Accueil / A U T E U R S / LES 7 DU QUÉBEC / L?AVENIR INCERTAIN DES PARTIS POLITIQUES

L?AVENIR INCERTAIN DES PARTIS POLITIQUES

Un parti politique est comme une fleur de macadam ?ph?m?re et saisonni?re. Chaque saison de ?fi?vre? ?lectoraliste les voit rena?tre ? la d?magogie et chaque hiver d?faitiste les voit dispara?tre pour ?tre gob?s par le plus opportuniste d?entre eux. Il en est ainsi dans la plupart des pays occidentaux.

En temps de ?paix? sociale

En temps de ?paix? sociale, dans la plupart des pays capitalistes, dits ?d?mocratiques? (sic), la bourgeoisie se divise en deux factions, en deux partis politiques ou en deux coalitions d?oppositions alternant au gouvernement de l??tat des riches. D?autres formations politiques sont tol?r?es, mais elles ne pourront jamais aspirer ? gouverner l?appareil d??tat policier (en ces temps de paix sociale du moins).

Ces tierces formations politiques remplissent diff?rentes fonctions sociales et communautaires telles que de servir d?exutoire pour permettre ? certains segments frustr?s de la bourgeoise paup?ris?e de rousp?ter. Ces tiers partis serviront ? l?occasion de faire valoir ou de repoussoir pour les deux grands partis de pouvoir.

Ainsi, quelques tiers partis prendront des poses vindicatives r?clamant des r?formes du syst?me ?conomique et juridique et exigeront des miettes pour les assist?s sociaux et les sous-prol?taires, sans r?aliser que chaque r?clame compl?mentaire se transformera en exactions suppl?mentaires contre les travailleurs, uniques pourvoyeurs de valeur ? de richesse sociale ? et quasi uniques payeurs de taxe et d?imp?t gouvernementaux. Certains partis de l?opposition bourgeoise iront jusqu?? se draper dans un drapeau rouge, alors que d?autres se pareront d?oripeaux nationalistes chauvins pour d?fendre le patrimoine patriotique nationalis? ou monopolis? par les milliardaires qui ne leur en demandent pas tant, pourtant.

Ces affid?s d?arri?re-ban parlementaire distraient le parterre des petits-bourgeois toujours friands de ces retours dans le pass?, au temps de l??ph?m?re prosp?rit? capitaliste, qui ne reviendra plus jamais, malgr? leurs r?criminations pour des r?formes impossibles et inesp?r?es.

Parfois, les tiers partis servent ? menacer les deux grands partis d?alternance ? la gouvernance, au cas o? ces politiciens v?reux manqueraient ? leur serment officieux de transf?rer le fardeau de la crise ?conomique sur le dos des salari?s et des ouvriers, ?chair ? canon? des mascarades ?lectorales et des guerres transnationales.

Les tiers partis dans la tourmente et la d?cadence

Enfin, ces tiers partis d??ternelle opposition, sans espoir, pourront servir ? l?occasion de secours de dernier recours en cas de vilenie, de rupture de la paix sociale, pour monter des animosit?s et pour endiguer la col?re populaire. Nous ?voquons ici un cas limite o? le grand capital accepterait, le c?ur sanglant, de remettre son sort entre les mains de ces vauriens de l?opposition ? la gauche de la bourgeoisie. Il en existe pourtant nombre d?exemples dans l?histoire (Cuba, Venezuela, Chili, Alg?rie, Chine, N?pal, Zimbabwe, Angola, Mozambique, Afrique du Sud, etc.) qui ont tous abouti, vous le savez, ? la trahison de la r?volution.

Au temps des crises ?conomiques syst?miques et au temps des tensions sociales en panades, il devient n?cessaire de rehausser le niveau de mystification ?lectorale. Ou bien un parti bourgeois de substitution existe d?j?, et il suffira de le pr?senter comme am?lior?, renouvel?, avec son nouveau chef sorti droit des bureaux feutr?s, ou alors, il s?av?re n?cessaire d?en cr?er un tout nouveau pour r?aliser ce coup fourr?.

En France, Front national et Front de gauche jouent ce r?le et se disputent les faveurs de la bourgeoisie pour ?tre appel?s ? succ?der ? l?UMP et aux socialistes discr?dit?s. Au Canada, le Nouveau Parti D?mocratique, l?appareil ?lectoral de la bureaucratie syndicale, repr?sente cette alternative de ?gauche? (sic). Au Qu?bec, Qu?bec Solidaire repr?sente la voie de ?gauche? (sic) alors que la Coalition Avenir Qu?bec (CAQ) repr?sente l?alternative de droite au vieux Parti lib?ral et au Parti Qu?b?cois.

En Am?rique, dans son ensemble, la crise ?conomique et les tensions sociales ne sont pas assez exacerb?es pour que la bourgeoisie appelle le parti des petits-bourgeois aigris, paup?ris?s et indisciplin?s aux commandes de son ?tat des riches. Par contre, la CAQ, dirig?e par un ex-ministre p?quiste, fusionn?e avec le Parti Qu?b?cois r?orient?, constituerait un choix privil?gi?.

Un parti politique c?est?

