Accueil / T Y P E S / Articles / La fraude envers l’?crivain L?andre Bergeron nous en apprend un peu plus sur le comportement des m?dias
Les m?dias traditionnels n'aiment pas ?tre critiqu?s et quiconque persiste peut se retrouver sur une liste noire et, dans ce cas, le devoir d'informer ne tient plus, ce qui prive la population d'une juste perception de l'actualit

La fraude envers l’?crivain L?andre Bergeron nous en apprend un peu plus sur le comportement des m?dias

Photo : Flickr __DODO
Photo : Flickr __DODO

CentPapiers fut le premier m?dia ? diffuser l’actualit? au sujet de la fraude envers l’?crivain et historien qu?b?cois L?andre Bergeron sur le site am?ricain d’auto?dition LULU.COM (Voir). En fait, C’est le premier m?dia vers lequel je me suis tourn? pour informer la population au sujet cette affaire.? Le deuxi?me m?dia fut ?galement un site Internet d’information, celui du journaliste Patrick White, un site d’information culturelle. Le troisi?me ? livrer la nouvelle fut AgoraVox. Le quatri?me diffuseur fut le site d’actualit? litt?raire ActuaLitte.com. Bref, mon premier r?flexe pour assurer la pr?sence d’une actualit? est de publier cette derni?re sur le web. C’est plus rapide et l’information est relay?e sur d’autres sites.

En deuxi?me lieu, je tente une approche aupr?s des m?dias traditionnels. J’adresse un communiqu? de presse par courriel ? tous les grands m?dias nationaux (journaux, radio, t?l?vision).

Le service d’information de la t?l?vision de Radio-Canada a ?t? le premier ? r?agir en affectant un journaliste au dossier. La d?marche a donn? lieu ? la diffusion d’un reportage dans le cadre du T?L?JOURNAL national le dimanche 26 juillet dernier (2009) (Voir) et ? la publication d’un texte sur le site de Radio-Canada (Voir).

Tous les autres m?dias nationaux contact?s n’ont pas donn? suite ? notre communiqu? de presse. Je me suis donc tourn? vers les m?dias r?gionaux. La victime de la fraude, l’?crivain L?andre Bergeron, habitant dans la r?gion de l’Abitibi-T?miscamingue, j’ai sensibilis? les m?dias de cette r?gion.

TVA Abitibi-T?miscamingue a donn? suite ? cette actualit? le jour m?me de l’envoi du communiqu? de presse en publiant la nouvelle sur son site Internet (Voir) puis en r?alisant et en mettant en ondes un reportage sur le sujet le jour m?me (Voir). Il en fut de m?me ? Radio X Abitibi-T?miscamingue (Voir). Le lendemain, l’hebdomadaire r?gional LA FRONTI?RE a publi? la nouvelle (Voir). Quatre jours plus tard, TVA Abitibi-T?miscamingue a produit et diffus? un second reportage, cette fois, au sujet de l’?dition en ligne en interrogeant, entre autres, une des auteures de la r?gion publi?es en ligne par notre entremise.

Somme toute, notre enqu?te sur cette fraude a connu une couverture de presse int?ressante et inesp?r?e.

Parlons maintenant de l’envers de la m?daille : La Presse, Le Devoir et Le Journal de Montr?al sont demeur?s silencieux. Pourquoi ?

D’abord, il faut se rappeler que, dans le monde des m?dias traditionnels, ?Informer, c’est choisir?. J’ai fond? et dirig? au cours des ann?es 80 un organisme d’?ducation aux m?dias et c’est l’un des premiers principes que j’ai enseign? aux lecteurs des journaux. La pratique d’un choix s’impose parce que les journaux n’ont pas tout l’espace n?cessaire pour couvrir toute l’actualit?.? C’est ainsi que plusieurs communiqu?s de presse finissent ? la poubelle ou aux archives. Le choix s’impose aussi de l’int?rieur. Par exemple, les journalistes r?gionaux des m?dias nationaux ne sont pas assur?s que leurs textes seront publi?s, encore ici, faute d’espace.

?videmment, l’espace disponible n’est pas le seul facteur en cause, il faut tenir compte des choix relevant de la politique ?ditoriale du journal.

Dans l’ensemble, les choix de publier ou non une actualit? se font avec un certain souci d’objectivit?. Au d?part, on veut que son lectorat trouve ?toute? l’actualit? dans les pages de son journal. Malheureusement, la bonne volont? derri?re cet objectif s’est effrit?e passablement depuis les ann?es 80. L’acc?s aux m?dias traditionnels est devenu de plus en plus restreint et difficile. On dit m?me que les ministres eux-m?mes ne sont pas assur?s de la pr?sence des m?dias dans leurs conf?rences de presse.

Tout cela, je le savais. Ce que j’ai appris avec l’affaire de la fraude Internet envers L?andre Bergeron, c’est que les m?dias ont bel et bien une liste noire de personnes dont ils refusent de parler, peu importe l’importance de l’actualit? et l’obligation d’objectivit?.

