Accueil / A C T U A L I T É / La chute de la chaussette noire

La chute de la chaussette noire

chaussette noire

Vous avez deux vaches. Vous équarrissez l’une, vous forcez l’autre à produire autant que quatre, et vous licenciez finalement l’ouvrier qui s’en occupait en l’accusant d’avoir laissé la vache mourir d’épuisement. Notion politique, Wikipedia, humour

***

La bataille de Modagiscio  et le décompte américain.

La semaine « économique » au Canada ressemble au film La chute du faucon noir.   Là où on a fait appel à la crème des soldats de l’armée américaine – la plus puissante au monde – dans une bataille dans laquelle moururent  19 soldats américains, mais un nombre défini « d’étrangers » par l’armée américaine de 150 morts dont le tiers étaient de non-combattants. En fait, on  estime à au moins 800 les « pertes » somaliennes.

***

En économie, au Canada, tout  chute, sauf les faucons. Le dollar canadien déprime: le voilà à 69 cents U.S. Et ce cher baril de pétrole produit en Alberta rapporte 30$  le baril mais il en coûte 60$ pour le produire. La manne noire aura duré ce que durent les roses…  On ne compte pas les pertes en eau potable… Les sables bitumineux, c’est sacré. Le père du présent Premier ministre Justin Trudeau,  -Pierre Elliot Trudeau – avait toutefois refusé la production des sables bitumineux parce qu’à l’époque ( début des années 70) il coûtait plus cher à produire. Mais quand le baril dépassa les 100$, au diable l’eau, les amérindiens, le poisson et l’environnement: il suffira de taxer  les fumeurs de charbon  et les autos qui trichent.

La parade des boules de cristal  

Canada: 18h30, 2016-2017-2018-2019- 2000 vains

Pendant 5 jours, à une heure précise ( bulletin économique de 18h30), sont passés les meilleurs économistes du Canada. Vous savez, ceux qui portent des chaussettes noires que l’on voit pointer de temps en temps au bout du pli du pantalon parfait. Eh! ben, ils sont parfaits du pantalon et ils parlent comme des gros  livres à bordures dorées. En résumé, ils vous expliquent  la technique du gonflement du ballon et du dégonflement du ballon. Puis, pour terminer, ils disent qu’ils ne savent pas ce qui va se passer… À quoi donc sert d’aller se faire « savanter »  et s’estampiller à Harvard,  et parler comme le renard de l’affable Lafontaine qui voulait le fromage du corbeau et la terre et les bâtiments et ce qu’il y sur tous les sols et sous-sols des pays?

« Faut-il s’inquiéter?, demande l’animateur à  chaque paradé du jour « .

« Bof ».

Mister Bof

La plus étonnante analyse fut celle d’un dénommé « Bof », qui fit remarquer que la crise de 1982 avait duré 18 ans. Bref, Mr Bof!, jusqu’à l’an 2000… J’en ai donc conclu que de l’an 2000 à l’an 2007, on a préparé celle de 2008. Ça leur a pris 7 ans. RE-Bref: la situation s’est améliorée… Il faut maintenant de moins en moins de temps aux prédateurs pour fabriquer une crise.

Mais pour résumer le plus étonnant est que les économistes bourse-souflés  s’adressaient  aux investisseurs. Eh! oui, aux investisseurs.  Car, il y a de bonnes occasions à voir la bourse se courber et se tortiller comme une scoliose. Mais bon! On croit encore à la « reprise économique » comme s’il y avait une autre terre quelque part pour nous sauver… Et on s’en fout des investisseurs! On veut savoir ce qui arrivera à la classe moyenne, aux pauvres, aux institutions déplumées par l’austérité chaque jour.

Voilà! Après 5 chaussettes noires,  on a toujours froid aux pieds. Leur capacité à « prédire » l’avenir semble suivre la courbe de la chute des indicateurs économiques de la couleur rouge qui nous jaunit  des yeux comme  ceux d’un   Harfang des neiges.

HarfangNeiges081216GillesGauthier

Alors, ils nous sortiront, après le grabuge, la formule célèbre de 2008:  » La tempête parfaite ». Pas besoin de chausser du Harvard pour voir le tourbillon ténébreux qui vrille en avalant tout sur son passage.

