Accueil / T Y P E S / Articles / L?ath?isme selon Onfray

L?ath?isme selon Onfray

 

YAN BARCELO

J?ai entrepris depuis quelques jours une lecture du?Trait? d?ath?ologie, du philosophe fran?ais Michel Onfray. Il est int?ressant de trouver l?, condens? en quelque 300 pages, l?essentiel de l?id?ologie ath?e qui pr?vaut dans les milieux intellectuels d?aujourd?hui.

Comme le souligne Onfray, l?ath?isme pur est rare. On rencontre toutes sortes d?ath?es?soft, qui n?ont pas vraiment r?fl?chi ? leur affaire, ou des ath?es chr?tiens, qui adoptent une grande partie de la morale et des valeurs chr?tiennes, qui saluent par exemple la figure de r?f?rence du Christ, messager de l?amour d?autrui ? Dieu en moins.

Chez Onfray, c?est un ath?isme pur et dur qu?on trouve. Ici, toutes les constructions religieuses fond?es sur des arri?res-mondes invisibles, toute la morale et toutes les valeurs h?rit?es de la Bible et des ?vangiles, J?sus, Dieu, Abraham, Mahomet ? Fini ! