Accueil / T Y P E S / Articles / L?illettrisme des cadres, un ph?nom?ne m?connu et tabou

L?illettrisme des cadres, un ph?nom?ne m?connu et tabou

Par?Shahzad Abdul

Comme 2,5 millions de Fran?ais, des cadres sont en situation d?illettrisme dans l?entreprise. Le ph?nom?ne, impossible ? quantifier, ?chappe ? tous les dispositifs pr?vus en mati?re de lutte et de d?tection. Les responsabilit?s qu?ils occupent en font des illettr?s ? la marge de la marge.

Lorsqu?il p?n?tre dans la salle des march?s de sa banque, situ?e sur l?esplanade de la D?fense (Hauts-de-Seine), il entre dans son monde, « celui des chiffres« . Costume et cravate noirs ajust?s, Micka?l, 32 ans, cultive un look ? la J?r?me Kerviel, son confr?re trader. Bien qu?il occupe ce poste prestigieux, aussi rentable qu?impopulaire, ce grand brun est illettr?. Et ce malgr? des ?tudes ? l?Inseec, une ?cole de commerce parisienne, durant lesquelles il n?a « quasiment jamais ?crit« . Le cas de cet as des ?quations math?matiques est bien connu des chercheurs sp?cialis?s?: il s?agit d?un « illettrisme de retour« . ? force de ne pas utiliser l??criture, Micka?l en a perdu l?usage. « Dans mon quotidien, ?a me sert rarement, reconna?t-il.?Mais quand j?ai d? ?crire ma premi?re synth?se, j?ai bloqu?. Je n?y arrivais plus. J?avais tellement honte de le dire... »

M?THODES DE « CONTOURNEMENT« 

Alors le trader a mis en place des m?thodes de « contournement« . Dans son milieu professionnel, son meilleur ami et coll?gue est le seul dans la confidence?: « Il ?crit mes rapports quotidiens, m?explique les nouvelles proc?dures. » Et l?avenir le pr?occupe?: son ami quitte la banque en mars. « Soit j?en parle ? un autre coll?gue, soit je le suis dans sa nouvelle bo?te« , souffle-t-il, un oeil sur la tour o? il travaille. Selon une enqu?te de l?Insee, publi?e en d?cembre 2012, 7?% de la population active ne ma?trise pas suffisamment l??criture et la lecture pour se faire comprendre ou pour assimiler un texte, malgr? une scolarisation en France pendant au moins cinq ans. Pr?s de sept illettr?s sur dix travaillent.

Que les employ?s les moins qualifi?s puissent ?tre touch?s n?est pas une surprise. Mais ces chiffres d?j? pr?occupants rec?lent un tabou?: certains de ces travailleurs occupent, au contraire, des postes ? hautes responsabilit?s. Comment exercent-ils, alors que l?illettrisme constitue un obstacle ?vident ? l?acc?s aux responsabilit?s?? Surtout, comment ces cadres, ces traders, ces managers, sont-ils pass?s entre les mailles du filet??

« ON A VU DES PERSONNES SE SUICIDER« 

Pour Beno?t Hess, sociologue sp?cialis? dans l?illettrisme, ces excellents techniciens dans leur domaine masquent leurs difficult?s ? l??crit par une grande aisance ? l?oral. « L?enjeu est plus redoutable pour eux. Du fait de leurs responsabilit?s, ils sont soumis ? une forte pression« , d?crypte-t-il. Pour lui, il est plus difficile d??tre illettr? pour un cadre que pour une femme de chambre, car la situation est v?cue comme une honte absolue et m?ne parfois ? des extr?mit?s dramatiques?: « On a vu des personnes se suicider, tant cela leur semblait insoutenable. » Au quotidien, « pour donner illusion, chacun ? leur mani?re« , ils mettent en place ces fameuses « strat?gies de contournement« , reprend le sociologue. Un coll?gue dans la confidence qui apporte son aide ou l?apprentissage des t?ches par coeur, auxquels s?ajoutent, au cas par cas, toutes sortes de stratag?mes.

Dans la typologie de France Gu?rin-Pace, directrice de recherche ? l?INED et auteure du rapport « Illettrismes et parcours individuels« , le cas du trader Micka?l rel?ve de ceux qui n?ont jamais « acquis les connaissances de base en lecture mais r?ussi tant bien que mal ? passer de classe en classe, sans jamais pouvoir vraiment y rem?dier« . C?est-?-dire, poursuit-elle, qu?il ne se serait « jamais appropri? l??crit« .

