on pense ? l?hyst?rie qui pousse, en France, certains membres minoritaires de la majorit? politique actuelle ? vouloir litt?ralement canoniser les Pussy-Riot, ou bien ? souhaiter l??tablissement d?une liste Magnitski europ?enne, vulgaire copie d?un projet am?ricain sans doute totalement inutile. Cons?quence ou pas de ces nouvelles et r?centes incompr?hensions pourtant minimes, un gros dossier des relations franco-russes semble a ce jour un peu vaciller: les russes ne souhaiteraient d?sormais acheter que deux?navires mistrals?et non pas quatre, c’est cependant une rumeur r?cente et qui reste ? confirmer.

Pourtant l’atmosph?re de la rencontre de Fran?ois Hollande avec le pr?sident russe a ?t? finalement plut?t positive et la diplomatie ?conomique semble avoir d?finitivement pris le dessus sur l?id?ologie, ce qui est finalement la meilleure chose pour la relation franco-russe.

A titre personnel, Fran?ois Hollande n?est pourtant pas ?pargn?. Apr?s son d?placement en Inde, autre pays ?mergent, la presse Indienne qui ne manque pas d’humour avait relev? que « sa cravate est souvent de travers et qu’une manche de son costume est parfois plus longue que l’autre » ou encore que « comme son pr?d?cesseur, il ?corche les noms Indiens ». C?est la presse fran?aise qui cette fois a ?t? comme a son habitude la plus critique sur la visite de Fran?ois Hollande en Russie, lui reprochant de ne pas avoir d?fendu assez les droits de l?homme et d??tre m?me pass??pour faible. La presse russe se contentant elle de rappeler que Fran?ois Hollande ?tait le pr?sident fran?ais le plus impopulaire depuis 1981, et le dernier pr?sident socialiste, pendant que les militants des droits de l?homme russes?affirmaient?eux que le pr?sident fran?ais « n’a pas r?pondu ? leur demande d’une condamnation claire par l’Europe des violations des droits de l’homme en Russie ».

Heureusement, et ce malgr? l?obsession de certains journalistes fran?ais, l’image de la France reste globalement tr?s bonne en Russie et ? ce titre le ph?nom?ne Depardieu le prouve chaque jour un peu plus. Celui-ci projette d?ouvrir en Mordovie une boulangerie et un restaurant, de faire un film sur la Tch?tch?nie et aussi d?animer une ?mission culturelle ? la t?l?vision russe, projet qui a d?j? re?u l?aval du jeune et brillant ministre de la culture : Vladimir Medinski. Avec ou sans passeport fran?ais, Depardieu donne finalement une bonne le?on de patriotisme ?conomique et culturel en contribuant ? l?essor de la culture fran?aise dans des r?gions ou celle-ci n?est pas tr?s pr?sente. Apr?s avoir ?t? domicili? rue de la d?mocratie ? Saransk, vient ?galement d?h?riter d?un appartement dans la capitale Tch?tch?ne. Il reste ? savoir si l?appartement se situe bien Prospekt Poutina (Avenue Poutine) afin de pouvoir tirer la conclusion qui s?impose et qui est que les russes ont bien un sens de l?humour ? l?image de leur pays: d?mesur?.

L?opinion exprim?e dans cet article ne co?ncide pas forc?ment avec la position de la r?daction, l’auteur ?tant ext?rieur ? RIA Novosti.

Alexandre Latsa est un journaliste fran?ais qui vit en Russie et anime le site DISSONANCE, destin? ? donner un « autre regard sur la Russie ».

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Il y a cinquante ans, le premier pas sur la Lune (5)

Et puis il y a les hommes aussi, dans cette aventure.  J’en retiendrai deux, un ...