Accueil / A C T U A L I T É / La crise des ressources naturelles?en 1 000 mots

La crise des ressources naturelles?en 1 000 mots

Si vous croyez que la crise des ressources naturelles est que nous allons en manquer, vous lisez trop les journaux.? Bien s?r, l?hypoth?se malthusienne est ? terme incontournable et, si la population augmente suffisamment,? nous finirons bien par manquer de tout, mais ce n?est pas le probl?me aujourd?hui.? Ni celui de demain.? M?me le p?trole, dont on nous fait le cas embl?matique des catastrophiques p?nuries ? venir, est encore disponible pour des si?cles dans le pire des sc?narios et les alternatives aux hydrocarbures ? nucl?aire, ?olienne et? solaire ? seront disponibles ? meilleur co?t bien avant que? cette fili?re ne soit ?puis?e.

Il y a bien une crise des ressources, mais elle d?coule de la baisse de rentabilit?? ? laquelle le capital peut s?attendre, maintenant qu?une production plus complexe donne l?avantage ? la comp?tence sur la simple propri?t? des ?quipements et que c?est le travail et non plus le capital qui devient le facteur rare et donc dominant de la production.?? Ne pensez donc pas une minute que le capitalisme va jeter l??ponge et renoncer ? contr?ler la soci?t?. Il va simplement tenter de continuer sa main mise? en se repliant sur la m?thode traditionnelle d?exploiter les faibles?: l?extorsion.

C?est celle qui ?tait l? avant que l?industrialisation ne vienne cr?er une parenth?se durant laquelle il est apparu possible et plus ?l?gant de faire son bl? en produisant quelque chose, et donc? de tirer avantage des pauvres en prenant seulement la part du lion du prix d?un vrai service rendu. Comme nous l?avons vu la semaine derni?re, cet interm?de tire a sa fin?; les puissants vont donc revenir ? la situation ant?rieure?? l?industrialisation?: exiger une rente sur les mati?res? premi?res? AVANT que la production ne d?bute.

Supposons que j?ai le contr?le d?une oasis et des hommes arm?s.? Vous ?tes un nomade qui arrivez? du d?sert, en route vers Babylone avec des moutons et des ch?vres qui ont soif.? Je vous? permets l?acc?s ? la source et vous me donnez? quelques brebis gestantes.? Pourquoi?? Parce que je suis l?.

Cette exigence s?appuie sur? un droit de propri?t? dont la l?gitimit? est nulle, mais est impos?e par la force. On est dans Proudhon et l?extorsion pure et simple. Notez que je suis gentil?: je pourrais vous zigouiller et garder les ovins.?? Ma gentillesse vient de ce que mes hommes arm?s ne veulent pas faire le chemin vers Babylone.? Je ne vous prends donc que quelques b?tes? mais autant que je veux.

La crise actuelle ne vient pas de l?extorsion ? qui est l? depuis toujours? et est tenue pour l?gitime au moins au moins depuis que le servage a remplac? l?esclavage? ? mais des? dissensions entre? exploiteurs.

Encore une fois, prenons le p?trole en exemple, mais le sc?nario est le m?me pour toutes les mati?res premi?res.? Quelques b?douins? somnolent, ou ?crivent des rubas, sur le sable chaud au-dessus d?une mer d?un liquide visqueux et naus?abond auquel ils ne voient pas d?usage, mais les Anglais, si.

Premiere ?tape, les Anglais le prennent.? Deuxi?me ?tape, apparaissent ? l?horizon des Russes, puis des Am?ricains, des Fran?ais, etc ? Tout le monde en veut.? Tout le monde? se pr?pare ? lancer ses m?haris, quand un Arm?nien fut? qui se voudrait Portugais trouve l?id?e ing?nieuse de donner quelques barils aux indig?nes et de se partager le reste entre Europ?ens arm?s.? La paix, c?est bien, la connivence dans l?extorsion, c?est mieux.? Si vous passez ? Lisbonne, ayez une bonne pens?e pour Gulbenkian?; il a sauv? bien des vies.

Avec le temps, l?extorsion par le p?trole est devenue la premi?re source de revenu des riches. Tout le monde a besoin d??nergie et le p?trole est de loin la premi?re et la meilleure source d??nergie.? Tout le monde carbure et riches comme pauvres sont donc tax?s au prorata de leur consommation en ?nergie, ce qui est loin d??tre b?te et n?est certes pas la fa?on la plus in?quitable de taxer tout le monde au profit de ceux qui taxent.? Ceux qui taxent sont ceux qui en ont le pouvoir et qu?ils en aient le bon droit est un autre d?bat.

Cette rente du propri?taire est immorale. Les ressources naturelles ne peuvent en bonne logique appartenir qu?? l?humanit? tout enti?re et leur valeur ne devrait, en bonne justice, ?tre distribu?e qu?entre ceux qui les rendent disponibles, chacun au prorata du travail qu?il a mis ? le faire.?? Dans le monde o? nous vivons, cette justice est une utopie.

Dans le monde o? nous vivons, toutefois, il ne manque pas de gens pour penser que vivre au-dessus d?une mine ne devrait pas donner un droit au minerai qu?on en extrait, pas davantage que d?avoir le fusil pour en exclure les intrus.?? CRISE?!? Sans le dire, on va donc occuper les mines de l?Afghanistan si on a besoin de la ressource? ou faire sauter ceux qui viennent les occuper si on y est et qu?on n?a pas besoin d?occupants.

Maintenant que le travail veut sa part et que l?extorsion d?une rente sur la mati?re premi?re est redevenue la meilleure fa?on de s?enrichir, les querelles entre exploiteurs vont se multiplier.? Crise des ressources?

Pierre JC Allard

http://nouvellesociete.wordpress.com/ressources-naturelles/

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Exils

Pendant longtemps, chez soi était une idée qui n’avait pas grand-chose à voir avec un endroit. Bien ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Bonjour.
    Merci de corriger « cet intermède tire a sa fin ».
    Merci.