Accueil / T Y P E S / Articles / La Chine imp?rialiste

La Chine imp?rialiste

UN OEIL SUR LA CHINE
Robert Bibeau

 

LE VENT D?EST

Le vent d?Est, dominant, rugit depuis quelque temps, depuis l?amorce de la derni?re grande crise ?conomique mondiale (2008). Crise financi?re et mon?taire dont l?Occident ne parvient pas ? s?extraire alors que le g?ant comptant un milliard trois cents millions d?habitants est parvenu ? s?en extirper rapidement.

Tous les indicateurs ?conomiques le confirment?: la?Chine, moins touch?e par le cataclysme de 2008, est d?j? ? marche forc?e vers le sommet des palmar?s ?conomiques et industriels internationaux.

Les Am?ricains laissent entendre que le PIB (Produit int?rieur brut) chinois ne les rejoindra pas avant 2030?; pendant ce temps les Chinois laissent braire, restent cois, et?cumulent ais?ment les records de production, de construction et de capitalisation. Il n?y a que trois records mondiaux que les Am?ricains conservent jalousement?;?premi?rement, ce sont les paum?s les plus endett?s de la plan?te?;deuxi?mement, ils cumulent les plus lourdes d?penses d?armement (50?% des d?penses militaires mondiales ce qui gr?ve?davantage leur dette)?;?troisi?mement, ce sont les plus gros consommateurs ? gaspilleurs ? ? cr?dit des deux h?misph?res.

Mis ? part les ??bobos??, qui d?autre pourrait s?rieusement penser que l?empereur de l?embonpoint-arm? dirige effectivement l?assembl?e des chefs d??tats du G7 aussi insolvables que lui???Pendant que Barak Obama parade, entour? de ses alli?s endett?s, l?imp?rialisme chinois poursuit son ascension fulgurante et tente de repartager les march?s, les sph?res de mati?res premi?res et d?hydrocarbures et de red?finir la division internationale du travail, de l?extraction de la plus value et de la r?partition de l?usufruit ? l?avantage de la classe des capitalistes monopolistes d??tat chinois et de ses comparses (Alliance de Shanghai).

Ce conflit mondial titanesque, qui a connu de nouvelles escarmouches en 2008, est un combat entre le camp, en d?clin mais toujours dominant, du?Bloc transatlantique?(?tats-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie, Pays-Bas, Belgique, Canada, etc.) et le camp des aspirants regroup? autour de l?Alliance de Shanghai (Chine, Russie, Iran, Kazakhstan, Ouzb?kistan, Syrie, etc.) pr?tendant au tr?ne de leader de l?imp?rialisme mondial.

Le social imp?rialisme chinois n?est pas un avatar totalement ?tranger ? l?imp?rialisme mondialis??; il repr?sente plut?t la section du capital financier internationalis? la plus prosp?re, son opposition ? l?imp?rialisme ?tats-unien porte sur le repartage des supers profits tir?s de la spoliation des pays n?o-coloniaux ainsi que sur le repartage de la plus value extorqu?e aux prol?tariats des pays industrialis?s.

LE ??PRINTEMPS ARABE??

Le ??Printemps arabe?? ? qui ne s?est?toujours pas transform? en r?volution arabe?? le maillon faible de la cha?ne imp?rialiste (1) d?coule de cette titanesque confrontation inter-imp?rialiste. Que voulez-vous, les peuples arabes ch?ment assis sur les plus grandes r?serves mondiales d?hydrocarbures et pour cela ils sont l?objet de toutes les convoitises, mais leurs march?s domestiques ne pr?sentent pas un grand int?r?t ?tant donn? deux faits r?dhibitoires?: premi?rement, les faibles pr?bendes que l?imp?rialisme international abandonne sur place (royaut?s et redevances)?;?deuxi?mement, l?accaparement?exclusivement monarchique et compradore de ces aum?nes tomb?es de l?escarcelle des milliardaires occidentaux. Ces aum?nes ?tant r?investies sur les bourses d?Occident par les sultans et les pr?sidents de pacotille, il est inutile de mettre en place un appareillage sophistiqu? pour r?cup?rer ces capitaux, car ils r?int?grent d?eux-m?mes les flux de circulation mon?taire imp?rialistes.