Tout parti politique prend sa source dans une classe sociale et en constitue le v?hicule politique. Il incarne la mentalit?, il galvanise les aspirations et il d?fend les int?r?ts de cette classe ou de ce segment de classe sociale. Dites-moi de quelle classe sociale un parti politique provient et je vous dirai les int?r?ts qu?il d?fend.

Le Parti Qu?b?cois?est le parti de la bourgeoisie d?industrie et du commerce non monopoliste et d?une partie du capital financier qu?b?cois. La petite bourgeoisie gouvernementale, la bureaucratie syndicale et les artistes y sont lourdement repr?sent?s et lui servent de porte-voix et d?organisateurs d??lection. ?tant donn? que ces segments de classe sont form?s de baby-boomers alors que les jeunes se retrouvent ch?meurs, ?tudiants dans les institutions d?enseignement, ? compl?ter leur deuxi?me dipl?me universitaire, ou dans des emplois pr?caires du tertiaire, le Parti Qu?b?cois donne l?impression d??tre le parti de la g?n?ration de ceux qui aspirent ? la retraite. Cette illusion est due au fait que l??chelle d?ascension sociale s?est engorg?e au cours des derni?res ann?es et la seule issue sera peut=?tre une autre guerre meurtri?re.

Les jeunes n?ont plus acc?s ? ces emplois gouvernementaux et ? la gestion du secteur tertiaire et ils voient bien que l?avenir est bouch?, c?est ce qui explique leur r?sistance exacerb?e et leur combat effarouch?, d?sorient?.

Application de ce mod?le ? l??tude des ?lections qu?b?coises

? l??lection qu?b?coise de 2012, les diff?rentes factions de la classe bourgeoise avaient fait leur unit? pour renverser le gouvernement Charest discr?dit? par la r?sistance d?termin?e des ?tudiants, que Charest n?avait pas r?ussi ? m?ter. L?apport ?lectoral temporaire des ?tudiants et de leurs alli?s, fra?chement sortis de leur lutte d?fensive sur le front ?conomique de la lutte de classe, a fait la diff?rence et port? le Parti Qu?b?cois bourgeois au pouvoir de l?appareil d??tat des riches. Le Parti lib?ral avait tout de m?me conserv? ses appuis ?lectoraux traditionnels alors que la CAQ s??tait positionn?e ?lectoralement pour l??lection d?apr?s en tant que ?nouvelle? formation d?alternance ? la gouvernance.

La proximit? de l?assiette au beurre ayant fait taire les parangons de l?option s?paratiste et r?f?rendaire, le PQ se faufila entre?lib?raux et caquistes?pour arracher la palme ?lectoraliste.

? l??lection de 2014, les ?tudiants et leurs alli?s d??us des mensonges p?quistes et de la hausse des droits de scolarit? ne se sont pas d?plac?s pour appuyer le Parti Qu?b?cois bourgeois, preuve qu?ils comprennent de mieux en mieux la mystification des ?lections bidon. Par contre, les ?lecteurs originaires des communaut?s ethniques, de l?immigration et de la minorit? linguistique Qu?b?coise anglophone, apeur?s par les r?criminations x?nophobes et chauvines de la clique chartiste p?quiste, se sont d?plac?s en grand nombre pour sanctionner les chauvins p?quistes et les chasser de la gouvernance du parlement des riches.

?tant donn? que l?immense majorit? de la grande et de la moyenne bourgeoisie en s?rieuse difficult? ?conomique a totalement abandonn? ses r?criminations pour le repartage de la fiscalit? (f?d?ral-provincial), le positionnement du Parti Qu?b?cois devient de plus en plus p?rilleux ?lectoralement parlant. Ou bien le PQ s?arrache ? l?influence de son aile s?cessionniste et fusionne avec la CAQ pour que le parti ?renouvel?? puisse aspirer ? s?emparer de la gouvernance de l??tat des riches. Ou bien le PQ ne r?ussit pas cette m?tamorphose opportuniste et la CAQ poursuit irr?sistiblement son ascension en avalant l??lectorat p?quiste, puis deviens le parti d?alternance aspirant ? la gouvernance de l??tat capitaliste. D?autres partis bourgeois comme le Parti conservateur du Qu?bec, L?Action lib?rale nationale, le Ralliement cr?ditiste et l?Union Nationale sont pass?s par l? avant lui.

Convenons que le milliardaire P?ladeau, propri?taire de 40% des m?dias qu?b?cois ? la solde, a du boulot devant lui. Mais la grande bourgeoisie n?a pas fait descendre l?un des siens dans l?ar?ne partisane pour rien?la t?che est ? la taille de ce pugiliste capitaliste.

Pour nous, de la classe ouvri?re, ce salmigondis n?a aucun int?r?t car c?est bien sur la rue, dans les usines, les ateliers, les chantiers, les ports et les a?roports, les sweats shop, les friperies, les comptoirs alimentaires et dans les quartiers que nous poursuivons notre r?sistance militante et acharn?e.

ROBERT BIBEAU

___________

Gratuit ? t?l?chargez 😕http://www.robertbibeau.ca/VolumeDeclin.html?
LE D?CLIN DE L?IMP?RIALISME CONTEMPORAIN

? Robert Bibeau ?diteur. 2014. ISBN : 978-2-9813297-1-4

 

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le Québec libre de De Gaulle

« Que le Québec soit libre, c’est, en effet, ce dont il s’agit. Cela aboutira forcément, ...