Accueil / Général-(EN-RECLASSEMENT) / Non classé / L?autojustification de la nouvelle prison de Nancy

L?autojustification de la nouvelle prison de Nancy

Trois plateaux dominent l?agglom?ration de Nancy (en Lorraine) qui compte 400 000 habitants?: le plateau de Malz?ville (a?rodrome), celui de Brabois (technop?le)? et le Haut-du-Li?vre.

Nous sommes dans le quartier le plus « sensible » de Nancy qui surplombe depuis 1958 l?agglom?ration?: le Haut-du-Li?vre. Urbanisme classique des ann?es 1950-1960?: le projet d?urbanisme dirig? par l?architecte Bernard Zehrfuss (qui a fait aussi le mus?e de la civilisation gallo-romaine de Lyon, les immeubles de l?avenue Jean Jaur?s de Pantin et particip? au CNIT ? La D?fense) a dress? des immeubles tr?s laids, un quartier b?tonn?.

Pas beaucoup de raccordements avec le centre ville tr?s ?loign?. Une ghetto?sation sociale de ses habitants. Depuis de nombreuses ann?es, on cherche ? y faire cohabiter des ?tudiants (tr?s nombreux dans la ville, pr?s de 10% de l?agglom?ration), et depuis peu, un grand projet de r?novation du quartier a ?t? lanc? sous la direction de l?architecte Alexandre Chemetoff. On a m?me d?j? d?truit quelques b?timents fort disgracieux.

Un vol dans une « zone urbaine sensible »

Une entreprise s?installe alors dans un appartement vide du rez-de-chauss?e d?une barre d?immeuble (le Tilleul argent?) pour une prestation temporaire. Au num?ro 17, aucune plaque n?indique sa pr?sence qui se veut discr?te. Elle l?a lou? ? l?office public d?am?nagement et de construction (OPAC) de Nancy. Il est midi, le vendredi 27 f?vrier 2009 quand les quelques employ?s d?cident de partir pour leur pause d?jeuner. Ils laissent leur PC portables allum?s dans la salle, ferment la porte ? clef et vont manger.

Une fois revenus de d?jeuner, ils trouvent la porte de l?appartement fractur?e, une fen?tre bris?e? et surtout, les quatre ordinateurs portables envol?s. Enfin, plut?t vol?s. Coup classique, vol ordinaire et les premiers soup?ons d?ailleurs pourraient ne pas tarder ? pointer en direction de la population autochtone. Les voleurs ont emport? les ordinateurs et vont sans doutes les vendre ? des receleurs.

Une nouvelle prison

Le probl?me, c?est que l?entreprise n?est pas comme les autres. Il s?agit d?Eiffage BTP. Et sa pr?sence au Haut-du-Li?vre est loin d??tre anodine puisqu?elle est charg?e de construire la nouvelle prison de l?agglom?ration nanc?ienne sur le site des anciennes carri?res Solvay ? cheval sur les communes de Nancy et de Max?ville. C?est la premi?re prison v?ritablement priv?e, construite sur des fonds priv?s. On en parle depuis qu?Albin Chalandon ?tait Ministre de la Justice, en 1986.

La nouvelle prison de Nancy devrait ?tre un mod?le du genre qui s?inscrit dans le plan Perben qui pr?voit la r?novation ou la cr?ation de 13 200 places au niveau national. Elle est pr?vue pour 690 d?tenus mais a d?j? install? 900 lits pour faire face ? la surpopulation carc?rale. Son co?t est de 54 ? 69 millions d?euros (selon les sources ou qu?on compte les taxes). Elle devrait entrer en service entre le 22 et le 26 juin 2009, donc dans pas tr?s longtemps (la directrice de Charles-III a d?ailleurs d?j? re?u le 19 f?vrier 2009 les clefs du nouveau centre de d?tention remises par la direction de l?administration p?nitentiaire de Strasbourg).

Les opposants ? cette prison sont de deux cat?gories : les premiers regrettent son implantation dans un quartier d?j? difficile et de mauvaise r?putation par ailleurs, et les seconds trouvent que les d?tenus vont avoir des conditions de vie trop confortables (ce en quoi ils ont tort, le scandale venant plut?t des conditions d’inconfort de la plupart des prisons fran?ais auxquelles le plan?Perben tente de mettre fin).

La fin tant attendue de Charles-III

Cette prison flambant neuf va d?sengorger la prison de Toul et, surtout, elle va remplacer la triste prison Charles-III, en plein quartier central de Nancy, entre le centre commercial Saint-S?bastien et l?actuel Palais des Congr?s. Une prison point?e du doigt dans de nombreux rapports parlementaires et par Pierre B?dier quand il ?tait Secr?taire d??tat aux Programmes immobiliers de la justice, pour son ?tat lamentable d?insalubrit? (??extr?me v?tust?). Install? dans un ancien b?timent religieux en 1857, le centre p?nitentiaire Charles-III accueille encore aujourd?hui 350 d?tenus pour seulement 259 places.