Les peuples arabes, ?cart?s du repartage de ces miettes et abandonn?s aux oubliettes, se sont r?cemment r?volt?s?; mais sit?t lanc?s, les mouvements anarchiques des insurg?s ont ?t? r?cup?r?s par les services secrets occidentaux, sionistes et arabes, qui les ont r?orient?s en direction d??lections ??d?mocratiques?? bourgeoises que tous les ??bobos occidentaux?? (chercheurs universitaires et alter mondialistes) saluent comme de grandes avanc?es arabes depuis la trahison de la place Tahrir au Caire (2).

Aujourd?hui, les r?volt?s du Caire, de Tunis, de Benghazi, de Bahre?n, du Y?men, de Syrie et d?ailleurs tentent de donner un second souffle ? leurs r?voltes avec tout ce que cela pose comme probl?mes quand les rangs des insurg?s sont infiltr?s d?autant d?agents policiers. Bref, fort probablement que les peuples arabes pourront bient?t choisir leur dictateur ? m?me une liste de 30 prestidigitateurs adoub?s par les m?mes coteries qui dirigent toujours leurs pays. Voil? le r?sultat de ces r?voltes trahies.

CHINE???COMMUNISTE????

La?Chine?est-elle une puissance imp?rialiste ascendante ou un pays ??socialiste?? dans lequel prosp?rent 805?000 nouveaux millionnaires ??communistes??, comprenant plusieurs milliardaires ??socialistes?? propri?taires de grandes entreprises de production industrielles, ainsi que des sp?culateurs financiers ??prol?tariens?? inscrits aux bourses de Shanghai et de Hong-Kong et 70 d?put?s ??r?volutionnaires?? de l?assembl?e ??populaire?? chinoise qui ensemble cumulent 80 milliards de devises am?ricaines (3)??

La?Chine?est un pays o? survivent ?galement des centaines de millions de prol?taires ne poss?dant en propre que leur force de travail ? vendre sur le souk de l?emploi, le march? de l?esclavage salari?, fluctuant alternativement entre des phases de ch?mage aigu et des phases de plein emploi, comme dans tous les autres pays capitalistes?(4).

LA CLASSE CAPITALISTE MONOPOLISTE CHINOISE

La classe capitaliste monopoliste chinoise est divis?e en?trois segments, chaque segment correspondant ? un mode diff?rent d?accumulation du capital.?Un premier groupe est form? d?apparatchiks?? bureaucrates de l?appareil monopoliste d??tat ?. Ils g?rent les grands conglom?rats industriels nationalis?s (industrie lourde, armements, a?rospatiale et haute technologie), ainsi que les grandes entreprises chinoises de transport, des services et des communications. Cette section constitue le c?ur de la nouvelle classe capitaliste monopoliste d??tat chinoise. Leur richesse provient de leurs salaires tr?s ?lev?s et des immenses avantages qu?ils s?octroient ? partir des revenus des entreprises et des services qu?ils administrent. Ils r?investissent leur p?cule et consolident ainsi leur position capitalistique (5).

Une deuxi?me section est constitu?e des entrepreneurs?propri?taires?priv?s?de manufactures et d?entreprises de toutes sortes qui produisent en partie pour le march? de consommation national et en partie pour remplir les contrats de?sous-traitance?offerts par les entreprises ?trang?res qui ont d?localis?es leurs usines en?Chine?(accessoires et pi?ces automobiles, textiles et v?tements, produits synth?tiques et plastiques, m?tallurgie primaire, etc.). Ils sous-traitent ?galement pour les grandes entreprises chinoises monopolistes d??tat. Ces capitalistes sont souvent bas?s ? Hong Kong, ? Macao, ? Taiwan, ainsi que dans les zones sp?ciales d?industrialisation le long de la c?te Est de la?Chine. Ce segment constitue lui aussi une base importante de la classe capitaliste monopoliste chinoise?; son capital financier est intimement li? au capital financier des autres puissances imp?rialistes et aux int?r?ts des grandes entreprises ?trang?res donneurs d?ouvrage.

