Accueil / T Y P E S / Chroniques / L?obsession Navalny?

L?obsession Navalny?

 

Alexandre Latsa

Si vous n??tiez pas au courant de ce qui se passe en Russie, au c?ur de la « dictature de Poutine« , les « opposants sont?embastill?s » et le dernier d?entre eux, Alexe? Navalny serait le « Mandela russe« .

Je m’arr?terai l? avec ces extraits de la revue de presse fran?aise concernant le proc?s du blogueur d?opposition Alexe? Navalny, avec la tr?s claire id?e qu?il r?gne toujours dans la presse fran?aise un fort parfum de d?sinformation par simplification et sans doute incompr?hension.

Pour beaucoup de lecteurs fran?ais ?loign?s de la Russie, Alexe? Navalny est un jeune blogueur, figure de proue de l?opposition russe et qui serait le concurrent?principal?de Vladimir Poutine. Pourtant, celui-ci, connu de seulement?37%?des russes en avril 2013, est sans doute tout aussi populaire au sein des lecteurs fran?ais du Figaro ou du Monde qu?en Russie. Il est tr?s int?ressant de se demander pourquoi les journalistes appr?cient autant Alexe? Navalny et tentent ? ce point de le pr?senter comme le leader principal de l?opposition anti-Poutine.

Certes, il est jeune et charismatique et c?est lui qui a obtenu le?plus de voix?lors des derni?res primaires au sein de l?opposition non syst?mique ultra minoritaire qui a ?merg? des?manifestations?de fin 2011. Au milieu des dinosaures traditionnels de l?opposition, Alexe? Navalny est apparu ? ce moment l? comme la personnalit? la plus ? m?me de?f?d?rer?une opposition?fragment?e?entre lib?raux, communistes ou nationalistes. C’est ce qu?il avait commenc?? ? faire en 2011, en donnant naissance ? un courant id?ologique de fusion entre les lib?raux et les nationalistes: l?id?ologie?nationale-d?mocrate?ou?nationale-lib?rale?un peu sur le mod?le politique qu?avait tent? de cr?er Vladimir Milov dans les ann?es 2000. A ce titre il est toujours ?tonnant de voir que les critiques sur le?patriotisme?d??tat en Russie ?manant des commentateurs occidentaux ne s?appliquent pas au nationalisme civilis? d?Alexe? Navalny.

Aurait-on le droit de?d?filer?avec des skinheads seulement si l?on est anti-Poutine?

Ces diff?rents courants de l?opposition ne sont cependant plus d?accord que sur un point, le d?part du pr?sident Poutine. Ce serait selon eux le seul moyen de supprimer la corruption qui r?gne dans le pays. Car le cheval de bataille d?Alexe? Navalny, ce qui lui donne cette aura au sein de l?opposition est la lutte contre la corruption. Il a cr?? un?sitequi d?nonce la corruption des autorit?s russes et il se pr?sente comme une sorte de chevalier blanc face ? une ?lite corrompue, surtout celle de Russie-Unie qualifi? par lui de « parti des escrocs et des voleurs ».

Alors, un chevalier blanc anti corruption r?duit au silence par le pouvoir ? Les racines de l’affaire Navalny ne sont pas aussi simples.

Alexe? Navalny s?est fait investir comme candidat d?une partie de l?opposition?lib?rale?non parlementaire pour les ?lections municipales de septembre prochain ? Moscou. Il a b?n?fici? au passage du?soutien?de membres de Russie-Unie, (le parti des voleurs et des escrocs, d’apr?s lui,? et qu?il est pourtant d?habitude si prompt ? d?noncer). Les derniers sondages ne le cr?ditaient que de?5 et 8%?des voix, bien loin par exemple des 60% pr?vus par les m?mes sondages pour le maire actuel et candidat de Russie Unie, Serguey Sobianine.

