Accueil / A C T U A L I T É / La campagne 2020 de Donald : un tissu de mensonges

La campagne 2020 de Donald : un tissu de mensonges

Je vous fait d’abord un aveu : j’ai essayé d’en voir plusieurs d’affilée, de meetings de Donald Trump. Sur l’un d’entre eux tenu en Pennsylvanie, je l’ai laissé en plan, où il en était à débiter des insanités sur Hunter Biden.  Comme il se faisait tard, je suis parti dîner. Revenu 3/4 d’heure après devant mon écran, à ma grande surprise il était toujours sur le même sujet !!! Pas un de ses meetings récents n’a de plan défini.  Il débite bêtise sur bêtise, mensonge sur mensonge et farcit son propos de bouts d’éléments un peu plus sérieux ou de phrases toutes faites préparées à l’avance qu’on lui balance sur ses deux prompteurs, en tentant de le discipliner, pour tenter de rectifier un discours décousu qui ne propose aucun programme pour l’avenir. Pas l’once d’une proposition nouvelle! Il ressasse constamment le passé, évoque même Hillary Clinton, ou trace un tableau mirifique de son ère calamiteuse, qui aura été brève, heureusement. Comme un perdant déjà persuadé de l’être. C’est la pire campagne électorale que j’ai jamais suivie. Un désastre total.

Une personne interviewée en Pennsylvanie, Etat qu’il risque fort de perdre cette fois, a eu le bon mot sur ce qui se passe en ce moment là-bas : « en 2016, on a cru que l’Amérique n’élirait pas un clown. Nous n’allons pas reproduire la même erreur », note Stéphanie le Bars dans le Monde. Un clown, c’est bien le mot : sa manière de s’accrocher à son pupitre pour se tourner vers l’un de ses prompteurs, quand il a perdu le fil de ce qu’il raconte, ses imitations de personnes ou de matériels (le bruit des motos Harley dans son meeting de Lititz), sa danse grotesque au début et à la fin de ses meetings comme s’il était en boîte de nuit dansant sur YMCA de Village People (qui lui fait un procès pour usage du titre sans autorisation), ses digressions continuelles, ses  moues et ses grimaces, il a tout du clown chamarré et surtout rien du clown blanc. C’est Achille Zavatta, ou Grock, en représentation perpétuelle ! Un phénomène de foire ! Comme Grock, il joue des airs de violon à son public (ses mains jouant de l’accordéon invisible) !

Il ne s’adresse plus qu’à ses fans (hystériques)

La catastrophe du Covid19 l’a déjà privé de son public senior, qui ne lui pardonne pas d’avoir été le laissé-pour-compte de son manque total de stratégie à son égard. Un de ses lécheurs de bottes était venu sur Fox-News demander aux gens de choisir entre laisser tomber les vieillards et sauver la génération plus jeune, ne l’oublions pas. C’était le lieutenant gouverneur du Texas, Dan Patrick, j’espère que ces vieux administrés se souviendront de lui. Incapable d’élargir sa base, Trump s’est donc replié sur son noyau dur, à savoir la frange inculte sinon illettrée qui l’a élu et dont Hillary s’était moquée en les taxant de « déplorables ». Ça a donné des images saisissantes là encore, avec une femme complètement extatique en s’approchant de lui (ci-dessus à gauche), ou une des pires photos de la campagne précédente : celle d’un Donald signant au feutre le torse d’une supportrice, comme un trophée (cf à droite). Le prix toutes catégories du mauvais goût !

En parfait idiot, ou en suicidaire électoral, au lieu de chercher à s’en rapprocher de ce public senior, comme celui de Miami qui défile en voiturette de golf car il ne peut plus marcher longtemps, il n’a rien trouvé de mieux que de les moquer, lui ou son staff avec l’infect Scavino, en mettant en ligne un odieux « Biden for residents » comme tweet. Abominable, ou tout simplement… minable (deplorable, again !) ! En modifiant au passage une photo Jeff Greenberg prise dans un équivalent d’Ephad à Morristown, New Jersey vers 1990 et en y apposant la tête de Biden, dans le style des memes de l’un de ses favoris… Logan Cook, alias Carpe Dotkum.  La honte complète, qui part d’un constat au ras des pâquerettes chez lui (comme tout ce qu’il entreprend) : son adversaire est tout simplement plus âgé. Encore une fois, le raisonnement présidentiel est digne d’un des sept nains : celui qui fonce dans les murs sans regarder devant lui ou n’arrive pas à marcher correctement. On rappelle que parmi ces fans seniors, l’un d’entre eux avait été surpris dans The Villages, à Miami, à crier un slogan « White Power« , juché sur son véhicule électrique… avec ces défilés de voiturettes, en Floride, on n’est plus très loin du feuilleton visionnaire du génial Patrick McGoohan (aujourd’hui on dit « série »), et de sa vision angoissante Orwellienne et sinistre du Prisonnier, avec des Mini-Mokes à la place des voiturettes de golf (l’élégance graphique en moins (1) !

L’appel du pied aux QAnonistes

A campagne surréaliste, public du même tonneau. Pas un meeting où ne surgissent dans le public ou dans le discours de Trump un appel à la thèse loufoque et débile du mouvement QAnon. Donald en est devenu l’esclave en fait, car son résumé lui rend la donne une part belle : il serait opposé au pouvoir traditionnel (il a pourtant été élu, mais ça doit donc être contre son gré !) et lutterait au sein de la Maison Blanche contre des forces obscures regroupées sous le vocable de « Deep State » qui ne veut strictement rien dire, à part viser toutes les administrations du pays : impôts, service postal et médical, justice et police, etc…. Il serait aussi là pour chasser la corruption , décrite emphatiquement comme « nettoyer le marais » dans leur langage semi-codé de complotistes mis au courant, eux seuls, de ce qui se tramerait dans les arcanes du pays, alors qu’au final, les quatre années de pouvoir ont été marquées par un beau panier de scandales de passe-droits ou de tripatouillages de la justice pour favoriser des amis, Roger Stone, son vieil ami, qu’il pardonné, en étant le fleuron…  La photo à gauche est celle de son interview sur NBC par Savannah Guthrie le 16 octobre dernier (2)

