Accueil / A C T U A L I T É / La Cia et la p?che aux intellectuels

La Cia et la p?che aux intellectuels

 

Enfouie dans un article r?cemment publi? par le?Washington Post, sur l?expansion des op?rations d?espionnage de la DIA?(Agence de Renseignement de la D?fense)?se trouve une phrase qui devrait donner des frissons ? tout chercheur, journaliste, ?tudiant ou intellectuel oeuvrant sur le monde musulman, qu?il soit ou non citoyen am?ricain?:???C?est une t?che colossale que de faire passer des agents de la DIA pour des intellectuels, des professionnels et de cr?er de toutes pi?ces de fausses identit?s, ce qui veut dire que, s?ils sont pris, ils ne b?n?ficieront d?aucune immunit? diplomatique???

Mais, il est peu probable que la DIA ait besoin de fabriquer des ??intellectuels?? vu la propension de ces derniers ? signer volontairement pour un tel boulot car la coop?ration et la collaboration entre les services de renseignement US et ces intellectuels sont une longue histoire.

Il y a presque un si?cle, l?anthropologiste Franz Boas fut ostracis? pour avoir r?v?l? que des intellectuels servaient en qualit? d?espions en Am?rique Latine, une pratique qui a d?but? au Mexique puis s?est renforc?e au cours de la 2?me guerre mondiale. Boas caract?risait cette d?viation qui faisait de la science une couverture pour l?espionnage politique,???comme la prostitution de la science de mani?re impardonnable et lui (l?individu) d?niait le droit d??tre class? comme scientifique???

Les universitaires firent partie de l?effort de guerre dans les ann?es 40-45 dans des capacit?s diverses, y compris au sein de l?OSS?(le Bureau des Services Strat?giques), pr?curseur de la CIA. Depuis sa cr?ation en 1947, cette derni?re a recrut?, dans les meilleures facult?s et universit?s, des dipl?m?s pour faire de la recherche et de l?analyse. Si cette relation s?est un peu affaiblie entre 1970-1980, elle a rebondi avant les attaques du 11 septembre 2001 et s?est d?velopp?e dans la foul?e.

Quelle que soit la position id?ologique d?un individu vis-?-vis de la CIA, il est naturel que les agences de renseignement recrutent des employ?s de la m?me mani?re que le feraient les grandes entreprises. Mais, c?est une chose que de faire de la recherche, pour les institutions militaires, diplomatiques ou le renseignement, et une autre de le cacher?

Les relations de la CIA avec l?Universit? se sont approfondies au cours des soixante derni?res ann?es et sont all?es au-del? du simple parrainage de la recherche pour lui faciliter l?analyse des donn?es. L?Agence n?a pas seulement soutenu l?expertise des intellectuels des pays et cultures qu?elle a engag?s, mais a financ? des recherches et des publications sans publiquement r?v?ler l?origine de ce financement et utilis? ces individus pour l?aider ? produire de la d?sinformation et ? s?engager dans des activit?s directement reli?es ? l?espionnage.

De plus, en Asie du sud-est?(particuli?rement dans le Vietnam en guerre), en Am?rique latine et en Afrique, les recherches en ?tudes de d?veloppement et techniques de contre- insurrection du???tiers monde???sont devenues l?aliment de base de la collaboration CIA ? intellectuels.

Nonobstant les probl?mes ?thiques que posent de telles collaborations, des universitaires de renom ont, au cours des ann?es, non seulement apport? leur soutien ? la CIA, mais ont occup? des postes importants au coeur m?me l?agence. Comme Robert Gates, ancien directeur de l?agence de renseignement US et Secr?taire ? la D?fense, qui avait dirig? le?Minerva Research Initiative, o? il tentait de???comprendre plus ?troitement les populations mondiales et leur diversit? pour atteindre des d?cisions politiques strat?giques et op?rationnelles plus efficaces??.

M?me la c?l?bre Universit? de Berkeley, foyer de la contre-culture, a directement encourag? des recherches sous label universitaire mais en fait, produites par et pour la CIA. Dans le contexte de la guerre froide, des personnalit?s pr?tendument de gauche ont largement soutenu la comp?tition strat?gique, politique, ?conomique, scientifique et culturelle avec l?Union Sovi?tique.

Les v?ritables universitaires

sont en danger

On peut se demander, ?tant donn? le degr? ?lev? de violence qui caract?rise les services du renseignement et les militaires, si le fait que des intellectuels les rejoignent vaut que l?on s?insurge? Oui, il le faut.

