Accueil / A C T U A L I T É / La faute originelle de Hollande

La faute originelle de Hollande

hollande-1[1]

Avec 23?% de satisfaits dans le dernier barom?tre Ifop pour le Journal du Dimanche, Fran?ois Hollande n?est plus qu?? un point du record ?tabli par Fran?ois Mitterrand, entra?n? en d?cembre 1991 par la chute de son Premier?ministre ?dith Cresson. Avec 76?% de m?contents dans le m?me sondage du JDD, le pr?sident en exercice bat m?me le record absolu de la Ve R?publique. Bravo l?artiste?! En r?alit?, tout cela ?tait pr?visible d?s lors que Hollande a commis sa faute originelle…

 

Selon les sympathies partisanes de chacun, on peut penser ce que l?on veut de la ligne politique suivie par Fran?ois Hollande ? si tant est qu?il y en ait une, eu ?gard aux approximations et aux louvoiements qui ont marqu? les 16 premiers mois d?exercice du pouvoir?en mati?re socio?conomique??, mais une chose semble d?sormais ?vidente?: le pr?sident socialiste a commis une faute strat?gique majeure dans les premiers temps de son mandat. Une faute que l?ex?cutif va tra?ner comme un boulet durant tout le quinquennat et qui, sauf improbable et significatif retournement de conjoncture, risque fort de plomber durablement l?image pr?sidentielle et de brouiller, de ce fait, l?action et la communication du gouvernement.

 

La faute de Fran?ois Hollande?: ne pas avoir demand?, d?s sa prise de pouvoir, ? un coll?ge d?experts un audit complet de l?action du quinquennat pr?c?dent et du bilan socio?conomique qui en r?sultait pour notre pays. Priv? de ce pr?cieux outil, le pr?sident socialiste n?a pu, ? l?automne 2012, pr?senter aux Fran?ais cet ?tat des lieux calamiteux sur lequel il aurait pu s?appuyer, d?une part, pour expliquer pourquoi ses promesses de campagne ?taient d?embl?e mises ? mal par l??tat des lieux?du pays?; d?autre part, pour imposer, d?s la loi de finance 2013 (vot?e en d?cembre 2012) les mesures drastiques d?aust?rit? cens?es redresser les comptes publics mis ? mal par la pr?c?dente majorit?. Au lieu de porter le fer dans la plaie imm?diatement avec de bonnes chances d??tre compris par des Fran?ais sans doute pr?ts ? ce moment du quinquennat ? entendre un langage de sacrifice, Hollande s?est priv? d?une arme de communication efficace en pr?f?rant saupoudrer les mesures impopulaires au fil du temps, au prix de nombreux cafouillages gouvernementaux et d?une perte de confiance progressive des ?lecteurs de gauche.

 

En concentrant massivement sur le Budget 2013 les mauvaises nouvelles en mati?re d?augmentation des imp?ts, de durcissement des r?gles sociales et de diminution des effectifs dans certains secteurs de la fonction publique, Fran?ois Hollande avait la possibilit? de faire endosser, non sans raisons, la plus grande partie de ce virage d?aust?rit? au poids des fautes de gestion commises ant?rieurement, et notamment durant le mandat de Nicolas Sarkozy qui a vu les comptes de la nation d?raper comme jamais auparavant.

 

Fid?le ? son image ant?rieure de Premier secr?taire du Parti Socialiste, celle dont beaucoup ont cru qu?il pourrait se d?barrasser en endossant le costume pr?sidentiel, Hollande a fait un autre choix et n?a cess?, depuis son ?lection, de m?nager la ch?vre et le chou, d?h?siter entre des options r?solument lib?rales et un positionnement social plus conforme ? ses engagements. Le tout en escomptant que sa bonne ?toile lui permettrait, par la gr?ce d?une sortie de crise que rien pourtant ne laisse augurer, de retrouver en cours de mandat des indicateurs au vert. R?sultat?: tout le monde est m?content, des tenants de la social-d?mocratie d?complex?e ? la Schr?der aux partisans d?une v?ritable ligne de gauche centr?e sur une correction significative des injustices sociales dont souffrent toujours plus les classes populaires.

 

Or, s?il est une chose que les Fran?ais ne supportent pas, c?est de voir leurs gouvernants subir les ?v?nements sans les affronter autrement qu?en vaines paroles, quelle que soit l?option politique choisie. ??Quand c?est flou, c?est qu?il y a un loup?!?? avait ass?n? avec lucidit? Martine Aubry lors des primaires socialistes. Un loup nomm? en l?occurrence Ind?cision. Un d?faut r?dhibitoire en politique, particuli?rement dans un syst?me de gouvernance aussi concentr?, pour ne pas dire monarchique, que le n?tre.

 

?tre gouvern? par un hypo-pr?sident impuissant apr?s l?avoir ?t? par un hyper-pr?sident inefficace, du pain b?ni pour Marine Le Pen et le Front National?!

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Suppression de l’observatoire de la pauvreté : une décision cynique !

Alors que 14,7 % des Français, c’est-à-dire 9,3 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté (*) en ...