Accueil / A C T U A L I T É / La nationalit? Qu?b?coise!!!

La nationalit? Qu?b?coise!!!

La nationalit? Qu?b?coise!!!

– Dis-moi; c?est quoi un Qu?b?cois?

-C?est un individu qui r?side au Qu?bec ou ? Qu?bec.

-Comment ?a au Qu?bec ou ? Qu?bec???

-C?est simple; les gens qui r?side dans la ville de Qu?bec sont des Qu?b?cois et les gens qui r?sident dans la province de Qu?bec sont aussi des Qu?b?cois.

-C?est quoi la diff?rence entre les deux?

-Leurs adresses.

– C?est tout?

-En tout les cas, c?est tout ce qui reste depuis la r?volution tranquille.

-Qu?est-ce que tu veux dire?

-Je veux dire que la r?volution tranquille a d?fini l?ancien Canadien-Fran?ais comme une ?grenouille de b?nitier?, avec la caract?ristique du ?porteur d?eau? pour les Anglais et celle d?un imb?cile qui croyait ?tre ?n? pour un petit pain?. Du moins c?est un peu ce qu?un sociologue Qu?b?cois actuel, M. Beauchemin, nous apprend dans ses cours/conf?rences. Pas surprenant qu’en 1960 on ait d?cid? de jeter tout le pass? par-dessus bord! Mais ce n’?tait pas la v?rit?.

– Ecoute; si un sociologue l?enseigne c?est s?rement que c?est, en partie, la v?rit?.

-Pas si certain que ?a. J?ai v?cu avant la r?volution tranquille et je dois te dire que les Qu?b?cois de l??poque ?taient loin d??tre des ?grenouilles de b?nitier?. Pendant la messe on allait fumer devant l??glise et on parlait de politique, de chasse et p?che et de notre travail (incluant « bibi »). Le seul lien « sacerdotal », qu?un Qu?b?cois de l’?poque manifestait tr?s fort, ?tait lorsqu?il se donnait un coup de marteau sur le pouce.

M. Beauchemin dit ?galement que les Qu?b?cois portaient au nue le fait d??tre agriculteurs ce qui emp?chait les ruraux de venir dans les villes. Tout ?a c’est la version de Trudeau, Pelletier et autres, dans leur cr?ation « Cit?e libre », qui ont voulu d?nigrer les vrais Qu?b?cois pour, ensuite, les « fa?onner » ? leur d?sir. ?videmment, si tu acceptes ces « pr?misses », ils ont eu raison; mais les fameux « pr?misses » sont faux.

– Et puis, apr?s?

-Et puis apr?s??? Mon arri?re-arri?re grand-p?re est venu s?installer ? Montr?al? vers? 1850. Il voulait faire de l?argent au lieu de nourrir des porcs et des poules. Donc, il ne croyait pas ?tre n? pour ?un petit pain?. Avant cette ?poque, le seul travail qui n??tait pas ? la ?ferme?, ?tait celui reli? aux fourrures et ? la foresterie; et c?est ce que les anc?tres pr?c?dants ont fait m?me s?ils poss?daient une ferme.

Je dois te dire qu?aucun de mes anc?tres (et je ne suis pas le seul) ne s?est consid?r? comme au service des anglais. S?ils acceptaient de travailler pour un anglais, c??tait sous contrat et non comme employ? ou serviteur. Et c?est le cas d?une majorit? de Qu?b?cois. La r?volution tranquille a consacr? l?image du Qu?b?cois comme ?tant celle pr?sent?e par Claude Henri Grignon, dans ?Un homme et son p?ch??. En r?alit? il y avait tr?s peu de S?raphin Poudrier, de P?re Laloge, et de Donalda parmi les Qu?b?cois. La majorit? ?taient des Alexis Labranche, suivit ?des Todore Bouchonneau ?dit Desbouchons? et des Gorgianna Bouchonneau dit ?La lionne?. Ce ne sont pas des personnages que l?on peut qualifier de ?victimes?.