Un appel inquiétant puisqu’il a propulsé des prétendants favorables à cette thèse idiote aux postes de députés et de sénateurs: ils vont (ou non) être élus dans la même fournée ce 3 novembre. La liste est longue, et comprend (relevée par CNN et Axios) Josh Barnett, Joyce Bentley, une libertarienne issue d’une famille de militaires, qui se vante d’avoir été une des « munchkin » – les nains- dans une version de Wizard of Oz (elle a déclaré « I believe a mass awakening has occurred in 2020 for the Truth » il ne lui reste donc plus que deux mois pour le voir). Ou encore Lauren Boebert (qui a changé son jean et son colt pour une robe), Mike Cargile, vétéran de l’Army devenu réalisateur de films (dont celui-ci, un court métrage à bons sentiments, mais plutôt raté), Erin Cruz, Ron Curtis, technicien en informatique à Hawaï retraité depuis 2016, Ben Gibson, un ancien de l’Air Force, Marjorie Taylor Greene (cette fêlée à l’AR-15), Alison Hayden, Bob Lancia, ancien chapelain dans la Navy, Tracy Lovvorn, qui parle de « sex trafficking », le moto récupérateur de QAnon, KW Miller, Buzz Patterson (ancien pilote, c’est peut-être bien le plus inquiétant : sous Clinton c’est lui qui portait la valise avec les codes nucléaires appelée « Nuclear Football » !!!, Nikka Piterman,  Billy Prempeh ancien de l’Air Force (pendant 3 ans il est ici à droite), Catherine Purcell (alias « catherine stonestreet » sur Instagram, Theresa Raborn, ancienne conseillère du général Flynn, (qui y croit dur comme fer aussi !!!) Angela Stanton-King avocate qu’a pardonné Trump en février dernier après deux années de prison pour vol de voiture.  Elle est d’extrême droite et c’est une antisémite notoire, une anti-LGBTQ, Rob Weber encore un vétéran de l’Army, Johnny Teague, vétéran de l’Us Army devenu Senior Pastor à la Church at the Cross (???) Philanise White, Daniel Wood, vétéran des Marines et ancien policier, qui a participé à l’Operation Iraqi Freedom en 2003, et plus les prétendantes sénatrices Jo Rae Perkins, qui traîne des gamelles financières et Lauren Witzk dont le compte Twitter a été suspendu après des remarques sur l’immigration, façon Lauren Loomer, bannie elle aussi. Bref ça promet s’il sont élus !

La fine équipe d’infiltration du GOP

Le New-York Times qui a enquêté sur le phénomène a fini par débusquer le « go-between » entre Donald et les partisans de la thèse folle : c’est une société qui, tenez-vous bien, s’appelle …. Elections L.L.C., voilà qui là encore ne s’invente pas !!! Le lien avec Trump est plus direct qu’on ne pouvait l’imaginer, lui qui entretient le flou sur la question et élude à chaque fois qu’on la lui pose.  La société est récente, elle date de 2019, et présente à sa tête Justin Clark (ici à droite), le directeur adjoint de la campagne de Donald Trump, et Stefan Passantino, un ancien avocat chargé des questions d’éthique (!!!) à la Maison Blanche de Trump. Il gère aussi les finances d’Ivanka Trump, un sujet sensible depuis que l’on sait que son père s’en servait pour dissimuler ses revenus réels au fisc, en déclarant son salaire comme des frais de fonctionnement.  C’est lui qui était accouru ventre à terre pour défendre Kellyanne Conway, qui devant les caméras avait incité les spectateurs à acheter les produits de la boutique Ivanka, dévoilant les conflits d’interêt flagrants au sein de la Maison Blanche !!! Il gère aussi Blue Sky Med Labs qui a été mêlé à une sombre affaire d’infiltration politique de groupes d’extrême droite en Caroline du Nord, sur le modèle des infiltrations du Project Veritas de l’ineffable O’Keefe ! (« celui qui anonçait sa fin« , avais-je écrit il y a un an pile, en faisant un crochet par le plus dangereux Peter Thel et sa société hautement intrusive, Palantir). Il est se réclame de l’ultra-droitie: vieux routier fascisant Newt Gingrich et il est proche aussi de l’ancien avocat Rick Thompson en Georgie. Ce dernier (ici à droite) a vu sa licence d’avocat révoquée pour « stalking » (harcèlement et intimidation maladive) et a été envoyé pour cette raison trois ans sous les barreaux !

Plus encore Matthew Morgan, l’avocat de la campagne 2020 de Trump, qui est également associé au cabinet selon le journal. L’homme est très très croyant… il truffe son compte Twitter de référence bibliques (ici à droite) ou encense le Pape : il va pouvoir nous éclairer sur les allusions à Satan chez QAnon, pour sûr !
En fait, c’est la fêlée aux automatiques, Marjorie Taylor Greene qui a permis de les débusquer en effectuant pas moins de « 14 paiements d’une valeur totale de près de 70 000 dollars, soit la plus élevée de toute les  campagnes du Congrès ». Greene est donc bien une protégée de l’équipe Trump, et non une pièce rapportée qui n’a rien à voir avec les républicains : mais ces derniers connaissent-ils ces liens dangereux dans leurs détails réels ? rien n’est sûr : si Donald a fini par être « adopté » par le GOP, sans jamais auparavant en avoir fait partie, certains voient toujours en lui un fils illégitime du parti de Reagan . Ça va saigner, le jour où il partira ! Ils vont s’écharper, car l’empreinte laissée par le duo McConnel-Trump a été bien trop forte sur le parti !!! Surtout si le Sénat bascule, ce qu’il peut faire selon les derniers sondages. Lui étant assuré de garder son siège.

La révélation est de taille en fait. Selon le NYT, « Le fait qu’un cabinet d’avocats étroitement lié à la Maison Blanche travaille pour l’un des plus éminents partisans de QAnon montre à quelle vitesse la théorie du complot est passée de la frange d’extrême droite au centre de la politique républicaine, présentant un défi de taille au parti à un moment où il est déjà rejeté par de nombreux électeurs modérés. » Car qui osera défendre ses zozos une fois Trump éjecté de son siège ? McConnell ? Celui-sera l’objet de telles attaques internes qu’il ne pourra pas y répondre ! C’est en effet tout le petit monde qui profite de Trump, les amis de ses amis, qui risque fort de s’effondrer avec lui :« Les fondateurs d’Elections L.L.C., MM. Clark et Passantino, sont également des associés éminents de Michael Best, un cabinet d’avocats basé au Wisconsin qui possède un cabinet de lobbying et de relations gouvernementales affilié présidé par Reince Priebus, l’ancien R.N.C. (Republican National Committee) du président, qui a travaillé avec les deux hommes alors qu’il était le premier chef de cabinet de M. Trump à la Maison Blanche.  » Et  Justin Clark, lui, selon le NYT toujours, « a  également créé une entreprise appelée National Public Affairs l’année dernière avec Bill Stepien, qui a remplacé M. Parscale au poste de directeur de campagne en juillet ». Bref, QAnon est bien plus proche de Trump que ce dernier ne le laisse croire !!! C’est un élément de sa stratégie tortueuse et pas un épiphénomène de foire !!!

Et le journal de venir décrire une fine équipe venue manger à un râtelier providentiel, sur le modèle déjà aperçu autour de Trump : « la création d’Elections L.L.C. reflète une tendance continue des responsables de la campagne Trump de collecter des paiements via de nouvelles entreprises qu’ils ont créées autour de la campagne, une pratique mise au point par l’ancien directeur de campagne, Brad Parscale, avant son éviction cet été ». Un profiteur dont la chute a été d’autant plus brusque qu’il était monté très haut, et qui avait eu tendance à trop mettre en marche le siphon à billets (l’illustration de Mother Jones ici à gauche est hilarante)… retrouvera-t-on aussi bientôt Passantino dans un hôpital ? Qui va nettoyer les écuries d’Augias du GOP, une fois Trump évincé ? Qui va oser plonger dans le marais, pour les paraphraser, pour vider les eaux boueuses est fétides apportées par le Tea-Party et les libertariens ? Qui va oser séparer ces rémoras suceur de sang du gros requin blanc (en forme d’éléphant), pour parler de façon imagée comme ils le font si bien entre eux ???

