Accueil / A C T U A L I T É / La promotion des armes ? feu aupr?s des femmes progressistes (autour des affiches du propagandiste Oleg Volk)

La promotion des armes ? feu aupr?s des femmes progressistes (autour des affiches du propagandiste Oleg Volk)

L?gende: UN ?NON? FORMUL? AVEC EMPHASE

.

YSENGRIMUS?? C?est une erreur intellectuelle assez commune que de prendre l?int?gralit? des pro-flingues am?ricains pour de parfaits abrutis. On imagine des gros malotrus pas de t?tes, inintelligents, fachos, arri?r?s, demeur?s, cow-boys, militaristes, r?acs, x?nophobes et, surtout, machos. Erreur? Croire cela, c?est faire bien peu de cas de l?incroyable et effarante sophistication de la culture des armes ? feu chez nos voisins du sud. Know your enemy, my friend? La probl?matique pro-flingues US est beaucoup plus insidieuse, casuiste et subtile que ne le laisse croire le st?r?otype grossier auquel on la r?duit habituellement dans le monde, et il n?est pas inutile de prendre connaissance de l?argumentation mise de l?avant par certains promoteurs des armes ? feu am?ricains, surtout lorsqu?ils adressent leur message ouvertement aux femmes, aux citoyennes (et/ou aux citoyens) progressistes.

Le corpus sp?cialis?, largement diffus? chez nos bons ricains, sur lequel j?attire votre attention ici a ?t? produit par le photographe et publicitaire Oleg Volk, un promoteur explicite des armes ? feu aux ?tats-Unis depuis 1995 et l?auteur de nombreux panneaux publicitaires, calendriers et sites web sur le sujet. Son ?oeuvre? a ?t? traduite dans de nombreuses langues dont notamment l?allemand, le russe et le portugais br?silien. Ce qui est repr?sentatif et hautement pernicieux chez ce propagandiste sp?cifique, c?est moins l??uvre photographique (quoique l??motion v?hicul?e par la dimension visuelle du topo soit absolument cruciale, dans le pitch du message) que l?exercice argumentatif, faussement ?clair? et moderne, que s?efforce de formuler le propos pro-flingues en jeu. Ce propagandiste photographie des femmes ordinaires, la majorit? d?entre elles usag?res effectives d?armes ? feu. Il monte ensuite des affiches sur lesquelles il ?pingle l?argumentaire qu?il entend exposer. Son intervention est hautement int?ressante comme tentative m?thodique et syst?matique de r?cup?ration d?une sensibilit? progressiste, r?formiste, citoyenne, universaliste au service d?une propagande profond?ment r?actionnaire et biais?e.

On cible (excusez le jeu de mot facile) exclusivement les femmes, donc, et on le fait avec une maestria et un sens de la mise en sc?ne dramatique particuli?rement sentis. Sans vendre un produit sp?cifique, sans mentionner nominalement la National Rifle Association, il s?agit de convaincre les citoyennes ordinaires, tertiaris?es, centristes, pas sp?cialement militaristes ou bellicistes de se procurer une arme ? feu et de s?entra?ner au tir. On campe d?abord une ambiance de tension contenue en introduisant l?omnipr?sence feutr?e et tangible du danger. On mise sur les peurs spontan?es et naturelles des femmes (eu ?gard ? un corps de contraintes sociales iniques et injustes qui restent int?gralement dans l?implicite et le postul?). Un petit instrument fort commode dans un tel exercice de mise en condition, c?est l?indubitable lenteur du service 911 (le police secours des Am?riques ? les traduction des l?gendes sont de moi).

L?gende: VERS MINUIT, ELLE SONNA LE 911. MAIS VERS MINUIT SIX, L?ENGAGEMENT ?TAIT TERMIN?. IL S?AV?RA QU?IL N??TAIT TOUT SIMPLEMENT PAS POSSIBLE D?ATTENDRE QUE L?AIDE ARRIVE. ELLE SE SERVIT DONC DE SA CARABINE POUR D?FENDRE SA VIE

L?gende: IL EST POSSIBLE QUE LA POLICE ARRIVE, ? TEMPS POUR FAIRE INTERVENIR LE SERVICE DE NETTOYAGE DES CADAVRES. UNE R?ACTION PLUS PROMPTE EST REQUISE POUR QUE LE CADAVRE NETTOY? NE SOIT PAS LE V?TRE

L?gende: L?INTERVENTION POLICI?RE SUITE ? UN APPEL AU 911 PEUT PRENDRE JUSQU?? TRENTE MINUTES. L?INTRUS AYANT FAIT IRRUPTION DANS VOTRE DOMICILE PEUT VOUS ATTEINDRE EN TRENTE SECONDES. RESTEZ EN VIE, PENDANT QUE LES SECOURS ARRIVENT

L?gende: TU FAIS FEU OU TU SONNES LE 911?

L?gende: APPUYONS LE DROIT AU CHOIX

L?gende: UNE ARME ? LA MAIN VAUT BIEN MIEUX QUE LES FLICS AU BOUT DU FIL. SOYEZ BIEN ARM?E QUAND VOUS ?TES SEULE ? LA MAISON

.
.
.

