Accueil / A C T U A L I T É / La connaissance perdue

La connaissance perdue

Capture1a

Pour ceux qui apprécient l’amusement de la « réflexion/recherche/connaissance », voici la description du parcours évolutif de tout ce qui existe dans l’univers. C’est là, la science du Bonheur et du Malheur, du Yin et du Yang, d’Aman et de Brahman etc., appelées également la science des polarités. C’est la « théorie du tout » de laquelle se servaient « les dieux » dont parlent toutes les religions et les anciennes civilisations et qui semblaient contrôler tout. Ils s’y reportaient pour établir leurs opinions, leurs décisions et leur comportement. Malheureusement pour eux, cette « supériorité », à laquelle ils croyaient mais qui s’avéra fausse, leur a fait prendre une décision, vers 2 000 av J.C. qui les a rendus « non viables »; et ils sont disparus du processus évolutif universel. L’homme d’aujourd’hui, semble vouloir suivre la même voie de se croire supérieur à tout le reste et pouvoir tout contrôler. Saura-t-il échapper à son élimination ? Prendra-t-il conscience qu’il lui faut, au plus tôt, éliminer cette fausse croyance de supériorité au moment du renforcement négatif? Pour l’instant, j’en doute énormément; parce que ce n’est pas du tout ce que son comportement démontre.

Processus mathématique de l’évolution de l’univers (et de tout ce qui le compose) à partir de l’instant Zéro (état potentiel) jusqu’à sa réalisation finale (réalité). Cette évolution se fait dans le sens des aiguilles d’une montre; ou si vous préférez, suit « la flèche du temps ». À noter que deux composants de l’univers se sont déjà réalisés; tel le proton et, au niveau suivant, l’atome de fer; mais tout le reste, incluant l’univers lui-même, continue d’évoluer et n’est donc pas encore « une réalité finale »; c’est-à-dire que ces composants ne sont pas encore « réalisés ». Cette réalisation se fait simplement par éliminations successives des possibilités « non viables ». Ce n’est donc pas « la loi du plus fort » qui contrôle, mais bien « la loi du plus apte » à survivre dans son environnement, nonobstant sa puissance individuelle.

L’entropie sur le tableau (l’augmentation des nombres) est une accumulation de la précision des spécificités pour la recherche de la « survie » du sujet quel qu’il soit. Plus les « spécificités » sont définies, plus importante est l’entropie générale et plus la « voie » des aptitudes à acquérir assurant la survie se définit. C’est également cet ajout de précisions spécifiques qui résulte en un processus cyclique que l’Hindouisme appelle « le Samsarra ». La définition des spécificités se fait d’elle-même en présentant deux facettes; la positive et la négative. C’est pourquoi chaque nombre se divise successivement par deux. L’une des deux facettes présentées se révèle, par la suite, non viable. Lorsque toutes les « possibilités » non viables sont éliminées, il ne reste que la réalité vitale (le 1 qui est vraiment viable), c’est-à-dire le but de survivre visé initialement par le 1 qui n’est qu’une « potentialité de survie » au départ.

Ce parcours évolutif s’applique à tout dans l’univers; à partir des composants de l’atome jusqu’aux super amas de galaxies. Ce qui comprend, évidemment, la conscience et la vie.

Capture2a

  • J’ai fait une petite erreur dans le dessin; la dernière fraction (de 11hre à 12hre) devrait être 768/1024 + 1/4. Veuillez m’excuser.

 

Je n’ai pas encore trouvé quelque chose qui échappe à ce processus et je cherche toujours.

Amicalement

André Lefebvre

Auteur de:

L’Histoire… de l’univers

Les Hommes d’avant le Déluge (Trilogie – Tome 1:  La Science Secrète)

Les Hommes d’avant le Déluge (Trilogie – Tome 2: Le Mystère Sumérien

Commentaires

commentaires

A propos de Andre lefebvre

avatar

Check Also

Grande Guerre : ces villages martyrs, « morts pour la France »

En ce jour de célébration du centenaire de l’Armistice du 11 novembre 1918, zoom sur ...

One comment

  1. avatar

    J’ai fait une petite erreur dans le dessin; la dernière fraction (de 11hre à 12hre) devrait être 768/1024 + 1/4. Veuillez m’excuser.