Accueil / A C T U A L I T É / L?hypocrisie des syndicats des services publics
Par Philippe David Si on doit en croire les repr?sentants syndicaux des employ?s du secteur public, ces pauvres font face ? une grande injustice vis-?-vis des travailleurs du secteur priv?. Pour ajouter du poids ? leurs paroles, ils pointent un ?tude de l’ISQ qui indique que les salaires des employ?s publics accusent un retard sur ceux [...]

L?hypocrisie des syndicats des services publics

Par Philippe David

Si on doit en croire les repr?sentants syndicaux des employ?s du secteur public, ces pauvres font face ? une grande injustice vis-?-vis des travailleurs du secteur priv?. Pour ajouter du poids ? leurs paroles, ils pointent un ?tude de l?ISQ qui indique que les salaires des employ?s publics accusent un retard sur ceux du secteur priv?. Voici ce qu?ils ne vous diront pas:

  1. L??tude en question ne compare le salaire des employ?s publics qu?avec ceux du secteur priv? travaillant dans une entreprise de 200 employ?s et plus et qui sont syndiqu?s. Comparaison raisonnable? Pas si on consid?re que les salaires des employ?s du secteur public proviennent des taxes impos?es au secteur priv?. D?ailleurs, si vous ajoutez seulement les non-syndiqu?s des grandes entreprises, on se retrouve avec un avantage de 3,6% pour le secteur public. Je vous laisse imaginer comment l??cart peut se creuser si nous incluons la majorit? des qu?b?cois qui travaillent pour une PME ou qui sont travailleurs autonomes. Ce sont eux qui paient la note sans avoir aucun avantage ?quivalent.
  2. Les employ?s du secteur public travaillent 147 heures de moins que ceux du priv?. C?est l??quivalent de quatre semaines de cong? de plus. C?est un avantage qui se paie.
  3. La l?gendaire s?curit? d?emploi des employ?s publics fait que la plupart d?entre eux y passent leur carri?re enti?re. Dans le priv?, la plupart des travailleurs changent d?emploi plusieurs fois dans leur carri?re avec des salaires et avantages tr?s variables d?un employeur ? l?autre.
  4. Les employ?s publics ont la Mercedes des plans de retraite ? prestations d?termin?es qui leur garantit 70% de la moyenne de leur 5 meilleures ann?es de salaire. Par comparaison, ? peine 25% des employ?s du priv? ont acc?s ? un r?gime de retraite et la plupart sont ? cotisations d?termin?s. Les r?gimes ? prestations d?termin?es sont en voie de disparition au priv? car ils sont de v?ritables gouffres financiers pour les employeurs et la plupart des r?gimes actuels sont sous-capitalis?s. Selon ce r?cent document de l?IEDM, m?me si un travailleur du priv? avait acc?s ? un tel plan de retraite (ce qui est loin d??tre le cas), gr?ce ? leur s?curit? d?emploi, les employ?s du public auraient 41% plus de capital accumul? dans leur plan de retraite. C?est donc un avantage consid?rable que les employ?s publics ont sur ceux du secteur priv?. En particulier quand on consid?re que 75% d?entre eux n?ont aucun plan de retraite, mis ? part ce qu?ils ?conomisent dans leur REER. Pourtant, ce sont ces gens qui paient pour la retraite des employ?s du secteur public.


Mon point ici n?est pas de bl?mer les employ?s de l??tat pour la mauvaise gestion des finances publiques. Le bl?me pour cette situation repose sur les ?paules des politiciens et des syndicats, mais il n?emp?che qu?ils en ont largement profit? pendant bien des ann?es et il faudra bien qu?un jour cette iniquit? soit adress?e. La seule fa?on de r?tablir cet ?quilibre sera que les employ?s du public perdent de leurs acquis car aucune compagnie priv?e ne peut se comparer au gouvernement. On me dit que ce n?est pas aux employ?s publics de souffrir parce que l??tat est mal g?r? (comme si certains d?entre eux ne prenaient pas justement part ? cette gestion), mais est-ce aux contribuables de se serrer la ceinture ? leur place?

? tout le moins, tous ces avantages doivent ?tre pris en ligne de compte dans toute n?gociation avec les syndicats et si c??tait le cas, je vois mal comment les augmentations de 11.25% sur trois ans ou m?me la contre-offre de 7% offerte par le gouvernement soient justifi?es dans les circonstances. Les contribuables n?en ont pas les moyens. Le fait que le gouvernement ne rejette pas carr?ment les revendications du front commun n?est qu?une autre preuve du copinage entre le gouvernement et les syndicats.


Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

ALPA se réjouit de l’investissement en francisation du MIDI

ALPA —Accueil Liaison Pour Arrivants se réjouit de voir le gouvernement du Québec investir des ...