Accueil / T H E M E S / ECONOMIE / Argent / La nature de la politique: une histoire déprimante
Bombardier C-Series

La nature de la politique: une histoire déprimante

 

Je n’écris plus souvent ces temps-ci. Je trouve la scène politique plutôt déprimante. Cependant, il y a des moments où je ne peux faire autrement que de sauter sur mon clavier. Ce qui s’est produit avant-hier est un bon exemple. Ce n’est pas que j’ai été surpris outre mesure par le fait que le gouvernement Couillard ait décidé d’investir $1 milliard US ($1,3 milliards CAN) dans Bombardier en mon nom et celui de tous les contribuables, prenant ainsi possession de 49% d’une compagnie formée pour assurer le développement (très risqué, cela va sans dire) du C Series de Bombardier alors que la journée même, Bombardier montrait des états financiers qui accusaient une perte de $4,9 milliards. Ça devrait me choquer, comme ça semble choquer tout le monde, mais non. Pas vraiment. Ce qui me choque plus dans cette affaire est le refus des gens de voir que ce genre de chose est monnaie courante en politique et que tant et aussi longtemps qu’on considérera comme normal de se faire confisquer près de la moitié de son revenu par le gouvernement pour ensuite voir cet argent gaspillé de façon outrageuse dans des projets dans lesquels nous n’aurions jamais mis une taule de notre propre chef, ce genre de chose se produira encore et encore.

Ce n’est pas d’hier que les politiciens récompensent leurs amis et leur font des faveurs. Les corporations dépensent des millions en lobbying pour obtenir des contrats ou une réglementation qui leur est favorable au détriment de leurs concurrents, ou tout simplement pour de l’argent. Comme par hasard, le lobbyiste de Bombardier est un certain ex-ministre des finances libéral. Peut-on être plus incestueux que ça? Tout le monde s’indigne, tempête et rouspète, mais personne ne veut vraiment s’attaquer à la vraie cause du problème: les politiciens contrôlent des sommes faramineuses d’argent qu’ils soutirent par la force des contribuables qui n’ont mot à dire que lorsqu’ils votent à tous les cinq ans.

Bombardier C-Series

Un «investissement», vraiment?

Laissez-moi vous faire part d’une réalité trop souvent oubliée: le gouvernement ne peut rien vous donner qu’il n’a pas pris par la force à quelqu’un d’autre. Si ce quelqu’un d’autre avait pu garder son argent plutôt que d’être forcé à le donner au gouvernement, il l’aurait peut-être utilisé à des fins plus productives (ou pas, mais c’était SON argent). Ce sur quoi on peut compter c’est qu’il l’aurait dépensé ou investit selon ses propres intérêts personnels dans le but d’améliorer sa qualité de vie. Lorsque c’est le gouvernement qui choisit quoi faire avec cet argent, c’est une toute autre chose.

Les gens qui croient que le gouvernement agit pour le «bien commun» sont probablement les mêmes qui ont coulé leurs cours d’Histoire à l’école. Parce qu’au contraire, le gouvernement est composé d’individus qui ont naturellement leur propre intérêt personnel en tête. Dans le cas des politiciens, leurs deux premières préoccupations sont de se faire élire et de se faire ré-élire. Vos préoccupations, ils n’en ont rien à cirer, à moins que celles-ci les aident dans leurs deux préoccupations personnelles. Donc, naturellement, les soit-disant «investissements» que les politiciens font avec votre argent ont rarement quelque chose à voir avec votre bien-être (tout bienfait que les petites gens en retirent, sont le plus souvent accidentels).

Donc, lorsqu’on vous raconte qu’on doit sauver telle ou telle compagnie pour le bien commun, à cause des pertes d’emploi ou des dommages à l’économie, n’en croyez pas un mot. Dans la réalité, si une compagnie n’est pas assez bien gérée pour être profitable et attirer des investissements privés, elle ne mérite pas non plus d’être capitalisée de force par le contribuable.

Donner 1,3 milliards à Bombardier signifie qu’on prive toutes les autres entreprises (qui sont profitables, puisqu’elle paient de l’impôt) de capitaux et des intérêts pour un projet dont le retour sur investissement est si douteux qu’aucune banque ou investisseur privé ne veut le toucher avec un bâton de dix pieds (et je travaille présentement pour une banque d’investissement, vous pouvez imaginer les discussions autour de la machine à café…).

L’économiste français Frédéric Bastiat parlait souvent de ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas. On voit facilement les emplois perdus si on laissait Bombardier à elle-même, qui incidemment, seraient bien moindres que ce qu’on peut penser, comme l’explique Vincent Geloso dans son récent blogue, mais ce qu’on ne voit pas ce sont tous les autres emplois qui auraient été créés si les autres entrepreneurs avaient eu accès à ces capitaux. Encore une fois, le gouvernement ne peut rien donner aux uns sans priver les autres. Et dans la plupart des cas, le gouvernement prive ceux qui produisent au profit des cancres.

La nature de la politique

C’est pourquoi les fameux «investissements» du gouvernement sont rarement profitables au sens économique, ils ne profitent en fait qu’à un nombre restreint d’individus au détriment de tous les autres, mais ils sont politiquement rentables pour les politiciens.

Les politiciens le feront toujours. Ils ne peuvent pas ne pas le faire, en fait. Sinon on pourrait commencer à croire qu’ils sont inutiles et en réalité ils sont carrément nuisibles. On lance souvent à la blague que la politique est le deuxième métier le plus vieux du monde. Le premier étant la prostitution. On va même jusqu’à dire qu’il y a peu de différences entre une prostituée et un politicien. Je vais vous en nommer une plutôt fondamentale. La prostituée rend un service bénéfique à sa clientèle alors que dans la balance, c’est loin d’être le cas des politiciens.

C’est une des raisons pourquoi j’abhorre la politique. Parce que sa véritable nature ne consiste pas à améliorer le sort de tous mais plutôt à prendre ce que certains ont durement gagné pour le redonner à d’autres qui ne le méritent pas. Cette intervention envers Bombardier n’en est qu’un autre exemple.

PHILIPPE DAVID

 

A propos de Philippe David

avatar

Check Also

La corruption menace la sécurité nationale

Tandis que les événements prennent au Kazakhstan une tournure dramatique du fait du régime dictatorial ...

11 Commentaire

  1. avatar

    Les gens qui croient que le gouvernement agit pour le «bien commun» sont probablement les mêmes qui ont coulé leurs cours d’Histoire à l’école.

    c’est un propos excessif : en démocratie, le gouvernement travaille TOUJOURS pour le bien commun : votre réflexion tendrait à parler d’une dictature, plutôt..

    or il ne semble pas que ce soir votre cas, là-bas, au Québec…

    « C’est pourquoi les fameux «investissements» du gouvernement sont rarement profitables au sens économique,  »

    garder une entreprise d’aviation nationale c’est une nécessité, ou sinon c’est payer Thales, Aibus, Bombardier ou Boeing.

    Je vous propose une autre réflexion : votre nouvel élu a dit en campagne électorale qu’il ne prendrait pas les F-35 pourris qu’on lui propose..

    réponse des américains ; vous avez déjà payé le développement, mais vous paierez dans ce cas PLUS CHER sur ls quelques uns que vous SEREZ obligés de prendre… par CONTRAT, sinon les indemnités vont vous TUER..

    Il est loin le temps des Avro Canada Canuck; hein…

    http://www.spitcrazy.com/CF-100.jpg

    et votre si beau Arrow, tué par la politique :
    http://www.innovation.ca/sites/default/files/images/impact_stories/peter%20mcmahon-palmiro%20campagna-avro%20arrow-grounded.jpg

    le responsable :

    Qui a donc pris la décision finale?

    PC : Hugh Campbell, le chef d’état-major de la Force aérienne. Une note de service émise par son bureau recommandait de supprimer les Arrow. Campbell a envoyé des messages au ministre de la Défense nationale, puis à d’autres ministères impliqués. Le nom de John Diefenbaker ne figure nulle part dans cette correspondance, ce qui est tout à fait normal. À ce stade, la destruction de l’Arrow s’apparentait à celle de tout autre appareil militaire ordinaire, et cette démarche s’inscrivait dans le cours normal des choses.

    après on cette rélflexion :

    PC : Que le Canada a toujours eu le savoir-faire et les connaissances nécessaires pour accomplir un travail de pointe, et qu’il possède encore ces compétences aujourd’hui. Cette expérience nous a montré que nous sommes capables de produire une technologie de haut niveau et de calibre mondial. Nous pourrions encore participer à des projets aérospatiaux d’envergure. Tout cela dépend des objectifs du Canada. Voulons-nous former des gens ici pour ensuite les laisser partir ou souhaitons-nous les garder au pays?

    et Bombardier en fait partie, manifestement… air Bombardier n’est donc pas dt tout ce que vous affirmez..

  2. avatar

    Vous avez raison M. David. D’ailleurs, la majorité des analystes vont en votre direction. Le « petit coup de pouce » n’est que pour la CSeries. Bref, celui dont le développement va le plus mal. Tout le monde craint d’ailleurs que cet « investissement » – pris dans les poches des contribuables québécois- soit une erreur.
    On en a profité pour « quêter » : que le siège social demeure à Montréal pour les 20 prochaines années.
    Bombardier est une entreprise privée qui pourrait déménager n’importe où.
    Nous en sommes à « acheter » nos emplois…

  3. avatar

    C’est honteux tout simplement. Depuis que ce gouvernement a fait des compressions budgétaires supplémentaires de 2 ou 3 milliards en 2015 pour parvenir au déficit zéro, il en a distribué autant à l’entreprise privée et le chômage s’est accru malgré tout, sans surprise d’ailleurs… On nous dira sûrement que c’eut été pire sans tout cet argent distribué, car on a un argument en réserve pour chaque coup de barre de plus (j’hésitais entre coup bas ou coup de barre…).

    Pourtant il faut se rappeler des 250,000 emplois promis par ce gouvernement qui aura bientôt deux années de… coupures à son actif. Déficit zéro… l’épouvantail qui permet de se moquer du peuple. Bombardier a débuté la mise à pied de 1,000 travailleurs à Montréal (dont 150 ingénieurs) en juin dernier. 1.3 milliard $ annoncé dernièrement, c’est 1.3 millions $ pour chacun de ces emplois.

    On ne parle plus du 500 millions accordé à la famille Beaudouin il y a 2 ans pour la construction d’une cimenterie absolument inutile encore à ce jour… C’est beaucoup d’argent qu’on soutire à chaque citoyen… alors qu’il ne voit pas les bénéfices.

    http://meteopolitique.com/fiches/ethique/Beaudoin/Beaudoin-pere-et-fils.htm

    http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/economie/2015/05/14/001-bombardier-aeronautique-montreal-toronto-abolition-1800-postes.shtml

    http://ici.radio-canada.ca/sujet/elections-quebec-2014/2014/03/19/014-port-daniel-gascons-cimenterie-projet-impacts-remous.shtml

    http://argent.canoe.ca/nouvelles/les-desmarais-et-les-beaudoin-saffronteront-dans-le-ciment-17102013

    http://www.lequebecois.org/port-daniel-le-projet-de-la-honte/

    • avatar

      J’ai parcouru et lu la plupart des liens, Elyan. C’est bien ce que je pensais ou me questionnais: à qui donc profitent toutes ces subventions? Et , Seigneur!, quels beaux jeux de lobbyistes derrière tout ça.
      1.3 million pour chaque emploi…
      Dans un documentaire que je n’arrive pas à retracer, on a fait le bilan des investissements semblables concernant les mines du Nord du Québec. Résultat: les propriétaires sont partis en laissant les sites pollués. À tel point que lorsqu’on en fait une comptabilité il en coûterait plus cher pour dépolluer que ce que les québécois y ont « gagné ».
      Il faudrait à tout prix « répandre » le documentaire concernant les paradis fiscaux. Tenez vos tuques, on en sort brisés:
      http://ici.radio-canada.ca/tele/1001-vies/2015/episodes/360315/prix-payer-documentaire

      James Bond peut aller se rhabiller… La finance internationale est sans doute la source de la pauvreté actuelle des États providence devenu des États concurrents.
      Peut-être que le bouffont Trump a raison de fermer un peu les frontières des États-Unis s’il est élu…

  4. avatar

    Merci pour le lien de la vidéo. Savoureuse la phrase qu’a lancée la présidente d’une commission parlementaire britannique au vice-président de Google Angleterre (après lui avoir dit que sa société minimisait ses impôts même si c’était injuste pour les contribuables britanniques) à 49:30 de la vidéo: Nous ne vous accusons pas d’illégalité mais d’immoralité 🙂 Et vlan !

