Accueil / T Y P E S / Articles / La crise des m?dias s’?tend ? la presse citoyenne en ligne

La crise des m?dias s’?tend ? la presse citoyenne en ligne

Dans un courriel adress? ? ses r?dacteurs, le m?dia citoyen fran?ais AgoraVox se dit affect? par la crise dans les m?dias et demande de l’aide : ?Comme vous le savez la presse est en pleine crise. Le constat n?est pas nouveau, mais la situation s?aggrave et touche d?sormais Internet. Le march? de la publicit? s?effondre. O? en est le m?dia AgoraVox ? Pourquoi avons-nous besoin de votre aide ??

Dans son courriel (voir ci-dessous), Carlo Revelli de Fondation AgoraVox, soutient que ?Le mod?le publicitaire ne permet plus d?assurer la survie du m?dia, bien que l?audience du site soit toujours au rendez-vous avec plus d?un million de visiteurs par mois.? Pour combler le manque ? gagner, AgoraVox lance sa fondation et fait appel ? ses lecteurs, ses r?dacteurs et autres sympathisants.

Courriel d’AgoraVox

Bonjour,

Comme vous le savez la presse est en pleine crise. Le constat n?est pas nouveau, mais la situation s?aggrave et touche d?sormais Internet. Le march? de la publicit? s?effondre. O? en est le m?dia AgoraVox?? Pourquoi avons-nous besoin de votre aide??

AgoraVox est le seul m?dia d?information g?n?raliste sur Internet qui soit 100?% participatif, 100?% citoyen.

AgoraVox est devenu, au fil du temps, le lieu de rendez-vous de tous les citoyens avides de d?bats, d??changes et de pol?miques, passionn?s d?information et souvent insatisfaits de ce qu?en ont fait les m?dias traditionnels. AgoraVox permet de vous informer autrement. AgoraVox permet de vous exprimer et de vous faire ?couter. Votre parole peut avoir un impact car AgoraVox est souvent lu par des hommes politiques, des journalistes, des professionnels ou autres d?cideurs qui parfois font m?me partie de nos r?dacteurs ou commentateurs.

AgoraVox est aujourd?hui en danger. Le mod?le publicitaire ne permet plus d?assurer la survie du m?dia, bien que l?audience du site soit toujours au rendez-vous avec plus d?un million de visiteurs par mois. Nous pensons que l?information ne doit pas d?pendre de soci?t?s d?investissement ou d?industries, qu?elle ne doit pas d?pendre non plus de l??tat.

Comme nous sommes convaincus qu?AgoraVox doit poursuivre son aventure et m?me se d?velopper, nous devons imaginer des solutions de solidarit? et de coop?ration pour en pr?server l?ind?pendance.

AgoraVox est devenu une Fondation en 2008 dans ce but. Le Ministre de la Justice belge a r?cemment sign? l?arr?t? qui reconna?t le caract?re d?utilit? publique de la Fondation AgoraVox.

Dans ce souci d?ind?pendance, AgoraVox initie un r?seau de solidarit? bas? sur le don.

Gr?ce ? votre aide, AgoraVox peut continuer ? publier plus de 1000 articles par mois. Les dons servent ? am?liorer la qualit? du site, ? financer les serveurs, les ressources humaines, techniques et juridiques, ainsi qu?? financer des enqu?tes participatives pour que le site se renforce et se d?veloppe.

En donnant ? la Fondation AgoraVox, vous offrez un soutien ? la libert? d?expression et d?information.

Pour en savoir plus sur ce syst?me de dons

Merci d?avance.

? bient?t

Carlo Revelli

Fondation AgoraVox

Dans l’article publi? en ligne ? ce sujet, l’?quipe d’AgoraVox nous en dit un peu plus sur cette crise des m?dias en ligne sur Internet : ?Les ??pure player??, ces journaux d?information pr?sents uniquement sur la Toile, n??chappent plus ? la crise. Ils sont m?me touch?s de plein fouet. Actuellement, m?me si certains semblent s?en sortir mieux que les autres, aucun journal en ligne n?est r?ellement ? l??quilibre?: ni Rue89, ni LePost, ni Bakchich, ni M?diapart, ni Arr?t sur images, ni Slate. Certains sont au bord du d?p?t de bilan tandis que d?autres voisins sont m?me oblig?s de fermer d?finitivement les portes…?

AgoraVox fait ici r?f?rence ? la fermeture de site d’information espagnol Soitu.es le 27 octobre dernier apr?s seulement vingt-deux mois d’existence et alors qu’il venait de recevoir le mois dernier le prix du meilleur site d’information non-anglophone de l’Online News Association (ONA) am?ricaine, la plus grande organisation mondiale de news sur le web.