Une troisi?me et derni?re section de la classe capitaliste chinoise?est form?e des interm?diaires et des g?rants ??communistes?? des entreprises imp?rialistes ?trang?res install?es en?Chine?pour y exploiter la main d??uvre locale sous pay?e. Se greffent ? cette section des gestionnaires ??socialistes?? de portefeuilles de placements, des sp?culateurs ??prol?tariens??, des banquiers ??r?volutionnaires?? et d?autres requins de la finance ainsi que des revendeurs ??mao?stes?? qui ?coulent leurs produits essentiellement sur les march?s ?trangers.?Ceux-l? forment la section compradore de la classe capitaliste monopoliste chinoise?dont les capitaux s?amalgament inextricablement au capital financier international.

La nature compradore?de cette partie de la classe dirigeante chinoise ne fait aucun doute. La?Chine?sous-traite, dans des conditions??pouvantables pour son propre prol?tariat, la fabrication de la pacotille et des v?tements dont l?Occident a besoin et qu?elle paie en dollars d?valu?s transformables en bonds du tr?sor am?ricain en faillite. Une grande partie de?la production manufacturi?re occidentale ayant ?t? d?localis?e en R?publique Populaire de?Chine?? et?dans une moindre mesure en Inde ? la?Chine?pr?sente?sous certains aspects l?image d?un imp?rialisme de sous-traitance avec parmi ces compradores une mentalit? de rentiers qui retirent leurs b?n?fices de l’exploitation de leur propre peuple travailleur.

Cette forme d?exploitation est semblable ? celle que l?on rencontre dans plusieurs pays n?o-coloniaux ? arabes notamment ? et rien ne distingue ce segment compradore chinois de la classe dirigeante d?Indon?sie, d??gypte, d?Alg?rie, de Libye, de l?Inde ou du Congo.

LA?CHINE?IMP?RIALISTE

La section bureaucratique monopoliste d??tat?d?abord, la section sp?cialis?e dans la?sous-traitance?et le segment?compradore?ensuite, s?appuient tous sur le contr?le exclusif de l?appareil monopolistique d??tat (l?gislatif, juridique, fiscaliste et r?pressif) pour assurer leur expansion imp?rialiste sur les divers march?s mondiaux afin de r?aliser le profit maximum pour leurs investissements. Par ses origines?bureaucratiques, la premi?re section contr?le le Parti ??communiste?? h?g?monique et l’?tat ??socialiste?? chinois. Ces trois segments sont devenus la nouvelle?bourgeoisie dans un?syst?me de production d?j? largement monopolis?, prot?g? de la concurrence ?trang?re et dont la p?rennit? est garantie par cet appareil d’?tat sous son contr?le exclusif. Les trois segments participent directement ??l’exploitation du peuple chinois, ? extraire la plus-value ? dans les grandes usines en conglom?rats et dans les grandes entreprises de transports et de communication ? du?travail de la classe ouvri?re et ? la mise aux ench?res du travail salari? chinois pour le b?n?fice de leurs alli?s et concurrents imp?rialistes internationaux.

