Accueil / T Y P E S / Articles / La lobotomie, sympt?me d?une id?ologie proche de la folie

La lobotomie, sympt?me d?une id?ologie proche de la folie

Le gouvernement des E.U. a lobotomis? plus de 2OOO v?t?rans de guerre Par Army Times (depuis traduction par Correo del Orinico) ? ?

 

Credito: Archivo web

17 D?cembre 2013. Le gouvernement des Etats-Unis a lobotomis? environs 2000 soldats v?t?rans ayant des infirmit?s mentales, et probablement des centaines en plus, pendant et apr?s la Seconde Guerre Mondiale, d?apr?s de archives oubli?es, m?morandum, lettres et rapport du gouvernement exhum?es par le quotidien ?tasunien de Wall Street Journal.

??J?avais le sentiment qu?ils allaient venir me lobotomiser??, dit Roman Tritz, un pilote de bombardier de la Seconde Guerre Mondiale, au journal, dans un rapport publi? mercredi. ??Qu?ils aillent au diable??

Tritz raconte que les infirmiers de l?h?pital des v?t?rans l?ont plaqu? au sol, et qu?il a commenc? par r?sister.

Une semaine plus tard, juste avant ses trente ans, il fut lobotomis?.

Submerg? par les troupes psychologiquement endommag?es qui revenaient des champs de bataille d?Afrique du Nord, de l?Europe, du Pacifique, l?Administration des V?t?rans a pratiqu? l?op?ration sur les v?t?rans qu?ils diagnostiquaient comme d?pressifs, psychotiques et schizophr?nes, et occasionnellement sur des personnes identifi?es comme homosexuels, dit le rapport.
L?usage par l?Administration des V?t?rans de la lobotomie, par laquelle les m?decins coupent les connexions entre les parties du cerveau dont on pensait alors qu?elles contr?lent les ?motions, fut connu des cercles m?dicaux ? la fin de 1940 et au d?but de 1950, et est occasionnellement cit? dans les textes m?dicaux. Mais la pratique par l?administration des V?t?rans, jamais diffus?e largement, disparu il y a longtemps de la vue du public. M?me le D?partement des Affaires des V?t?rans des ?tats-Unis dit qu?il ne poss?de pas les registres qui d?taillent la cr?ation et l?ampleur de ces programmes de lobotomie.

La s?rie de rapports du quotidien Wall Street Journal commence par les archives appel?es des Soldats Oubli?s le mercredi et inclus un documentaire, des photos archiv?es, des cartes et des registres m?dicaux.

Les archives des lobotomies oubli?es, registres militaires et entrevues avec les familles des v?t?rans r?v?lent des d?tails de vie qui se sont tr?s mal pass?es, d?apr?s ce que r?v?le le journal.

Traducci?n por Ivana Cardinale para el Correo del Orinoco

Source en espagnol?:Gobierno de EE.UU. lobotomiz? a m?s de 2000 veteranos de guerra

Traduction Anne Wolff

Pour ceux que cela int?resse, des textes li?s

La lobotomie, une pratique barbare ou une avanc?e th?rapeutique ? ? le Plus

Un bon r?sum? pour comprendre dans quelle id?ologie se place la lobotomie et les techniques ult?rieures ??am?lior?es??, telle, la derni?re en date, l?introduction d?une ?lectrode dans le cerveau que pr?ne l?auteur.

Walter Jackson Freeman ? Wikip?dia

Aux USA, c?est par dizaines de milliers que des personnes furent lobotomis?es. Le ma?tre lobotomiste, Freedman? se d?pla?ant d?un ?tat ? l?autre pour aller soulager les patients de leurs neurones pr?sum?s d?rangeant, et avec un taux de 14% de d?c?s, radical, usant d?abord du marteaux et de pics ? glace (un, et puis deux),il enfon?ait son outil ??chirurgical?? avant d?imprimer un mouvement de torsion pour d?truire les cellules en cause (et sans doute quelques autres), c?est lui qui a personnellement op?r? Rosemary Kennedy, avec les cons?quences que l?on sait et Howard D. dont il est question ? l?article suivant.et dont la photo de l?op?ration figure dans le premier

Moi, Howard D., lobotomis?

