Accueil / T Y P E S / Chroniques / Mort de la libert? d?expression

Mort de la libert? d?expression

PHILIPPE DAVID

S?il existe un droit humain qui est fondamental, c?est la libert? d?expression. Ce droit nous l?avons, pas parce l??tat nous l?accorde, mais parce qu?il nous est inn?. Dans un pays qui est r?ellement libre, ce droit n?est restreint en aucune fa?on. Nous avons le droit d?exprimer notre de pens?e de quelque fa?on que nous voulons, m?me si ?a offense les autres. Car, voyez-vous, il est impossible de faire plaisir ? tout le monde, et quoique vous disiez, il y aura toujours d?autres gens qui seront en d?saccord. D??tre en d?saccord avec vous est leur droit le plus strict, mais ?a ne vous enl?ve pas le droit d?exprimer votre propre opinion, m?me si celle-ci peut ?tre m?prisante ou m?me haineuse aux yeux de certains. En fait, ? moins qu?il peut ?tre prouv? que vos opinons sont mensong?re et portent atteinte d?une fa?on concr?te aux droits d?un particulier ou que vous causiez un danger quelconque comme hurler ??au feu?? dans un cin?ma sans raison valable, votre libert? d?expression ne devrait pas ?tre restreinte dans un pays qui se veut r?ellement libre.

Or, au Canada, la libert? d?expression est s?rieusement en p?ril. Il suffit maintenant d?une seule plainte par une personne outr?e, pour que quelque chose soit censur?. C?est ce qui est arriv? la semaine derni?re, lorsque suite ? une seule plainte, on a banni la chanson ??Money for Nothing?? de Dire Straits, qui pourtant tournait des toutes les stations de radio depuis 25 ans. Tout ?a parce qu?une personne a ?t? offens?e par son utilisation du mot ??faggot??, dont la meilleure traduction que je puisse imaginer serait ??tapette??. Bien entendu, dans le contexte de la chanson, ils s?agissait bel et bien d?un sarcasme, mais ?a importe peu aux bien pensants imbus de rectitude politique. En fait, au Canada, toutes les excuses semblent bonnes pour tenter de faire taire ceux dont l?opinion nous d?plait. Lorsque le magazine McLean?s a publi? un extrait du livre ??America Alone?? de Mark Steyn, relatant sa th?orie sur l?islamisation inexorable de l?Europe, cette publication et Mark Steyn lui-m?me se sont retrouv?s devant la Commission Canadienne des Droits de l?Homme, ainsi que celle de la Colombie Britannique, le temps de le dire. Quand Ezra Levant et son journal le Western Standard ont os? reproduire quelques unes des caricatures de Mahomet qui avaient suscit? la controverse quand elles avaient ?t? initialement publi?es dans le journal danois Jylland Posten, il s?est ?galement retrouv? devant une de nos tr?s risibles Commissions des Droits de la Personne, celle de l?Alberta cette fois. Cette semaine, une repr?sentation du film Iranium, un documentaire sur le d?veloppement d?armes nucl?aires en Iran a ?t? annul?e ? cause de menaces qui auraient ?t? re?ues de quelques extr?mistes.

Il semble ?vident que le multiculturalisme et la rectitude politique ont s?rieusement attaqu? l??pine dorsale du Canada et l?ont transform?e en g?latine. Mais pis encore, je crois que si nos bureaucrates sont si pr?ts ? sacrifier notre libert? d?expression au profit d?extr?mistes marginaux, c?est qu?ils ont peut-?tre une affinit? pour leurs opinions, ou une haine d?eux-m?me et de leur propre culture. Le Canada a ?t? fond? sur des valeurs lib?rales o? les droits de l?homme ?taient consid?r?s comme accord?s par notre cr?ateur et inviolables. Nous avons nagu?re ?t?s libres et fiers. Force m?est de constater que ce n?est plus le cas aujourd?hui.

Philippe David

Cet article est repris d?un texte de l?auteur de janvier 2011

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Surdoué, génie ou visionnaire

Dès que l’on évoque les surdoués, l’opinion pense au génie. Or, ces deux caractères de ...

5 Commentaire

  1. avatar

    Bonjour !

    Soyez rassuré !

    Ce phénomène n’est pas propre au Canada car il se manifeste partout .

    Partout où des représentants de communautés ou de lobbys ont la possibilité de monter au créneau pour dénoncer n’importe quoi .

    Je ne sais pas si ce genre de décision de censure passe toujours par la justice ou si de simples pressions arrivent à imposer le « politiquement correct »…

    En attendant cette « veille » permet de diffuser en permanence des écrans de fumée qui permettent de passer sous silence des choses autrement plus dérangeantes .

    Cdt.

    Tk.

    PS : la liberté d’expression ne s’use que si l’on ne s’en sert pas .

    • avatar

      Bonjour à tous.

      « Soyez rassuré », écrit Tankonalasante. Façon de parler, évidemment, car le phénomène n’a rien de rassurant.

      A l’évidence, le poids des lobbies devient insupportable, et pas seulement au Canada. Doit-on accepter de vivre dans un monde formaté et aseptisé ? Si l’on n’est pas d’accord avec cette évolution de tartuffes, mettons-nous dans la tête qu’il va falloir se battre, y compris pour défendre les opinions opposées aux nôtres, non sur leur fond, mais dans le droit qu’elles ont d’être exprimées.

      Cordiales salutations.

    • avatar

      Bien d’accord , Fergus .

      Tout cela est parfaitement inquiétant .

      Cdt.

      Tk.

  2. avatar

    « Or, au Canada, la liberté d’expression est sérieusement en péril. Il suffit maintenant d’une seule plainte par une personne outrée, pour que quelque chose soit censuré. »

    Regardez un peu ce qui se passe ailleurs, en Europe par exemple.
    La Hongrie, elle a pris la présidence pour 6 mois.
    Ce n’est seulement être censuré. C’est de l’autocensure. Vu le prix des contraventions exorbitantes.

  3. avatar

    D’abord, enfin! Un texte digne de ce nom, que je ne traiterai pas de torchon, même si je ne suis pas d’accord avec la totalité du contenu.

    Mais quand monsieur David dit «…relatant sa théorie sur l’islamisation inexorable de l’Europe, cette publication et Mark Steyn lui-même se sont retrouvés devant la Commission Canadienne des Droits de l’Homme, ainsi que celle de la Colombie Britannique, le temps de le dire. », je ne puis que me demander ce qu’il pense alors, de l’étendue forcée du capitalisme, par les armes, à travers le monde, sinon, de l’impérialisme de certains États, dont Israël… Ladite liberté de marché aussi, s’est emparé du monde, de force cela dit, et non du gré des peuples. Israël aussi, s’étend sur le territoire palestinien, et désormais, sur celui de ses voisins adjacents, qui ne goûteront pas à la saveur du pétrole litoral.

    On peut certainement observer ce phénomène qu’est l’islamisation de l’Europe, et c’est bel et bien le choix légitime de ces croyants d’y adhérer, n’est-ce pas? Mais on ne peut le faire sans là, observer une pareille prolifération du capitalisme, celui-là, non via un désire de masse, mais plutôt, via un désir minoritaire, comme par hasard, issu de la minorité parasitaire qui possède les moyens de production.

    Et quand il ajoute «Cette semaine, une représentation du film Iranium, un documentaire sur le développement d’armes nucléaires en Iran a été annulée à cause de menaces qui auraient été reçues de quelques extrémistes.», je ne puis là, qu’affirmer pour ma part, qu’Israël, elle, possède déjà cet arsenal, qu’elle dit ne pas posséder, et que cela ne perturbe en rien notre ami Philippe, ni ses collègues du RLQ d’ailleurs, dont Jacques Brassard ou Éric Duhaime. Mais qu’importe, je suis contre les armes nucléaires, mais je désirais tout de même affirmer que pour ma part, celles d’Israël me dérangent tout autant que celles que Téhéran ne possède pas encore…, sans parler de celles des Russes ou des États-Uniens, ou celles des Pakistanais ou des Indiens, elles me dérangent toutes à vrai dire…

    Et j’ajouterais qu’il est étonnant, non pour ma part, de constater que finalement, la droite morale rejoint aisément la droite économique chez les libertariens, chez Philippe David à tout de moins. Mais il a droit à son opinion, à nous de voir clair dans son petit jeu. Car, s’il affirme que les «extrémistes» sautent aux barricades lorsque l’Iran est attaquée en règle via un argumentaire toutefois biaisé, il apparait clair pour ma part, et pour bien d’autres, que d’autres fanatiques en font tout autant lorsqu’il vient le temps de critiquer l’État voyou d’Israël qui, rappelons-le, elle, détient bel et bien un arsenal fonctionnel nucléaire. Critiquer les crimes sordides d’Israël à la chambre des communes du Canada, vous vaut une accusation d’antisémitisme, tout comme critiquer le budget de Flaherty vous vaut une accusation d’anti-économisme…, et qu’une dénonciation des crimes perpétrés en Afghanistan contre les Afghans, signifie être un Taliban, pour les conservateurs et leurs acolytes du moins.

    Bref, ici, monsieur David critique avec raison certains faits, mais il passe sous silence, ceux qui le dérangent.

    Et il prouve ici mes dires lorsqu’il affirme «Mais pis encore, je crois que si nos bureaucrates sont si prêts à sacrifier notre liberté d’expression au profit d’extrémistes marginaux, c’est qu’ils ont peut-être une affinité pour leurs opinions, ou une haine d’eux-même et de leur propre culture.» car, il omet ici de dénoncer que ceux qu’ils dénoncent, n’ont aucun malaise à soutenir les crimes de ses amis banquiers à l’étranger…

    Et finalement, quand il rédige ce fameux «Le Canada a été fondé sur des valeurs libérales où les droits de l’homme étaient considérés comme accordés par notre créateur et inviolables. Nous avons naguère étés libres et fiers. Force m’est de constater que ce n’est plus le cas aujourd’hui.», Philippe David prend le début de l’histoire du Canada pour un moment figé dans le temps. C’est désolant, puisqu’il m’est permis de changer la constitution, via une élection démocratique en règle et bonne et due forme.

    Autrement dit, Philippe David, tout au long de son texte, affiche un penchant peu banal et peu discret également, vis-à-vis des politiques racistes, qui tentent de généraliser les islamistes, tout en faisant fi des crimes des sémites, toutes nations confondues.

    Et bref, le RLQ n’est finalement qu’un ramassis d’extrémistes de droite morale, comme de droite économique, puisque de toute façon, il faut être de droite morale pour imposer une droite économique. Et là, monsieur David ne pourrait infirmer. Libre à lui de contester mon opinion sur sa personne et son groupe haineux d’extrême droite morale, mais il contreviendrait, sauf en débat respectueux, à ses propres principes.