    Mais c’est bien là toute la merde (ne tournons pas autour des mots surtout qu’on cherche à nous en balancer 8 milliards de litres de plus ici) qui paralyse les sociétés (le gars de la rue, le pauvre con qu’on fout dans une roulette à hamster et qui ne peut plus qu’espérer ne pas se péter la figure au rythme qu’on lui impose). Un banditisme légal, car il est constitué des inégalités qu’il crée en toute connaissance de cause, des dommages bien évidemment aussi. C’est ce qui le rend criminel du fait de conséquences dont plusieurs sont létales tout simplement… auprès de ceux qui les subissent. Ce n’est donc plus illégal, mais criminel … preuve que nos lois errent dans un cafouillis tel que ceux qui les édictent et les protègent se rendent coupables d’irresponsabilité et de fautes graves. Leur légitimité est atteinte… (on reprendra le fameux argument plus ridicule que percutant: déconsidérer l’administration de la justice qui s’applique ici à 100%).

    Sur quoi donc repose tout ce système à part que sur les investis de pouvoir et d’or qui s’arrogent le droit de vie et de mort ? Nous nous activons dans la sous-couche de la vie, celle qui nous cache le soleil tant nous sommes contraints de participer à entretenir les vices, dépendances et démesures de ces investis de pouvoir et d’or, ces gérants d’humanité. C’est ce que nous faisons chaque fois que nous vient l’idée de contester la saveur des miettes qu’ils nous laissent… Nous ne remettons que très rarement en question la méthode de production et de fabrication du pain… nous qui sommes le levain. C’est grave d’avoir si peu de notion de liberté, si peu d’amour pour soi-même et d’amour de la vie au point de se laisser dépouiller de notre essence pour satisfaire des imposteurs.

    http://www.centpapiers.com/2015/

  5. avatar

    Je me suis dit que c’était un crime contre l’humanité. Il faudrait une sorte de Nuremberg pour faire le nettoyage de tout cela. Mais comment « pendre » l’invisible? Car c’est un système malin, satanique, que peu connaissent et contre lequel il semble impossible de lutter.
    Qu’est-ce qu’une frontière ou un pays? Là encore, on dirait une illusion. Car on y entre et on y sort par une porte qu’on ne voit pas.
    Ce système à gros chapeau a déjà fait des millions de victimes.
    C’est monstrueux et …immoral. Mais l’Histoire a démontré que la moralité n’est pas une valeur pour les saccageurs. Avoir écrasé les peuples amérindiens pour leur voler TOUT, même leur culture n’a rien de moral. Ni même de tramer des complots « pour le bien des peuples ». Belle hypocrisie.
    Bref, ce qui est écrasant et qui agrandit les yeux, c’est de « voir » que nous vivons dans un monde trafiqué et qu’on nous laisse voir la coquille de l’œuf sans pouvoir accéder à la richesse de son contenu.
    Finie l’ère des bandits héros qui défonçait les coffres-forts!
    Les peuples sont sous emprise. Et on ne voit pas la lumière au bout du tunnel, comme le dit le cliché.
    Pour votre 2015, vous pouvez simplement modifier la date avec quelques ajouts… Et encore…

  6. avatar

    Barrage minier qui a cédé.. 60 millions de tonnes de déchets de minerai de fer. Ça devait être joli derrière ce barrage à ciel ouvert… On ne sait plus trop quand le crime commence et quand il finit…

    http://www.msn.com/fr-ca/actualites/monde/500-personnes-secourues-du-village-englouti/ar-CC2W6y?li=AAanjZr&ocid

    • avatar

      Il commence avec la stupide cupidité et finira PAR la cupidité. Ce qui me rappelle l’article de Fethi Gharbi: Les civilisations meurent-elles par suicide?
      On n’est pas sortis du boa…

  7. avatar

    aucun rapport entre le barrage brésilien et cette affaire !!!

