Accueil / A C T U A L I T É / La D?cennie « au profit des enfants du monde » va finir en catastrophe

La D?cennie « au profit des enfants du monde » va finir en catastrophe

(Ce texte publi? le 4 d?cembre 2007 par Centpapiers dans son ancienne formule n’est plus accessible dans la nouvelle. Or je suis amen? ? le citer fr?quemment en r?f?rence, c’est pourquoi je souhaite aujourd’hui sa r??dition.* )

***

C’est sur Internet. C’est en Irak. C’est en 2004 et c’est un acte commis au nom de l’islam. Un jeune otage am?ricain est ?gorg? et la sc?ne est film?e en vid?o. Tout le monde, partout, pourra la voir. Le message des bourreaux est le suivant : « Il faut que les ennemis de Dieu sachent qu’il n’y a dans notre c?ur aucune tr?ve ni piti? pour eux ».

Dans « l’Europe chr?tienne » et dans tout l’Occident c’est l’?coeurement. C’est pas chez nous, c’est pas dans notre religion qu’on verrait des horreurs pareilles ! Et pourtant?

C’est dans la Bible. C’est sur le mont Carmel, pr?s de l’actuelle ville isra?lienne de Ha?fa. C’est presque trois mill?naires avant notre ?re. Le bon proph?te Elie, celui dont on attendra le retour jusqu’? l’arriv?e de J?sus, ?gorge? 450 faux proph?tes. Certes il n’y a pas la t?l?vision, mais ?a se passe tout de m?me « devant le peuple rassembl? ». Celui-ci a pu constater que le proph?te ?lie est bien le vrai serviteur du vrai Dieu et les autres les serviteurs de Baal. Le vrai Dieu a envoy? les signes qui constituent des preuves irr?futables : « A cette vue, tout le peuple tomba sur sa face et dit : « C’est Yahv? qui est Dieu ! C’est Yahv? qui est Dieu ! « ?lie leur dit : « Saisissez les proph?tes de Baal ; que pas un d’eux n’?chappe ! » ; ils les saisirent. ?lie les fit descendre au torrent du Qich?n, et l? il les ?gorgea. » (1 Rois 18,39). (1)

C’est aujourd’hui. C’est dans le Cat?chisme de l’?glise catholique publi? en 1997 (2), r?dig? sous la direction du Cardinal Ratzinger, futur Pape Beno?t XVI : « Dieu a inspir? les auteurs humains des livres sacr?s. « En vue de composer ces livres sacr?s, Dieu a choisi des hommes auxquels il eut recours dans le plein usage de leurs facult?s et de leurs moyens, pour que, Lui-m?me agissant en eux et par eux, ils missent par ?crit, en vrais auteurs, tout ce qui ?tait conforme ? son d?sir, et cela seulement. » (106, c’est moi qui souligne).

Selon l’?glise catholique d’aujourd’hui, l’auteur du livre des Rois a donc bien exprim? l? fid?lement le v?ritable d?sir du Dieu jud?o-chr?tien, comme l’auteur de la Gen?se rapportant qu’il a an?anti les cit?s de Sodome et Gomorrhe (19,23), comme celui de l’Exode rapportant qu’il a fait tuer tous les premiers-n?s d’Egypte (12,29) et donn? l’ordre ? Mo?se de massacrer son peuple apr?s l’adoration du veau d’or (32,21), comme celui des Nombres rapportant qu’il a ordonn? l’extermination des Madianites (31), comme celui du Deut?ronome rapportant qu’il a demand? ? son peuple de se pr?parer pour l’extermination des Canan?ens (7-20), comme celui du livre de Josu? lui faisant dire que le moment ?tait venu de passer ? l’extermination elle-m?me?

Remarquons que, dans ce dernier cas, la « juste guerre » ainsi d?cid?e « par Dieu » n’est toujours pas termin?e en 2007, trois mill?naires plus tard. C’est que, comme le rappelle de temps en temps le Hamas, c’est aux Palestiniens que Dieu a « donn? » la m?me terre? puisqu’ils l’ont lu dans le Coran.

