Accueil / T H E M E S / ECONOMIE / Argent / La loi de Gresham

La loi de Gresham

En économie, le mal prend toujours le dessus sur le bien ! C’est le principe de la loi de Gresham, du nom du conseiller financier d’Elizabeth Ière au XVI ème siècle. A l’époque, en Angleterre et ailleurs, des pièces d’argent étaient en circulation présentant une pureté inégale. Les consommateurs et commerçants d’alors conservaient jalousement celles qui contenaient une proportion supérieure d’argent pour se désaisir en priorité de celles au titre moins favorable. En réalité, c’est dès le Moyen-âge que la loi de Gresham put exercer ses méfaits car seules les pièces de qualité médiocre étaient échangées pour le commerce quotidien tandis que celles offrant un degré de pureté supérieur étaient thésaurisées, destinées au marché noir, voire fondues. Le mauvais argent l’emportait ainsi systématiquement sur le bon argent, un peu comme nous qui – aujourd’hui – préférons en priorité payer avec des coupures usagées, déchirées, écornées pour conserver les billets de banque en meilleur état. Exemple typique – et totalement inoffensif cette fois – de la loi de Gresham qui nous fait même trier les billets dans notre porte-monnaie de telle sorte à ce que ceux en mauvais état soient les premiers dépensés !

De nos jours, l’Inde – en pleine démonétisation – subit de plein fouet cette loi de Gresham, elle dont les autorités avaient unilatéralement décidé l’an dernier de retirer de la circulation 24 milliards de billets de 500 et 1.000 roupies (environ 7 et 14 euros) soit, en valeur, 80% du cash en circulation. L’administration indienne peinant à mettre les nouveaux billets en circulation, la pénurie fiduciaire a fait monter la valeur des billets restant en circulation, notamment ceux de 100 Roupies largement utilisées par tout le spectre des consommateurs et des commerçants. C’est en effet pas moins d’une trentaine de billets de 100 Roupies que l’indien moyen conserve jalousement aujourd’hui dans son porte-monnaie, alors qu’il n’en conservait en moyenne que quatre ou cinq préalablement à la démonétisation. En outre, leur durée de vie aux mains du consommateur est d’environ 15 jours alors qu’elles étaient écoulées en 2 ou 3 jours auparavant. Ces coupures sont désormais avidement recherchées et c’est les dépenses par carte de crédit qui se retrouvent largement privilégiées (quand les commerces les acceptent), permettant ainsi de conserver le plus longtemps possible ces précieux billets. La coupure de 100 Roupies est donc désormais considérée à travers l’intégralité du sous-continent indien comme du «bon» argent dont la circulation et dont l’échange est quasiment devenu statique au profit des dépenses par carte de crédit et de débit représentant dans ce contexte le «mauvais» argent dont on cherche à se désaisir le plus rapidement possible.

Conséquence hautement néfaste d’une démonétisation hasardeuse menée en Inde qui pénalise une fois de plus les pauvres qui ne disposent pas plus de carte de crédit que de débit. L’épicier, le coiffeur et le petit commerce du coin ont donc subi un effondrement violent de leur chiffre d’affaires du fait de la raréfaction de ces billets de banque et du fait de consommateurs n’ayant pas la chance ni les moyens de pouvoir régler par carte. L’Etat a certes mis en place des distributeurs de billets, qui dispensent néanmoins en grande majorité des coupures de 2000 Roupies – certes très prisées par le crime organisé et par les fraudeurs – mais qui s’avèrent totalement inutiles au citoyen cherchant simplement à vivre et à commercer. Dans une conjoncture où les échanges en cash constituaient près de la moitié du P.I.B. et plus du trois quart des emplois en Inde préalablement à la démonétisation, la loi de Gresham y a désormais pour conséquence une augmentation dramatique de la précarité et de la misère.

 

Michel Santi

Commentaires

commentaires

A propos de Michel Santi

avatar

Check Also

Pierre Bachelet et « Les Corons »

Tombeau (en prose) pour Pierre Bachelet   George Orwell a écrit à la fin de ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *