Accueil / A C T U A L I T É / La Gr?ce et les Grecs ? l?encan

La Gr?ce et les Grecs ? l?encan

Barroso, Lagarde, Merkel et quelques autres acolytes (dont Mou Ier qui aimerait tant que des entreprises fran?aises mettent la main sur les entreprises publiques de distribution d?eau !) sont en train de r?aliser les r?ves les plus fous de la finance internationale?:?d?pecer l??conomie grecque pour la livrer, ? bas co?t, aux ench?risseurs priv?s les plus offrants.

En ce sens, la Gr?ce est un laboratoire car d?autres pays suivront. Dans ce pays, on peut aujourd?hui s?acheter un port, une plage, un r?seau ferroviaire, un stade de football pour une bouch?e de pain. On peut surtout utiliser les services d?une classe ouvri?re aux abois, au sein de laquelle les smicards???privil?gi?s par rapport ? beaucoup d?autres???per?oivent 580 euros brut par mois.

Je reproduis ici de larges extraits d?un article publi? par Mediapart sous la signature d?Am?lie Poinssot.

http://3.bp.blogspot.com/-9YS5h6LUnbE/USOeV8wMylI/AAAAAAAABHg/sfg2Ucyu--I/s1600/130219+voyage-de-hollande-en-gr?ce-fej-dessin.jpg

Augmentation des tarifs et baisse de la qualit? des services?: pour les opposants ? la privatisation des compagnies de distribution d’eau de la m?tropole ath?nienne (EUDAP) et de Thessalonique, la deuxi?me ville du pays (EUATH), le constat est clair.???L’eau est un bien public, ce n’est pas une marchandise??, mart?le Maria Kanellopoulou, membre du mouvement?Save Greek Water. Cette musicienne fait partie des fondateurs du mouvement, cr?? l’?t? dernier, pour s’opposer au chantier de privatisation des deux soci?t?s.

[?] Las, les acteurs du dossier passeront probablement outre. Ils ont le champ libre?: l’ensemble des privatisations a ?t? confi? en 2011 ? une structure?ad hoc, le Taiped ??le Fonds de valorisation du patrimoine de l’?tat grec. Cette structure mise en place sous la pression des cr?anciers du pays, la Tro?ka (Commission europ?enne, BCE, FMI), est devenue?de facto?la propri?taire d’un immense portefeuille qu’elle doit vendre petit ? petit ? des investisseurs. Objectif?? ?ponger une partie de la dette de l’?tat en vendant des entreprises publiques (cession compl?te ou prise de participation), des concessions pour l’exploitation de monopoles commerciaux ou de lots fonciers, et des propri?t?s immobili?res.

Au total, plus d’une quarantaine de lots apparaissent aujourd’hui sur la liste des biens ? vendre. Sauf que les objectifs financiers du programme sont bien loin de combler la dette abyssale du pays (plus de 300 milliards d’euros aujourd’hui)?: le Taiped table d?sormais sur 9,5 milliards d’euros de ventes d’ici ? 2015, contre les 19 milliards encore officiellement vis?s il y a quelques mois?, et alors que l’objectif initial ?tait de 50 milliards, lorsque ce programme de privatisations a ?t? annonc? par les repr?sentants de la Tro?ka en visite ? Ath?nes, en f?vrier 2011.

Mais l’argent r?colt? est-il, au fond, vraiment le but?? Lorsque nous nous ?tions rendus au Taiped en octobre dernier, il nous avait ?t? expliqu? que le but ?tait???de transformer compl?tement l’?conomie grecque???:???Peu importe, en fait, les sommes que l’on va tirer de ces ventes. Il ne s’agit pas tant de collecter de l’argent que de lib?raliser l’?conomie.??

[?]

2013 devrait voir les privatisations s’acc?l?rer. Tout d’abord, le new-yorkais NCH Capital a d?croch? en janvier la concession pour l’exploitation de la c?te de Kassiopi, sur l’?le de Corfou. [?]

On retrouve d’ailleurs ce m?me fonds parmi les candidats retenus pour la concession de la c?te Afantou de Rhodes, une superficie de 1,8 million de m?tres carr?s comprenant, entre autres, un golf 18 trous. Par ailleurs, l’ensemble foncier d’Elleniko, dans la banlieue sud-ouest de la capitale, est entr? dans sa derni?re phase, le Taiped devant trancher prochainement entre un groupe indien, un grec, un britannique et un qatari. Il s’agit d’une vaste zone, regroupant notamment l’ancien a?roport et d’anciennes installations olympiques, destin?e ? une exploitation immobili?re et touristique de grand standing.

Investisseurs chinois, russes ou qataris

Ensuite, la vente de l’ensemble gazier DEPA/DESFA est elle aussi sur le point d’aboutir. Sans surprise, de gros int?r?ts russes se sont manifest?s?: Gazprom ainsi que Negusneft, filiale de Sintez, ont pass? avec succ?s la premi?re ?tape de l’appel d’offres. Autres candidats retenus?: la compagnie nationale de p?trole d’Azerba?djan, ainsi que deux consortiums grecs. [?]