L?ambiance de peur et de complicit? veule du propagandiste dans ladite peur est bien en place. On veut montrer qu?on comprend les femmes. On cherche ? faire sentir qu?on partage leur angoisse avec empathie, d?licatesse et respect. On envisage que, dans leur esprit fondamentalement inquiet, un violeur peut toujours surgir. Ce qui est propos? ? la femme progressiste ici, c?est purement et simplement un programme martial, exclusivement d?fensif, dont la l?gitimit? fonci?re n?est pas directement questionnable, attendu la psychose s?curitaire que l?on s?autorise ouvertement ? postuler.

L?gende: LES EXPERTS ME DISENT DE JOUER LA PETITE SOURIS MORTE EN CAS DE VIOL. JE PR?F?RE DE LOIN JOUER L?HUMAINE VIVANTE QUI MANIE LE BON OUTIL

L?gende: LE R?VE ?TH?R? DU VIOLEUR. SON CAUCHEMAR LE PLUS INTENSE. LEQUEL FAUT IL R?ALISER?

L?gende: DANS L??IL D?UN VIOLEUR POTENTIEL (POUR UNE P?RIODE D?ENVIRON DEUX DIXI?MES DE SECONDE)

L?gende: UN VIOL ?VIT? OU UN VIOL SUBI. C?EST ELLE QUI DEVRAIT POUVOIR CHOISIR

L?gende: LE CONTR?LE DES ARMES ? FEU PROT?GE LES VIOLEURS DE CE GENRE DE D?CONVENUE

L?gende: LES VIOLEURS NE PEUVENT RIEN FAIRE AUX FEMMES BIEN ARM?ES. C?EST BIEN POUR ?A QUE BILL CLINTON VOULAIT QU?ELLES SOIENT SANS D?FENSE!

L?gende: ME FAIRE VIOLER. PLUS JAMAIS

.
.
.

La petitesse physique de la femme, son d?savantage psychologique dans une situation subite d?agression violente (par un agresseur anonyme qui est toujours donn? comme un ?tre ext?rieur, inconnu, radicalement autre) sont des impond?rables ouvertement mis ? profit pour faire avancer le point doctrinal. Il faut r?tablir l??quilibre soci?tal acquis historiquement et subitement rompu par l?abus physique hors contr?le de l?instant d?agression. Il faut ?galiser les chances. L?arme ? feu est l?instrument exclusif propos? ? cette fin.

L?gende: UNE VICTIME FACILE OU UNE CITOYENNE ARM?E? AU SOIN DU CRIMINEL DE CHERCHER ? DEVINER

L?gende: LE BANDIT: DEUX CENT LIVRES. MOI: CENT LIVRES. L??GALISEUR DE NOS CHANCES

L?gende: DEUX FA?ONS DISTINCTES DE FAIRE OBSTACLE ? UNE ATTAQUE VIOLENTE

.
.
.

Les maladies et les infirmit?s sont, elles aussi, ostensiblement mises ? profit. L?arme ? feu se donne alors comme l?instrument neutre et serein assurant la protection de la femme isol?e dans sa d?tresse et ses limitations physiques, son esprit ?tant pr?sum? toujours alerte et sain, n?est-ce pas, vu qu?elle a eu la sagesse de s?armer.

L?gende: UNE FEMME ATTEINTE D?ASTHME NE PEUT UTILISER LE POIVRE DE CAYENNE COMME ARME D?FENSIVE. ELLE NE PEUT FUIR NON PLUS. CETTE ARME ? FEU LA PROT?GE. COMBATTONS LES POLITICIENS QUI CHERCHENT ? LA PRIVER DE SA S?CURIT?!

L?gende: ALLEZ DONC LUI DIRE DE FUIR ? TOUTES JAMBES. LES PR?DATEURS RECHERCHENT LES PROIES MALADES OU BLESS?ES. MAIS IL N?EST PAS OBLIGATOIRE DE VIVRE SOUS LEURS LOIS. LES HUMAINS NE SONT PAS AU MONDE POUR SERVIR DE P?TURE AUX BANDITS. CEUX-CI JOUENT AUX DURS, MAIS ILS SERONT FREIN?S SEC PAR UN BON PRUNEAU QUI CLAQUE

.
.
.

En passant glissandi ? la femme enceinte, une autre ?tape affective est franchie et la manipulation ?motive gagne en profondeur et en intensit?. ? mi-chemin entre handicap physique et abn?gation maternelle, l?autoprotection s?ouvre graduellement, insidieusement, sur la protection de l??tre cher, l?enfant.

L?gende: NE PEUT COURIR OU FAIRE DU KARAT?. MAIS PEUT (D?GAINER SON FLINGUE)

L?gende: ENCEINTE DE HUIT MOIS, PEUT-ELLE COURIR PLUS VITE QU?UN CRIMINEL? L?AUTOD?FENSE EST UN DROIT HUMAIN

L?gende: SON B?B? A UNE GARDE DU CORPS EN PERMANENCE. QU?EN EST-IL DU V?TRE?

.
.
.

Empathie f?minine oblige, la r?f?rence ? l?enfance jouera aussi, subtilement, d?une infantilisation de la personne que l?on cherche ? convaincre, la femme m?me. Dans le ton, dans le contexte visuel, dans l?intimisme des ambiances, on pourra alors la traiter comme une petite fille ?sans d?fense?. On ne fait pas cela pour se faire mousser comme s?ducteur paterne au fait, oh que non. Ce dont-il s?agit en fait ici, c?est exclusivement de la promotion ouverte du flingue aupr?s de la femme adulte, ainsi que de la promotion graduelle et de plus en plus ouverte de la possession d?armes ? feu chez la petite fille m?me.

L?gende: LIBRE ET SANS PEUR. IL N?EST PAS TROP LOIN, MON PROTECTEUR

L?gende: QUAND LES HARCELEURS N?ACCEPTENT PAS DE SE FAIRE DIRE ?NON?, PASSEZ ? L?ARGUMENTATION NON VERBALE

L?gende: PAIX SUR TERRE? SOUS LA GARDE DES BONNES FILLES ET DES BONS GAR?ONS

L?gende: MALGR? LE FAIT QU?ELLE NE SOIT QU?UNE ENFANT, PARFOIS SEULE ? LA MAISON, ELLE EST PARFAITEMENT ENTRAIN?E POUR LA PROTECTION DES VIES HUMAINES, Y COMPRIS, NATURELLEMENT, LA SIENNE PROPRE. ON NE PEUT PAS SURVEILLER NOS ENFANT ? CHAQUE HEURE DU JOUR, IL FAUT DONC LEUR INCULQUER LE SAVOIR FAIRE DE BASE PERMETTANT DE FERMEMENT TENIR LES INTRUS EN RESPECT

L?gende: SI ELLE EST ASSEZ M?RES POUR RESTER SEULE ? LA MAISON, ELLE EST PR?TE POUR POSS?DER UNE ARME

.
.
.

Cela nous am?ne aux in?vitables dimensions famille et d?pendance ? l?homme qui seront trait?es avec tout le tact progressiste requis. Il est clair qu?on s?adresse ? une femme cheffe de famille dont le conjoint est un partenaire, si ce n?est carr?ment un subalterne. Le ton est indubitablement f?ministe, sans ambivalence. En douce, on fait valoir que l?homme ne suffit pas, ou plus, comme protecteur, qu?un bon flingue qu?on manie soi-m?me et dont on d?tient le contr?le int?gral vaut mille fois mieux.

L?gende: ELLE POURRAIT D?FENDRE SA FAMILLE. LE POURRIEZ-VOUS? SOYEZ DES PARENTS RESPONSABLES. APPRENEZ ? PROT?GER VOS ENFANTS

L?gende: FUIR LE DANGER EST SOUVENT LA MEILLEURE CHOSE ? FAIRE. MAIS QUE FAIRE SI VOS ENFANTS NE COURENT PAS AUSSI VITE QUE VOUS? MOURIR EN TENTANT DE PROT?GER VOTRE PROG?NITURE, OU PLANIFIER ? L?AVANCE ET JOUER GAGNANT?

L?gende: JE FAIS CONFIANCE ? MON MARI POUR LA PROTECTION DE NOTRE FAMILLE. JE ME CONTENTE DE POINTER LES DANGERS ET DE LEUR CARTONNER UNE MARQUE, IL SE CHARGE DE REVOIR LES CHOSES EN D?TAILS

L?gende: VOTRE HOMME PEUT-IL SORTIR CES D?TRITUS? LE M?NAGE DE LA MAISON N?EST PLUS UNE T?CHE EXCLUSIVEMENT F?MININE

L?gende: VOTRE PARTENAIRE PEUT-IL/ELLE VOUS SERVIR DE RENFORT EN CAS D?INVASION DE VOTRE DOMICILE? ASSUREZ L?ENTRAINEMENT AU TIR DE VOTRE FAMILLE

L?gende: C?EST PAS TOUTES LES FILLES QUI ONT BESOIN D?UN HOMME POUR SE PROT?GER. MON IND?PENDANCE, C?EST MA CAPACIT? DE ME D?FENDRE PAR MOI-M?ME

.
.
.

Fondamentalement, la femme est seule face au danger. L?homme est p?riph?rique et on n?op?re pas du tout dans un cadre conservateur de repr?sentations sur la vie f?minine. Pas de phallocratisme ici. Ind?pendance est le ma?tre mot. Et, de surcro?t, le fait de flirter ouvertement avec le f?minisme n?emp?che pas notre matois propagandiste de rester en harmonie avec toutes les facettes de la f?minit?. L?arme ? feu cherche ainsi ? devenir un objet ordinaire, compagnon des v?tements, des bijoux, du sac ? main. La culture intime des femmes est r?cup?r?e dans tous ses angles. Le message d?licatement pro-flingues, tant dans ses dimensions verbales (et non verbales) que visuelles, se soumet totalement ? ladite culture intime des femmes, dans la version sciemment individualiste qui est celle de notre temps.

L?gende: CECI ME PROT?GE BIEN MIEUX QUE N?IMPORTE QUEL MEC PACIFISTE

L?gende: ABANDONNER MON ARME ? FEU. JAMAIS! JE SUIS UNE BLONDE PAS UNE CONNE

L?gende: LIBRE DE TOUTE PEUR. ?DITION DOMICILIAIRE

L?gende: DES V?TEMENTS POUR ?TRE BIEN AU CHAUD, UNE ARME DE POING POUR ?TRE EN S?CURIT?: NE VOUS BALADEZ PAS TOUTE NUE EN PUBLIC!

L?gende: LES MODES ET LES STYLES VONT ET VIENNENT MAIS LES ACCESSOIRES S?CURITAIRES SONT TOUJOURS DE SAISON. PENSEZ S?CURIT?, SORTEZ ARM?E

L?gende: VA-T-EN! (DANS LE LANGAGE UNIVERSEL DES SIGNES)

.
.
.