« J??CRIS COMME JE PARLE« 

Les « connaissances de base » manquent ?galement ? Pascal, responsable international des formations dans un grand groupe h?telier. Il s?avoue volontiers « f?ch? » avec la langue fran?aise, dont il a toujours v?cu l?apprentissage comme « une punition« . En primaire d?j?, il chauffait les bancs en retenue le soir, ? cause d?une grammaire et d?une orthographe hasardeuses. Depuis, il a gravi tous les ?chelons de l?h?tellerie, du m?tier de cuisinier jusqu?? celui de directeur d?h?tel, un poste qu?il a occup? sur trois continents. Avant de se reconvertir en « conseiller-formateur« , poste dans lequel il con?oit, anime et g?re les formations. Pour ?a, ce gaillard de 49 ans ? la voix gutturale, que son visage rond adoucit, a d? obtenir un master ? l?universit?. « Personne ne comprenait ce que j??crivais. Mon m?moire a ?t? lu, relu, corrig? par plusieurs personnes« , explique-t-il.

Il admet que ces difficult?s lui ont port? pr?judice?: « Je me suis vu retirer des dossiers, des clients, parce que dans mes mails, j??cris comme je parle. » Pourtant, comme les autres, Pascal a ses combines?: « Quand je dois r?diger une formation, je ne le fais jamais dans l?urgence, je prends le temps de faire corriger, lance-t-il, un sourire en coin.?Quand je suis au tableau, en animation, pas question de faire une faute?! Alors je r?p?te toute la nuit avant d?y aller. Et, au cas o?, j?ai toujours des antis?ches avec moi. » Jusqu?? ce jour, il y a deux ans, o? il rend un dossier en urgence. Sa direction s?aper?oit de ses difficult?s et lui sugg?re « gentiment » une formation.

« C?EST COMME APPRENDRE UNE NOUVELLE LANGUE« 

Depuis, par s?ances hebdomadaires d?une heure trente, Pascal se remet ? niveau?: grammaire, syntaxe… « C?est comme apprendre une nouvelle langue. » Il esp?re ainsi regagner une cr?dibilit? perdue aux yeux de ses coll?gues. Mais il en reste convaincu, « plus on est haut plac?, plus il est simple d??tre illettr??: il y a toujours quelqu?un ? qui d?l?guer les t?ches?! » Si Pascal a trouv? une solution ? son probl?me au sein de son entreprise, c?est loin d??tre le cas pour toutes les personnes dans sa situation, tant les syst?mes d?aide sont structur?s pour les employ?s les moins qualifi?s.

Pour les cadres en situation d?illettrisme, le blocage ? l??crit provient le plus souvent d?un rejet psychologique. Georges Marandon, chercheur, a identifi? des formes de r?sistance individuelle. Selon lui, en refusant la lettre ? non par incapacit? ?, ces personnes r?sistent ? leur environnement familial ou scolaire. « C?est la manifestation d?une question, d?un probl?me, d?une souffrance par une attitude r?fractaire. Le sujet se met en situation de refus de progresser par rapport ? des apprentissages fondamentaux, ? ses yeux survaloris?s ou symboliquement surinvestis par l?environnement contre lequel il se d?fend. » En clair?: tout se joue dans la t?te.

DU FAIT DE LEUR STATUT SOCIAL, ILS SONT DIFFICILES ? D?PISTER

Lors d?un colloque sur l?approche sociologique de l?illettrisme, Hugues Lenoir, sociologue, explique que ces cas importent l?illettrisme au sein des milieux intellectuels?: « L?int?r?t sociologique de ces r?fractaires, c?est que cette attitude se manifeste souvent chez des enfants dont les parents exercent une profession lib?rale ou intellectuelle et dans des milieux o? l??crit est essentiel, diagnostique ce professeur ? l?universit? Paris-X. Ils peuvent entra?ner des cas d?illettrisme chez des personnes qui, d?un point de vue sociologique, ne sont pas destin?es ? le conna?tre. » Leur statut social rend ces illettr?s d?autant plus difficiles ? d?pister. Dans une d?marche de d?tection classique, on demande aux responsables de rep?rer qui, dans leur ?quipe, est susceptible d??tre touch?. Mais comment cibler ces managers eux-m?mes?? Comment les amener ? se d?clarer, pour entrer en formation?? C?est l?objectif que s?est fix? Benjamin Blavier, cofondateur de l?association interentreprises B?A?BA, qui lutte contre l?illettrisme au sein de grands groupes.

Lui en est s?r?: ces cas sont plus nombreux que les entreprises veulent bien l?admettre, « m?me si ? l?heure actuelle, elles n?en ont pas toutes conscience. C?est trop improbable pour un grand groupe. Le tabou supr?me« . Et il n?y aurait qu?une mani?re d?op?rer cette prise de conscience?: « Il faut que quelqu?un devienne le symbole des cadres illettr?s. Tant qu?il n?y aura pas de coming out m?diatique, les dirigeants continueront de croire que c?est une fiction.« 

lemonde.fr

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en Stock (CCLVII) : par bateaux, aussi…

Aujourd’hui, exceptionnellement, et les jours suivants, on va parler bateaux.  Et surtout voiliers.  Lors du ...