    On parle d’industrie NATIONALE avec Bombardier, même si c’est une société privée…

    car les enjeux dépassent la simple entreprise dès qu’on touche aux budgets aériens , boulimiques… qui dépassent les ETATS.

    comme je l’ai dit et le répète, c’est ça pour le Canada ou enterrer une production nationale très bien faite : l’enterrement jadis des réacteurs Oranda et de l’Arrow, pour s’en remettre aux américains seuls..

    vous volez en ce moment en F-18 US pour vous défendre : vous êtes DEPENDANT des USA !!!

    Votre nouveau premier ministre a PROMIS de se passer du F-35, cette enclume volante qui ne servira jamais à rien une fois en l’air..

    pourra-t-il s’en passer économiquement ? NON ! car s’il ne commande pas le RESTE, le CONTRIBUABLE, vous, Gaetan et vous Elyan, vous devez PAYER des AGIOS inscrits dans le contrat signé par votre premier ministre précédent.. le capitalisme, c’est avant tout une ESCROQUERIE !!!

    En avez-vous conscience ? j’en doute, à vous lire.

    C’est bien joli les petites fleurs et les petits oiseaux, mais enfin raisonnez un peu : le capitalisme est là, il est HORRIBLE par essence et la jeunesse s’en fout, gavée de pubs qui l’a ravit …. les gens sont aussi las, des politiques , las de leurs vies en entonnoir avec ces PUBS qui leurs disent tous les jours que ce sont des CONS car il n’ont pas la dernère bagnole ou le dernier ordi, mais on a tué chez eux toute volonté de révolte : ils sont HELAS RESIGNES. Lutter contre le capitalisme, ils DOIVENT LE REAPPRENDRE, mais pour ça ils ne doivent pas être sous le joug d’une multinationale :; or en aviation c’est TRES TRES concentré et Bombardier DOIT SURVIVRE si vous voulez que ça se tienne, votre désir de vivre dans un pays MOINS dépendant de ces industriels US… et du capitalisme, invétiabable à moins de TOUT chambouler; ce que les gens ne FERONT PLUS, trop habitués au petit confort individuel capitaliste : ils ne PEUVENT plus retourner en KIBBOUTZ ou en KOLKHOZE … on a trop développé via les pubs la HAINE de l’autre ou la DIFFERENCE les uns des autres !

    c’est ainsi et je le déplore : mais de grâce, cessez donc de parler d’autre chose que de ce problème économique simple ; faut-il qu’un pays ait une aéronautique nationale, et si non comment peut-il faire pour ne pas devenir le jouet des USA ???

    c’est ça le problème, pas celui d’un barrage brésilien ou la fin des civilisations : restez donc CONCRETS, bon sang de bon soir ! Et revenez-en à Bombardier qui est un fort bel exemple actuel des choix à faire en POLITIQUE…

    sortir du BOA, Gaetan ? C’est fini : la jeunesse n’est PLUS révolutionnaire, hélas…

    • avatar

      Ben! Alors, Momo, vous le spécialiste, on le trouve où cet avion? Concernant le Arrow, il devait coûter 2 millions l’unité en 1950 et il est passé à 12 millions en 1959 pour une population canadienne qui n’atteignait pas 18 millions d’habitants. C’est cher par habitant – et de vrais habitants à petites terres, pas instruits – de se payer un tel luxe. Mais le P.M de l’époque avait déjà son abris antinucléaire. Nous, c’était les poches de sable 🙂 Je m’en souviens pour avoir découpé un plan dans un journal sur « l’art de se protéger » en cas de guerre atomique. La guerre froide? Plutôt chaude.
      Anecdote en passant. Il y a 65 ans aujourd’hui, dans le fleuve Saint-Laurent un bombardier américain a largué une petite bombe atomique dans le fleuve. L’appareil, disait-on, était en « difficulté. ( un B-50). Mais le gouvernement ne l’a divulgué que 50 ans plus tard.
      http://ici.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2015/11/10/009-bombe-atomique-saint-andre-kamouraska-bas-saint-laurent-armee-americaine.shtml

      Il faudrait bannir les gouvernements et revenir aux petits villages gaulois…
      ***
      La Cseries. Eh! Oui. Il semble que ça va fonctionner. Le carnet « s’épaissit ». Avec un projet de loi ayant pour chiffre 70 on s’apprête à s’attaquer aux assistés sociaux et « briser le cercle de la dépendance à l’État ». Il reçoivent le minimum, soit environ 600$ CAD par mois. On devrait récupérer 50$ millions. Comme dirait l’autre, il y a le bon pauvre et le mauvais pauvre.
      On épargnerait sans doute plus en s’attaquant à la City of London et les paradis fiscaux…
      ***

      on a trop développé via les pubs la HAINE de l’autre ou la DIFFERENCE les uns des autres !