Mais les locaux n’ont pas dit leur dernier mot?: le maire de Corfou conteste la vente de la c?te de Kassiopi et a d?pos? un recours au Conseil d’?tat. La transaction s’est faite selon une nouvelle proc?dure, destin?e ? favoriser la vente de vastes terrains publics en regroupant des parcelles sous la forme d’un tout. Or d’apr?s le maire, plusieurs parcelles contenues dans le lot sont des zones foresti?res et/ou c?ti?res, ce qui les rendrait, ? ce titre, incessibles au regard de la loi. [?]

Il n’emp?che, le processus continue et au-del? m?me du chantier des privatisations, on essaie d’attirer les investissements tous azimuts, et les r?unions se multiplient au plus haut niveau de l’?tat. Le premier ministre de droite, Antonis Samaras, a rencontr? de nombreux chefs d’entreprise ces derniers mois, en Gr?ce comme ? l’?tranger. En f?vrier, il a re?u un Fran?ois Hollande fervent promoteur des int?r?ts fran?ais en Gr?ce?; un mois plus t?t il s’?tait rendu au Qatar, d’o? avait ?t? annonc?e la mise sur pied d’un fonds qatari d’investissements ? destination des PME grecques…

[?]

Ces deux derniers mois, plusieurs appels d’offres ont par ailleurs ?t? lanc?s coup sur coup?: la soci?t? de paris hippiques ODIE ??pour laquelle la soci?t? fran?aise PMU a manifest? son int?r?t d’apr?s le quotidien?Ta Nea?(pro-gouvernement)?; l’exploitation d’une grande plage touristique et d’une zone h?teli?re en Chalcidique, une des p?ninsules encore relativement pr?serv?es de la c?te nord-est du pays?; le vaste complexe luxueux en bord de mer Astir Palace Vouliagmenis et sa marina, dans l’une des zones les plus ch?res de la m?tropole ath?nienne?; et une s?rie de 28 propri?t?s immobili?res de l’?tat grec ainsi que six b?timents ? l’?tranger, dont la repr?sentation de la Gr?ce ? Bruxelles.

Aupr?s du Taiped, une soci?t? de communication internationale officie depuis peu et ce ??cela ne manque pas de sel?!??, depuis Bruxelles?: Hill+Knowlton Strategies, qui se vente de travailler avec les plus grandes marques mondiales et la moiti? des entreprises class?es au Top 500 international du magazine?Fortune? [?].

La Gr?ce est-elle en train de devenir un eldorado pour les entrepreneurs?? Le premier ministre s’est d?clar? r?cemment favorable ? un all?gement fiscal des entreprises et ? la mise en place d’un imp?t ? taux unique de 15?%. Rappelons que sous l’effet des mesures prises depuis trois ans, le co?t du travail s’est affaiss? en Gr?ce?: le co?t annuel moyen d’un employ? (salaire brut + cotisations patronales) ?tait de 23?356 euros en 2012 (pour 47?951 euros en France)? contre 27?336 euros deux ans plus t?t, d’apr?s les donn?es d’Eurostat. Avec un Smic d?sormais plafonn? ? 580 euros brut (512 pour les moins de 25 ans), des conventions collectives gel?es, l’?chec des syndicats ? contrer la remise en cause des acquis sociaux et un taux de ch?mage ? 26?%, la Gr?ce appara?t comme une aubaine pour les investisseurs. Sans compter sa place de pays carrefour, porte d’entr?e vers les march?s des Balkans, et plus g?n?ralement, europ?ens.

Le cigarettier Philip Morris a ainsi annonc? en f?vrier qu’il ach?terait pendant trois ans la moiti? de la production de tabac du pays, le groupe n?erlando-britannique Unilever (biens alimentaires et produits d’entretien), qu’il allait transf?rer une partie de sa production en Gr?ce et, clou de ces derniers semaines?: l’accord entre un poids lourd de l’informatique am?ricain (Hewlett Packard), un g?ant maritime chinois (Cosco) et les autorit?s grecques, sign? le 1er?mars dans les locaux de Cosco au port du Pir?e. Les repr?sentants des trois pays ont en effet inaugur? une portion de voie ferr?e reliant le port au r?seau de chemin de fer national. ?a n’a l’air de rien sur le papier. Mais cette plateforme de distribution permet une connexion directe entre le port de marchandises (dont la moiti? a ?t? c?d?e, en 2008, au chinois Cosco), le pourtour m?diterran?en et les march?s europ?ens. Selon une loi vot?e quelques jours plus t?t, les entreprises ?trang?res, qui feront ainsi transiter leurs produits vers les march?s ext?rieurs comme Hewlett-Packard, ne seront pas soumises ? la TVA si la valeur de leurs marchandises d?passe 300 millions d’euros par an.

 

http://www.franceinter.fr/sites/default/files/imagecache/scald_image_max_size/2012/10/18/480027/images/2012-10-18T115603Z_2_APAE89H0NXF00_RTROPTP_3_OFRTP-UE-GRECE-GREVE-20121018.JPG

 

Source 😕link

http://bernard-gensane.over-blog.com/article-la-grece-et-les-grecs-a-l-encan-117029322.html

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Berlin : les concerts historiques du 12 novembre 1989

La majorité d’entre nous garde en mémoire les images du mini-concert donné par Mstislav Rostropovitch ...