M?me les femmes homosexuelles sont desservies, avec une ouverture d?esprit et une prise en compte de la diversit? qui est explicite, crue et int?grale.

L?gende: LES GOUINES ARM?ES PEUVENT V?RITABLEMENT CHOISIR LEUR CIBLE. LES D?SARM?ES NE LE POUVAIENT PAS

.
.
.

On est d?ailleurs ici ? l??picentre d?une promotion des armes ? feu qui endosse de plein pied toutes les formes de rectitude politique. Les races et groupes ethniques les plus divers sont repr?sent?s dans ce corpus d?affiches. Classiquement, d?sormais, les asiatiques sont trait?es en toute neutralit?, tandis que la prise en compte des sp?cificit?s socio-historiques de la culture afro-am?ricaine se fait en harmonie int?grale et frontale avec la totalit? des acquis de l??mancipation et des droits civiques. M?me les musulmanes ne sont pas en reste. Ceux qui prennent les pro-flingues am?ricains pour des racistes obtus et sans nuances devront attentivement m?diter les promos suivantes.

L?gende: DES AM?RICAINS ET DES AM?RICAINES PORTANT UNE ARMES, IL EN EST DE TOUTES CULTURES, TAILLES ET COULEURS

L?gende: LES CRIMINELS VIOLENTS DU MONDE ENTIERS SONT D?ACCORD SUR CE POINT. UNE FEMME IND?PENDANTE ET BIEN ARM?E N?EST VRAIMENT PAS FACILE ? VICTIMISER

L?gende: LES ADVERSAIRES DE L?AUTOD?FENSE ARM?E CONCENTRENT LEUR ATTENTION SUR L?ARME ? FEU. ILS IGNORENT LA PERSONNE PROT?G?E PAR CETTE ARME ? FEU. LA VIE HUMAINE M?RITE QU?ON LA D?FENDE

L?gende: ??JE N?AIME PAS L??P?E FLAMBOYANTE POUR SON TRANCHANT, NI LA FL?CHE POUR SA VIVE C?L?RIT?, NI LE GUERRIER POUR SA GLOIRE. SIMPLEMENT, J?AIME CE QU?ILS D?FENDENT.?? (J.R.R. TOLKIEN, LES DEUX TOURS)

L?gende: L?AUTOD?FENSE EST UN DROIT CIVIQUE

L?gende: LES HOMMES ET LES FEMMES LIBRES POSS?DENT DES ARMES ? FEU. LES ESCLAVES N?EN POSS?DENT PAS. EXTRAIT DU JUGEMENT DE LA COURS SUPR?ME AM?RICAINE SUR LA CAUSE DRED SCOTT CONTRE SANDFORD, 1856 : ? Si les noirs disposaient des privil?ges et des immunit?s que conf?re le statut de citoyen, cela les exempterais des op?rations judiciaires sp?ciales et des r?gulations de police que les ?tats du Sud consid?rent comme indispensables ? leur s?curit?. Cela conf?rerait aux personnes de la race n?gre ayant ?t? reconnues citoyennes de n?importe quel ?tat de l?Union? une libert? pleine et enti?re d?expression en public et en priv? sur tout sujet qu?il est loisible ? un citoyen de traiter, le droit de tenir des r?unions publiques sur des questions politiques et DE D?TENIR ET DE PORTER DES ARMES dans toutes leurs all?es et venues. Ceci se ferait sous les yeux des autres personnes de m?me race et couleur, qu?ils soient esclaves ou libres, provoquant m?contentement et insubordination parmi eux, et mettant ouvertement en danger la paix et la s?curit? de l??tat.?

L?gende: ? L?ORIGINE, L?OBJECTIF DU CONTR?LE DES ARMES ? FEU ?TAIT DE PROT?GER LES HOMMES DU KU-KLUX-KLAN CONTRE LEURS VICTIMES. LE CONTR?LE DES ARMES ? FEU EST UNE PRATIQUE RACISTE

L?gende: INUTILE DE TIRER PLUS DE DIX CARTOUCHES? ALLEZ RACONTER ?A ? QUELQU?UN QUI FAIT FACE ? UNE BANDE DE LYNCHEURS!

L?gende: LA MAJORIT? DES COMPATRIOTES AM?RICAINS DE CETTE FEMME N?IRAIENT PAS S?EN PRENDRE ? ELLE ? CAUSE DES M?FAITS DES TERRORISTES. CECI DIT, CERTAINS RACISTES AURAIENT PEUT-?TRE BESOIN QU?ON LEUR PR?SENTE UN ARGUMENT UN PEU PLUS FERME

.
.
.

Il est patent et clair que, se donnant ouvertement comme progressiste (liberal dans le jargon politique am?ricain), cette intervention propagandiste sp?cifique d?ploie un effort soutenu pour s?articuler comme une pens?e, comme un programme social. Une batterie perfectionn?e d?argumentations de nature juridique compl?te d?ailleurs le tableau doctrinal et ce, dans la r?flexion (les droits et leurs interconnexions logiques), comme il l?avait camp? initialement dans l??motion (les peurs et leur impact affectif). L?argumentaire juridico-logique fr?le aussi assez vite, mais l?g?rement, sans exc?s, la criticaillerie politique.

L?gende: ABOLISSEZ LES CRIMINELS, PAS LES MOYENS QUE JE DOIS UTILISER POUR ME PROT?GER CONTRE EUX!