« Big Tech » et faux procès obsessionnel

Le coup de l’ordinateur portable « abandonné » chez un « aveugle » qui aurait « reconnu » le fils Biden (voir ici l’affaire rocambolesque) n’a pas si bien marché que prévu, son October Surprise dans les choux (torpillée en fait par Bannon comme je vous l’ai expliqué), Donald a donc tenté de taper plus haut pour arriver à ses fins (salir au maximum son adversaire, en action de dernière minute, faute d’avoir un programme à proposer), en ordonnant à sa serpillière préférée (McConnell) de mettre en œuvre le plus rapidement une sorte de procès organisé par le Sénat (via la visiophonie vue la pandémie) à l’encontre des majors des réseaux, accusée à la louche de « bias« , c’est à dire de favoritisme, en bridant les messages venus de la droite ou en lui refusant des passages de pub outrancières. En fait tout le monde se doute que cette mascarade n’a qu’un but, celui de répandre partout le contenu vérolé d’un ordinateur tombé du ciel, ou plutôt amené par un vent sibérien passé par Moscou. Sachant que Brad Parscale, avant de sombrer, avait avoué avoir gagné en 2016 grâce à… Facebook, on a de quoi largement sourire en effet !!!

Plus tard on se remémorera cette demande incongrue comme le pire moment des quatre années de direction du pays, car c’est le fait d’un dictateur, n’ayons pas peur des mots, celle de soumettre autant d’élus à sa seule volonté. C’est tout, sauf démocratique : pire, c’est présenté comme une défense de la démocratie et du sacrosaint Freespeech, la même notion qui permet à des hitlériens de parader dans la rue aux USA sans être inquiétés… et aux suprémacistes pas condamnés par Trump de parader, drapeau à croix gammée déployé ! Quel incendie du Reichstag-Capitole nous préparent-ils, ceux là ? Lors de leur retraite aux flambeaux, à Charlottesville, il y a avait bel et bien des casquettes MAGA dans leurs rangs !

Chez Donald, remonté comme une pendule par ce complot grotesque, dont il s’est persuadé lui-même, lui qui n’a jamais touché un ordi de sa vie (à l’inverse de Scavino, qui bosse sur Mac, cf ici à gauche) c’est devenu en meeting des bordées verbales contre la « Big Tech« , montée contre lui selon son sentiment (on ne peut dire « analyse » chez Trump) : or ça aussi c’est un terme et une accusation utilisés par la sphère complotiste de QAnon, encore elle. La séquence de Donald sur le perron de la Maison Blanche en train d’accuser la « Big Tech » d’avoir selon lui supprimé les éléments que ses sbires (Giuliani) ont apporté sur un plateau restera comme un grand fait de dictature en marche, et en même temps un terrible aveu de pourquoi cette commission sénatoriale ad-hoc est une commission-croupion. Une honte de plus, une tâche de plus dans ces quatre années dantesques. C’est ici, gardez-le bien au chaud c’est comme ça que fonctionne une dictature véritable ! En montrant du doigt des adversaires en fomentant des lynchages : Trump ce jour-là s’est révélé le double exact de Rodrigo Dutertre, aux Philippines. Lui fait assassiner à tout de bras : ce n’est qu’une différence dans la réalisation de l’objectif.

Les propos de Donald, fait remarquer justement le Washington Post, sur l’enrichissement présumé de Hunter Biden en Chine, non prouvés, pourraient lui valoir un joli retour de manivelle: car sa famille à lui, et lui-même, se sont clairement enrichis sur le dos du contribuable pendant quatre ans : « Trump, selon les mêmes bons avocats du gouvernement qui ont critiqué Hunter Biden, est contesté sur le plan éthique lorsqu’il s’agit de sembler utiliser le pouvoir de son bureau pour s’enrichir lui-même et sa famille. David Farenthold du Washington Post a utilisé des documents fédéraux et autres pour calculer que le gouvernement fédéral a dépensé au moins 2,5 millions de dollars en nourriture et en hébergement dans les propriétés de Trump depuis que Trump a pris ses fonctions. Plus tôt ce mois-ci, Ben Sasse, un sénateur républicain du Nebraska qui doit être réélu, a déclaré à ses partisans que la famille de Trump «avait traité la présidence comme une opportunité commerciale ». Effet boomerang de l’obsession trumpienne ! Le pyromane qui accuse les autres d’incendier !!

Tous les meetings récents de Trump ont été un long exposé du cas supposé de Hunter Biden, fils de l’adversaire, accusé d’avoir spolié l’Ukraine, puis la Chine quand un procureur ukrainien a confirmé que rien de malfaisant n’avait été commis dans son pays et qu’aucun document comptable ne porte trace de paiements chinois : c’était un vague projet qui n’a jamais abouti. L’ordinateur en cause, cette fabrication russe évidente (lire ici) est devenu dans le sabir trumpien « l’ordinateur de l’enfer », on ne sait pas trop pourquoi : ou plutôt si, car depuis que tout le monde a refusé d’en parler (sauf le New-York Post, le torchon bien connu de la presse papier), faute d’avoir établi la fiabilité de ses sources, cet engin est vraiment devenu un enfer pour Donald, comme d’ailleurs aussi pour Ted Cruz, livide, qui au Sénat ne sait plus comment attaquer les responsables de réseaux sans avouer que tout cela ne concerne qu’un bête disque dur fantomatique dont son mentor a tant souhaité voir le contenu falsifié répandu partout (3). Des réseaux autrefois accusés par tout le monde (démocrates compris !) de laisser passer trop de choses nuisibles à la démocratie !!!!

Tucker Carlson aussi qui s’est aperçu du vide de l’affaire en a inventé très vite une autre pour broder devant ses auditeurs, et les tenir en haleine surtout, en racontant à qui voulait l’entendre que le double de son disque dur avait été égaré par la Poste (et hop, un complot dans le complot, super ! C’est à mourir de rire à ce stade d’imbécilité !) !

Perdu de vue, une nouvelle émission pour Tucker Carlson

Du grand guignol, à ce stade en effet : un présentateur vedette de grande chaîne se fait envoyer un bidule absolument essentiel pour son émission par un postier (UPS il semble pour son cas) comme une vulgaire commande de stylos sur Amazon, qui entre Londres et la France passe parfois par l’Allemagne ou l’Espagne, selon la disponibilité des avions cargos, il faut le savoir  !) ! Bonjour les risques encourus ! Et ce, alors que sa chaîne de TV à recours constamment à des jets privés – y compris pour l’expédier lui même à Mar-a-Lago rencontrer son idole  !!! Il n’y aurait donc pas de coursiers aux USA (ah, si) ? Et Fedex alors ? Mais à qui peut-on faire avaler ça ? Un disque dur qui en a fait des petits, depuis, puisque l’ineffable potiche de OAN a aussi annoncé «  l’avoir reçu » (avant Tucker Carlson, allez savoir pourquoi, elle en a fait des tartines avec : c’est le retour de la greluche qui, n’ayant rien à montrer, alors qu’elle dit avoir reçu le disque, glisse des vidéos de Joe Biden embrassant des enfants !!).  C’est triplement grotesque, avec toujours le même petit milieu d’agitateurs pro Trump décrits ici cet été, à ce stade, et plus ça avance et plus l’équipe Trump se ridiculise avec ce dossier, entraînant avec elle ses médias affiliés (FoxNews, OAN) mais aussi… le Sénat US, devenu complice d’une opération (ratée) de désinformation manifeste fort mal ficelée !