Cette externalisation de la prison est une aubaine pour la municipalit? de Nancy. Les 10 ? 15 hectares qu?occupent la prison et le quartier Charles-III sont justement tout pr?s de la nouvelle gare TGV de Nancy. Le TGV Est passe ? Nancy depuis juin 2007. Beaucoup d?id?es de r?novation d?urbanisme jaillissent avec entre autres la construction d?un nouveau Palais des Congr?s, plus grand, et d?un centre d?affaires.

Plans et codes vol?s

Le hic, dans cette affaire de vol, c?est que les ordinateurs vol?s le 27 f?vrier 2009 contenaient dans leurs disques durs des plans de la nouvelle prison et m?me des codes secrets. C?est confirm? par les int?ress?s, la police et la presse s?en est fait un large ?cho le 9 mars 2009. L?administration p?nitentiaire assure cependant qu?il n?y aura aucune faille dans la s?curit?, que ces plans sont partiels et incompr?hensibles au profane et que l?ouverture de la nouvelle prison aura lieu dans les d?lais.

Selon l?Agence publique pour l?immobilier de la justice (APIJ), ??la s?curit? du nouvel ?difice n?est donc pas remise en cause et (?) la pr?paration de l?ouverture (?) se poursuit. (?) [Les ordinateurs vol?s] ne comportent que des ?l?ments techniques et fragmentaires qui ne sont pas exploitables en l??tat, ce qui ne permet pas de reconstituer les plans de la nouvelles structure p?nitentiaire.??.

Eiffage BTP a d?m?nag?, port? plainte et inform? les Minist?res de l?Int?rieur et de la Justice. L?enqu?te a ?t? confi?e ? la brigade d?partementale de la s?ret? urbaine.

R?actions et interrogations

Le comique?: alors, ?videmment, on peut d?abord en rire. Certains titres de journaux n?h?sitaient pas ? titrer comme Lib?ration?: ??avant m?me sa mise en service, l??tablissement p?nitentiaire le moins s?r de France????. C?est assez cocasse de construire une prison et de voir ses plans ?tre d?rob?s par ceux pour qui elle serait destin?e.

La n?gligence?: on peut aussi s?interroger sur la tr?s grande l?g?ret? des employ?s d?Eiffage BTP qui, finalement, construisent la prison comme ils construiraient n?importe quel autre b?timent public. Ne pas mettre sous clef les ordinateurs ? contenu confidentiel, ne pas mettre de code bios pour les faire d?marrer, ne pas crypter les fichiers critiques, ne pas renforcer la s?curit? d?un appartement dont la localisation, au rez-de-chauss?e, suscite par d?finition bien des tentations.

Le d?bat de fond?: on peut en corollaire s?interroger sur la pertinence d?un partenariat ?tat ? entreprise priv?e qui rend confuses les pr?rogatives des uns et des autres (a priori, c?est ? l??tat d?assurer la s?curit? et le maintien de l?ordre). Rien ne dit par ailleurs que les plans d?une prison en construction dans un cadre purement public n?eussent pas subi le m?me sort que dans ce malheureux cambriolage. Seules trois entreprises peuvent r?pondre aux appels d?offre?: Bouygues, Vinci et Eiffage. Les contrats concernent non seulement le financement et la construction des ?tablissements, mais aussi la maintenance et l?entretien pour 30 ans.

Le motif du vol?: ensuite, on peut imaginer deux hypoth?ses sur ce vol. Soit c?est un vol non pr?m?dit?, ? effet d?aubaine, pour s?emparer de mat?riel informatique laiss? sans surveillance et le revendre (auquel cas, le mal aurait ?t? mineur sans la mousse m?diatique), soit c?est un acte de grand banditisme qui cherche ? obtenir avant m?me la d?tention des futurs prisonniers les moyens de les en faire ressortir.

Une question qui taraude?: enfin, c?est en ce qui me concerne ma principale interrogation. Pourquoi la presse et les m?dias en g?n?ral ont-ils tant soulign? l?existence de plans de la nouvelle prison dans ces ordinateurs vol?s alors que les d?robeurs n??taient pas forc?ment au courant initialement?? Et on peut maintenant imaginer que m?me s?ils contr?lent peu la situation, ces d?linquants voient par ces informations un moyen de valoriser leur butin aupr?s du grand banditisme plus expert qu?eux-m?mes dans le domaine des ?vasions et de l?exploitation de donn?es informatiques.

Dans tous les cas, cette affaire ne contribuera pas ? redorer l?image d?plorable du Haut-du-Li?vre. Mais peut-?tre que peu de monde s?en soucie, finalement??

Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (27 mars 2009)

Pour aller plus loin?:

D?p?ches de presse sur la prison du Haut-du-Li?vre.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en stock (CCCX) : réseau, logistique et des tas d’avions

Nous décortiquons toujours dans cet épisode le gros dossier du clan Rocha. C’est toute une ...