L?gende: DANS CERTAINS ?TATS, L?APTITUDE TOUTE SIMPLE ? SE D?FENDRE EST PUNIE PLUS S?V?REMENT QUE LE VIOL, LE VOL ? MAIN ARM?E OU L?AGRESSION PHYSIQUE. C?EST JUSTE, ?A?

L?gende: AVOIR LE MOYENS DE PROT?GER LA VIE, LA LIBERT? ET LA PROPRI?T? EST UN DROIT HUMAIN FONDAMENTAL! INSISTEZ BIEN L?-DESSUS. UN DROIT HUMAIN FONDAMENTAL

L?gende: ? DIX-HUIT ANS, JE SUIS UNE ADULTE. JE PEUX VOTER, M?ENR?LER, FONDER UNE FAMILLE. PAR CONTRE, AVANT VINGT-ET-UN ANS, LA LOI ME REFUSE LE MOYEN DE D?FENDRE MA VIE

L?gende: UN INTRUS NE CHERCHERA PAS ? D?SARMER CETTE FEMME, VOS REPR?SENTANTS ?LUS ONT PROMIS DE LE FAIRE ? SA PLACE

L?gende: LE CONTR?LE DES ARMES ? FEU ET LA CENSURE SONT LES ?QUIVALENTS POLITIQUES DU LIGOTEMENT ET DU B?ILLONNEMENT D?UNE FUTURE VICTIME AVANT DE LA VIOLER ET DE LA TUER. CES PRATIQUES SONT HABITUELLEMENT MISES DE L?AVANT PAR LE M?ME TYPE DE BANDITS, DANS LES M?MES BUTS D?SAX?S

L?gende: ON NE PEUT ABOLIR LE VANDALISME EN BANISSANT LES CAILLOUX ET ON NE PEUT ABOLIR LES MEURTRES EN BANNISSANT LES CARTOUCHES. LA PROHIBITION DES ARMES ? FEU N?A PAS R?DUIT LE TAUX DE MEURTRES EN GRANDE-BRETAGNE OU EN RUSSIE, TANDIS QUE L?AUTOD?FENSE ARM?E L?GALE A RENDU L?AM?RIQUE PLUS S?CURITAIRE

L?gende: MA CARABINE DE CHASSE, C?EST AUSSI L?ARME AVEC LAQUELLE JE PROT?GE MA MAISONN?E. LAQUELLE DES DEUX PR?TENDEZ-VOUS INTERDIRE?

L?gende: UNE PLAQUETTE D?ACIER DE TROIS MILLIM?TRES PROT?GE DES LAMES DE COUTEAUX. UNE ARMURE CORPORELLE FLEXIBLE PROT?GE DES CARTOUCHES D?ARME DE POING. UN PISTOLET PROT?GE DES HARCELEURS. UN ORDRE DE LA COURS RESTREIGNANT LES ALL?ES ET VENUES PROT?GE DE RIEN DU TOUT

L?gende: FREINER L?ACTION D?UN HARCELEUR, VRAIMENT, AVEC UN BOUT DE PAPIER? LA VALEUR EFFECTIVE D?UN ORDRE DE LA COURS RESTREIGNANT LES ALL?ES ET VENUES REPOSE EXCLUSIVEMENT SUR L?ENTRAINEMENT AU TIR ET L?ARMEMENT QUI PERMET DE L?IMPOSER DANS LES FAITS

.
.
.

Dans le m?me ordre d?id?e de sophistication doctrinale, il ne sera pas possible d??chapper ? la batterie de r?f?rences historiques. Par contre, celles-ci se d?ploient l?ger, l?ger, sans chauvinisme excessif, et surtout avec un focus tr?s concentr? sur l?histoire des droits et des luttes de gu?rilla sociale, effectives ou fantasm?es, des femmes. De la culture de la fronti?re au terrorisme contemporain, en passant par les guerres du pass?, les ?meutes, les d?sastres et les ouragans, on vise ? associer ?troitement les femmes en armes ? l?h?ro?sme am?ricain ordinaire.

L?gende: R?SISTER ? LA TYRANNIE N?EST PAS UN OBJECTIF DE PERFORMANCE SPORTIVE, C?EST LE SEUL ET UNIQUE OBJECTIF CONSTITUTIONNEL

L?gende: AVANT M?ME D?AVOIR LE DROIT DE VOTE, LES FEMMES AVAIENT LE DROIT DE PORTER UNE ARME POUR SE D?FENDRE. LES FEMMES DE CE TEMPS NE DEVRAIENT-ELLES PAS B?N?FICIER DES M?MES DROITS?

L?gende: 1907, LES FEMMES NE POUVAIENT PAS VOTER MAIS ELLES POUVAIENT S?ACHETER N?IMPORTE QUELLE CARABINE MILITAIRE MODERNE. 2007, LES FEMMES ONT LE DROIT DE VOTE MAIS NE PEUVENT PAS POSS?DER DE CARABINES MILITAIRES CONTEMPORAINES. EST-CE L? UN PROGR?S?

L?gende: L??GALIT?? ELLE EST RENDUE POSSIBLE PAR SAM COLT

L?gende: LES FEMMES DE CE PAYS ONT APPRIS DE LONGUE DATE QUE CEUX ET CELLES QUI NE PORTENT PAS UN SABRE PEUVENT QUAND M?ME MOURIR PAR LE SABRE. APPRENEZ L?AUTOD?DENSE!