La clé du problème

Personnellement, une chose m’a fait sourire dans ces délires de non-informaticiens. Tout ce petit monde bien ridicule n’a parlé que de « disque dur »,  alors que si l’on regarde bien ce qui a été dévoilé, à savoir des mails et des photos de famille piquées ici et là (plus des vidéos pornos ajoutées par le copain chinois de Steve Bannon !) , tout tient largement dans une seule clé USB à moins de 5 dollars (maxi, c’est pour 32 gigas à ce prix-là !). Et effectivement, car ces dégourdis  nous ont même indiqué le poids du dossier au détour d’un article :  il ferait 11 gigas, voilà qui tient au large dans une clé de 16, à moins de 5 dollars, donc ! Oui, mais si on parle clé USB, on ne peut plus évoquer… « l’ordinateur de l’enfer ! », pardi ! Mais c’est bien sûr !!!
En 2016, l’équipe de Trump proposait déjà une clé MAGA de 16 gigas à son effigie (ici à droite). Zazzle en a plein ses tiroirs... A la limite c’est trop drôle cette histoire pour demeurés informatiques véritables ! Comme sont trop drôles les photos des cartes de crédit montrées  comme « preuves » sorties de ce même ordinateur : vous en connaissez vous des gens qui prennent leur carte en photo alors que lorsqu’ils désirent acheter ils ont besoin de la saisie au clavier du numéro de carte de crédit, les obligeant à les taper à chaque fois (avec une deuxième photo pour le code confidentiel arrière) ? Je veux bien que l’on présente Hunter Biden comme pas très futé, mais de là à en faire une bille de cette taille, avouez…  Ou bien, toujours écrit dans le Daily Mail, cette phrase ahurissante du « découvreur » de l’appareil, qui serait… aveugle ou tout comme : « le propriétaire de la boutique informatique, John Paul MacIsaac, a affirmé plus tard qu’il sentait de l’alcool dans l’haleine de Biden ». Quelqu’un qui reconnait les gens à ce qu’ils boivent, c’est un chien renifleur, pas un informaticien (nota : Hunter qui a eu une longue période d’alcoolisme et ne s’en est pas caché a donné une (sobre) interview fort récemment, en octobre 2109 : au même moment, Trump laissait entendre sur Twitter qu’il se « cachait » (cf comme un malfaiteur)) !! Mensonge, encore ! Le fameux réparateur du Delaware, présenté comme « mal voyant » ou « aveugle« ,  selon les propos confus de Giuliani et consorts, a lui aussi laissé des traces sur le web. Il n’aurait pas dû non plus, je pense, en affichant son visage sans lunettes, révélant un strabisme divergeant flagrant, en train d’admirer un cockpit de long courrier (ou un simulateur  ?). Sans odeur, en tout cas, on suppose…

Plus drôle encore, tiens, pourquoi s’emm.. à chercher le contenu d’un disque dur Apple ? Hunter Biden ne semblait pas une flèche dans le domaine : il paraîtrait même que son code d’accès aurait été Hunter02 (moi j’aurais mis Biden123456, tiens, plutôt c’est beaucoup plus difficile à trouver !). En prime ça ne sert à rien : car sur ce modèle ancien avec lecteur DVD, on peut démarrer sur le CD d’installation, justement, (ou le fabriquer soi-même ainsi), et changer le code de la machine les doigts dans le nez pour accéder à tout (ne le répétez pas). Et il y a mieux encore: par défaut, un Mac vous recopie toutes vos données sur le Cloud d’Apple (gratuit jusque 5 gigas), via une invitatation sur le Cloud, on aurait donc très bien pu se passer d’UPS, et Giuliani pas obligé d’aller en Ukraine chercher la machine, préparée avec soin par qui vous savez, et « découverte » dans le Delaware !!! Des traces carbone en moins, sauvons la planète ! Cette histoire d’ordinateur a été racontée par des gens qui n’y connaissent rien en informatique: pour faire un peu plus sérieux, ils auraient pu au moins demander à un spécialiste. Comme les PCs c’est plutôt de droite et les Macs de gauche, selon la veille tradition de la séparation des pouvoirs informatiques, (rassurez-vous je rigole, c’est une légende !) ils ont peut-être eu peur de tomber sur un spécialiste…  démocrate, pour ouvrir la bécane, ces abrutis complets !!!

Des imbéciles complets

Le fiasco de l’histoire de Biden dans l’équipe de Trump s’explique encore mieux avec ce qui va suivre. Si la partie ukrainienne de l’affaire Biden est connue, celle du prétendu lien avec la Chine, arrivée comme un cheveu sur la soupe plus tardivement, l’est moins. Or NBC News a réussi, le 29 octobre 2020, à remonter la filière de ce qui est bien une désinformation manifeste (et donc l’autre aussi par la même occasion car les deux ont utilisé les mêmes relais d’extrême droite pour se répandre). Selon le document, en effet, l’accusation était grave : Hunter Biden aurait eu de liens directs avec le Parti communiste chinois !!! Au moment ou Trump agitait la Chine comme un drapeau… rouge, ça tombait pile poil en effet ! 

L’équipe de Trump s’est engouffrée les yeux fermés dans un second leurre en fait : un document de 48 pages, paru en septembre dans Revolver News, et Intelligence Quarterly, un blog entretenu par un dénommé Albert Marko qui l’aurait reçu, clamait-il, d’un autre individu, un bloggeur appelé Christopher Balding, le créateur en fait du faux dossier. Il avait tenté de  faire croire surtout que c’était un analyste de sécurité suisse nommé Martin Aspen et son blog Typhoon Investigations qui étaient à l’origine du document. Balding, selon le journal, est un Américain qui a enseigné l’économie à la HSBC Business School de l’Université de Pékin jusqu’en 2018, tout en étant un sévère critique du gouvernement chinois.
Il a été professeur agrégé à l’Université Fulbright du Vietnam, devenu ensuite spécialiste de de l’économie chinoise et des marchés financiers du pays. Plutôt de droite, bien de droite on l’a vu participer aux podcasts de Bannon et sur « China Unscripted », un autre podcast produit par Epoch Times dont j’ai déjà parlé ici (c’est infesté de gens d’extrême droite comme Patrick Howley, le fondateur de Big League Politics, grand admirateur de Roger Stone et ami de Tucker Carlson et d’Alex Jones d’Infowars : toujours le même petit cercle d’initiés !). Gag supplémentaire : la photo à droite ici est extraite d’une interview de Maghkom NET TV… qui est maltaise !!! C’est sans surprise la chaîne du parti politique nationaliste (Partit Nazzjonalista) de Simon Busuttil !!!

