Accueil / T Y P E S / Articles / L?imposture, le documentaire sur la prostitution

L?imposture, le documentaire sur la prostitution

RAYMOND VIGER:

Dossier prostitution

Un documentaire r?alis? par la cin?aste engag?e ?ve Lamont.

Annabelle Bouanchaud Dossier Prostitution

D?s mon entr?e en salle, j?ai ?t? agr?ablement surprise par l?h?t?rog?n?it? du public: femmes, hommes, jeunes et personnes ?g?es ?taient pr?sents. ?ve Lamont commence par expliquer, avec ?motion, le contexte du documentaire pour lequel elle a rencontr? plusieurs femmes, d??ges et de cultures diff?rentes, ? travers tout le Qu?bec. Elle souligne que chacune d?entres elles ?avaient beaucoup de courage. G?n?ralement les femmes ayant fait de la prostitution ont des difficult?s ? en parler?.

J?ai ?t? saisie par l??motion de ces femmes, par leur sinc?rit? troublante et leur courage. Ces femmes d?montrent avec authenticit? les difficult?s, la pauvret? et la solitude auxquelles elles doivent faire face, m?me apr?s ?tre sorties de la prostitution. Une grande finesse se d?gage de chaque sc?ne. L?envers de la prostitution est brutalement mis ? nue.

Survivre

Ces femmes luttent quotidiennement pour survivre alors que, paradoxalement, l?industrie du sexe se fait beaucoup d?argent avec leurs services sexuels. Elles subissent des d?gradations morales et physiques importantes: ?la premi?re fois, j?ai tu? quelque chose de mon ?me, quelque chose de profond?, t?moigne une ancienne prostitu?e. La prostitution est un v?ritable fl?au social.

L??tincelle s?est ?teinte dans la plupart des c?urs de ces femmes. Le milieu les tue ? petit feu: ?? chaque jour que tu fais ?a, l?ambition d??tre quelqu?un, d?avoir un avenir? s??teint?. Le milieu de la prostitution a un v?ritable impact sur leur identit?: ?ce n?est pas un travail, c?est un mode de survie qui nous tue au lieu de nous aider?.

Elles doivent apprendre ? se faire une carapace, ? se dissocier de leur corps au risque d?en perdre la sensibilit? du toucher. Une femme expliquait que ?dans le monde du sexe, il n?y a pas de limites, plus les hommes donnent de l?argent, plus il faut leur en donner?. C?est un cercle vicieux dont il est difficile de se d?faire. La consommation de drogue et d?alcool n?arrangent rien et solidifie ce cercle destructeur.

Si la prostitution est le travail le plus vieux du monde, est-ce une raison de le l?gitimer? Devons-nous accepter qu?un tel travail ait cet impact sur des personnes vuln?rables?

En fait, la prostitution n?est un travail que parce ce que des clients l?exigent. Ceux-ci sont rarement point?s du doigt ou incrimin?s, contrairement aux femmes que l?on accable si facilement.

La prostitution un choix?

La prostitution ?ce n?est pas un choix? mais plut?t un manque de choix. Lorsqu?une femme se retrouve en situation de grande pr?carit?, avec ou sans enfants, la notion de survie (nourriture, logement, soin?) la m?ne ? gagner l?argent facilement. Ce manque de choix la conduit vers l?industrie du sexe.

Un grand nombre d?entre elles ont ?t? victimes d?abus sexuel. Est-ce acceptable que ces femmes vuln?rables n?aient pas d?autres solutions? La soci?t? doit r?organiser ses politiques sociales et s??quiper de programmes pour aider de fa?on efficace et pragmatique ces femmes aux prises avec de grandes difficult?s.

Apr?s le visionnement, un d?bat s?organise avec le public. La r?alisatrice y participe ainsi que quatre pan?listes: Julie Miville-Desch?nes, pr?sidente du Conseil du statut de la femme du Qu?bec, Maria Mourani, d?put?e d?Ahuntsic et porte parole du Bloc Qu?b?cois en mati?re de justice, de s?curit? publique, d?environnement, de transport et de condition f?minine, St?phanie Charron de la Concertation des luttes contre l?exploitation sexuelle (CLES) et Justine, une survivante de la prostitution.

