Accueil / A C T U A L I T É / L?Ennemi ? Nous l?avons embauch? !

L?Ennemi ? Nous l?avons embauch? !

 

 

YAN BARCELO

Un auteur am?ricain ?crivait?: ??Nous avons enfin rencontr? l?ennemi. En fait, nous l?avons ?lu.?? Trait fort spirituel et amusant, mais inad?quat. Il faudrait aujourd?hui reprendre son mot comme suit?: ??Nous avons bel et bien rencontr? l?ennemi. En fait, nous l?avons embauch?.?? Et nous l?avons embauch? en lui allouant une s?curit? d?emploi mur ? mur.

Je parle ?videmment de la fonction publique, tant ? Ottawa qu?? Qu?bec. On se plaint beaucoup des politiciens, de leur duplicit?, de leur superficialit?, du fait qu?ils sont ??vendus?? ? au grand capital surtout. Tout cela est justifi? dans une grande mesure. Mais il y a bien pire pour notre pays que ses politiciens. Il y a sa fonction publique, et surtout, ses hauts fonctionnaires et mandarins.

Quand nous nous plaignons du saccage qui a ?t? fait ? l?endroit de nos grandes institutions, combien l??ducation a ?t? d?natur?e, la justice, travestie, la sant?, d?sorient?e, c?est davantage aux pieds des minist?res et de leurs hordes de fonctionnaires qu?il faut d?poser le bl?me qu?aux pieds des politiciens.

L??quation gouvernementale tient ? une r?alit? tr?s simple que nous, ?lecteurs, n?gligeons de tenir en m?moire. Les politiciens sont ?lus en poste pour une p?riode de 4 ans; s?ils sont chanceux, 8. Durant ces 4 ou 8 ans, sauf dans le cas du premier ministre, les ministres jouent ? la chaise musicale. Pour faire une moyenne brute et tr?s approximative, je dirais ? vue d??il qu?un ministre reste g?n?ralement en poste au plus deux ans.

Les fonctionnaires, eux, sont en poste 25 ans, parfois 30 et plus encore. O? est-il, le pouvoir, pensez-vous? O? r?side l?information? O? r?side la possibilit? de glisser aux m?dias des dossiers compromettants capables de d?faire un ministre, de discr?diter n?importe quelle politique qu?il pourrait mettre de l?avant, m?me de faire crouler un gouvernement.

Quand un ministre entre en poste, il est imm?diatement pris en charge par son cabinet de hauts fonctionnaires qui, entre autres objectifs, ont la ferme intention de le domestiquer. Pour que ce dernier r?ussisse ? prendre le dessus sur son personnel, ? voir clair dans les d?tours byzantins de leurs politiques et pratiques officieuses, ? ne pas tr?bucher dans toutes leurs priorit?s secr?tes, il lui faut au moins deux ans. Puis, ces deux ann?es pass?es, il doit d?j? se remettre en branle pour les prochaines ?lections, ce qui le remet ? la merci de ses fonctionnaires. Ce n?est que s?il gagne un deuxi?me mandat qu?un gouvernement ?lu peut esp?rer mettre la main sur la b?te f?roce et l?thargique qui est suppos?e accomplir ses volont?s politiques.

Et encore! Les lib?raux, au Canada, ont eu de longues p?riodes de r?gne pour s?immiscer dans les recoins de la fonction publique et y incruster ses hommes et ses fa?ons de voir. Les conservateurs, eux, n?ont jamais vraiment eu le temps d?y parvenir.

On se demande pourquoi nos institutions sont si perverties et imperm?ables au changement. Par exemple, pourquoi l??ducation au Qu?bec continue-t-elle inexorablement de se d?t?riorer et de produire un programme farfelu apr?s l?autre malgr? la volont? affich?e de quantit? de ministres qui semblent d?termin?s ? changer les choses pour le mieux? La r?ponse tient ? l?immense force inertielle qui r?side dans la masse des fonctionnaires, tous dot?s d?une assurance d?emploi intouchable, et qui portent pour la plupart une arrogance formidable?: la certitude, h?rit?e de leur formation universitaire, d??tre capables de transformer la soci?t? ? leur guise par des man?uvres r?p?t?es d?ing?nierie sociale. Le ph?nom?ne a un nom?: la ??technocratie??.

J?en viens ? la question des ?lections prochaines? Comme tout un chacun, je n?ai pas vot? pour les fonctionnaires qui m?nent ce pays. Remarquez, je crois qu?une fonction publique de haut calibre est n?cessaire ? un pays, et il est bon qu?elle ne soit pas constamment r?orient?e au gr? de n?importe politicien opportuniste qui atterrit dans le si?ge d?un ministre. Cela ?tant dit, je crois que la fonction publique doit ?tre rendue beaucoup plus souple et mall?able ? la volont? politique. Mais ? la taille qu?affiche actuellement la fonction publique et en tenant compte de l?immunit? que lui conf?re sa s?curit? d?emploi, c?est un ordre de choses que nous ne sommes pas pr?s de voir advenir.