Retrouvé par NBC, il a en fait tout avoué : « Je n’avais vraiment pas voulu faire cela, mais il y a environ 2 mois, on m’a remis un rapport sur les activités de Biden en Chine que la presse a simplement refusé de couvrir. Je tiens à souligner fortement que je n’ai pas écrit le rapport mais je sais qui l’a fait »., a-t-il déclaré dans un e-mail. « J’ai rédigé de petites parties du rapport et j’ai participé à la préparation et à la révision du rapport » Le même a avoué qu’Aspen est un personnage fictif…  qu’il n’a jamais existé. Le texte, à l’origine, avait été commandé par « Apple Daily, un tabloïd basé à Hong Kong qui critique fréquemment le gouvernement chinois ».  Balding s’est largement illustré en répandant la théorie du virus chinois échappé de laboratoire, ou comme ici où il dit que les chiffres chinois sont faux.

A peine paru chez Balding, il a essaimé rapidement sur Facebook et Twitter « environ 5 000 fois, selon BuzzSumo, et plus de 80 sites liés au blog, qui a été partagé plus de 25 000 fois sur Facebook et Twitter. Les sites hyperpartisans et conspirateurs comme ZeroHedge (encore lui !) et WorldNetDaily lui ont bien sûr un plus large écho encore », pour finir par être relayé par le site dénommé 8kun (anciennement 8chan, également appelé aussi Infinitechan), « le compte anonyme derrière le mouvement de théorie du complot QAnon« . L’essaimage habituel d’une fake news. Le chinois Dinggang Wang, pote de Steve Bannon et Wengui Guo (voir les épisodes précédents) a bien sûr sauté à pieds joints dessus pour en faire la promotion. Au bout de la chaîne on a même eu  « le républicain Newt Gingrich, l’ancien président de la Chambre des représentants, a tweeté le document à ses 2,3 millions d’adeptes ». Si la veille garde y a cru.. Dinggang Wang est allé encore plus loin, comme le montre ce titre ahurissant, extrait, non, on ne rêve pas, du site du Colonel W. Patrick Lang, ancien officier des Green Berets !!! On est chez les fous, là !

L’intelligence artificielle, ça trompe surtout les cons

Bref, tous y ont foncé tête baissée : sans s’apercevoir par exemple que la photo présumée du dénommé Martin Aspen était en réalité un montage savant de plusieurs clichés !!!  Un fake complet ! »Le document a attiré l’attention des chercheurs en désinformation en partie à cause de l’image de l’auteur du document. Elise Thomas, chercheuse à l’Australian Strategic Policy Institute, a repéré pour la première fois les signes révélateurs d’une fausse photo lorsqu’elle est allée à la recherche d’Aspen de Typhoon Investigations sur le Web. Thomas a trouvé un compte Twitter pour Aspen nommé @ TyphoonInvesti1, qui avait publié un lien vers la page WordPress de Typhoon contenant le document le 15 août. La photo du profil d’Aspen (ici à gauche) a immédiatement montré des signes d’être une image générée par ordinateur ou même certains sites Web. Les oreilles d’Aspen étaient asymétriques, pour sa part, mais son œil gauche est ce qui a révélé qu’il n’existait pas vraiment. L’iris gauche d’Aspen faisait saillie et semblait former une deuxième pupille, une erreur assez fréquente avec les visages générés par ordinateur. « Le signe le plus évident était la forme irrégulière des iris », a déclaré Thomas. « La photo de profil semble assez convaincante dans la vignette Twitter, mais quand je l’ai affichée en plein écran, elle a été immédiatement suspecte. » Thomas a ensuite consulté Ben Nimmo, directeur des enquêtes de la société d’analyse Graphika, qui a noté l’autre signe révélateur d’un visage généré par ordinateur. «Une des choses que lui et son équipe ont compris, c’est que si vous superposez beaucoup de ces images les unes sur les autres, les yeux s’alignent», a déclaré Thomas. « Il a fait ça avec cette image, et les yeux se sont alignés. » 

« La page Facebook d’Aspen a été créée en août et ne contenait que deux photos, toutes deux de sa «nouvelle maison», qui ont été reliées aux avis sur le site Web de voyage Tripadvisor. Le logo pour Typhoon Investigations a été tiré du Taiwan Fact-Checking Center , une organisation à but non lucratif spécialisée dans la littératie numérique. Aspen a affirmé sur son profil LinkedIn avoir travaillé pour une entreprise appelée Swiss Security Solutions de 2016 à 2020. Swiss Security Solutions a nié avoir jamais employé quelqu’un du nom d’Aspen, et a déclaré avoir trouvé de faux comptes pour deux autres personnes prétendant avoir travaillé pour le entreprise. « Martin Aspen n’a jamais été un pigiste ou un employé de Swiss Security Solutions. Nous ne connaissons pas cette personne. Selon notre logiciel de diligence raisonnable, cette personne n’existe pas en Suisse », a déclaré Bojan Ilic, président de Swiss Security Solutions, ajoutant que la société a signalé le profil à LinkedIn. » A gauche, ci-dessus, trois faux visages dessinés par ordinateur.

Il laisse faire des signes suprémacistes en meeting

Quant à Trump, on l’a vu, il a littéralement protégé l’extrême droite en refusant de la condamner. Trop de re-tweets de son compte RealTrump sur Twitter contiennent des noms de fascisants notoires et son public ne réfute pas plus que lui les suprémacistes blancs. Aussi c’est sans surprise qu’on a on a observé, des signes d’admiration pour le White Power parmi ses admirateurs.

On se souvient que plusieurs d’entre eux, introduits par lui à la Maison Blanche, s’étaient autorisés à le faire derrière le pupitre du porte-parole (et le sien) : Jack Posobliec, Cassandra Fairbanks,« miss Boobs« , Jim Hoft et Lucian Wintrich du Gateway Punit pour les pires… Tous, d’un certaine manière, avaient ainsi désacralisé le lieu, leur but véritable en fait… On a donc aperçu ces signes, comme ceux relevés à The Villages en Floride ou à Waterford, dans le Michigan, dont un que Trump, tourné à ce moment-là vers lui, n’a pu ignorer : il le salue !