Jeudi dernier dans la matin?e, le tribunal de Kirov a condamn? Alexe? Navalny ? cinq ans de prison (et non de « camp ») dans une affaire de d?tournement et d?abus de position dominante datant de l??poque ou il ?tait conseiller d?un gouverneur de l?opposition. Pour m?moire, ce gouverneur avait ?t? nomm? ? l??poque par le pr?sident Medvedev dans un signe d?ouverture politique. Dans les heures suivant la condamnation, la communaut? internationale et le mainstream m?diatique ont lanc? leur habituelle offensive m?diatique et diplomatique coordonn?e sur la Russie, pendant qu?environ 8 ? 10.000 manifestants se sont?r?unis?dans le centre de Moscou pour montrer leur m?contentement ? propos d’une condamnation qui est ? leurs yeux non pas judiciaire mais politique.

Et puis, coup de tonnerre dans la nuit russe, le parquet annule le mandat de d?p?t et ordonne la remise en libert? surveill?e d?Alexe? Navalny, sans aucun doute au grand dam des chancelleries internationales et surtout des r?dactions occidentales. Pour autant on peut se poser la question de savoir ce qui a pu justifier une telle d?cision. Comme le soul?ve l?analyste juridique?Karine Golovko, la pression de la machine lib?rale a peut ?tre contraint le procureur ? d?poser une demande relativement inattendue de remise en libert?, contrairement ? l?id?e admise en quelques heures de brainwashing m?diatique que la d?cision de justice et la condamnation seraient le fait de pressions politiques issues du pouvoir russe.

Le lendemain, nouvelle surprise, le porte-parole du pr?sident russe Dimitri Peskovannonce?que si Alexe? Navalny souhaite une gr?ce pr?sidentielle il doit reconnaitre sa responsabilit?. Le?Mandela russe?est non seulement libre, mais toujours?candidat?et peut m?me demander une gr?ce! On peut imaginer que celui-ci participe donc aux ?lections de septembre prochain et que son score qui pourrait ?tre relativement faible signe en partie sa mort politique, mais aussi celle d?une opposition de rue toujours plus fragment?e et visiblement toujours?incapable?de se structurer politiquement.

Mais l?affaire Navalny peut fait na?tre d?autres r?flexions.

Tout d?abord il est impossible de juger de l?affaire sur le fond, sans avoir eu bien entendu connaissance des faits et de tous les ?l?ments du dossier. A ce titre la pr?cipitation de nombre de commentateurs et journalistes ? affirmer que la condamnation ?tait injuste et politique semble bien h?tive sachant que la plupart de ces commentateurs n?ont bien ?videmment pas eu non plus acc?s ? ces ?l?ments.

Le contexte g?ostrat?gique de l?affaire est lui extr?mement int?ressant, curieusement peu comment? et il inclut une dynamique plus large.

Ce n?est un secret pour personne aujourd?hui qu?Alexe? Navalny a ?t? en lien avec diff?rentes structures (ici?ou?la) affili?es plus ou moins directement au d?partement d??tat am?ricain. Il a notamment collabor? activement d?s les ann?es 2000 ? l?organisation Alliance D?mocratique (DA), dirig?e par Maria Ga?dar et?financ?e?par le d?partement d??tat am?ricain. A la m?me ?poque, le d?partement d??tat finan?ait dans de nombreux pays des ONGs qui ont servi de leviers pour le d?clenchement des r?volutions de couleurs en Serbie, Ukraine ou encore en G?orgie.

Nul doute que la Russie a pr?t? une grande attention ? tous les activistes qui flirtaient de pr?s ou de loin avec ces donneurs d?ordres ?trangers. Une m?fiance?justifi?e?selon nombres d?analystes am?ricains puisque tr?s r?cemment c?est par exemple l?ancien secr?taire adjoint au Tr?sor de l’administration Reagan (Paul Craig Roberts) qui affirmait que:?« la Russie a toutes les raisons d’avoir des doutes sur l’opposition politique qui semble ?tre r?unie autour d’Alexe? Navalny. Tout comme les « r?volutions de couleur » dans l’espace postsovi?tique, l’opposition russe est financ?e avec des moyens am?ricains. Washington ne veut pas que la Russie puisse contredire sa volont?.