D?criminaliser la prostitution

Le documentaire permet de mieux comprendre l?importance de la d?cision du 26 mars 2012 de la Cour d?Appel de l?Ontario. Selon la revue Prostitution et Soci?t?, la d?cision ?reconna?t que la prostitution est toujours dangereuse en soi mais opte pour la d?criminalisation des maisons de d?bauche. Elle maintient en revanche l?interdiction de la sollicitation dans la rue. En clair, les bordels sont l?gitim?s. D?autant plus que le racolage dans la rue reste interdit. La prostitution devra donc ?tre cantonn?e derri?re des murs?.

Les pan?listes en viennent ? se poser la question suivante: est-ce vraiment plus s?curitaire? L?galiser les maisons closes viendrait ? ?rendre invisible la violence faite aux femmes et d?criminaliser le comportement des clients? expliquent-elles.

Justine d?montre par son courage et sa d?termination, qu?il est possible de sortir de cet enfer. Sa vie a pris un tout autre chemin lors de la naissance de son enfant: ?tu vois tout diff?remment, la musique, la t?l?vision? Tu te bats?.

Chaque femme devrait avoir la possibilit? de retrouver le contr?le sur sa vie et la force de s?aimer pour ne plus se d?truire. St?phanie Charron souligne ? plusieurs reprises le courage et la force de ces femmes.

Projet de loi

Sur le plan politique, Maria Mourani a pr?sent? son projet de loi visant ? lutter contre la traite et le prox?n?tisme en imposant des peines plus s?v?res. On peut r?gler le probl?me en profondeur en s?attaquant directement aux consommateurs du sexe, m?me hors des fronti?res canadiennes (l?gislation extraterritoriale) afin d?aider les immigrantes forc?es de se prostituer.

Il est important de rappeler qu?il y a un vide politique manifeste sur ce sujet. Il n?existe pas r?ellement de politique sociale pour lutter contre la prostitution, permettant ? ces femmes vuln?rables d??tre aid?es et soutenues dans leur combat. Une th?rapie pour lutter contre la drogue et retrouver une vie sexuelle normale, des groupes d?entraide avec des pairs? devraient leur ?tre propos?s afin de leur permettre de se r?ins?rer socialement et professionnellement. Pour expliquer ce manque de moyens, il faut voir le laisser-faire de l?industrie du sexe et la banalisation de la violence sexuelle sous toutes ses formes.

La prostitution est une v?ritable probl?matique sociale au Canada. Il est important de rappeler la difficult? ? laquelle doivent faire face les prostitu?es lorsqu?une action en justice est lanc?e. Devant la difficult? ? trouver des preuves et parce qu?elles ont peur de la violence de leurs prox?n?tes et de l?inefficacit? de la justice, elles pr?f?rent se taire.

Il est grand temps de prendre conscience de l?ampleur de ce ph?nom?ne soci?tal.

? en juger par les r?actions du public, l??uvre d??ve Lamont s?av?re ?tre un ?coup de poing? social empreint d??motion et de sinc?rit? ? l??tat brut, gr?ce aux t?moignages de ces femmes courageuses!

Autres textes sur la l?galisation de la prostitution.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Plus de Mirage dans le ciel Libyen ? (6)

Le général Haftar a reçu l’aide de plusieurs pays, dont l’Egypte, dont on va voir ...

One comment

  1. avatar

    Toujours l’analyse selon la notion du « chapeau blanc-chapeau noir ».

    La réalité est qu’une jeune personne, avant de se prostituer ne sais pas ce qui l’attend. Ce qu’elle croit est de faire de l’argent « facilement ». Tout comme ceux qui volent ou font la collusion/corruption.

    Cela résulte d’une « maladie d’éducation » généralisée dans notre société. Nous croyons au « pouvoir de l’argent » quand ce même pouvoir est simplement créé « par ceux qui n’en ont pas ». Arrêtez de vous laisser acheter et les riches perdront 50% de leur pouvoir (et ici je ne m’adresse pas aux prostituées, je m’adresse à tous).

    André Lefebvre