Il minimise le Covid19… et se ridiculise lui-même

Le 27 octobre dans le Wisconsin, où il est venu offrir aux agriculteurs une aide à 13 milliards de dollars qu’il leur avait refusée, et où la pandémie repart à grande vitesse, il a évoqué le problème… à sa façon,  On notera que face à des agriculteurs il avait en début d’année ouvertement menti, en racontant de ses bobards habituels. « Dans un discours prononcé en janvier, Trump a brossé un tableau coloré des agriculteurs, éleveurs et constructeurs «forts et durs» qui se tenaient derrière lui en 2017 alors qu’il signait un décret visant à abroger un règlement sur l’eau. «La moitié d’entre eux pleuraient», a-t-il déclaré à l’American Farm Bureau Federation, en particulier un homme si dur qu’il n’aurait peut-être pas pleuré même «quand il était bébé». « Il pleurait », a répété Trump. « Il a dit: ‘Monsieur, vous m’avez rendu ma vie. Vous m’avez rendu ma propriété.' » La cérémonie de signature s’est déroulée devant la caméra. La vidéo, toujours disponible sur la chaîne YouTube de la Maison Blanche, montre que personne derrière Trump ne pleurait. »…

Le problème de la pandémie vu par Trump,  en véritable irresponsable, c’est devenu ça dans le Wisconsin :«Cas de Covid, Covid, Covid, Covid, Covid, Covid – avez-vous déjà remarqué qu’ils utilisent le mot« Cas »? Quand Barron Trump est devenu un cas, il a reniflé, un Kleenex, et il allait mieux », a déclaré Trump à une foule serrée, pour la plupart sans masque, ici dans la capitale de l’État du Michigan, dans des remarques minimisant la gravité du virus. « Les cas de coronavirus n’augmentent qu’en raison de l’augmentation des tests », a-t-il déclaré, et la couverture médiatique de la pandémie est utilisée pour le faire mal paraître. En ce qui concerne les tests, il a déclaré: «à bien des égards, je déteste ça. Nous testons tout le monde. … Si je leur disais de réduire les tests de moitié et que nous réduisions nos tests de moitié, ils deviendraient fous parce que les cas diminueraient d’environ la moitié, non ? ».. C’est complètement crétin comme raisonnement, mais là encore ce n’est pas la première fois qu’il l’expose : Trump est aussi un répétitif, capable de répéter des dizaines de fois la même ânerie. A en arracher les cheveux à son staff, obligé de lui dire parfois « non, monsieur, ça vous ne pouvez pas le faire… »

Il ne cesse aussi de dire qu’il est en train, grâce à sa seule action, bien sûr (« I do a good job ») « d’arrondir la courbe » infernale des personnes déclares positives : « Rounding he curve » dit-il; comme ici le 30 octobre en meeting, joignant le geste à la parole.

Un lecteur, lassé de l’entendre débiter ses sornettes, a posté alors ce commentaire : « nous tournons sur le trottoir et contournons le coin. Encore un tour et nous reviendrons au même endroit que nous étions en mars. » Il avait déjà dit la même chose en effet lors d’une visite d’usine, le 6 mai dernier, croquis de courbe à l’appui (ici à droite) !!!

Trump, le plus grand redresseur de courbes au monde ? Le « good job » d’autosatisfaction, on y a eu droit plusieurs fois en réalité. Donald est incapable de reconnaître ses erreurs : c’est une marque de son tempérament, devenu une profonde tare avec la crise du Covid19.

En pleine pandémie, il crée des hot-spots (foyers de contamination)

Inconséquent, irresponsable, persuadé qu’il est devenu immunisé depuis sa sortie d’hôpital, il se rend en meeting sans masque pour y croiser à faible distance ses admirateurs. C’est  « Donald-le-superpreader », en Foride notamment : « Bob Avery, du village de Charlotte, a déclaré que Les Villages semblaient aller trop loin sur certains aspects de la protection contre le COVID-19, en jetant la prudence au vent en invitant Trump à un rassemblement massif. «Pourquoi les Villages sont-ils d’accord pour avoir 10 000 personnes côte à côte lors d’un rassemblement, avec de nombreuses personnes ne portant pas de masques, et ne se gênent pas pour pouvoir boire de l’eau à l’une des fontaines publiques ?» se demanda-t-il. John Philpot, qui vit dans la section Oak Meadows de The Villages, a prédit qu’un pic local du nombre de cas de COVID-19 pourrait être observé localement ». L’amertume est de mise : «Le président nous a tous laissé tomber. Nous devons pratiquer la distanciation sociale, porter des masques et éviter de se réunir en grands groupes. Tenir de grands rassemblements juste pour brosser votre ego, tout en mettant des milliers de personnes en danger, ce n’est pas un bon leader. Un bon leader, prêche par l’exemple, pas en souhaitant que le virus disparaisse et en nous disant depuis sept mois que nous retournons la courbe », a déclaré Philpot.

Il laisse ses fans geler sur place

Pour ajouter à ce n’importe quoi, le sort des malheureux admirateurs laissés frigorifiés à la fin du meeting tenu à Omaha sur l’aéroport d’Eppley.  Les parkings de l’endroit sélectionné à la va-vite étaient à 3,5 miles (5,6 km) du lieu du meeting (l’équipe de Trump a choisi en priorité des aéroports, pour qu’Air Force One soit au plus près des podiums). Les bus-navettes venus pour les rechercher, en nombre insuffisants, pris dans des embouteillages monstres, certains, dont beaucoup de gens âgés, sont restés dans le froid et une trentaine a même dû être amenée à l’hôpital. La (jeune) porte-parole de la campagne, Samantha Zager, de Milwaukee, (alias Samantha Bullock) à l’image de son supérieur, niera être responsable du chaos ce soir-là. Selon elle « 40 bus » avaient été déployés, pour « 15 habituellement ». Si on compte 50 personnes par bus, au départ donc seuls 750 places avaient été prévues au départ, ce qui donne une idée du nombre de personnes qui étaient escomptées à Eppley !  Le staff avait annoncé à la presse 25 000 personnes présentes : encore un beau mensonge, donc ! Eppley a la particularité d’être situé dans une boucle presque fermée du Missouri, et tous ses parkings ont dû être déportés de la zone des pistes d’atterrissages en cul de sac. Problème supplémentaire de taille : les bus-navettes locaux sont loin de faire 50 places ; ce sont en fait des camionnettes de type Ford où l’on circule assis et debout, comme en tramway, emmenant une vingtaine de personnes à la fois !!!

A noter que l’endroit avait été préparé par TacAir, organisation mêlée à une opération douteuse en 2017 avec un jet porteur de drogue, arrivé de Van Nuys en Californie à Lexington, dans les services aéroportuaires de Tac Air. Le 30 octobre, la même Zager, qui n’hésite pas à insulter Joe Biden sur son compte, postait un Tweet de Trump à l’écho plutôt décalé, demandant en effet « Réélisez-moi et je continuerai d’offrir sécurité, prospérité et opportunités à tous les Américains ». Si c’est comme la promesse des bus…

Le score de la campagne de Donald : 700 morts !

Le résultat est là, de cette irresponsabilité totale, et il se calcule en en effet, nous prévient USA Today le 31 octobre : « les événements de la campagne du président Donald Trump pourraient avoir causé quelque 30 000 nouveaux cas de COVID-19 et pourraient entraîner 700 décès, selon une étude de l’Université de Stanford qui s’appuie sur des modèles de prédiction pour mesurer l’impact sur la santé publique de plus d’une douzaine de rassemblements. L’étude examine la trajectoire des cas de coronavirus dans les comtés qui ont accueilli 18 des rassemblements de Trump entre le 20 juin et le 22 septembre, et tente de prédire la différence avec la façon dont l’évolution du virus a changé après l’événement. Trump a organisé plus de deux douzaines de rassemblements depuis qu’il s’est remis de son propre combat contre COVID-19 ce mois-ci – et il devrait en tenir plusieurs autres avant les élections de mardi. Les rassemblements ont lieu à l’extérieur, généralement dans les aéroports, et les supporters sont entassés. Alors que certains participants au rassemblement portent des masques, beaucoup ne le font pas, y compris Trump ». 700 morts pour être allé voir Trump en meeting ? C’est complètement délirant !  Voilà à quoi mène de choisir entre un masque et une casquette MAGA !!!