L?gende: IL FREINA L?ATTAQUE DES BANZA? ? LA BATAILLE D?IWO JIMA. IL FREINA LA MAR?E HUMAINE HOSTILE ? LA BATAILLE DU R?SERVOIR DE CHOSIN. IL FREINERA AUSSI L?ENTR?E D?UN INTRUS DANS LA CHAMBRETTE DE VOTRE GAMINE, SI VOUS FAITES VOTRE PART. ASSUREZ L?ENTRAINEMENT AU TIR DE VOTRE ENFANT

L?gende: LORS DES ?MEUTES DE LOS ANGELES EN 1992, LES POLICIERS ET LA GARDE NATIONALE ?TAIENT INCAPABLES DE PROT?GER TOUT LE MONDE DE LA FOULE DES TUEURS, DES PYROMANES ET DES PILLARDS. DES AM?RICAINS ET DES AM?RICAINES ORDINAIRES EN ARMES GARD?RENT LA FOULE DES ?MEUTIERS SOUS CONTR?LE, SAUVANT AINSI UN NOMBRE INCALCULABLE DE VIES INNOCENTES

L?gende: LES ?MEUTES DE LOS ANGELES EN 1992. DES R?SIDENCES ET DES COMMERCES FURENT PILL?S ET BR?L?S? SAUF QUAND ILS ?TAIENT D?FENDUS PAR DES R?SIDENTS ET DES R?SIDENTES ARM?S

L?gende: LORS D??MEUTES URBAINES MASSIVES, COMME ? LOS ANGELES EN 1992 OU ? LA NOUVELLE ORL?ANS EN 2005, LA POLICE NE PEUT PAS PROT?GER TOUT LE MONDE. CETTE FEMME FAIT REMPART ENTRE LA POPULACE ET SA FAMILLE. QUI PROT?GERA LA V?TRE?

L?gende: LES INONDATIONS DE NOLA EN 2005. LES PILLARDS ?CUMAIENT LA VILLE. CETTE FEMME ?TAIT EN S?CURIT? JUSQU?? CE QUE LES FLICS LUI RETIRENT SON ARME

L?gende: APR?S L?OURAGAN, ELLE N??TAIT PAS SEULE POUR FAIRE FACE ? L??MEUTE. TRENTE PETITS AUXILIAIRES ONT ASSUR? SA S?CURIT?

L?gende: APR?S L?OURAGAN, LES PILLARDS SE SONT TENUS ? DISTANCE RESPECTUEUSE DE SON VOISINAGE. DANS LE V?TRE, GARDERAIENT-ILS LEURS DISTANCES AUSSI?

L?gende: LES TALIBANS ONT PEUR DES FEMMES IND?PENFANTES ET ARM?ES. QU?EN EST-IL DE VOUS?

L?gende: POURQUOI LES POLITICIENS VEULENT-ILS TANT QUE LES AM?RICAINS ET LES AM?RICAINES SOIENT D?SARM?S DEVANT LA MENACE DU TERRORISME?

.
.
.

Le dispositif id?ologique et logique est alors bien en place pour r?introduire en douce la bonne vieille culture des vigilantes, si tenace, dans cet horizon culturel sp?cifique, et si peu moderniste. On le fait, en cultivant notamment un jeu logico-argumentatif de r?f?rence aux militaires et aux policiers. M?me la critique des flics et l?antimilitarisme le plus explicite trouvent leur place dans ce d?concertant argumentaire.

L?gende: UNE PROTECTION PERSONNELLE. CONTRAIREMENT AUX FLICS, ELLE EST TOUJOURS AVEC VOUS

L?gende: LE MIEN, C?EST POUR PROT?GER LA VIE HUMAINE. LES POLICIERS EN ONT UN POUR EXACTEMENT LA M?ME RAISON

L?gende: (LA POLICI?RE) RE?OIT DES RENFORTS SUR APPEL. (LA CITOYENNE) EST LAISS?E ? ELLE-M?ME. LES ARMES D?FENSIVES MODERNES NE DEVRAIENT PAS ?TRE R?SERV?ES AUX FLICS

L?gende: LE GOUVERNEMENT AM?RICAIN FAIT CONFIANCE ? CELLE-CI POUR CE QUI EST DE PROT?GER VOTRE FAMILLE DE L?ENNEMI ?TRANGER, AVEC UNE ARME AUTOMATIQUE. POURQUOI CERTAINS ?TATS NE FONT-ILS PAS CONFIANCE ? CELLE-CI, POUR CE QUI EST DE SE PROT?GER ELLE-M?ME DES CRIMINELS, AVEC UNE ARME DE POING?

L?gende: ON LUI FAIT CONFIANCE, UN AR15 ENTRE LES MAINS, POUR EN PROT?GER D?AUTRES. ON DEVRAIT BIEN POUVOIR LUI FAIRE CONFIANCE AUSSI POUR CE QUI EST DE SE D?FENDRE ELLE-M?ME

L?gende: LA VRAIE PROTECTION DU TERRITOIRE D?BUTE AU FOYER. ?VEILLEZ ? LA S?CURIT? DES ENFANTS, PENFANT QUE JE SUIS AU TRAVAIL?

L?gende: SON D?TENTEUR ANT?RIEUR OFFICIEL L?UTILISA POUR ASSASSINER DES CIVILS. SA D?TENTRICE ACTUELLE, UNE CIVILE, L?UTILISE POUR SE PROT?GER. APPUYONS LA PROPRI?T? CIVILE DES ARMES ? FEU!

.
.
.