Par ailleurs,?le capitalisme chinois est?exportateur de capitaux et entrepreneur de gros oeuvres dans les pays?n?o-coloniaux?mais aussi dans certains pays?riches comme le Canada (mines du Nunavut, for?t de Colombie-Britannique, hydrocarbures de l?Alberta et Plan Nord du Qu?bec). En ce sens,?l’?conomie chinoise, d?j? fortement en expansion (2e ?conomie mondiale en terme de valeur de la production) contient en germe la double nature contradictoire de l?imp?rialisme contemporain. La classe dirigeante chinoise se?comporte exactement comme n’importe quelle classe exploiteuse d’une grande ?conomie occidentale sans pour autant contr?ler le moindre levier ?conomique?international?emb?che que l?imp?rialisme am?ricain pose devant l?expansionnisme chinois. ? titre d?exemple, la?Chine?n?est pas coopt?e au G8 ni ? l?OCDE, elle n?a pas droit de veto au FMI malgr? qu?elle le finance fortement (7)?; la?Chine?est trait?e comme quantit? n?gligeable ? l?OMC (Organisation Mondiale du Commerce) malgr? qu?elle soit le premier pays exportateur et le deuxi?me importateur mondial, de m?me ? la Banque mondiale malgr? que ses r?serves de devises ?trang?res soient, et de loin, les plus importantes au monde (2,45 mille milliards de dollars US) et qu?? elle seule elle pr?te davantage aux pays en d?veloppement que la Banque mondiale (8).

La d?pendance de la?Chine?? l’?gard du march? et du dollar?am?ricains?place ce pays ? la merci des restrictions?que les ?tats-Unis pratiquent ? son ?gard (interdiction d?achat de certaines entreprises, blocage de certains march?s technologiques ? a?rospatiale, micro processeur, armement sophistiqu? telle la technologie des drones ?. ? titre d?exemple de cette d?pendance chinoise vis-?-vis du march? nord am?ricain, la soci?t? WalMart, la plus grande entreprise au monde (1,9 millions de salari?s) sp?cialis?e dans la grande distribution (404 milliards de chiffre d?affaires annuel ? 2009), importe 70?% de ses produits de?Chine?populaire. La faillite de WalMart cr?erait de graves probl?mes aux entrepreneurs chinois (9). LaChine?peut donc concurrencer les ?tats Unis mais elle ne peut pas mettre ce pays en faillite?pour le moment.

Le capitalisme monopoliste d’?tat?en?Chine?est caract?ris? par la dictature d?une bureaucratie parasitaire ancienne, restreinte en nombre et fortement capitalis? (0.03?% des riches chinois cumulent 60?% du PIB national) qui conna?t une expansion ext?rieure limit?e par ces contraintes que nous venons d??noncer et dont il?est difficile de mesurer jusqu’? quel point et jusqu’? quand les imp?rialistes du?Bloc transatlantique?parviendront ? l?entraver (10).

En r?sum?, la?Chine?pr?sente une ?conomie capitaliste monopolistique d??tat en phase de maturit?, bas?e d?une part sur l’exploitation?de la classe ouvri?re ? qui constitue le moteur de la contradiction?principale (entre le travail et le capital) ? et d?autre part sur la conqu?te des march?s ext?rieures, mais aussi caract?ris?e par une int?gration inachev?e au syst?me imp?rialiste mondial, int?gration qui est cependant en voie de parach?vement.

Si un jour elle le fut, la?Chine?n?est d?j? plus un pays socialiste?mais constitue r?ellement la puissance imp?rialiste montante ? l??chelle internationale. La?Chine?ne constitue pas pour autant le plus grand danger pour les peuples du monde ni l?une des trois composantes d?un univers imp?rialiste tri polaire (th?orie fumeuse des Trois mondes). La?Chine?est un pays imp?rialiste que l?immense prol?tariat chinois devra renverser (abattre) tout comme le prol?tariat de chacun des pays imp?rialistes a pour mission de d?truire la structure ?tatique et sociale qui les opprime et les exploite.

Avec l?expansion rapide de l?imp?rialisme chinois, le prol?tariat chinois est devenu le contingent le plus important ? entre 240 et 300 millions d?individus ? et le fer de lance du prol?tariat mondial. Sur lui repose la responsabilit? de tracer la voie vers l??mancipation de toute la classe et de ses alli?s (11).

?ROBERT BIBEAU

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Prince Philip (1921-2021) : à l’ombre d’Élisabeth

Par ses origines familiales et « ses » religions, Philip Mountbatten, duc d’Édimbourg, fut à lui tout ...