En lisant le r?cit d?Howard, le plus jeune patient ? avoir subit cette destruction de cellules neuronales, et constatant qu?il m?nera plus tard une vie normale, contrairement ? l?immense majorit? de ceux qui ayant subit cette intervention sombraient dans l?apathie, une question me vient ? l?esprit?: dans quelle mesure si les cellules d?truites ne sont pas trop nombreuses et importantes, le cerveau n?est-il pas capable de recr?er des connexions susceptibles de compenser l?handicap. Le cerveau ?tant dans son ?tat normal de fonctionnement une dimension fractale ind?finie (autrement dit le nombre de variable ind?pendante pour d?crire son fonctionnement tend vers l?infini), on peut raisonnablement supposer que la vision r?ductrice des neuropsychiatres ? travers l?histoire ait fait beaucoup plus de mal que de bien.

 

??A l??poque on soignait les patient atteints de m?ningites en leur mettant des gla?ons sur la t?te, et les patients?mourraient??

Henri Laborit (La Nouvelle Grille. De m?moire)

Dans ce livre, Henri Laborit, un scientifique de pointe dans le domaine de l?anesth?sie nous d?crit les traitements appliqu?s aujourd?hui aux traitements des ??troubles mentaux?? comme des analogues chimiques de la lobotomie, qui rompent des connexions neuronales sp?cifiques afin de pouvoir pratiquer une ??reprogrammation??. J?avais lu ce livre quand une amie m?expliqua dans les m?mes termes le traitement qu?elle subissait pour soigner ses ???carts de comportements??. Comme dirait plus tard un ami commun, je l?ai connue alcoolique, je l?ai connue drogu?e, je l?ai vue hyst?rique, mais au moins, elle ?tait vivante?! Je partage ce point de vue.

Le traitement des ??maladies mentales?? m?a longtemps int?ress?e.

A 16 ans ? la demande de ma m?re, le m?decin me prescrit ce qui ?tait alors de mode du lexotan. Etais-je une adolescente perturb?e?? Non pas vraiment, je travaillais, militais, voyageais et faisait beaucoup la f?te, j?ai eu une adolescence g?niale, une force pour le restant de mes jours, je d?bordais d??nergie, ?a oui. Comme leur saloperie de m?dicament me coupait cette ?nergie, je le balance vite fait? bien m?en pris les copines qui ont gentiment ob?i me raconteront plus tard, les perturbations mentales que son ingestion avaient provoqu?es chez elles. Cela ne manque pas d??voquer pour moi cette s?ur de Kennedy moins brillante, plus futile que le reste de la fratrie, qui subit cette op?ration, de la main de Freedman? dont on pourrait dire cyniquement que d?une jeune ?cervel?e, il fit une d?c?r?br?e, l?gume pour le restant de ces jours.

 

A 21 ans assez d?stabilis?e par des ?v?nements historico-personnel (d?c?s et suicides de proches) et les d?lires de mon entourage, je me tire ? la campagne, avec un bouquin?: ??La folie, la famille, la soci?t? des antipsychiatres Cooper et Laing. Quand j?en ai eu termin? la lecture, les pi?ces du puzzle ?taient en place, et j?avais compris que je jouissais d?une excellente sant? mentale, qu?il n?y avait rien d?anormal ? se retrouver d?stabilis?e par des ?v?nements violents de la vie, qu?il fallait prendre le temps du deuil et la distance n?cessaire pour retrouver son ?quilibre sans subir de pressions. Il est vrai aussi qu?avant de lire ce livre, pour garder ma stabilit?, je m??tais r?fugi?e dans l??tude des maths et des sciences et comme j??tais bonne, les ?toiles lointaines des physiciens me donnaient un point fixe, une r?f?rence inali?nable. Cela m?a appris qu?une activit? passionnante dans laquelle on se donne ? fond est une bonne mani?re d?encaisser les ?motionnellement coups durs de la vie.

Depuis les seules questions que je me suis pos? concernant ma sant? mentale, c?est en d?couvrant les horreurs qui se produisent dans le monde, dans notre monde, et la volontaire planification de certaines d?entre elles, je me suis demand? si je n??tais pas en ?tat de cauchemar hallucinatoire. Mais mon esprit logique a pris le dessus sur les ?motions, cela est r?el, l?uranium appauvri, les tortures, les meurtres de dissidents, et aujourd?hui le retour du fascisme en Espagne sont malheureusement aussi r?els que ne le fut la dictature de Pinochet.