Selon Rue89, un autre m?dias citoyen fran?ais avec ?galement plus d’un million de visiteurs uniques par mois, la fermeture du site d’information espagnol Soitu.es est aussi li? ? la baisse g?n?rale des revenus publicitaires qui affecte l’ensemble des m?dias. Dans son article Fin de partie pour le site d’information espagnol Soitu.es, le journaliste Pierre Haski de Rue89 ?crit : ?La crise ?conomique et financi?re, qui frappe l’Espagne plus durement encore que d’autres pays d’Europe, est venue r?duire ces espoirs, et a cr?? de s?rieuses difficult?s ? Soitu.es dont le mod?le ?tait sans doute trop largement d?pendant des recettes publicitaires.?

Rue89 parviendrait ? se tirer d’affaires en raison de la diversification de ses revenus explique le journaliste Pierre Haski. En effet, Rue89 ajoute aux revenus publicitaires ceux de son service de formation continue et de d?veloppement de sites web en plus de ceux de la vente de T-shirts et de mugs. (Voir ci-dessus)

Extrait de Fin de partie pour le site d’information espagnol Soitu.es, Pierre Haski, Rue89, 27 octobre 2009

De la prestation de service, de la formation continue et des mugs

Pour anticiper les questions qui seront in?vitablement, et l?gitimement, pos?es sur la situation de Rue89, nous ne sommes pas dans la m?me situation que nos amis de Soitu.es.

Lanc? un peu plus t?t, en mai 2007, Rue89 a d?velopp? un mod?le ?conomique mixte dans lequel la publicit? sous toutes ses formes (banni?res, mur, liens sponsoris?s?) n’est pas la seule source de revenus, gr?ce aux activit?s de prestation de service (d?veloppement de sites pour d’autres clients), de formation continue, et de vente de T-shirts et de mugs.

De plus, Rue89 est rest? d’une taille modeste avec vingt salari?s, sans doute plus adapt?e ? l’environnement ?conomique du web en p?riode de crise.

Rue89 se diff?rencie ?galement de nos amis espagnols par son actionnariat, majoritairement contr?l? par les fondateurs et des investisseurs amis, et b?n?ficie, en cette p?riode d?licate, du soutien renouvel? de ses actionnaires.

Rue89 bien parti pour atteindre l’?quilibre?

sur le seul quatri?me trimestre

Avec ? peine deux ans et demi d’existence, Rue89 approche progressivement de l’?quilibre ?conomique. Celui-ci pourrait ?tre ponctuellement atteint au quatri?me trimestre 2009, mais pas encore en ann?e pleine. Il faudra sans doute attendre encore trois ou quatre trimestres avant d’atteindre le point d’?quilibre, cl? de l’ind?pendance et de la p?rennisation de l’entreprise.

La disparition de Soitu.es montre l’ampleur de la crise que traverse le secteur des m?dias dans les pays industriels, anciens comme nouveaux m?dias. Aux Etats-Unis, la diffusion de la presse ?crite a baiss? de plus de 10% au cours des six mois se terminant en septembre, illustrant l’impact de la tourmente sur les ??vieux?? m?dias, qui a d?j? emport? plusieurs titres outre-Atlantique.

Dans le m?me temps, les nouveaux m?dias Internet exp?rimentent diff?rents mod?les ?conomiques dans un secteur o? il n’en existe aucun ayant fait ses preuves et dans un contexte de r?cession. La mort de Soitu.es montre que tous ne r?ussiront pas, m?me si Internet incarne l’avenir de l’information.?

Fin de partie pour le site d’information espagnol Soitu.es,

Pierre Haski, Rue89, 27 octobre 2009

Au Qu?bec, les fondateurs du m?dia citoyen CentPapiers, Jean-Philippe Wauthier et Olivier Niquet, appellent aussi ? l’aide mais pour des raisons diff?rentes. Dans un billet publi? le 7 octobre dernier sous le titre CentPapiers a besoin d?aide, monsieur Olivier Niquet ?crit : ?CentPapiers, la plateforme de journalisme citoyen que Jean-Philippe Wauthier et moi avons fond? il y a environ trois ans, a besoin d?aide. Comme Jean-Philippe et moi sommes un peu pris par le Sportnographe, nous n?avons plus de temps pour en assurer la gestion et pour en faire la promotion.? (Le Sportnographe est le site de Radio-Canada d?di? aux sports). Visiblement, CentPapiers, le premier m?dia citoyen au Qu?bec, n’a pas suffisamment rapport? d’argent pour assurer un salaire ? ses deux fondateurs et ces derniers ont d? se tourner vers d’autres sources de revenus pour vivre. ?Nous cherchons donc des partenaires qui seraient int?ress?s ? assurer la gestion quotidienne du site (validation et ?dition des articles) et la promotion du site.? ?crit monsieur Niquet. (Voir ci-dessous)

CentPapiers a besoin d?aide

7 octobre 2009 | 0 commentaire(s) | 156 affichage(s)

CentPapiers, la plateforme de journalisme citoyen que Jean-Philippe Wauthier et moi avons fond? il y a environ trois ans, a besoin d?aide. Comme Jean-Philippe et moi sommes un peu pris par le Sportnographe, nous n?avons plus de temps pour en assurer la gestion et pour en faire la promotion.