Les seules victimes ?taient du genre « Monsieur le notaire du Potiron » qui jouait ? « ?tre Fran?ais ». Et comme c’est lui et ses semblables qui ont ?crit l’histoire de la Nouvelle France et du Canada, ils ont fait de nous des « orphelins abandonn?s par la m?re patrie ». Il faut souligner ?galement que les « ?v?ch?s » appuyaient cette vision. Ce qui leur permettaient de croire qu’ils contr?laient leurs « ouailles ». Il faut, cependant, y regarder ? deux fois pour d?couvrir la r?alit? historique.

-Donc, selon toi, les Qu?b?cois n??taient pas aussi religieux qu?on le dit?

-Pas ceux que j?ai connu dans mon temps, en tous les cas. Et il semble que durant notre histoire on fut oblig? de passer des lois pour que les Qu?b?cois n?aillent pas fumer sur le perron de l??glise pendant la messe; alors tire tes conclusions.

-Et le clerg? qui contr?lait la vie des Qu?b?cois?

-J?ai vu un cur? se faire attraper par le collet par une de ses ?brebis? et on m?a raconter que ?a s?est pass? assez souvent quand le cur? devenait trop ? ti-boss? de la paroisse. S?il ?tait ?raisonnable?, le Qu?b?cois donnait des sous ? sa femme pour la qu?te ? la fin de la messe. Il y a des ?v?ques qui sont venu ?redresser des situations? dans certains villages en employant des phrases trop ?cat?goriques? durant le sermon. La majorit? des ?brebis? s?est lev?e et a quitt? l??glise; et ?a, ?a s?est pass? au 18e si?cle. Donc les Qu?b?cois n?ont jamais ?t? des ?souris de sacristie?.

-Mais les cur?s obligeaient les hommes et les femmes du Qu?bec ? avoir des enfants!!!

-Fait le tour du Qu?bec et regarde nos Qu?b?coises et demande-toi comment tu r?agirais si le cur? te disais de faire un enfant ? l’une d’elles qui te fait un beau sourire. Est-ce que cela fait de toi une ?grenouille de b?nitier??

– Dans ce cas, la r?volution tranquille vous a donn? quoi?

– Elle nous a donn? le sens de ?l??go?sme? et le sens ?d??craser nos voisins? avec un peu d?hypocrisie indispensable pour devenir de bons ?hommes d?affaires?. Et ?a fonctionne; de plus en plus de Qu?b?cois deviennent millionnaires au d?pend de leur concitoyens.

-Des millionnaires dans une soci?t? n?est peut-?tre pas mauvais tant que ?a?

-Peut-?tre pas; mais ?a cr?e aussi des pauvres en joual-vert, en tous les cas. Mais le plus triste c?est que pour op?rer cette r?volution tranquille on a ?t? oblig? de renier qui nous ?tions: des hommes courageux, joyeux, honorables, amicaux, sociables, travailleurs etc.

Savais-tu que depuis 1760, les Canadiens-Fran?ais ?taient reconnus comme les meilleurs travailleurs de l?Am?rique du Nord? Au dix-neuvi?me et au vingti?me si?cle, si tu allais au USA pour trouver du travail, tu en trouvais aussit?t arriv?. Il ?tait reconnu partout que le Qu?b?cois ?tait un excellent travailleur et s?il, avait un m?tier, tous les employeurs ?taient alors assur?s d’employer les plus comp?tants qu?ils puissent trouver.

? l??tranger, les Qu?b?cois parvenaient ? obtenir les meilleurs salaires dans leur champ de comp?tence; et au Qu?bec, la seule menace d?un homme de m?tier, de quitter un employeur suffisait ? lui guarantir une hausse de salaire. Le Qu?b?cois n?a jamais pens? ?tre ?n? pour un petit pain?. Le Qu?b?cois et avant lui, le Canadien-Fran?ais parvenait ? gagner assez d?argent pour passer l?hiver ? faire la f?te, s?habiller en neuf etc. Les Qu?b?cois n?ont jamais ?t? pauvres, ni avares, ni grincheux ni paresseux. Ils n??taient simplement pas des ?profiteurs? de leur semblables.