Sans doute cet esprit de solidarit? qui ne m?a jamais quitt?e, semble de plus en plus criminalis? et sans doute parfois est-il vu comme une anomalie? c?est lui qui m?a amen?e ? m?int?resser au traitement des maladies mentales. Si j?y avais ?chapp? par un instinct de survie et une intelligence de la situation, d?autres n?avaient pas ces bons r?flexes, et subissait des traitements qui transformaient des d?stabilisations temporaires en ?tats permanents.

Dans la plupart des cas, on ne soigne pas les troubles mentaux, on essaye de les faire dispara?tre et pour cela pendant des d?cennies, on a pas recul? et pratiqu? sans compter la lobotomie. Ce ne sont pas que les troubles mentaux qui sont soign?s par ce mode de traitements r?ducteurs, les anomalies (un sous-ensemble) de la diversit? doivent cesser d??tre visible du ??bon peuple??, comme les pauvres au Chili planqu?s derri?re les murs de leur ghetto pour ne pas troubler la vision d?Ordre qui ?tait le label de la dictature de Pinochet, pour la plus grande satisfaction d?une certaine oligarchie. Apartheid et invisibilisation sont des composantes cl? du syst?me qui se met en place.

Comme les SDF qui dans plusieurs pays, USA, Hollande, Hongrie, Espagne? ? pr?sent des malades mentaux ont toutes les chances de se retrouver en prison, en Espagne et aux USA, les malades mentaux sans abri, ni ressources pour lesquels il n?existe plus de lieux de traitements?pas de budget pour cela, mais qu?on ne peut tout de m?me pas laisser tra?ner dans les rues au su et vu de tous.

Aujourd?hui en Belgique et en Europe, la maladie mentale est consid?r?e comme un grave probl?me de sant? publique qui affecte particuli?rement ceux ??qui n?ont pas d?emploi???,mais le reste de la soci?t? est loin d??tre ?pargn?e. Et les enfants sont de plus en plus souvent trait?s pour de pr?tendus troubles mentaux, l? o? il y a le plus souvent un ??trop plein?? d??nergie et de vivacit?, ce qui est souvent directement proportionnel ? faire des b?tises par exc?s de curiosit? ou ? troubler la tranquillit? de sa famille et de leur classe ? l??cole. Envoyez les courir dans les bois jusqu?? ce qu??puisement s?en suive, encouragez leur curiosit? en y r?pondant, en leur proposant des moyens de la satisfaire et pour la plupart les choses s?arrangeront d?elles-m?mes.

Je ne doute pas qu?il existe de vraies maladies mentales, mais elles sont rares. Depuis que j?ai lu le bouquin de Cooper et Laing, une image m?accompagne?: celle d?une personne oscillant au bord d?un gouffre, une main tendue permet d??chapper au danger, alors qu?une petite pouss?e peut pr?cipiter la personne au fond du gouffre?il s?agit de presque rien, une force minime mais exerc?e dans une direction elle provoque une catastrophe qui sera peut-?tre sans issue alors qu?exerc?e dans l?autre sens elle transforme ce bord de gouffre en mauvais souvenir sans incidence significative sur le reste de l?existence de la personne.

Les questions que je me pose?:

Dans quelle mesure certains traitements ne cristallisent-ils pas une d?stabilisation qui b?n?ficiant de l?entourage ad?quat aurait pu ?tre passag?re, en la transformant en trouble mentale permanent??

Ne serait-il pas urgent de faire de vraies recherches pour distinguer les comportements collectifs qui permettent ? un groupe de pousser une personne vers le fond du gouffre sans que personne finalement ne se sente personnellement responsable d?une chute qui aurait pu ?tre facilement ?vit?e??

Anne W.

http://les-etats-d-anne.over-blog.com/article-la-lobotomie-symptome-d-une-ideologie-proche-de-la-folie-121642364.html

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Inondations dans l’Aude

Inondations dans l’Aude : les vrais responsables du drame…   Les fortes pluies qui se ...