Se prot?ger sans agresser est l?option cardinale. Or cela implique une d?sacralisation, une banalisation du flingue. Il se doit de cesser d??tres une sorte d?objet de fascination irrationnelle. Instrument ordinaire, il faut le manier sans ostentation, comme n?importes quel objet de la vie courante. Cela s?apprend, cela s?acquiert, cela s??tudie. Une culture vernaculaire supporte cela. C?est alors l?argument du savoir-faire avec l?arme qui se met fermement en place. Il s?agit, dans le m?me mouvement, de faire la promotion de l?entra?nement au tir et de d?molir les arguments voulant qu?une femme risque de voir son arme ? feu se retourner contre elle. L?id?e fondamentale est de promouvoir le caract?re infailliblement s?curitaire de la dissuasion les armes ? la main, si celle-ci est ?clair?e, form?e et efficacement instruite sur elle-m?me.

L?gende: ET ALORS, C?EST ICI QUE L?INTRUS S?EXCLAMERAIT: ?POUFIASSE, TU N?OSERA JAMAIS APPUYER SUR LA G?CHETTE!? ET S?EFFORCERAIT ENSUITE DE LUI ARRACHER SON ARME?

L?gende: ?UNE ARME ? FEU LUI SERAIT SIMPLEMENT ARRACH?E DES MAINS ET ON LA RETOURNERAIT CONTRE ELLE?. LES CHARLATANS DU CONTR?LE DES ARMES ? FEU CROIENT-ILS VRAIMENT ? LEURS PROPRES MENSONGES?

L?gende: JE PEUX CARTONNER UN PIGEON D?ARGILE DE CINQ POUCES DE DIAM?TRE EN PLEN VOL. INTRUS ?VENTUELS, VEUILLEZ PRENDRE NOTE

L?gende: L?AUTOD?FENSE TYPE AVEC UNE ARME ? FEU: PAS DE COUP DE FEU, PAS DE PREMI?RE PAGE DANS LES JOURNAUX. JUSTE UN AUTRE BANDIT EFFRAY?, ET UNE AUTRE VIE INNOCENTE SAUV?E

.
.
.

Sur la question, jug?e capitale dans un tel argumentaire, de l?entra?nement m?thodique au tir, un message subreptice est alors discr?tement fil? aux hommes, celui de la promotion de la transmission du savoir. L?homme classique passe la main ? la femme moderne et cette main contient une arme, moderne elle aussi.

L?gende: FAITES DON DE LA S?CURIT?. FORMEZ UN NOUVEAU TIREUR

L?gende: PLACEZ L?APPROPRIATION DU POUVOIR ENTRE LES MAINS D?UNE AMIE. ENSEIGNEZ L?AUTOD?FENSE

L?gende: LES ARMES ? FEU DE L?AVENIR POURRAIT CHANGER D?APPARENCE. LES USAGERS DES ARMES ? FEU DE L?AVENIR AUSSI. PARTAGEZ CE DROIT FONDAMENTAL. ENSEIGNEZ LE TIR

.
.
.

Il devient alors de plus en plus difficile de ne pas se rendre compte que c?est d?une prolif?ration jovialiste des armes ? feu qu?il s?agit ici. La croyance promue, de moins en moins cr?dible, de plus en plus d?lirante et imaginaire, d?rape vers le fantasme d?une autod?fense individuelle totale, int?gralement non-criminelle, dans un monde (pourtant!) implicitement violent et hostile qu?il faut coucher en joue et tenir en respect avec des armes d?assaut modernes au magasin bien garnis. On hallucine all?grement un programme pro-flingues op?rant partout, ? la ville, ? la campagne, sur les campus universitaires, dans les avions de ligne, un programme pro-flingues pour jeunes filles souriantes, fra?ches, lucides et sereines, dont la mise en place effective et pratique n?est d?crite que sous forme de propositions lapidaires, vaguement ?bauch?es et fort mal ?tay?es.

L?gende: CEUX QUI ENTENDENT PROHIBER L?AUTOD?FENSE VEULENT QUE NOUS SOYONS TOUS SANS PROTECTION ET D?PENDANTS. LES VICTIMES, ELLES, NE PEUVENT PLUS S?OBJECTER. ET VOUS, QU?EN DITES-VOUS?

L?gende: LES INTRUS DOMESTIQUES NE LAISSENT PAS LE TEMPS ? LEURS VICTIMES D?ENFILER LEUR CEINTURE DE MUNITIONS. LES ARMES ? FEU AVEC UN GRAND MAGASIN DE CARTOUCHES SAUVENT DES VIES

L?gende: CULTURE DE L?ARME ? FEU. CULTURE DU BANDITISME. NE PAS CONFONDRE. UNE SEULE DES DEUX PRODUIT DES CRIMINELS

L?gende: LES ?ZONES D?SARM?ES? DES CAMPUS ATTIRENT LES TUEURS. LES INSTITUTIONS D?ENSEIGNEMENT POURRAIENT TRANSFORMER LES CAMPUS EN CAMPS RETRANCH?S, AVEC FILS BARBEL?S ET FOUILLES DE CORPS. OU ALORS ELLES POURRAIENT FAIRE LA PROMOTION D?UNE VRAIE AUTO-D?FENSE EFFICACE

L?gende: LA VRAIE DE VRAIE PASSAG?RE S?CURITAIRE, DANS UN AVION DE LIGNE, EST ARM?E. D?TOURNEZ DONC ?A, SI VOUS LE POUVEZ!