      ***
      Sapristi, Momo. Je dois vous féliciter: vous devenez philosophe et humaniste. Attention aux oiseaux et aux fleurs…
      Je ne me moque pas. Je taquine.

  8. avatar

    Ben! Alors, Momo, vous le spécialiste, on le trouve où cet avion?

    votre gouvernement de l »époque l’a fait DETRUIRE, comme les anglais ont fait pour le TSR2. Les anglais en ont gardé deux complets, vous vous n’avez que le nez qui a été gardé…

    un ces deux TSR2
    https://fr.wikipedia.org/wiki/BAC_TSR-2#/media/File:BAC_TSR-2_-_Mike_Freer.jpg

    le nez de l’Avro au musée canadien de l’aéronautique :
    http://web.ncf.ca/fd978/arrow/cam206.jpg

    http://casmuseum.techno-science.ca/en/collection-research/artifact-avro-arrow-2.php

    adresse :
    11 Aviation Parkway in Ottawa, Ontario.
    http://casmuseum.techno-science.ca/en/visit/directions.php
    The Museum is a must-see destination in Canada’s Capital Region. Located just ten minutes from Parliament Hill by car, the Museum is easily accessible. Visit by car, bicycle, public transit, or even airplane!

    un réplique a été conduite en 2013 à Mississauga où il avait été construit :

    http://www.ctvnews.ca/canada/convoy-escorts-avro-arrow-replica-to-mississauga-for-public-display-1.1466565

    pour l’événement dont vous parlez
    Anecdote en passant. Il y a 65 ans aujourd’hui, dans le fleuve Saint-Laurent un bombardier américain a largué une petite bombe atomique dans le fleuve. L’appareil, disait-on, était en « difficulté. ( un B-50). Mais le gouvernement ne l’a divulgué que 50 ans plus tard.

    c’est à Saint-André-de-Kamouraska

    http://ici.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2015/11/10/009-bombe-atomique-saint-andre-kamouraska-bas-saint-laurent-armee-

    https://en.wikipedia.org/wiki/1950_Rivière-du-Loup_B-50_nuclear_weapon_loss_incident

    il n’y avait pas de noyau atomique dedans:
    Returning one of several US Mark 4 nuclear bombs secretly deployed in Canada, a USAF Boeing B-50 Superfortress had engine trouble and jettisoned the weapon at 10,500 feet (3,200 m). The crew set the bomb to self-destruct at 2,500 ft (760 m), and released it over the St. Lawrence River. The non-nuclear explosion shook area residents and scattered nearly 100 pounds (45 kg) of moderately radioactive uranium (U-238) used in the weapon’s tamper. The plutonium core (« pit »), which is the key component for a nuclear reaction and detonation, was not installed in the bomb at the time. The absence of the core probably was due to their cost and relative scarcity at the time

    l’incident avait effectivement été caché jusque dans les années 80 !!

    si vous voulez vous faire peur avec des bombes complètes tombées, lisez ceci

    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/atom-heart-fucker-saison-6-les-75643

    chez vous un autre incident pose un sérieux problème à la CIA :

    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/coke-en-stock-xxxiii-le-crash-non-91581

    ma conclusion :
    Coke en stock (XXXIII) : le crash non élucidé de Gander .par morice

    Un pays qui a menti sur le sort de 248 de ces soldats dès 1991 pourra-t-il faire pire seize ans après sur plus de 2000 de ces civils ? Pour moi, ça ne fait aucun doute. Les 248 soldats US ont été sacrifiés sur l’hôtel des Contras. En 2001, sur celui de l’invasion de l’Afghanistan et de l’Irak. Ce qui valait bien dix fois plus de morts…

    « Sapristi, Momo. Je dois vous féliciter: vous devenez philosophe et humaniste. Attention aux oiseaux et aux fleurs… »

    merci pour l compliment, je n’attendais rein d’autre de votre grandeur d’âme proverbiale, Gaetan….