Or, je ne voterai certainement pas pour les lib?raux, les principaux artisans de cette fonction publique d?mesur?e sous laquelle le pays ploie. Je ne voterai pas non plus pour le NPD; ce parti, par son id?ologie interventionniste, ce qui est aussi le cas des lib?raux, ne peut ?tre qu?un g?n?rateur incontinent de jobs de fonctionnaires, de bureaux, de comit?s et de programmes de toutes sortes. Quant au Bloc, par sa g?n?tique m?me, l?acc?s au pouvoir lui est interdit et je ne vois tout simplement pas l?int?r?t de souscrire ? sa r?sistance passive.

Ne restent plus que les conservateurs. Stephen Harper en a contre la fonction publique et sa taille d?mesur?e. Il en a contre l?ob?sit? du gouvernement et, tr?s lentement, il est en train de tailler dans le gras pour ramener l?appareil ?tatique ? des mesures plus? humaines. Pourrait-il en faire plus et plus rapidement? Tr?s certainement, mais il faut tenir compte de la nature de la b?te et de son infinie capacit? de r?sistance et d?agressivit? passive. Ce travail d??rosion ne peut pas ?tre d?clar? de fa?on affich?e de peur que la b?te ne se cabre. C?est une guerre qui doit ?tre men?e secr?tement, mine de rien, en visant ultimement ? ch?trer la cr?ature.

Je crois, mais je n?en suis pas certain, que Harper et son ?quipe m?nent cette guerre n?cessaire. Et c?est la principale raison pour laquelle je pr?vois voter pour ce parti.

Le parti conservateur est-il une option id?ale? Certainement pas. Il y a nombre de reproches que j?entretiens ? son endroit. Le principal, c?est qu?il est ? la solde de l?id?ologie du libre march? et de la ??globalinanit???. Comme tant d?autres acteurs politiques, les conservateurs ont sacrifi? ? ce lavage de cerveau plan?taire. Mais ils ne sont pas les seuls. Les lib?raux sont dans la m?me gal?re. Quant au NPD, il n?est qu?une version plus souriante de l?id?ologie de ??gouvernemaman??.

Par ailleurs, je sais gr? ? Harper de ne pas souscrire au faramineux bobard de l?origine humaine du r?chauffement climatique, alors que tant d?autres gouvernements dans le monde s?y abonnent. Est-ce ? dire qu?il ne faut pas se pr?occuper d?environnement? Ne soyons pas stupides. Par contre, il serait difficile de trouver fa?on plus absurde de d?penser les deniers publics qu?en cherchant d?sesp?r?ment ? contrer un ph?nom?ne climatique qui ?chappe presque enti?rement ? tout contr?le humain. Il s?av?rera beaucoup plus intelligent et immens?ment moins dispendieux d??uvrer ? nous adapter aux changements in?vitables qui s?annoncent. Et qui ne dureront qu?un temps. N?oublions pas que nous sommes d?j? ? l?an 12?500 d?une p?riode interglaciaire qui, en moyenne, ne s??tale que sur 10?000 ? 12?000 ans. Nous nous acheminons avec plus de certitude vers un nouvel ?ge glaciaire. Dans 50, 100 ou 500 ans, nous nous pr?occuperons beaucoup plus d?sesp?r?ment de r?chauffer la plan?te que de la refroidir.

Mais ma principale raison de souscrire au parti de Stephen Harper tient ? la volont? de celui-ci de contenir l?appareil gouvernemental et ? la guerre silencieuse qu?il a d?clar?e ? l?hypertrophie de la fonction publique. Son style plus secret, sa fa?on de toucher aux choses sans en avoir l?air sont tr?s bien assortis pour ce type d?op?ration. Son parti n?a eu que trois ans pour se frotter ? la b?te et en prendre la mesure. Je crois qu?un nouveau mandat de quatre ans ne sera pas superflu.

Yan Barcelo

Ce contenu a ?t? publi? le 17 avril 2011 dans?7 de Garde?par?Yan Barcelo?sous le titre ??Mater Gouvernemaman??. ?Voyez les commentaires auxquels il a alors donn? lieu.

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en Stock (CCXLVIII) : le chaînon manquant du trafic ou un autre Viktor Bout (i)

L’avion dont je vous parlais dans l’épisode précédent n’était pas le seul sur place à ...