– Donc, tu regrettes l??poque de ce qu?on apelle la ?Grande noirceur??

-Es-tu malade? Je ne peux pas regretter les avancements technologiques actuels; mais je regrette que le Qu?b?cois n?ait plus de caract?ristiques nationales. Je regrette qu?il ait rejet? son histoire qui est l?essence m?me de sa nature Qu?b?coise. C?est de nos jours qu?il est devenu un mouton insignifiant qui ne se fait valoir que par son compte de banque.

Il est devenu un esclave de ?l?establishment? qui lui donne un gros salaire s?il parvient ? d?poss?der ses compatriotes. Regarde seulement l?exemple des pr?sidents de banques qui obtiennent des millions en prime de d?part parce qu?ils ont augment? les ?frais de service mensuels? de quelques dollars par habitant.? Quelques dollars mensuels par habitants signifie quelque 14 millions mensuellement pour donner un service qui ?tait gratuit lorsqu?il ?tait fait ? la main, mais qui est ?charg?? depuis que tout se fait tout seul par ordinateur. Si tu ne me crois pas, relis l’histoire de la « Caisse Populaire » et regarde ce qu’elle est devenue.

-Tu n?es qu?un maudit chi?leux!!!

-Exactement!!! C?est une des caract?ristique des Qu?b?cois; mais il faut ajouter que j?aime chanter, faire des blagues, ?prouve du plaisir ? me d?passer, m?amuse ? combattre mes peurs, adore participer ? un ?party? o? des amis font de la musique, danser, aller ? la chasse et ? la p?che etc.

Et je suis encore un peu ?soupe au lait?. ?a, cependant, je ne sais pas vraiment d?o? ?a vient; ?a doit ?tre g?n?tique.

-Salut!

-Hey!

-Quoi?

-Veux-tu voir un vrai Qu?b?cois qui n’est pas a obnubil? par l’argent, qui est brillant et qui, si tu lui demandes un service, se fera un plaisir de te le rendre?

-Ouais!

-Tiens:

Et il n’est pas le seul. Il en existe un grand nombre comme lui, encore au Qu?bec, qui « raisonnent objectivement », se ber?ant sur leur « galerie », au sujet des conneries que font certains de leur semblables, obnubil?s par les influences internationales de « l’objectivit? raisonnable ».

-Laisse-moi tranquille avec tes histoires!!! Salut.

-Bye!…la victime.

-Quoi???

-Rien.

 

Amicalement

Elie l?Artiste

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

MH370 (40) : les humanitaires détournés, un jeu dangereux

Nota : à ceux qui pourraient penser récupérateur l’association de la catastrophe du vol MH-370 ...

3 Commentaire

  1. avatar

    Évidemment, au sujet de la classification des Québécois comme « porteurs d’eau pour les anglais », j’aurais pu soulever les exploit de Jos Monferrant qui fut le premier « Maurice Richard » de notre histoire.

    Il s’est levé d’une façon beaucoup plus « physique » devant la volonté de certains Anglais d’écraser les « Canayens ».

    Finalement, ils n’ont pas « écrasé » grand chose. De plus il ne faut pas croire que Jos Monferrant était seul à se défendre.

    Mais cela se passait ailleurs que dans les bureaux de notaires et de l’évêché.

    Amicalement

    Elie l’Artiste

  2. avatar

    Finalement, je viens de décider de relater quelques exploits de ce Jos Montferrand qui vous convaincra peut-être que les porteurs d’eau pour les Anglais, ne se trouvaient certainement pas au Canada.

    À demain

    Amicalement

    Elie l’Artiste

  3. avatar

    Depuis 1960, nous ne sommes plus des « porteurs d’eau »; on a même commencé à la vendre en bouteille de plastic.

    Trudeau, Pelletier et cie doivent sourire dans leur tombe.

    Amicalement

    Elie l’Artiste