Accueil / T H E M E S / ECONOMIE / Energie / L??lectrification des transports : une autre lubie p?quiste

L??lectrification des transports : une autre lubie p?quiste

La Leaf?de Nissan

 

PHILIPPE DAVID :

Derni?rement, le gouvernement du PQ a pr?sent? sa ??Strat?gie nationale de mobilit? durable??. Seulement, elle se heurte, selon Daniel Breton, ? l?incapacit? des fabricants automobiles ? fournir la demande qu?b?coise. Tant et si bien que si c??tait de lui,?le gouvernement devrait forcer ces fabricants ? fournir plus de v?hicules ?lectriques au Qu?bec. Passons sur le fait que sans les g?n?reux rabais offerts ? l?achat d?un v?hicule ?lectrique avec l?argent de contribuables, cette demande n?existerait pas ou presque,? et ? moins d?une perc?e technologique majeure, les v?hicules ?lectriques ne pourront jamais supplanter les v?hicules ? essence, et m?me s?ils le pouvaient, ce ne serait pas n?cessairement une bonne id?e.

La voiture ?lectrique a ?t? invent?e il y a 179 ans. Cela peut vous surprendre, mais elle existe depuis plus longtemps que les voitures avec moteur ? combustion et pendant plusieurs d?cennies, elle supplantait celles-ci avant de sombrer dans les oubliettes avant qu?on la sorte de la boule ? mite dans les ann?es 60-70 et encore dans les ann?es 1990 et 2000. Si elles ?taient si populaires au tournant du 20e si?cle, pourquoi ne sommes-nous pas tous en train d?en conduire une aujourd?hui? Certaines personnes vous jureront qu?il existe un complot unissant les constructeurs automobiles et les grandes p?troli?res pour ?touffer le d?veloppement de la voiture ?lectrique. Aussi plausible que cela pourrait paraitre ? premi?re vue, l?explication est encore plus simple. L?obstacle auquel se heurte la voiture ?lectrique n?est pas un complot quelconque, mais plut?t une certaine science qu?on appelle la physique.

La barri?re des 160 km

Aujourd?hui, comme il y a cent ans, la voiture ?lectrique se frappe ? la m?me barri?re: celle des 160 km (100 milles). Deux nouvelles voitures ?lectriques, la?Leaf?de Nissan?et la?I-MiEV de Mistsubishi?ont exactement cette m?me autonomie que la?Fritchle Mod?le A Victoria?de 1908, c?est-?-dire 160 km sur une recharge. Les premi?res voitures ?lectriques (avant 1900) avaient une autonomie de 32 ? 64km, ce qui ?tait toujours mieux que le 20 km qu?un cheval pouvait parcourir en une journ?e. La g?n?ration suivante offrait une autonomie de 80 ? 130 km et la troisi?me g?n?ration offrait une autonomie de 120 ? 160km, tout en transportant jusqu?? cinq passagers confortablement. Cent ans plus tard, et rien n?est chang?.

En r?alit?, l?autonomie de la Leaf?et de la I-MiEV est probablement moindre que la Fritchle. Lorsque l?autonomie de la Fritchle fut d?termin?e, c??tait pendant une course de 2900 km pendant 21 jours pendant l?hiver de 1908. La voiture fut conduite ? travers diverses conditions de terrain et m?t?orologiques, sur des routes le plus souvent boueuses. L?autonomie moyenne enregistr?e f?t de 144km par recharge et le maximum fut 172km (sources:?1?/?2?).

Par contraste, l?autonomie des voitures actuelles est d?termin?e dans des conditions de laboratoire id?ales, sur des rouleaux plut?t que des vraies routes. De plus, les voitures actuelles comportent de l??quipement qui n?existait pas en 1908, mais qui peut grandement affecter l?autonomie. Par exemple, l?usage de la chaufferette, essentielle au Qu?bec,?peut couper l?autonomie de moiti?. Ces facteurs ne sont pas inclus dans les tests de l?EPA, ce qui veut dire qu?en r?alit? l?autonomie annonc?e de 160km est plut?t exag?r?e dans des conditions d?utilisation r?elles.

