Accueil / T Y P E S / Articles / La Cr?te mill?naire (suite)

La Cr?te mill?naire (suite)


? Un voyage touristique ? la carte qui d?bute par une ?preuve digne d?un parcours du combattant indique clairement que le tourisme de l?an 2O10 n?est pas automatiquement g?n?rateur de plaisir pour ceux qui le pratique mais il est toujours g?n?rateur de profit pour ceux qui l?exploite ! En Cr?te ce but est g?n?ralement atteint par les professionnels du Tourisme qui y s?vissent !?

La pendule indiquait minuit lorsque nous arrivons, ?puis?s, devant le comptoir du concierge du PALM, emp?tr?s dans nos bagages. L?accueil souriant du pr?pos? nous r?conforte un peu. Nous avons la sensation agr?able de nous trouver dans une maison amie. Toutefois nous constatons imm?diatement que l?ascenseur n?arrive pas jusqu?au hall et que nous allons devoir nous hisser, par l?escalier, jusqu’? l?entresol pour gagner notre chambre au deuxi?me ?tage. Heureusement nos bagages suivent avec le concierge. Notre parcours du combattant se termine enfin ? l?entr?e de la chambre, 202, ? la fois spacieuse, sobre mais dont l??clairage me semble parcimonieux. Mais ? ce moment l? les zombis accabl?s que nous sommes ne pensent qu?? dormir ! Agr?able ?tonnement lorsqu?apr?s de courtes explications notre intervenant retira du r?frig?rateur deux assiettes bien achaland?es nous offrant la perspective inattendue mais fort agr?able de nous restaurer. Nous avons beaucoup appr?ci? cette attention m?me si cet encas n?a pu ?tre arros? qu?? l?eau min?rale ! Apr?s, sans plus attendre je d?balle mon appareil respiratoire et lorsque je tente de le brancher c?est l??chec. Je dormirais donc sans son aide ce qui n?am?liorera surement pas la qualit? de mon sommeil ! Nous arr?tons la climatisation puis nous ouvrons la porte fen?tre donnant sur le balcon afin de profiter de la fraicheur du petit matin !

Au r?veil sonn? par un coq du voisinage nous d?couvrons depuis notre balcon l?oasis de verdure dans laquelle l?h?tel est implant?, au second plan la mer d?un beau bleu soutenu et plus loin des collines ? la v?g?tation brul?e. Aucune verrue d?rangeante n?est visible depuis notre balcon : que souhaiter de mieux !
Je me souviens alors de la description de ce lieu faite sur le site de r?servation ? BOOKING.COM ? que j?avais consult? ? la r?ception du mail de confirmation d?H?liades libell? ainsi : ? Situ? sur la c?te nord de la Cr?te, l’Elounda Palm est un h?tel familial, contemporain par sa d?coration et combinant simplicit? et tradition d’une mani?re qui lui est propre. Il se trouve ? seulement 1 km du village d’Elounda et ? 7 km de la ville anim?e d’Agios Nikolaos.
Entour? par de splendides jardins et jouissant d’une magnifique vue sur le golfe d’Elounda, cet h?tel fournit tout le confort pour des vacances sans soucis. Nos 63 bungalows et Suites Juniors ainsi que notre piscine mettent ? votre disposition tout l’?quipement n?cessaire pour vous sentir comme chez vous.
Restaurant, bar, r?ception ouverte 24h/24, jardin, chambres familiales, ascenseur, coffre-fort, chauffage, gays bienvenus. ?
A premi?re vue, au r?veil, cela n??tait pas un mauvais choix !