Mais à quoi donc servent les économistes qui fouillent les entrailles de la bourse pour prédire le futur?

À rien… Sans doute le même rôle qu’occupaient les prêtres du 18e siècle qui tentaient de faire sortir Satan d’un enfant en train de mourir d’une crise d’appendicite.

Alors, pendant que râle du cerveau le bas noir analyste, le lièvre des affaires a le temps d’avaler une multitude de compagnies, de robotiser les entreprises, les délocaliser et enfouir son butin dans des paradis fiscaux. Ce qui fait que l’État doit maintenant « pourboirer » les employeurs qui embauchent… On annonçait que la robotisation allait faire disparaître 3 millions d’emplois d’ici 2025. On vient de rectifier le tir: 5 millions d’ici 2020. En France seulement…

Un peu de sérieux…

Le monde actuel de « l’économie », c’est un peu comme ce fait divers qui s’est passé en Australie: IVRE, CE COCHON VOLE 18 BIÈRES PUIS SE BAT AVEC UNE VACHE.   Les investisseurs sont saouls, et volent aux petits campeurs et coureurs d’ emplois que nous sommes devenus tout ce que l’on peut voler.   Donnez de la monnaie-bière à un investisseur et il viendra battre vos vaches pour les acheter par la suite à bas prix prétextant qu’ils sont amochées.

Et on a le petit bas noir de 18h30 qui vous explique comment gérer votre troupeau, où est passé le troupeau, et que les vaches grasses finissent toujours par revenir.

Gaëtan Pelletier, employé de bourreau

***

Harfangs des neiges, Crédit photo, Gilles Gauthier

Commentaires

commentaires

A propos de Gaëtan Pelletier

avatar

Check Also

Général Electric : une banqueroute nommée Macron !

Général Electric : une banqueroute nommée Macron ! Quarante-huit heures seulement après les élections européennes, ...

2 Commentaire

  1. avatar

    La semaine dernière, un seuil psychologique a été franchi, indice supplémentaire de la progression des effets de la lobotomisation que l’on opère sur le peuple (ce sollicité de tous les instants). Aux infos, un journaliste n’a pas que feint l’étonnement, il était surpris au point de qualifier de nouvelle rare le fait qu’une compagnie allait investir, non pas aidée par des subventions a-t-il dit mais avec son propre argent et qu’il s’agissait pour une fois d’un investissement réel. Pour un peu on allait faire sauter un bouchon de champagne en direct 🙂 C’est assez triste quand on y pense. Ceci témoigne d’un degré de résignation à peine concevable.

    La nouvelle a eu l’effet d’une bombe quelques secondes. On aurait dit le Jackpot au casino (pas très longtemps en fait, car on a immédiatement fait suivre la nouvelle d’une douzaine de publicités, comme dans coupez et vite avant que l’auditeur réalise ce qu’il vient d’entendre!).

    Au retour des infos, tout ce qui importait était de savoir s’il allait neiger le lendemain.

    • avatar

      Pas de suventions? Je n’y crois pas 🙂
      En Irlande, on demande aux entreprises 12% au lieu du 17% « normatif ». Plusieurs y déménagent leur « siège ». Un paradis fiscal légal… La petite bataille des pays…
      ***
      J’ai réécouté l’émission de 18h30 ce soir. Le baril est à 26.55$. Grande trouvaille: le dollar chute avec le prix du pétrole. Et soudainement un des deux invités commence à nous expliquer que les exportations vont bien mais qu’il ne faut pas dormir sur ses lauriers. Il se lance alors dans une longue élaboration de la reprise de certains secteurs sur une durée de 5 ans minimum. Pathétique. Je pense qu’il s’est perdu en route…mais c’était « clair ».
      C’est un vrai show… La télé irréalité. Tous des spécialistes avec des postes de prestige.
      Selon un commentaire vu sur Facebook, le chou-fleur serait à 6.99$ dans un supermarché. Les américains vont finir par goûter à l’austérité s’ils restent avec leurs choux-fleur.
      Ouf!