La rançon du mépris

??C?est l??chec de la politique de diabolisation du FN, assure Denis Baupin. Il faut arr?ter de jouer sur des fantasmes de la peur qui ne sont plus ressentis par les Fran?ais. D?sormais, il faut lutter projet contre projet??

?lections?: la b?r?zina des ?cologistes et de la gauche

 

France brune

Petit matin brun et pluvieux.

Ce ne sont plus des ?lections que nous avons dans ce pays, mais des catastrophes naturelles. En tout cas, c?est ce que l?on pourrait penser tant on nous rabat les oreilles avec le s?isme ou le tsunami (c?est selon les all?gories climatiques) des Europ?ennes?2014. Ce qui est fort cocasse si l?on repense au grand silence m?diatique qui a pr?c?d? la temp?te ?lectorale. Cela dit, chacun y va aujourd?hui de son interpr?tation au doigt mouill? et surtout, cherche qui pourrait bien porter le chapeau de cette d?b?cle pourtant maintes fois annonc?e.

Abstention, pi?ge ? cons?!

Je dois avouer que c?est ma pr?f?r?e de la matin?e. Si le FN a remport? le morceau d?aussi ?clatante fa?on, c?est de la faute aux abstentionnistes? mais surtout pas celle des journalistes et des politiques des m?dias et partis dominants, dont on sait comme ils n?ont pas ?pargn? leur peine pour donner au plus grand nombre de bonnes raisons et une sacr?e envie de s?impliquer dans cet acm? d?mocratique qu?a ?t? cette campagne des Europ?ennes?2014. Une campagne exemplaire en tous points, qui a pris soin de ne pas laisser sur le c?t? les grandes questions de soci?t? qui pr?occupent la majorit? de nos concitoyens? celle-l? m?me qui a pr?f?r? de ne pas faire le d?placement hier.

Donc, on brocarde les abstentionnistes, ces pourvoyeurs du fascisme, sans m?me se poser la question essentielle?: pourquoi diable tout le monde a-t-il l?air de penser que les abstentionnistes auraient vot? diff?remment du reste du corps ?lectoral??

Tout d?abord, imaginer que les abstentionnistes auraient un comportement radicalement diff?rent de celui du reste de la population est une interpr?tation pour le moins fallacieuse. Imaginer que 57?% de personnes puissent avoir un comportement radicalement diff?rent des autres 43?% serait un d?fi aux lois statistiques. M?me si le fait de ne pas aller voter les diff?rencie du reste de la population, ils peuvent au mieux par leur mobilisation infl?chir telle ou telle tendance, reste ? savoir dans quel sens. Si l?abstention repr?sente un d?fi aux partis de tout bord, alors il est ? craindre qu?elle n?accentue le vote protestataire dont on sait qu?il est aujourd?hui (malheureusement) port? par le FN. Les municipales ont montr? qu?un niveau plus ?lev? de mobilisation ne changeait pas radicalement la donne.

Catastrophe annonc?e, par Michel Leis

Et d?ailleurs cette corr?lation suppos?e entre abstentionnisme et autoroute d?gag?e pour le FN a tendance a ?tre s?rieusement d?mentie par les faits. Ainsi, dans ma campagne traditionnellement acquise depuis des lustres aux caciques du PS, la forte mobilisation ? elle aussi tr?s traditionnelle et remarquable ? de l??lectorat n?a pas emp?ch? le FN de faire des scores d?autant plus retentissants qu?ils d?passent largement la moyenne nationale d?j? fort peu r?jouissante.

Encore plus ?loquent, la sociologie de la dissidence?: si le FN a ?t? majoritairement port? aux urnes par le vote des jeunes et des ouvriers, il se trouve, ?tonnamment, que ce sont ces deux m?mes cat?gories qui se sont ?galement le plus abstenues.
Comprenne qui pourra.

D?ailleurs, les chiffres sont plus t?tus que toutes les mules des contrebandiers de l?Histoire r?unies?: l?abstention a ?t? plus faible en 2014 qu?en 2009 et le FN est pass? de 6 ? 25?%.