La densit? ?nerg?tique

Les piles, qui sont le r?servoir ? carburant des voitures ?lectriques, sont une partie du probl?me. La Fritchle, comme ses contemporaines, utilisait des piles ? l?acide et au plomb qui avaient une densit? ?nerg?tique de 20Wh/kg ? 40Wh/kg. Les voitures comme la Leaf et la I-MiEV utilisent des piles au lithium-ion ? 140 Wh/kg. En guise de comparaison, la?densit? ?nerg?tique de l?essence?est 13 200 Wh/kg. Puisque les v?hicules comme la Leaf?ont une pile de capacit? de 3 ? 7 fois plus grande que la Fritchle, on aurait pu s?imaginer qu?ils pourraient aller de 3 ? 7 fois plus loin ou avoir des piles de 3 ? 7 fois plus petites et l?g?res, mais ce n?est pas le cas. Pourquoi? La pile de la Nissan?n?est que 1.6 fois plus l?g?re que celle de la Fritchle?(220kg vs 360kg) mais le poids du Nissan?est sup?rieur ? celui de la Fritchle?(1271kg vs 950kg). Alors que les voitures actuelles sont des moteurs d?veloppant 110 chevaux, les voitures de 1908 ne d?veloppaient que 10 chevaux. Les VE?actuelles peuvent donc aller plus vite et acc?l?rer plus rapidement que leurs anc?tres, mais ?a a un prix. Une voiture consomme quatre fois plus de carburant pour rouler deux fois plus vite. Ce qui fait que les VE actuelles consomment l??nergie beaucoup plus rapidement que leurs anc?tres, ce qui ?limine l?autonomie accrue que les avancements technologiques auraient pu amener. Nous sommes donc au m?me point. Pour faire comp?tition ? des voitures ? essence, les voitures ?lectriques doivent avoir tous les m?mes conforts, ce qui exige un poids plus ?lev? et ?tre capable de rouler aux m?mes vitesses, ce qui a pour effet de limiter leur autonomie. (La?Tesla Roadster??a une autonomie de 392km, mais elle a une pile deux fois plus grosse et n?a que deux si?ges, en plus de co?ter plus de $100?000?!) Mais il y a d?autres probl?mes.

Pas si vert que ?a

On nous fait souvent miroiter que les v?hicules ?lectriques sont mieux pour l?environnement que les v?hicules ? l?essence. ? premi?re vue, ?a semble tenir la route, mais ce qui est moins ?vident est le co?t ?nerg?tique pour fabriquer les piles, ainsi que leur recharge. Quand on sait que la plus grande partie de l??lectricit? produite dans le monde est g?n?r?e avec l?aide de carburant fossiles, on aurait tort de n?gliger cet aspect.

Par exemple, sachant que le co?t d?une pile de Tesla Roadster est de $30 000. ? l?aide de cette?calculatrice?de l?Universit? Carnegie Mellon, on peut calculer que $30 000 d?activit? ?conomique utilise 23 222 KW/h. C?est une quantit? d??nergie consid?rable pour la fabrication d?une seule pile qui doit ?tre remplac?e aux 7 ans.

La recharge cause aussi un probl?me. Si tout le monde rechargeait son auto pendant la nuit, alors que les centrales ?lectriques ont un surplus de capacit?, il n?y aurait probablement pas lieu d?augmenter notre capacit? de production ?lectrique, mais voil?, pour beaucoup, ce sera insuffisant. Les fabriquant veulent dont avoir une infrastructure de chargeurs rapides, permettant de recharger son auto en 10 minutes. Seulement, s?il ne co?te que 3 125W pour recharger un v?hicule durant 8 heures pendant la nuit, une recharge rapide de 10 minutes n?cessite 155kW. Si nous consid?rons un parc automobile comme celui des ?tats-Unis ? 220 millions de v?hicules, recharger tous ces v?hicules simultan?ment n?cessiterait 34 000GW, soit 34 fois la capacit? totale des ?-U. C?est certain que ce genre de situation ne se produira jamais, mais la question est combien de v?hicules pourraient se trouver ? se recharger simultan?ment ? n?importe quel moment de la journ?e et combien de nouvelles centrales on devra ouvrir pour satisfaire la demande. Pensez aux journ?es de grand froid l?hiver quand Hydro-Qu?bec vous supplie de ne pas faire votre lavage ou partir votre lave-vaisselle, et imaginez qu?il y ait seulement 100?000 v?hicules ?lectriques branch?s ? une borne de recharge rapide ? ce moment-l?. Cent mille v?hicules en recharge rapide, qui ne repr?sentent qu?une fraction du parc automobile du Qu?bec, consommeraient un gargantuesque 15,5GW. ?Il se pourrait qu?au Qu?bec, le potentiel hydro?lectrique de la province enti?re ne suffise pas si toutes les voitures ?taient ?lectriques.

Conclusion

La voiture ?lectrique n?a pas besoin d?une collusion des p?troli?res ou des gros fabricants d?automobiles pour freiner son d?veloppement. ? moins que quelqu?un arrive ? inventer une pile miracle avec 10 fois la capacit? des piles actuelles, elle ne pourrait pas rivaliser avec les autos ? essence en termes d?autonomie, ni en termes de co?t ?nerg?tique. Alors que le gouvernement cherche?? stimuler la demande pour ces v?hicules ? grand coups?de subventions et m?me songe ? forcer les fabricants ? fournir cette demande artificielle tient de la lubie la plus compl?te. Mais d?un autre c?t?, de telles stupidit?s sont devenues des marques de commerce du PQ.

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Il y a 20 ans: le naufrage du pétrolier Erika

L’Erika, l’autre pollution au pétrole   « C’est donc bien l’insuffisance d’entretien et corrélativement le développement ...