Accueil / A C T U A L I T É / Narcolepsies : la nouvelle campagne de vaccination commence bien

Narcolepsies : la nouvelle campagne de vaccination commence bien

par Dr Marc Girard, NewsOfTomorrow

Image Flickr par Daniel Paquet

Cela tombe super bien?! Si l?on en croit la presse du 23/09/10, l?EMA (Agence europ?enne du m?dicament) a publi? un communiqu? exon?rant le vaccin anti-H1N1 de toute responsabilit? dans la survenue de narcolepsies. Quelle heureuse co?ncidence?: tout ?a alors que la campagne de vaccination contre la grippe saisonni?re allait commencer seulement deux jours plus tard !

Rien que du bonheur, quoi?!

La lecture dudit communiqu? (donn? en PJ) est malheureusement beaucoup plus inqui?tante?: et d?autant plus inqui?tante qu?elle ne concerne pas seulement la campagne de l?an pass?

Selon Le Point.fr du 23/09/10, « L?Agence europ?enne des m?dicaments (EMA) a annonc? jeudi qu?apr?s enqu?te, ses experts n?avaient pu d?terminer aucun lien entre le vaccin Pandemrix de GlaxoSmithKline contre la grippe H1N1 et des crises de narcolepsie qu?il ?tait soup?onn? d?avoir provoqu? dans plusieurs pays ». Et le Parisien du m?me jour d?en rajouter, sous l?autorit? d?un de nos meilleurs-experts?: « Les Su?dois qui avaient donn? l?alerte les premiers, se sont depuis r?tract?s. On ne peut ?tablir aucun lien entre les vaccins et ces cas de narcolepsie ».

Si l?on s?en tient au paragraphe introductif dudit communiqu?, on peut d?j? en rabattre un peu sur cette providentielle absolution?: « Le Comit? conclut que les donn?es disponibles ne permettent pas de d?terminer s?il existe un lien entre Pandemrix et les notifications de narcolepsie, et que d?autres ?tudes sont n?cessaires pour une parfaite compr?hension du probl?me« . La tonalit?, on le voit, n?est pas ? l?absolution, puisque, comme annonc? dans ma pr?c?dente mise au point, on n?a pas avanc? d?un iota?: « d?autres ?tudes sont n?cessaires ». On se croirait le 15/12/94, quand la commission nationale de pharmacovigilance, constatant une fr?quence objectivement anormale de r?actions neurologiques au vaccin contre l?h?patite B, concluait ? la n?cessit? d??tudes compl?mentaires, avant de se r?jouir que la campagne vaccinale alors en cours allait permettre d?en savoir plus – notamment « chez les enfants et les nourrissons »?[1]…

Mais lorsque l?on se donne la peine de lire la totalit? de ce communiqu?, les choses deviennent encore plus inqui?tantes.

  • Alors que le dernier communiqu? des autorit?s fran?aises, ? ma connaissance, faisait ?tat de 6 cas fran?ais, on apprend qu?il y en eu 4 de plus dans l?entre temps (soit une augmentation de 67% depuis le dernier pointage officiel – excusez du peu).
  • Conform?ment ? l?intuition de ma pr?c?dente note, il se pourrait que, chez l?enfant, le nombre de cas observ?s soit sup?rieur au nombre de cas attendus (quoique selon une pratique d?j? largement ?prouv?e dans le dossier de la vaccination contre l?h?patite B, l?Agence adopte une formulation tr?s contourn?e pour ne pas poser le probl?me selon l?alternative crue notifi?s/attendus [reported/ expected] habituellement tellement utile pour balayer les objections quand il y a moins des premiers que des seconds…) Or, si le deuxi?me cas de figure ne fournit aucune r?assurance compte tenu – je l?ai souvent rappel? – de la sous-notification, il n?en va pas du tout de m?me quand c?est l?inverse?: s?il y a plus de cas notifi?s que de cas attendus, il faut ?tre un peu de mauvaise foi – toutes choses ?gales par ailleurs – pour contester la causalit?.

R?capitulons, car la situation tend ? s??claircir… sur un tableau de plus en plus sombre.