Et les responsables « mod?r?s » les plus reconnus de l’islam confirment par ailleurs,? aujourd’hui, que le Proph?te Mohamed reproduit fid?lement la volont? de Dieu quand il lui fait dire, ? propos des « hypocrites », des « incr?dules » qui « se d?tournent du chemin de Dieu » : Saisissez-les, tuez-les partout o? vous les trouverez » (Sourate IV, verset 89), quand il lui fait dire : « Tuez les polyth?istes » (S IX, v 5)? (3)

Qui ne voit aujourd’hui que, sans une radicale r?vision de leur interpr?tation contemporaine de leurs bases sacr?es criminog?nes les institutions religieuses resteraient bien, au moins partiellement, m?me si c’est indirectement, m?me si c’est par des actes commis par des croyants des autres religions, responsables de toutes les horreurs (guerres interminables, massacres de populations, meurtres individuels, maltraitances quotidiennes) commises au nom de Dieu.

En d’autres termes « le facteur Dieu » resterait bien ce que le Prix Nobel de litt?rature Jos? Saramago appelait, quelques jours apr?s le 11 septembre 2001, « la plus criminelle des inventions ». (4)

Qu’ils soient croyants musulmans, ou chr?tiens ou juifs, ou qu’ils soient agnostiques ou ath?es, les pacifistes du monde entier ressentent confus?ment, m?me s’ils ne l’expriment gu?re ou pas du tout parce qu’ils ne savent pas comment cela doit se faire, une n?cessit? ?vidente : toutes les institutions religieuses doivent aujourd’hui rejeter tr?s officiellement, tr?s fermement et sans ambigu?t? leur vieille conception criminog?ne de Dieu, cette persistance ? le penser et ? le dire – depuis 3000 ans ! – auteur du Mal comme du Bien, du Pire comme du Meilleur contenu dans les textes sacr?s. C’est l? un devoir pour les responsables des religions monoth?istes.

Non, r?pondent-ils en ch?ur et avec insistance, mais pas franchement, toujours en contournant le probl?me dans des explications compliqu?es (o? revient toujours l’id?e que ce sont les lecteurs indign?s des textes sacr?s qui ne savent pas lire, qui interpr?tent mal), non car les textes sacr?s sont la parole de Dieu et ce serait sacril?ge de modifier la parole de Dieu. En r?alit? ils pensent « ce serait nous remettre en question », ce serait reconna?tre que « nous nous sommes tromp?s en divinisant, sacralisant, dogmatisant, p?rennisant des pens?es ou actions tr?s humaines de simples chercheurs de Dieu ». Pour n’avoir pas ? reconna?tre leur erreur – et leur ent?tement de mille, deux mille ou trois mille ans dans l’erreur – ils font porter ? tous les croyants de toutes les religions un ?pouvantable fardeau spirituel.

L’attentat du 11 septembre 2001 est survenu alors que l’ONU venait de d?cider que la p?riode 2001?2010 serait une « D?cennie internationale de la promotion d’une culture de la non-violence et de la paix au profit des enfants du monde ». C’?tait l? le r?sultat de demandes de d?sacralisation de la violence religieuse ?manant de th?ologiens comme Emile Granger, d’un long combat de militants la?cs non-violents comme, en France, Jean-Marie Muller et son MAN (Mouvement pour une Alternative Non-violente) ou l’Arche de Lanza del Vasto,? de revues comme Alternatives Non-Violentes? enfin d’un appel solennel des Prix Nobel en 1997.

Dans cet appel aux Chefs d’Etat des pays membres des Nations Unies ils disaient ceci:? « Beaucoup d’enfants ? trop d’enfants ? vivent une « culture de la violence »? « Nous pouvons offrir de l’espoir, non seulement aux enfants du monde, mais ? l’humanit? toute enti?re, en commen?ant ? cr?er, puis en construisant, une nouvelle culture de la non-violence« .

Confi?e ? l’UNESCO pour son organisation concr?te, partout dans le monde la belle D?cennie rassembla de nombreuses organisations pacifistes, locales, nationales ou internationales. Des associations la?ques comme la Ligue internationale des femmes pour la paix et la libert? ou la Ligue de l’Enseignement ont adh?r?, en France, ? la Coordination de la D?cennie et ? sa Charte ?thique. De nombreuses associations ? motivation religieuse y ont adh?r? aussi.