En route vers le petit d?jeuner, nous constatons que dans cet h?tel tarabiscot? l?ascenseur n?est pas tr?s fonctionnel. Il ne dessert pas, non plus, la salle ? manger. Durant ce premier parcours, d?escalier en escalier, nous d?tectons la vraie raison de cette erreur, non accidentelle, en d?couvrant au niveau de l?entresol une boutique de bijoux ! Clients et visiteurs qui gagnent les salons, les chambres et les terrasses passent ainsi automatiquement devant la boutique. C?est certainement bon pour le commerce des perles mais difficilement acceptable pour mes jambes. Je commence ? r?aliser que le service des voyages ? la carte d?H?liades n?a pas du tout pris en compte les ?l?ments que je lui ai fournis et je pressens que notre s?jour ne comblera pas toutes nos esp?rances !
De fait, rapidement je constate que l?Elounda Palm n?est qu?une oasis artificielle, agr?able certes, mais situ?e en zone l?preuse. D?s que l?on sort du p?rim?tre occup? par l?h?tel on se heurte a des paysages de d?solation de type d?p?ts de mat?riaux divers ou enclos minables ou v?g?tent des animaux presque ? l?abandon. Aucune promenade pi?tonne agr?able pour les r?sidents ne supportant pas l?enfermement. Id?al par contre pour les inconditionnels de la bronzette stupide autour de la piscine et les piliers de bar ! Quant aux buffets des diners s?ils sont vari?s ils sont assez peu attrayants car pauvres !
Pour s??vader de ce dr?le de paradis il faut des jambes solides pour rejoindre la mer ? pied car les distances indiqu?es sur les pubs nous ont sembl? s?rieusement minor?es. C?est en r?alit? des exp?ditions peu faciles, non balis?es que nous avons tout de m?me r?alis? au prix d?efforts m?ritoires.
S?il s?agit bien d?un h?tel propos? par H?liades nous n?avons, par contre jamais re?u la visite d?un repr?sentant du Tour op?rateur et aucune excursion ne nous fut propos?e ! Ce fut donc un service ? la carte virtuel qui nous a surpris d?sagr?ablement.

C?est donc avec plaisir et crainte que nous accueillons notre transfert vers la partie centrale de la Cr?te pour une semaine ? R?thymnon ? l?h?tel Pearl Beach annonc? par H?liades comme une bonne adresse pour allier plaisir baln?aires et d?couvertes. C?est en taxi que ce transfert est r?alis?. Le chauffeur ne parlant strictement que le grec nous oublia sur le si?ge arri?re et ne nous gratifia d?aucune explication, durant la dur?e de ce long d?placement. Il pratiqua une conduite de type rallie et ne cessa pas de t?l?phoner ? voix haute durant la totalit? du trajet nous ?tant jusqu?? l?envie de contempler des paysage pourtant vari?s tant sa conduite d?une seule main ne nous semblait peu rassurante. A l?arriv?e nous n?avions pas tr?s bonne mine mais nous ?tions v?ritablement soulag?s d?en avoir termin? avec cette ?preuve.
A la r?ception, nous constatons avec plaisir que notre langue est pratiqu?e avec aisance, ce qui nous valut des explications longues et d?taill?es qui h?las n?aboutirent pas au r?sultat escompt?, puisqu?? l?arriv?e dans la chambre qui nous est attribu?e nous d?couvrons une sorte de tunnel sombre occup? par trois lits et dont l?unique fen?tre ouvre sur une ruelle. Exasp?r?, je fis savoir sans plus attendre que je n?acceptais pas ce type d?h?bergement indigne d?un h?tel 4 ?toiles. Nos valises demeur?rent boucl?es en attendant un h?bergement convenable ce qui demanda un peu de temps et de patience avant que nous int?grions une sorte de bonbonni?re ouvrant sur un mini balcon entour? de verdure et de voisins pr?sents au point que je sentis imm?diatement que je ne supporterai pas plus d?une journ?e ce type d??tablissement! Un honn?te d?jeuner nous requinqua quelque peu et nous permis de faire le point calmement. Rapidement j??arrivais ? la conclusion que dans cet h?tel nous ?tions les seuls clients ? H?liades ?donc totalement hors circuit et isol?s. Totalement abandonn?s ? 3 bons kilom?tres de la ville dans un bronze cul international agr?ment? de parasols aux couleurs chatoyantes ! Dans l?apr?s midi nous avons err? autour de l?h?tel dans un quartier assez tristounet et surprise, ? notre retour ? l?h?tel, nous avons constat? un ph?nom?ne naturel en ce lieu une queue imposante des bronz?s affam?s rang?s sagement devant l?entr?e du restaurant autour de 18 heures ! En r?alit? ce spectacle nous sembla affligeant !
Le seul buffet dinatoire auquel nous avons finalement pris part nous a sembl? plus attrayant que ceux du Palm mais l?ambiance de cet h?tel usine nos incita ? le quitter au plus vite. Le lendemain matin j??tablis le contact avec l?antenne la plus proche d?H?liades et apr?s n?gociations j?obtiens satisfaction, notre transfert au THEARTEMIS PALACE situ? beaucoup plus pr?s de la ville et d?un confort nettement am?lior? nous permettant de vivre une fin de s?jour bien plus agr?able mais toujours sans la moindre assistance du tour op?rateur que nous avions imprudemment accept? !