Le site continue d?accueillir environ 1000 visiteurs uniques par jours et de g?n?rer de 2000 ? 3000 pages vues quotidiennement. Pas ?norme, mais bon. C?est aussi 4500 articles publi?s, 8000 commentaires, et 2500 r?dacteurs inscrits. Surtout, ?a reste le premier site du genre au Qu?bec, et il b?n?ficie d?une certaine notori?t?. Nous sommes r?guli?rement sollicit?s pour nous prononcer dans les m?dias.

Assur?ment, le potentiel est l?, mais nous n?avons pas le temps de faire la promotion du site et d?assurer son ?panouissement.

Nous cherchons donc des partenaires qui seraient int?ress?s ? assurer la gestion quotidienne du site (validation et ?dition des articles) et la promotion du site.

Nous sommes ouverts ? toutes sortes de partenariat. Une participation dans l?entreprise, un partage des revenus, une fusion, whatever.

Si la chose vous int?resse, contacter moi oniquet sur gmail.

Olivier Niquet

En conclusion

D?finitivement, l’?conomie de l’?dition papier ne r?gle pas tout pour les m?dias en ligne, ni m?me l’achalandage de plus d?un million de visiteurs uniques par mois. Pourtant, on pensait exactement le contraire au commencement. L’histoire des m?dias citoyens tient en quelques ann?es. AgoraVox a vu le jour en 2005, CentPapier suit en 2006 et Rue89 en 2007. Le mod?le ?conomique initial fond? sur les ?conomies du num?rique, du virtuel, de l’Internet et du web et sur les revenus publicitaires ne semble plus assurer la p?rennit? de l’aventure des ?journalistes citoyens?. La crise financi?re actuelle a bousill? ce mod?le ?conomique sur lequel misaient les m?dias citoyens en provoquant une baisse marqu?e des revenus publicitaires. Est-ce que la reprise ?conomique r?glera les probl?mes financiers des m?dias citoyens ? Certainement pas, du moins compl?tement, car il faut trouver un mod?le ?conomique capable d’affronter les crises de financement ou les fluctuations du march? publicitaire. La diversification des sources de revenus s’av?re une solution int?ressante mais elle n’est pas ? la port?e de tous. On ne diversifie pas ses revenus sans investissement. Or, en raison de leur trop courte histoire, les m?dias citoyens n’ont pas eu le temps d’engranger les profits utiles pour investir d’autres sources de revenus. Il revient donc aux lecteurs et aux r?dacteurs d’aider leurs m?dias citoyens ? traverser la crise financi?re. Bref, comme pour tout autre m?dia, l’avenir imm?diat des m?dias citoyens est entre les mains de ses lecteurs et de ses r?dacteurs !

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le petit monde de Donald (9) : le faux chevalier blanc , l’homme de la montagne et un évêque !

Parmi les admirateurs de Donald, on compte des présentateurs TV qui se veulent bon teint, ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Au delà de la simple gestion économique, il faudra bien trouver un jour une règle de fonctionnement de la censure des sites démocratiques : car elle devient obligatoire, hélas, tant des groupuscules extrémistes les ont envahis. Ces groupes ne sont rien en nombre, on le sait, et c’est l’internet qui leur donne une audience inespérée : les négationnistes, par exemple, l’ont bien compris : il harcèlent quotidiennement les rédacteurs qui osent dénoncer l’inanité de leurs convictions infondées. Le moindre débat sur israël voit débouler la cohorte habituelle de partisans d’un pays fort, aujourd’hui lui-même au bord du mussolinisme. Avant hier, sur Agorarox, nous avons eu l’apologie pure et simple d’un pilote de chasse de la Lutwaffe, qui a servi la propagande de Goebbels : sa publication a été l’occasion de propos anti-démocratiques, et c’est bien là aussi le problème de ce genre de site. Chez les autres, régulièrement les commentaires sont fermés, tant ce genre de groupuscule balance sa haine et ses injures. La diffamation est leur arme préférée. L’existence d’un site, ce n’est pas seulement une histoire d’argent : c’est aussi une histoire de respect ou non des règles démocratiques : or, aujourd’hui, il faut bien constater qu’Internet est confronté à un sacré problème avec ce genre d’individus, qui ont bien compris comment venir se faire de la pub à peu de frais. Les fanatiques, les partisans du néo-nazisme sont à la porte de tous les sites sociaux. Ne pas prévoir leur arrivée est une tare, ne pas prévoir leur nécessaire éviction une erreur. Ils sont les premiers à venir crier au loup quand ils se font éjecter, au nom d’une démocratie sur laquelle ils viennent cracher tous les jours. Non, il n’y a pas qu’un malaise d’argent : il y a aussi un malaise dû à a la CANDEUR proverbiale de ce genre de site, qui n’a jamais pensé au départ qu’il pourrait être l’objet d’une prise en mains idéologique. La démocratie, ce n’est pas laisser tour dire à n’importe qui : elle a ses limites, dans lesquelles se sont engouffrés ces nazillons en puissance.

  2. avatar

    Momo
    je suis tout a fait d’accord avec votre analyse.