La racl?e

Ce qui est int?ressant, c?est de noter qu?entre les pr?sidentielles de 2012 et les Europ?ennes de 2014, le FN a baiss? en nombre de voix. En valeur absolue, il n?a pas progress? d?un pouce. C?est juste que les partis majoritaires habituels, eux, ont pris une ?norme racl?e. Autrement dit, le gros de la classe politique r?gresse, c?est juste que le FN r?gresse nettement moins vite que les grosses formations.

Certes, l?on me r?pliquera doctement que je compare des navets et des carottes. Dans un premier temps, les deux s?additionnent fort bien dans le pot-au-feu. Ensuite, les gens ne votent pas en fonction des types de scrutins, mais de la situation au moment du vote. Ainsi, deux scrutins qui n?ont pas grand-chose ? voir en terme de circonscription, de port?e ou de rayon d?action ont toujours tendance ? pr?senter les m?mes configurations politiques s?ils se succ?dent rapidement dans le temps. Ce n?est d?ailleurs pas pour rien qu?on a group? les l?gislatives au cul des pr?sidentielles, histoire d?optimiser les chances d?avoir une Assembl?e nationale en ad?quation avec le pouvoir ex?cutif fraichement mis en place et de s??viter ainsi au maximum d?avoir une chambre d?opposition ou de se retaper le traumatisme de la dissolution.

Tout se passe comme si les gens prenaient note ? chaque fois de la politique men?e suite ? leur choix ?lectoral et ajustaient ensuite leur vote en fonction de leur satisfaction ou d?ception, c?est ? dire, comme si chaque vote ?tait la sanction du pr?c?dent.
On pourrait m?me appeler ?a un vote sanction.
Ce serait ?tonnant non??

D?imaginer que les gens puissent avoir des r?flexions du genre?: puisque ces cons n?ont pas tenu leurs promesses, ils peuvent crever pour que je revote pour eux.

Mais non, c?est bien connu, les ?lecteurs sont des veaux avec une m?moire de poisson rouge.

La R?publique du m?pris

C'est arriv? pr?s de chez nous

C?est arriv? pr?s de chez nous

Comme d?habitude, le personnel politique se d?p?che de nous annoncer que cette fois-ci, il a bien entendu ce petit peuple qu?il est cens? repr?senter. Finalement, de Gaule avait tout r?sum? dans un sublime grand ?cart qui allait du les Fran?ais sont des veaux; la France enti?re est un pays de veaux ? je vous ai compris, ce qui fait probablement de lui le plus grand ? et le seul r?pertori? ? ce jour ? vitulinologue n?ayant jamais exist??!

Et comme d?habitude, il nous explique qu?il va continuer exactement la m?me politique, dans la m?me direction, mais en y allant plus vite? et probablement en klaxonnant. Ah oui, et sans oublier une grosse tartine de p?dagogie au saindoux, parce que c?est ?vident, on est vraiment trop con pour comprendre que tout cela, c?est pour notre bien.

??Il y a un tr?s grand scepticisme vis-?-vis de ceux qui gouvernent ou ont gouvern?, je le sais bien, mais il ne s?agit pas de baisser la garde??, a dit Manuel Valls. ??Une feuille de route a ?t? trac?e et moi, je ne veux pas changer cette feuille de route.??

??Je crois que nous devons continuer, expliquer et surtout qu?il y ait des r?sultats concrets. Tant que le ch?mage ne baisse pas, tant que le pouvoir d?achat n?augmente pas, tant que les imp?ts ne baissent pas, les Fran?ais ne nous croiront pas.??

De nombreux responsables de la majorit? avaient d?j? dit qu?il ne faudrait pas s?attendre ? un changement de cap en cas de d?route ?lectorale, en d?pit de la r?volte de parlementaires socialistes contre le plan d??conomies de 50 milliards d?euros du gouvernement.

Le gouvernement tente de r?agir au s?isme politique

Encore plus fort, Valls d?gaine l?arme fatale?: il va baisser les imp?ts?!

??Il faut de nouvelles baisses d?imp?ts, notamment de l?imp?t sur le revenu, parce que ces imp?ts, cette fiscalit? p?sent lourdement sur les couches populaires et les classes moyennes. Il le faut parce que c?est devenu insupportable??, a dit Manuel Valls sur RTL.

??Je suis convaincu qu?apr?s une augmentation de 30 milliards d?imp?ts entre 2010 et 2012, et la m?me somme depuis 2012, il faut baisser la fiscalit?, a-t-il ajout?.

Selon ses proches, le Premier ministre n?aurait fait que confirmer sa d?termination ? r?duire la pression fiscale plut?t que d?annoncer une nouvelle salve de baisses d?imp?ts.

??Ce n?est pas une annonce, cela confirme les baisses d?imp?ts pr?vues??, dit-on dans son entourage.

Le gouvernement tente de r?agir au s?isme politique

D?j?, il nous prend des billes, parce qu?il n?annonce rien d?autre que ce qui ?tait d?j? pr?vu.

Ensuite, il prouve d?finitivement qu?il n?a rigoureusement rien ? cirer des ?lections, de leur r?sultat et de toutes ces conneries pseudod?mocratiques.

Puisqu?on vient justement de lui expliquer que ce sont les prolos qui votent le plus pour les fachos. Les gars qui finissent le mois le 5. Qui surfent sur le seuil de pauvret? et qui ne sont donc absolument pas concern?s par d??ventuelles baisses d?imp?ts. Sauf qu?il faudra bien compenser ce nouveau recul des recettes et qu?il y a fort ? parier qu?il se fera aux d?pens des prestations sociales redistributives, celles-l? m?mes qui concernent directement tous les prolos et qui ont pour objectif de r?duire les in?galit?s et donc, la col?re et la frustration l?gitimes des gueux de la R?publique.

De toute mani?re, comment s??tonner que les classes populaires se r?fugient dans la contestation ?lectorale, que ce soit par le vote FN ou l?abstention, alors que le parti qui est cens? d?fendre leurs int?r?ts de classe majoritaire de ce pays a d?cid? de les laisser tomber dans le plus parfait m?pris??

Ne vous demandez pas ce que la gauche peut faire pour la population, demandez-vous ce que la population peut faire pour la gauche.

En avril et mai 2012, la sociale technocratie repr?sent?e par le PS et Fran?ois Hollande a gagn? les ?lections l?gislatives et pr?sidentielles contre la technocratie lib?rale repr?sent?e par l?UMP et Nicolas Sarkozy. Cette victoire r?sulte d?un plan de bataille con?u par les strat?ges de Terra Nova, un ??think tank?? proche du PS, ??pilot? par une demi-douzaine de permanents, dot? d?un budget annuel d?environ 500 000 euros, financ? par des m?c?nes comme Areva, Air France, Microsoft, ou la S.N.C.F. (Le Monde, 20 juillet 2012)

Loin d??tre secret, ce plan de bataille publi? sur le site de Terra Nova, le 10 mai 2011, ?tait lu et comment? par les membres du microcosme politicom?diatique. Aujourd?hui les analystes de Terra Nova ont rejoint les bureaux des minist?res, sauf le principal d?entre eux, Olivier Ferrand, mort d?un jogging de trop.

Leur rapport, ??Gauche?: quelle majorit? ?lectorale pour 2012? (Bruno Jeanbart, Olivier Ferrand, Romain Prudent), exhibe un cynisme si ?poustouflant, si d?complex? dans le s?quen?age marketing de l??lectorat, il explique avec tant d?ing?nuit? comment manipuler et duper chaque cat?gorie, ou pourquoi il faut m?priser la classe ouvri?re, que nous ne pouvons faire moins que de contribuer ? notre tour ? sa publicit?, suivant la maxime de Marx?: ??Il faut rendre la honte plus honteuse encore, en la livrant ? la publicit?.??

Notre seul regret est de ne pouvoir publier aussi les notes de Patrick Buisson, l??minence brune de Nicolas Sarkozy, dont le contenu aurait ? coup s?r d?montr? la sym?trie, la similitude et la compl?mentarit? des deux h?misph?res partidaires de la technocratie.

Rapport de Terra Nova sur la strat?gie ?lectorale de la gauche (2011)

Qui s?me le m?pris, r?colte le fascisme.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

L’Euro et les dinosaures

Un banquier central est-il un lanceur d’alerte ? Toujours est-il que Mario Draghi, Président de la ...