Une insulte à l’intelligence… et aux médecins

Et comme rien ne l’arrête plus, son staff a renoncé, ses propos empirent de plus en plus, à en arriver à des propos honteux en fin de tournée : »nos médecins gagnent plus d’argent si quelqu’un meurt de Covid. Vous le savez, n’est-ce pas ? Je veux dire que nos médecins sont des gens très intelligents. Donc, ce qu’ils font, c’est qu’ils disent: ‘Je suis désolé mais tout le monde meurt du Covid' », a déclaré Trump, sans citer aucune preuve, lors d’un rassemblement à Waterford Township, Michigan ». C’est à 1h21 du début du discours, et c’est une honte complète que d’entendre cette insanité !!! Accuser le médecins de faire de l’argent sur le dos des morts ? Mais un simple particulier qui dirait ça se retrouverait en prison, sans que personne n’y trouverait à redire ! « Je suis là pour lutter contre la gauche et les médias pourris et les politiciens corrompus de Washington, car je ne suis pas un politicien (???) et je suis là pour lutter contre eux pour vous (à 44 minutes du début) avait-il aussi martelé, ce qui est exactement la thèse promue par QAnon !!!. Or, si on regarde attentivement le moment même où il prononce cette phrase (ici à gauche), il est en train non pas de l’inventer, mais bel et bien de la lire, arc-bouté sur son pupitre, une phrase diffusée par on prompteur de droite, en l’occurrence !!  C’est bien une thèse à laquelle il souscrit entièrement !!! QAnon et Trump ne font qu’un !!!

A la fin de tous ses discours de sa campagne actuelle, il ose même un « We have made america healthy again » plutôt gonflé avec 1 000 morts par jour au moment où il le martèle. Affligeant, désolant, assourdissant. Des morts qu’ignore lui aussi totalement son fils, venu le défendre (plutôt très mal) chez une présentatrice connue de FoxNews comme étant la meilleure teneuse de perche de la famille Trump (Laura Ingraham, décrite ici). La même qui avait osé un soir dire sur FoxNews que « les démocrates faisait peur avec le Covid19 car ils ne savaient pas comment battre Trump » !!!  Un Junior apparu ce soir-là passablement excité, bourré de tics chez qui certains ont cru voir des symptômes déjà aperçus il n’y pas pas si longtemps….il avait été obligé de démentir. Ces gens-là c’est simple, ils osent tout !!!

Le mensonge érigé en raison d’Etat

Toute sa vie, Trump aura menti. Sur l’argent hérité de ses parents, qu’il a dilapidé à vitesse grand V, sur sa fausse réputation de businessman prétendument performant qui a planté un nombre record d’entreprises et de casinos, sur sa prétendue fortune installée sur une dette abyssale, sur ses impôts, sur son intelligence et ses capacités,  qu’il est bien le seul à reconnaître, sur ses promesses électorales, la plupart aujourd’hui non tenues, sur son racisme, pourtant patent, sur son soutien à l’extrême droite, toujours niée, sur ses amitiés douteuses avec des dictateurs qui l’ont berné et roulé dans la farine, sur la religion, dont il s’est largement moqué en aparté, sur l’armée, dont il a attaqué et insulté les plus beaux représentants, morts au combat en France, sur ses adversaires qu’il n’a su que dénigrer ou insulter encore, sur sa famille présentée comme ne bénéficiant pas de sa position de président alors qu’elle en jouit financièrement tous les jours, sur la presse et les médias, dont il a incessamment taxé les faits réels révélés de fausses nouvelles, sur son propre peuple qu’il méprise alors qu’il prétend tout faire pour lui, sur son goût prononcé pour l’intrigue, le complot et les coups tordus alors qu’il se présente comme un chevalier blanc en politique, sur ses (faux) amis du Parti Républicain dont il a avoué récemment ne pas vouloir s’occuper, en cas de défaite comme de victoire, c’est simple, au final il a menti en tout, tous les jours, pendant quatre années de suite !!! Alors durant les derniers jours de sa pitoyable campagne de loser, il a donc clamé qu’il était en tête partout alors qu’on l’annonce à la traîne dans de très nombreux Etats, dont les Etats-clés vitaux pour lui.

Un dernier mensonge, donc, avant de prendre la porte. Et une dernière vantardise, ici à droite. Un dernier mensonge, plutôt, car son staff a déjà donné une indication sur son proche avenir, en utilisant bien sûr l’excuse de la pandémie, qui aurait pour une fois (la seule) exercé chez lui une influence. Les festivités en cas de victoire de Donald Trump prévues au Trump International Hotel, de Washingon) ont déjà été annulées. L’Hôtel, en prime, est en vente depuis janvier dernier ! Et ça, ce n’est pas une fake-news, ce sont ses services qui l’ont annoncé ! Un carton d’invitation avait pourtant déjà été envoyé, ainsi intitulé : « le 3 novembre restera dans l’histoire comme la nuit où nous avons gagné QUATRE ANS DE PLUS. Ce sera absolument EPIQUE, et la seule chose qui pourrait l’améliorer est de VOUS avoir là-bas ». 236 000 personnes ne pourront pas non plus assister à cela : elle ne sont même pas décommandées. Elles sont décédées du coronavirus.

 

 

(1) c’est aussi proche du superbe « Politique du Spectacle » de Debord (sorti en même temps que le premier épisode) que je trouve sous-jacent aux débilités de QAnon comme je l’ai déjà démontré ici : c’est une superbe fable sur le pouvoir, ou sur celui qui croit le posséder et qui n’en est qu’un rouage en fait : « Dans Le Prisonnier, le pouvoir n’a même plus de lieu : tout n’est que mise en scène, le N°1 n’est rien, le vide est partout. Chacun est renvoyé à soi-même, c’est-à-dire à son isolement, mais n’en subit pas moins un pouvoir fort peu démocratique. Car, ce qui reste, c’est cette classe intermédiaire de cadres du pouvoir, de « managers », de flics, de militaires, de spécialistes, d’experts (en économie, par exemple), d’oligarques, qui ne vivent que du contrôle obsessionnel de celles et ceux qui ont mieux à faire de leur vie » (cf : c’est le « Deep State » des QAnonistes !). « Or, si on lit attentivement La Boétie, ce sont eux qui soutiennent le pouvoir de l’Un, du souverain ; ce sont eux, non le petit peuple, non les gens ordinaires, qui servent volontairement le pouvoir au prix de leur liberté. Quant aux gens de peu, ils vivent dans leur monde, leurs communautés, et ne subissent réellement le pouvoir que lors des corvées et des taxes, contre lesquelles ils ne cessent de se révolter « (encore une similitude avec les libertariens du Tea Party qui ont finalement porté au pouvoir Trump en dévoyant le GOP, qui ne s’en sortira pas vivant de l’aventure et de la parenthèse trumpienne). « Tout le reste du temps, ils mènent leur vie propre et autonome. Lorsqu’ils sont entièrement soumis au pouvoir, c’est à leur corps défendant, dans des situations extrêmes de servitude… involontaire. Dans1984 et Le Prisonnier, le vide est bien là mais la démocratie ne s’en est que mieux volatilisée. C’est bien ce qui se passe aujourd’hui.

