Accueil / T Y P E S / Billets / La fin des PPP? ? Felix Culpa?!
Photo : http://firgoa.usc.es

La fin des PPP? ? Felix Culpa?!

Photo : http://firgoa.usc.es
Photo : http://firgoa.usc.es

?O felix culpa quae talem et tantum meruit habere redemptorem??

Beaucoup de th?ologiens ont brod? sur le th?me de l??Heureuse Faute? d?Adam et ?ve, le p?ch? originel, source de tous nos d?boires, ?tant r?cup?r? pour sauver la face de la divine providence et pr?sent? comme une bonne affaire pour l?humanit? qui y aurait trouv? l?occasion d?un sublime d?passement?.

C?est le genre de raisonnement qui me donne le go?t de frapper violemment des t?tes de th?ologiens sur des murs de briques, mais ce n?est pas mon propos d?aujourd?hui. Je veux plut?t parler ici de l??heureuse crise? actuelle, qui semble ?tre arriv?e ? point pour ?viter ? la soci?t? qu?b?coise une extraordinaire b?tise qui, ? terme, nous aurait sans doute fait plus de mal que les virevoltes en Montagnes russes des Bourses de Toronto ou de New York.

Heureuse crise, car la ministre des Transports, Julie Boulet, vient de confirmer que, la conjoncture n?y ?tant pas favorable, on annule le processus qui devait conduire au choix d?un consortium priv? pour la r?novation/construction en PARTENARIAT PUBLIC-PRIV? (PPP) de l??changeur Turcot. Il semble bien qu?il en ira de m?me pour les autres projets du m?me genre dont nous ?tions menac?s.

Pour comprendre que c?est une bonne nouvelle, il faut voir que, dans le contexte qu?b?cois, des PPP sont, disons? un peu incongru

Il y a divers types de PPP, mais le plus connu est un projet mixte o? l??tat s?associe ? des int?r?ts priv?s, en apportant le contrat, la cr?dibilit?, la client?le et une part non n?gligeable de l?expertise? tandis que la firme priv?e y ajoute aussi une expertise, mais surtout son nom et son d?sir sinc?re de faire du fric et de le distribuer avec g?n?rosit?.

C?est dans le tiers-monde que ces associations ont permis les plus spectaculaires op?rations. La variante la plus juteuse est celle ou une compagnie fran?aise, am?ricaine, canadienne, etc. s?associe au gouvernement d?un pays h?te ?tranger pour construire un port, un m?tro, un service public quelconque, en acceptant en paiement les revenus d?exploitation du dit service durant une p?riode a n?gocier: 20 ans, 30 ans, 50 ans?

Bonne op?ration pour la compagnie, qui va faire pas mal de profits. Bonne affaire, aussi, pour le gouvernement du pays h?te, lequel peut r?aliser un projet qu?autrement il n?aurait pas eu les moyens d?entreprendre, parce que son partenaire priv? ? la firme ?trang?re – va lui apporter les fonds. Fonds qui, bien souvent, seront pr?t?s ou donn?s par le gouvernement du pays d?origine de la firme ?trang?re.

Dans ce sc?nario, la population du pays h?te va jouir d?un service qu?elle payera cher pendant longtemps, mais qu?autrement elle n?aurait pas simplement pas eu, tandis que son gouvernement se fera du capital politique et que ses politiciens et fonctionnaires toucheront souvent de g?n?reux pots de vin. On pourrait dire que le dindon de la farce est le contribuable du pays donateur, mais il a g?n?ralement ?t? inform? de la politique d?aide au d?veloppement de son propre gouvernement; voyons-le donc plut?t comme un m?c?ne.

Pourquoi ce sc?nario n?est-il pas aussi int?ressant si on pense ? un PPP pour construire une autoroute au Qu?bec, par exemple? Parce que ce n?est pas la compagnie, ici, qui dispose d?une source de financement dont son partenaire gouvernemental ne dispose pas. Au contraire, elle va chercher ses capitaux ? la m?me source que ce dernier? et en les payant plus cher, car elle ne peut pas avoir une cote de cr?dit comparable ? celle de l??tat.

Pire si on pense ? aller chercher un revenu d?exploitation de la population locale cliente, car le but de l??tat qu?b?cois ne devrait pas ?tre de faire un profit sur la population qu?b?coise. Alors pourquoi un PPP? Un b?n?fice politique pour le gouvernement? Doit-on penser que notre gouvernement serait motiv? par des consid?rations aussi mesquines? ?liminons d?embl?e cette hypoth?se, comme celle de pots de vin et autres ind?licatesses au profit de nos gouvernants et fonctionnaires.

Il semble bien qu?il n?y ait pas d?avantages ? des PPP au Qu?bec. Nous sommes donc ramen?s ? la seule solution possible: cette fa?on de proc?der avait ?t? choisie par inadvertance, dans un moment d?aberration. Felix culpa, donc, si la d?gradation des march?s financiers a fait dispara?tre m?me l?illusion d?une possible ?conomie ? utiliser ce proc?d?. Veinards que vous sommes?

Pierre JC Allard

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Laverie familiale

Je suis en train de faire mon job de patiente en salle d’attente du toubib ...