La Charte dit ceci : « Les sagesses traditionnelles et les religions du monde ont jou? et jouent encore un r?le d?terminant dans l’?dification des cultures humaines. Dans de trop nombreuses parties du monde elles sont facteurs de violence ou pr?texte ? des conflits meurtriers, cependant elles peuvent aussi, par leurs enseignements et leur autorit? morale, fournir un appui ? la culture de la non-violence et de la paix. »

On allait avoir l?, enfin, au-dessus des religions, ne consid?rant que les imp?ratifs la?cs de paix, de droits humains, de conditions ? mettre en place pour faciliter partout le vivre ensemble un moyen d’exiger, internationalement, le rejet de ce qui conduit les religions ? devenir aussi « des facteurs de violence « , un « pr?texte ? des conflits meurtriers ».

Eh bien non. Les associations ont certes fait du beau travail pratique dans l’?ducation ? la non-violence d’une mani?re g?n?rale, dans l’apprentissage de la gestion non-violente des conflits, avec pr?sence bien concr?te sur des lieux directement concern?s, avec de nombreuses actions p?dagogiques dans les ?coles, de nombreuses p?titions, campagnes et conf?rences de toutes sortes et ? tous les niveaux sur les principes et les m?thodes ? promouvoir etc.. Mais contre les bases religieuses de la violence : rien, absolument rien.

On se dirige alors vers un ?norme g?chis. Dans deux ans ce sera le terme de la D?cennie et tout laisse penser qu’aucune demande de rejet de la th?ologie criminog?ne n’y aura ?t? examin?e, pas m?me formul?e. Faudra-t-il attendre une D?cennie 3001-3010 ?

Faut-il voir l? le r?sultat de la forte pr?sence catholique dans la D?cennie ? L’Eglise est coutumi?re de ce comportement : adh?sion massive ? de justes objectifs g?n?raux pour les orienter tr?s concr?tement vers ce qui ne met pas en question ses propres choix ind?fendables. Faut-il voir dans cette catastrophe, plus gravement encore, la crainte de d?tonner par rapport aux positions pour le moins ambig?es des dirigeants politiques dans leurs pays et ? l’ONU ?

R?cemment, au sein de celle-ci, le Rapporteur de la Commission sur les Droits humains a confirm? son analyse des ann?es pr?c?dentes : les religions ne sont pas causes de violences, elles sont essentiellement victimes, notamment de diffamations. Il a r?affirm? sa conception selon laquelle l’islamophobie est une forme de racisme, conception semblable ? celle du MRAP (Mouvement contre le Racisme l’Antis?mitisme et pour la Paix) ou de la LDH (Ligue des Droits de l’Homme) en France. Sans excuser une telle d?rive on peut l’expliquer par le fait que les Assembl?es G?n?rales des Nations Unies sont le lieu de pressions politiques intenses. Faut-il se r?soudre ? ce que la Coordination de la D?cennie le soit aussi ?

Sans une rapide et claire r?-orientation face au probl?me tragique de la th?ologie criminog?ne, sans une prise de conscience de leurs responsabilit?s en ce domaine, les gestionnaires de la belle D?cennie auront, dans deux ans, contribu? ? leur mani?re ? conforter la culture religieuse de la violence. Aux d?pends des enfants du monde, du pr?sent et du futur.

(1) La Bible Osty, ?d. du Seuil, 1973

(2) Cat?chisme de l’?glise catholique, ?d. Centurion / Cerf / Mame 1998

(3) Le Coran, ?d. Gallimard, Biblioth?que de la Pl?iade, 1967

(4) dans Le Monde du 22 septembre 2001

Pierre R?gnier, 4 d?cembre 2007

* Ceci d’autant plus qu’un autre texte, qui peut ?tre consid?r? comme un second volet de celui-ci, « Irina Bokova voudra-t-elle pacifier les religions ? » reste, lui, accessible sur le site qui l’a publi? :

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/irina-bokova-voudra-t-elle-64907

Image Flickr par Centres sociaux et socioculturels

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Les milices au Michigan, une vieille histoire… d’extrême droite (7)

Des bras cassés alcooliques ou drogués, des voleurs à l’étalage, des fracassés de la vie ...