Bonjour chez vous ! »

 

(2) l’interview a été spoliée ou plutôt vidéo-bombée par une spectatrice invitée dans le décor, qui passera toute la soirée à hocher la tête pour acquiescer à TOUT ce que dira ce soir là Donald. De quoi être intrigué par ce comportement qui sentait la claque rémunérée, ou de toute évidence à un « coup » médiatique de l’équipe Trump, qui aurait donc encore une fois triché, grâce à des complicités obtenues sur le plateau (payantes aussi, on le suppose). Des enquêteurs ont retrouvé la personne jouant au chien de plage arrière de voiture.

Elle s’appelle Mayra Joli, a été miss Puerto-Rico et sans surprise, c’est une avocate pro-Trump, vue des dizaines de fois en train de s’activer pour en faire la promotion !!! Ce soir-là, en faux-jeton complet, interrogé sur une autre question, il avait affirmé avec aplomb que «  I don’t want to do anything to influence anything.” Alors qu’il était en train de le faire avec la potiche obséquieuse derrière lui !!!

 

Du vrai Donald, tricheur et menteur à la fois !!! On a même une idée de son contact trumpien, à la miss :

 

 

Pour parfaire le cas, elle est anti-masque, ayant décrété que le coronavirus était un hoax !!! Les supporters de Donald sont d’une grande intelligence comme son peut s’apercevoir…

Mais il y a plus gênant encore la concernant : en 2018, à Miami, elle a obtenu le support pour sa propre campagne électorale… des Proud Boys, groupe d’extrême droite supporté par Donald Trump comme on le sait !!! Voilà qui explique bien des choses… !!!

(3) à bien y regarder, l’équipe de Trump, sans aucune imagination, n’a fait que de retenter le coup de l’ordinateur portable du mari (Anthony Weiner),  de la conseillère d’Hilary Clinton, Huma Abedin, retrouvé avec des emails compromettant et des selfies sales envoyés à une jeune maîtresse potentielle âgée de 15 ans. L’effet avait été dévastateur. pour Hillary comme pour le couple !  Quoique l’examen du contenu avait été infructueux, côté révélation d’emails, à croire que Giuliani ne retient rien du passé !

FoxNews avait foncé bien sûr sur l’ordinateur, en faisant des gorges chaudes bien sûr. Weiner possédait un iPad, un iPhone et… un Mac Portable ! Un fois ouvert, on s’était aperçu que Weiner collectionnait surtout les images « indécentes », allant jusqu’à la pédopornographie paraît-il. Or qui avait-on trouvé à la manœuvre en face : exactement les mêmes que ceux cités aujourd’hui : « ces préoccupations ont été immédiatement confirmées: Trump a rapidement tweeté un lien vers l’article, et la présidente du Comité national républicain, Reince Priebus, a publié une déclaration: « Compte tenu de tout ce que nous savons sur le fonctionnement de la machine corrompue de Clinton, il est difficile de ne pas voir cela comme autre chose qu’un acompte pour influencer l’enquête criminelle du FBI sur le serveur de messagerie privé d’Hillary Clinton.  » Rudy Giuliani a sauté sur les nouvelles, qualifiant l’histoire du Journal de « tir au plexus solaire » dans une apparition sur « Fox & Friends ». Il a ajouté: « Il nous reste quelques surprises. » Déjà, une  » surprise d’octobre » !!! Trump, Priebus, Giuliani : les mêmes, je vous dis qui ont sauté sur l’invraisemblable histoire du prétendu ordinateur de Hunter Biden ! Mieux encore : dans le lot des pisteurs d’ordi, on retombe aussi sur Erik Prince !!! Ce dernier étai en liaison avec un de enquêteurs de la police de New-York, qui avait travaillé pour lui chez Blackwater !

« Le FBI a obtenu un mandat de perquisition pour l’ordinateur portable de Weiner le 30 octobre, et l’ordinateur a été physiquement transféré de New York à la division des technologies opérationnelles du bureau à Quantico, en Virginie. L’ordinateur portable contenait 1 355 980 articles et environ 650 000 courriels. Bien que cela semble une tâche ardue et chronophage, les techniciens ont pu réduire les e-mails liés à Clinton à moins de 50 000. Le FBI a examiné 6 827 courriels provenant de ou vers Clinton et a estimé que 3 077 de ces courriels étaient «potentiellement liés au travail». Strzok a dirigé l’équipe qui s’est penchée sur chacun d’entre eux, travaillant près de 24 heures par jour. Ils ont trouvé 13 chaînes de messagerie contenant des informations confidentielles, bien qu’aucune n’ait été marquée comme classée. Tous étaient des doublons d’e-mails qui avaient déjà été examinés »…Trump, dans son tweet, s’était complètement planté !!! Bis Repetita ? Quelle obsession chez lui, les e-mails (il n’en a jamais envoyé un seul de sa vie, ce grand frustré de la technologie – à part Twitter – !)

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Notre covid et nous

Ça nous est tombé dessus, ma femme et moi, alors que nous ne nous y ...

One comment

  1. avatar

    lorsque votre coeur s’ouvrira et que vous aurez compris que véhiculer des mots dont vous ne contenez pas la haine cachée derrière alors vous comprendrez combien on vous a manipulé malgré vous et la vérité se fera jour et votre égo s’en ira.
    je ne suis pas là pour débattre mais je veux dire que vous avez été completement aveuglé par le coté sombre de notre vie actuelle, j’aimerais avec mon coeur vous amener au coté de la lumière ce coté qui ne fonctionne qu’avec le coeur. si j’ai réussi à vous mettre le doute alors je suis heureuse car vous ferez les bonnes quêtes qui seront bénéfiques à votre petite voie intérieure, celle qui vous dit qu’il n’est pas trop tard pour vous aider et son prochain à vivre dans la paix du coeur et en vous ce moment nous avons besoin de porteur de lumière afin que chacun gràce à des sites comme le votre se concentre à comment sortir de ce mauvais film que l’état a créé de toute pièce pour nous voler notre liberté et notre bon sens, la preuve ils s’en prennent aux enfants de 6 ans alors qu’on connait les dégats que vont faire les masques et la privation d’oxygène à leur cerveau
    je vous remercie de penser à tout ce que je viens de vous écrire même si cela a suscité de la colère en vous je sais que vous n’y resterez pas indifférent, je vous souhaite une vie meilleure dans la paix du coeur laurence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.