Il est d?j? difficile de se rendre dans un pays o? les Etats-Unis sont engag?s, soit dans des activit?s violentes par la guerre, l?occupation ou l?usage de drones (Irak, Afghanistan, Y?men), soit soutiennent les politiques r?pressives de gouvernements locaux?(Maroc, Bahre?n, Isra?l, Egypte? etc)?ou pratiquent l?espionnage?(Iran, Soudan),?ou encore essaient de gagner la confiance des militants religieux, sociaux, ou politiques, dans la ligne de mire de services secrets locaux ou ?trangers. L??tablissement de relations normales dans ce genre de pays est carr?ment hasardeux, sinon impossible, si on l?apprend que les agences de renseignement US utilisent des intellectuels?(ou des journalistes)?comme couvertures pour leurs agents.

Il en va de m?me des accords conclus par les universit?s, sans le consentement et dans l?ignorance des facult?s et ?tudiants, pour offrir une couverture ? des agents clandestins, mettant ainsi en danger ces universitaires sans qu?ils le sachent. Si cette pratique perdurait, elle entacherait d?finitivement les recherches universitaires dans le monde musulman ou dans sa diaspora en Europe et en Am?rique du nord.

Ces derni?res ann?es, en plus du?Programme Minerve, ceux de?Human Terrain Systems (HTS) ont essay? de placer des universitaires dans ce qui est appel? des???op?rations kin?tiques???afin de d?velopper des objectifs militaires et strat?giques en Afghanistan et en Irak. Que ces derniers espionnent les peuples qu?ils ?tudient de telle sorte que leurs ?tudes aboutissent directement ? la???cha?ne de la mort??,?le plus arbitrairement du monde, est tout simplement d?plorable. (?)

Fonds inconnus, travail clandestin

Le?Guardian?rapportait, ? la suite de l?article du?Washington Post, que l?espionnage pourrait ?tre utilis? pour accro?tre l?efficacit? du programme de drones US qui, par???des frappes sign?es??,?cible et tue des gens suppos?s dangereux par ceux qui appuient sur le bouton.

Le succ?s des programmes?Minerve?et?HTS, aupr?s des journalistes et ?tudiants, volontairement ou par n?cessit?, se lit comme la cons?quence des coupes budg?taires pour financer la recherche. Mais il existe un monde parall?le ? l?universit? qui ne manque pas d?argent priv? en provenance du gouvernement, des entreprises et du priv??: les?think tankou r?servoirs de pens?e, tr?s proches, id?ologiquement et professionnellement des agences de renseignement et de leurs vues politiques?

En 1982 et 1985, la?Middle East Studies Association?a vot? deux r?solutions interdisant aux universitaires d?accepter des fonds inconnus ou de travailler en clandestin tout en ?tant enregistr? ? l?Association en tant que membres. D?autres institutions professionnelles comme l?American Sociological Association?et l?American Academy of Religion, se sont dot?es de codes d??thique forts, mais ne visent pas pr?cis?ment la question de la coop?ration dans la cha?ne de la mort, entre universitaires, militaires et renseignement.

Ce qui est clair, c?est que la communaut? scientifique doit ?riger un mur entre elle-m?me et les institutions militaires et du renseignement avant qu?un plan ne soit mis en place pour recourir au monde universitaire comme ?cran pour l?espionnage et activit?s clandestines. Si cela n?est pas fait tr?s vite, le sort?(arrestation, emprisonnement, mort)?des ces universitaires, ou de ceux avec qui ils travaillent, sera de notre seule responsabilit?.

Par Mark LeVine?(revue de presse?: Al Jazeera.com ? Extraits ? 5/12/12)*

Traduction et synth?se?: Xavi?re Jardez ? Titre et intertitres?: AFI-Flash

* Titre original?:?Scholars and spies: A disastrous combination, par Mark LeVine?(Al Jazeera ? 5/12/12)

aljazeera.com

Mark LeVine est professeur ? la?Middle Eastern history?? l?Universit? d?Irvine et professeur honoraire au?Centre for Middle Eastern Studies?? l?Universit? de Lund en Su?de. Il est l?auteur du livre ? venir sur les r?volutions dans le monde arabe?The Five Year Old Who Toppled a Pharaoh.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Les milices au Michigan, une vieille histoire… d’extrême droite (7)

Des bras cassés alcooliques ou drogués, des voleurs à l’étalage, des fracassés de la vie ...