L?gende: ? VIRGINIA TECH, TRENTE-DEUX PERSONNES MOURURENT INUTILEMENT. UN SEUL ?TUDIANT OU ENSEIGNANT ARM? AURAIT PU ARR?TER LE TUEUR. MAIS ILS MOURURENT TOUS, EN OB?ISSANT AUX R?GLES. PLUS JAMAIS!

.
.
.

Voil?. Passablement parlant, cette petite centaine d?affiches propagandistes, vous ne me direz pas. Bien plus pernicieux qu?on ne l?aurait cru, aussi. Un certain nombre de conclusions s?imposent face ? un tel discours. Indubitablement, les causes r?formistes sont r?cup?rables et r?cup?r?es au service d?enjeux autres qu?elles-m?mes. Le flagornage faussement progressiste est un instrument argumentatif de plus en plus utilis? par la droite, en fait. Malgr? ce qu?elle cherche constamment ? faire croire, ladite droite est perp?tuellement mise aux abois par le d?veloppement social de la roue de l?histoire. Elle peine, de plus en plus, pour tenir ? bout de bras les enjeux dangereux et impopulaires qu?elle endosse, genre promotion des armes ? feu, de la pollution industrielle, de la malbouffe, de la boursicote bancaire cynique, du militarisme et du bellicisme. Ici aussi, dans cet univers d?illusionniste, on ment sciemment aux masses. Ce type de campagne de propagande promotionnelle pr?sente le porteur ou la porteuse d?arme ? feu comme un ?tre ang?lique, infaillible, imperm?able au banditisme, qui se d?fend mais n?attaque jamais, ne commet pas d?erreur sur la personne, ne tiraille jamais ? l?aveuglette dans l?obscurit?, ne pointe jamais son arme sur son conjoint, ses enfants, ou ses proches, ne se colle jamais son flingue sur la t?te ou dans la bouche, ne laisse pas son arme tomber entre des mains maladroites ou hostiles, ne se blesse pas malencontreusement avec, s?entra?ne avec discipline et prudence sans la transformer en un objet magique mal connu et mal domin?, ne bascule pas dans le crime par d?sespoir ou par calcul. Charme, intelligence, climax visuel et fourberie mis ? part, ce qu?on nous pr?sente ici, c?est un monde fantasm?, simpliste, vide, faux et illusoire. Il est surtout parfaitement malhonn?te, mensonger et fallacieux de laisser croire que la multiplication, la prolif?ration, le pullulement des armes de poing et des fusils d?assaut automatiques dans la soci?t? civile augmenterait la s?curit?. C?est tout juste le contraire, et la doctrine racoleuse de l??galiseur fonctionne en fait de fa?on implacablement bilat?rale. ? contexte social dogmatiquement inchang?, armez-vous, votre agresseur s?armera aussi et les m?mes proportions d?in?galit?s se r?tabliront ? tr?s court terme. Ensuite ?surtout- elles se perp?tueront, le danger de mort constant et permanent en plus, ce dernier bien profond?ment inscrit dans la vie ordinaire et d?sormais parfaitement ind?crottable. Comme le dit une de ces pubes, c?est la criminalit? qu?il faut abolir. Or justement, il ne faut pas seulement le dire mais il faut le faire et ?a, c?est un immense programme social et soci?tal. Car ?a requiert le tout d?un engagement articul? et sophistiqu? qu?aucune solution simpliste, genre arme ? feu dans les sacs ? main et sur les tables de nuit, n??quivaudra jamais en valeur, en durabilit?, en efficacit? de fond, et en d?cence civique.

.
.
.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Patrick Balkany: Ne passez pas par la case départ

Tous les amateurs de Monopoly ont découvert un jour ou l’autre cette carte « caisse de ...

One comment

  1. avatar

    Un peu long, mais édifiant !… Il faut d’ailleurs que le marché des armes soit bien déprimé lui aussi pour que des particularités ethniques deviennent des arguments de vente !… Pourtant, les membres des populations de couleur savent par leur culture que les WASP ont toujours été les plus et les mieux armés !…

    Recruter les femmes, c’est déjà prendre un fameux risque : si les « desperate housewifes » décidaient vraiment de se défendre !?… Ils ont certes évité la pub de trop, celle où les « mères fondatrices de la Nation » seraient hissées sur le podium !… On comprendrait alors quelle sorte d’Amérique tous ces discours cherchent à protéger : les enceintes fortifiées des quartiers friqués et couvertes de paramilitaires, en l’occurrence, des milices de femmes terrorisées et le doigt sur la détente !…

    La solution est bien connue : une action citoyenne regroupant la population dans des réseaux s’inspirant de la Résistance et des FFI/FTP, reconstituant ainsi la Garde Nationale et ses bataillons ouvriers, dissous après La Commune de 1871 !… ( Ces procédures sont d’ailleurs plus ou moins en exercice en Suisse et en Israël !…) Tout ce tapage ne cherche à promouvoir qu’une défense égoïste, narcissique du « une contre le reste du Monde » !…

    C’est amusant sur un stade, effrayant socialement : c’est l’enfermement individuel prédit dans « les prédateurs enjolivés », roman de S-F à épisodes de Pierre Christin, écrit dans les années 70 et dont le « préambule » a l’air
    de vouloir se matérialiser ces temps -ci : un hyper « jeudi noir » , provoquant la ruine généralisée de la planète !…