  • Depuis le 18/09/10 (date de la premi?re alerte), les autorit?s europ?ennes n?ont toujours rien fait de m?thodologiquement s?rieux.
  • Comme d?habitude, elles s?abritent derri?re leur propre inertie pour soutenir que rien n?est d?montr??[2].
  • Elles ne rougissent pas d?affirmer que pour simplement « ?tudier » 81 notifications, il va leur falloir encore 3 ? 6 mois?!
    • Une notification correspond le plus souvent un formulaire (dit « fiche CIOMS ») de 2 pages, g?n?ralement tr?s pauvre en informations pertinentes. Sur la base d?une dur?e maximum d?un quart d?heure pour lire une telle fiche, il faut – ? un homme seul – environ deux jours pour prendre connaissance de l?ensemble.
    • S?il faut plus de six mois ? l?Agence europ?enne pour « analyser » 81 notifications, ? qui fera-t-on croire qu?il suffit de quelques semaines seulement pour analyser le complet dossier d?enregistrement d?un vaccin anti-grippal, cens? inclure, outre les donn?es pharmaceutiques (fabrication, impuret?s, etc.) et toxicologiques, des essais cliniques suppos?s avoir inclus quelques milliers de gens, avec notamment des effets ind?sirables survenus chez quelques centaines…
  • Tout en ne craignant pas d?annoncer des d?lais aussi exorbitants pour analyser 81 pauvres fiches de rien du tout, l?Agence admet implicitement ne pas ?tre en mesure de sp?cifier avec un minimum de pr?cision l?incidence des narcolepsies normalement attendue chez l?enfant. Or,?:
    • si ce param?tre est effectivement inconnu, la mauvaise foi des autorit?s est parfaitement d?montr?e, puisque, d?s l?alerte, elles avaient commenc? par affirmer – as usual – que le nombre de cas notifi?s ?tait inf?rieur au nombre de cas attendus?;
    • si ce param?tre est connu, que signifie la formulation faussement hypoth?tique que le nombre de cas notifi?s « semble » plus ?lev? que le nombre normalement attendu??
    • en tout ?tat de cause, si une incidence suffisamment pr?cise (« bruit de fond ») est hors de port?e, ? quoi bon continuer de perdre du temps sur ces 81 pauvres notifications qui ne seront jamais interpr?tables sans ce param?tre?: c?est une tout autre m?thodologie qu?il aurait fallu mettre en oeuvre sans tarder.
  • L?EMA n?a pas peur d?insinuer?:
    • que l?augmentation des cas pourrait n??tre qu?apparente en raison d?un diagnostic plus pr?coce (selon un argument superposable ? celui utilis? pour justifier qu?en France, on soit pass? en quelques ann?es d?environ 25000 ? 80000-90000 cas de scl?roses en plaques)?: on se demande bien au nom de quoi, en vertu de quelle nouvelle politique de d?pistage (surtout chez l?enfant?!), le diagnostic de narcolepsie aurait fait des progr?s d?cisifs dans le second semestre de l?ann?e 2010?!
    • que l?augmentation des cas de narcolepsie pourrait correspondre ? une complication… de la grippe porcine : argument d?autant plus d?bile que l?alerte est bien venue de narcolepsies survenues chez les sujets vaccin?s et non chez les autres, qui auraient d? ?tre encore plus atteints par l??pid?mie de narcolepsies si celles-ci avaient ?t? imputables au virus H1N1?[3]?!!!
  • L?Agence europ?enne est toujours dans l?incapacit? de proposer le moindre protocole d??tude ?pid?miologique cr?dible et, plus encore, d?expliquer comment la mise en place de quelque « r?seau » (network) que ce soit pourrait aider ? l??valuation r?trospective des cas survenus.

Je mets donc l?Agence europ?enne (ou l?AFSSAPS qui en a forc?ment copie) au d?fi de publier les 81 fiches en question [4] et je m?engage publiquement ? analyser moi-m?me ce mini-corpus – en prenant non moins publiquement le pari qu?il ne me faudra pas 6 mois pour ce faire… Et nous comparerons nos r?sultats – toujours publiquement comme il sied normalement ? un d?bat scientifique.

Mais la port?e du d?bat ne concerne pas seulement la campagne pass?e – h?las…

  1. Nous le savions d?j?, mais le d?bat actuel sur cette grave question de pharmacovigilance atteste de nouveau l?incomp?tence et la malhonn?tet? des autorit?s sanitaires, sans qu?il soit toujours possible de discriminer finement les effets de l?une ou de l?autre…
  2. Plus grave encore. Alors qu?on ne peut plus nier d?sormais l?existence d?un vrai probl?me avec ces narcolepsies post-vaccinales (appelant, si l?on en croit l?EMA, encore des mois de travail…), quel peut en ?tre le m?canisme?? La plupart des sp?cialistes de cette maladie jugeant que la narcolepsie correspond le plus probablement ? une maladie auto-immune, on se repr?sente sans peine – au moins th?oriquement – qu?un vaccin puisse d?clencher une telle auto-immunit?. Or, si les narcolepsies post-vaccinales sont effectivement li?es ? une r?action auto-immune, quel peut ?tre l?antig?ne en cause?? Il n?y a pas bataille?: soit un antig?ne du virus H1N1, soit un adjuvant. Le probl?me, c?est que le vaccin contre la grippe saisonni?re de cette ann?e contient exactement ces m?mes antig?nes… et ces m?mes adjuvants [5]. Cherchez l?erreur…

Bonne chance aux vaccin?s de cette ann?e – et aux enfants, en particulier?!…

[1] On allait attendre lesdites ?tudes jusqu?en 1997, quand il ?tait objectivement trop tard.

[2] « Nul ne peut se pr?valoir de sa propre turpitude » dit normalement la loi…

[3] Reste que pour ?videmment d?bile qu?il soit, cet argument est en parfaite continuit? avec la « m?thodologie d??valuation » des autorit?s qui, ? chaque d?c?s ou fausse-couche post-vaccinaux, n?ont pas manqu? de rappeler doctement qu?on avait l?, typiquement, des complications de la grippe dont l?atroce survenue justifiait au contraire la vaccination.

[4] L?argument de la confidentialit? ne pouvant s?appliquer puisque la r?glementation fait obligation d?anonymiser ces fiches.

[5] Contrairement, soit dit en passant, ? ce qu?ont faussement annonc? certains journaux?: cf. par exemple Nouvel Obs.com, 23/09/10.


Communiqu? EMEA

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le petit monde de Donald (13) : la démocratie mise à mal

Trump, on l’a vu, n’est qu’un magouilleur de bas étage, dont la fameuse tour de New-York ...