Accueil / Général-(EN-RECLASSEMENT) / analyses / L?Occident br?le-t-il ?

L?Occident br?le-t-il ?

Nos ?conomies, nos march?s financiers et nos soci?t?s r?v?lent une dangereuse addiction ? l?argent facile. Le second round des baisses de taux quantitatives (termin? au 30 Juin dernier) n?avait-il pas ?t? applaudi par une appr?ciation constante des bourses avec, par exemple, l?indice S&P 500 qui avait tout bonnement doubl? de valeur entre le point le plus bas de son cycle enregistr? en Mars 2009 et son sommet de fin Avril 2011 survenu en pleine p?riode de cr?ation (virtuelle) de monnaie?? Las, ces bourses ? qui donnaient d?j? de s?rieux signes d?essoufflement en ce d?but d??t? 2011 ? n?auront eu ? se mettre sous la dent qu?un engagement de la part de la R?serve F?d?rale selon lequel les taux d?int?r?ts am?ricains ne seraient pas remont?s avant deux ans, ce qui constitue en creux une reconnaissance sans ?quivoque de la fragilit? ?conomique ambiante.

?

Habitu?s ? l?euphorisant des injections de liquidit?s permettant de gonfler leurs valorisations, les march?s financiers durent ainsi se contenter d?une drogue autrement moins spectaculaire avec, ? la cl?, une volatilit? extr?me susceptible? ? si elle devait perdurer ? d?avoir des effets ravageurs sur l??? ?conomie r?elle??. Laquelle activit? ?conomique ne semble pas ?tre la pr?occupation majeure des politiciens am?ricains ayant all?grement jou? (chacun dans le sens lui ?tant favorable) avec le spectre du d?faut de paiement de leur pays pour finir par conclure un accord ayant une port?e nulle tout ? la fois sur l?am?lioration de leurs finances publiques que sur leur ?conomie sinistr?e? La montagne ayant accouch? d?une souris, l??tripage politique a fini par totalement ?clipser les priorit?s fondamentales relatives aux d?ficits ? jusqu?? ce que la perte de leur AAA ne sonne comme un camouflet cinglant pour toute une caste d?connect?e des r?alit?s.

?

Laquelle r?alit? semble enfin avoir ?t? r?v?l?e aux dirigeants europ?ens jusque l? en plein d?ni quant au s?rieux de la crise s?vissant sur leur continent pour n?avoir entrepris durant 18 mois que des op?rations de colmatage. En r?alit?, nos dirigeants Occidentaux (am?ricains et europ?ens) se sont born?s ? transf?rer les gigantesques endettements priv?s dans le giron de leurs Etats respectifs en priant pour que les retomb?es soient b?n?fiques sur la croissance. Seulement voil??: pourquoi ces d?ficits seraient-ils mieux tol?r?s sur les comptes publics qu?au bilan des entreprises, des banques et au budget des priv?s?? La situation a donc ?chapp? ? tout contr?le.

?

Et encore pire que ?a?: un peu ? la fa?on du ??Terminator??, c?est les ordinateurs et les machines qui semblent r?gner aujourd?hui sur les fluctuations boursi?res et donc sur les capitalisations de nos entreprises?! Comment expliquer qu?un titre comme la Soci?t? G?n?rale ou celui de la banque italienne Intesa Sanpaolo (et bien d?autres ?tablissements de renom) c?dent 15% en une s?ance?? Qui est derri?re l?effondrement de l?action de Bank Of America de 20% en une seule journ?e (le 8 Ao?t)?? Ou derri?re l?indice Dow Jones qui, la semaine derni?re, fluctue de plus de 400 points ? la hausse puis ? la baisse et ainsi de suite pendant plusieurs jours et ce alors que les volumes ?chang?s en bourse sont tr?s importants pour un mois d??t? C?est en r?alit? les robots qui, ? l?aide de leurs algorithmes, ?mettent les signaux d?achat et de vente car 53% des volumes trait?s aujourd?hui (contre 21% en 2005) sur la totalit? des march?s financiers US sont du seul ressort des machines?! Partout, la mati?re grise semble avoir abdiqu? car tout le monde ? banques, fonds sp?culatifs et jusqu?aux fonds de pension ? est aujourd?hui accroc ? ce ??trading algorithmique??? qui fait perdre au Dow Jones 1?000 points en l?espace de quelques minutes (le 6 Mai 2010).

?

De l?instabilit? malsaine qui s?empare des march?s financiers aux responsables de l?Union Europ?enne toujours incapables de d?cisions de fond au d?boulonnage ? ? la faveur de la perte de son AAA ? de la statue du commandeur am?ricain? voil? que l?on ?voque ? nouveau l?automne 2008 si ce n?est que la situation actuelle est nettement plus catastrophique. C?est en effet toute la panoplie des instruments financiers, comme des mesures financi?res et comptables ayant consist? pour les Etats ? prendre ? leur compte les dettes contract?es par le secteur priv?, qui se transforment aujourd?hui en armes de destruction massive. Et les ?meutes en Grande Bretagne ? apr?s les violences survenues en Gr?ce ? comme la mont?e en puissance des droites extr?mes (aux Etats-Unis et sur notre continent) ne font que refl?ter la perte totale de rep?res de soci?t?s bien conscientes qu?elles ont ?t? sacrifi?es ? l?autel de l?insatiable finance et de l?ambition d?sordonn?e de leurs politiques.

?

La corr?lation entre l?injustice fiscale flagrante, entre les restrictions budg?taires des Etats et l?agitation ? voire les bouleversements sociaux ? est pourtant ind?niable. Tous ces sujets sont trop s?rieux et nous touchent de trop pr?s pour esp?rer que l?Histoire recommence, cette fois-ci, comme une farce.

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Jean sans Peur

Jean sans Peur : trois guerres et un enterrement   « Les villes et les châteaux ...