Selon mon exp?rience, la liste noire d’un m?dia est principalement constitu?e des personnes critiques ? leur endroit.? Voici ce que m’?crivait le journaliste David Patry du Journal de Montr?al le 17 mars dernier ? la suite de ma critique de son silence face ? une actualit? que je lui avais transmise? : ?Bonne chance pour essayer de convaincre un des journalistes qui ?crit pour le Journal de Montr?al ? ma place actuellement, patron ou scab, de parler de ta fondation!?. J’ai pu v?rifier son affirmation ? la suite de l’envoi au Journal de Montr?al de notre communiqu? de presse au sujet de l’affaire L?andre Bergeron : aucune couverture, silence complet. Il va sans dire que Rue Frontenac, le journal en ligne des syndiqu?s en lock-out du Journal de Montr?al, a r?serv? le m?me traitement ? notre communiqu? : aucune couverture, silence complet. J’en d?duis ?tre sur la liste noire des journalistes du Journal de Montr?al et de Rue Frontenac. Ces m?dias traditionnels pr?f?rent priver leurs lectorats respectifs d’une actualit? et ainsi ne pas refl?ter la r?alit? parce que la source de cette actualit? fut critique ? leur ?gard. ?a, je ne le savais pas (ou je ne voulais pas le croire).

Le comportement du quotidien LE DEVOIR face ? notre communiqu? de presse est aussi tr?s int?ressant. Je croyais le plus sinc?rement du monde que les m?dias ayant d?j? parl? dans le pass? du site Internet am?ricain o? la fraude d?nonc?e se retrouve aujourd’hui, LULU.COM, avaient une obligation tacite de revenir sur le sujet, par souci d’objectivit?.

Le quotidien LE DEVOIR a donn? une importante visibilit? au site am?ricain d’auto?dition LULU.COM dans son ?dition des 12 et 13 janvier derniers (2009) (Voir). Cet article ?tait quasiment une publicit? ? mes yeux, la journaliste se contentant presque uniquement de rapporter les propos de la directrice des relations publiques de LULU.COM.

Face au d?voilement d’une fraude sur LULU.COM envers un ?crivain qu?b?cois renomm?, LE DEVOIR ne se devait-il pas d’en informer son lectorat apr?s son article de janvier dernier ? Je crois que ?oui? mais ce n’est visiblement pas l’avis du quotidien LE DEVOIR car ce dernier est demeur? muet face ? cette actualit?. Il faut dire que j’avais s?v?rement critiqu? LE DEVOIR pour cet article de janvier dernier (Voir), une critique qui s’ajoutait ? plusieurs autres de mon cru. Je crois que ce sont mes critiques du quotidien LE DEVOIR qui motivent son silence face ? cette fraude sur LULU.COM. R?sultat : le lectorat du quotidien LE DEVOIR n’est pas inform? de toute l’actualit? et, dans le cas contraire, il peut ?tre priv? du suivi essentiel pour saisir la r?alit?.

Pour sa part, le quotidien LA PRESSE n’a donn? aucun signe de vie ? la suite de l’envoi de notre communiqu? de presse. Mes critiques pass?es de LA PRESSE ne sont sans doute pas ?trang?res ? ce silence.

Bref, les m?dias traditionnels n’aiment pas ?tre critiqu?s et quiconque persiste peut se retrouver sur une liste noire et, dans ce cas, le devoir d’informer ne tient plus, ce qui prive la population d’une juste perception de l’actualit?.

La crise dans les m?dias traditionnels est une suite logique des pr?f?rences de la population de plus en plus branch?e sur les nouvelles technologies. L’internaute ne recherche pas une information, mais toute l’information et l’Internet la lui offre.

D’ailleurs, ma premi?re r?action ? la suite de l’arriv?e de l’Internet dans nos foyers, fut de croire que les m?dias traditionnels n’avaient plus aucune raison de ne pas publier une information, l’espace n’?tant plus un probl?me. Or, si les sites Internet des m?dias traditionnels sont effectivement enrichis de quelques nouveaut?s, c’est le m?me choix ?ditorial qui s’applique. La perception de la r?alit? de l’actualit? au sein de la population n’est donc pas r?ellement am?lior?e.

L’espace public fourni par les journaux traditionnels ne correspond plus aux attentes de la population, comme je l’?crivais dans mon texte en r?action ? l’article ?Fin des journaux, fin des nations?? (Voir). Le succ?s de CentPapiers en est un bel exemple!

Le dossier au sujet de la fraude envers L?andre Bergeron sur LULU.COM

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Impôt sur le revenu: le mirage de la baisse

Le gouvernement a acté une baisse de l’impôt sur le revenu en 2020 pour plusieurs millions ...

One comment

  1. avatar

    Il est assez rare qu’un média citoyen comme CentPapiers soit le premier à diffuser une nouvelle et cela est tout à votre honneur.

    Continuez votre bon travail.