Finalement notre voyage n?aura pas ?t? de tout repos et il ne nous ? pas permis d?appr?hender s?rieusement les diff?rentes facette de cette Cr?te toute en contraste. Nous n?aurons pu seulement nous rendre compte des progr?s du b?tonnage rampant tout au long de la c?te terrain de jeu de promoteurs cupides. Nous avons aussi constat? les r?sultats un peu effrayants d?une urbanisation anarchique ? R?thymnon. Au retour de nos promenades dans la vieille ville nous retrouvions avec plaisir l?ambiance si agr?able du Theartemis et nous avons oubli? jusqu?au transfert du retour que nous ?tions des clients d?H?liades !
Mais en ce dernier jour la dure r?alit? s?imposait ? nous, ? nouveau ? l?arriv?e de deux autocars de ramassage non accompagn?s de repr?sentant du tour op?rateur. Les Chauffeurs ?tant incapables de fournir la moindre explication nous avons embarqu? pour un circuit de ramassage dans les h?tels de la c?te de 7 heures du matin ? 11heures. A la derni?re ?tape un jeune homme v?tu d?un tee short H?liades prit place sur un strapontin ? cot? du chauffeur et resta silencieux et ce ne fut qu?a l?arriv?e ? l?a?roport d?H?raklion qu?il nous adressa quelques mots puis sortit un carton portant l?inscription H?liades et s??lan?a vers l?a?roport sans se pr?occuper de savoir si l?on suivait ou pas et ? notre arriv?e dans l?a?rogare il avait disparu et c?est une h?tesse FRAM qui gentiment nous renseigna sur le marathon qui nous attendait et qui se termina dans l?avion avec un plateau repas toujours aussi all?chant. Je parvins ? faire un somme et comme tout fini par avoir une fin nous nous retrouv?mes ? notre point de d?part ? l?a?roport de Deauville o? ?tait cens? nous attendre la navette nous ramenant ? F?camp, que nous avons du attendre devant l?a?rogare durant 45 minutes, ce qui ne manqua pas de nous remplir d?aise. A croire que ce voyage devait se r?v?ler jusqu?au bout absolument d?sastreux !

J?ai retrouv? a cette occasion, avec ?tonnement, ce monde du tourisme que j?avais un peu perdu de vue, j?ai pu donc constater que la progression de ces professionnels ?tait bien moins spectaculaire que l?on s?efforce de nous le faire croire.
Que penser de ce type d??volution ? Doit-on cautionner l?action de tous ces pr?dateurs qui sans vergogne font n?importe quoi pour engranger de l?argent ?

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le Japon au bois dormant

Sur le plan macro économique, le Japon est un laboratoire mais c’est également un cimetière ...

One comment

  1. avatar

    Nous sommes nombreux à avoir connu tout ou partie de vos mésaventures.Pourtant je n’irais ps jusqu’à faire les reproches aux « locaux » dont vous semez votre chronique.

    C’est bien à votre agence canadienne qui négociant au couteau vos tarifs et conditions d’hébergement avec l’hôtellerie locale vous a coincé comme entre le marteau et l’enclume. Les pratiques mensongères des agences de voyage sont bien plus à l’origine des conflits et déconvenues que les taxis et hôteliers locaux.

    Le tourisme en Crête est industriel depuis longtemps vous avez été mis au rang de la camelote délocalisée.