En janvier 2012, l?opposition russe ?tait invit?e et?re?ue?? l?ambassade am?ricaine afin de rendre compte (?) de la situation politique en Russie. En cons?quence, en septembre 2012, la Russie a?interdit?les activit?s de l?USAID, principal outil am?ricain d?aide ? l??tranger, en raison de ses??« tentatives d’influencer les processus politiques »?dans le pays. Cette d?cision avait entrain? une d?claration du d?partement d??tat am?ricain affirmant que:?« Les Etats-Unis poursuivront leur mission de soutien ? la d?mocratie, aux droits de l’homme et au d?veloppement d’une soci?t? civile saine en Russie ».

Alexe? Navalny b?n?ficie en Russie de l?appui de certains hommes d?affaires influents et qui sont tr?s souvent des membres influents et proche de l?opposition lib?rale, que l?on pense par exemple ? Serguey Gouriev, qui a r?cemment fui la Russie mais le?soutientfinanci?rement ou encore par exemple au milliardaire Alexandre Lebedev qui l?apropuls??actionnaire d?Aeroflot. L?affaire Navalny semble donc parfaitement s?int?grer dans un dispositif de grand nettoyage anti-corruption entam? par le pouvoir russe (j?avais?fait part?de ce plan en novembre dernier) et qui voit un de ses volets concerner les membres d?une certaine n?buleuse lib?rale ?tal?e entre le gouvernement et l?opposition de rue.

Cette n?buleuse fait visiblement les frais de son incons?quente politique des derniers mois. Dans le d?sordre on peut citer: l?organisation de?violences?lors des manifestations, le scandale de corruption de Skolkovo utilis? vraisemblablement comme une?banquepour financer des opposants, le financement de puissances ?trang?res en vue deperturber?les ?lections en cr?ant des troubles ou encore la cr?ation de partis politiques financ?s de l?ext?rieur et destin?s ??renverser?le pouvoir.

Une chose est sure en Russie, d?sormais quand un homme politique plut?t d?opposition est condamn? par un tribunal, il crie au complot politique et ainsi le Kremlin s?expose de nouveau ? un Tsunami de critiques internationales et d?hyst?rie m?diatique. Ces m?mes relais sont par contre prompts ? d?noncer ceux qui pointent du doigt ce double standard permanent ou les immixtions ?trang?res dans la politique int?rieure russe.

Mais pendant que les chiens aboient la caravane passe, et la gouvernance?Poutine 3.0appara?t de plus en plus comme celle des grandes man?uvres de politiques int?rieures et visiblement de la rupture politique.

Il reste ? esp?rer qu?elle aboutisse aussi et enfin ? une victoire totale sur la?corruption.

L?opinion exprim?e dans cet article ne co?ncide pas forc?ment avec la position de la r?daction, l’auteur ?tant ext?rieur ? RIA Novosti.

Alexandre Latsa?est un journaliste fran?ais qui vit en Russie et anime le site DISSONANCE, destin? ? donner un « autre regard sur la Russie ».

Source??Un autre regard sur la Russie

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

MH370 (1) : étranges débris

Il y a un bout de temps que ça s’est passé.  Quatre ans déjà.  Et ...

One comment

  1. avatar

    En France, de telles accointances ( US ou autres ) enverraient le « responsable politique » au trou, pour intelligence avec une puissance étrangère !… En temps de paix … En temps de guerre, c’est le peloton !… Pour le parti au pouvoir, c’est un rêve dont il poursuit le parti de l’opposition !… Réf. : les nombreuses turpitudes qui agitèrent l’empire britannique au XIX° siècle entre whigs et tories !… Tout un labyrinthe de « conspirations » se déroulait aux alentours des Premiers Ministres ( en alternance ) Gladstone et Disraéli, pendant la gestion des « crises » africaines et indiennes !…

    Mais « l’affaire » la plus célèbre reste celle du « wagon plombé » en 1917, le Maréchal essayant ainsi de compromettre le parti bolchévik , pion instauré pour une future évolution de la Première Guerre Mondiale !… L’opération n’aura pas donné le résultat escompté !…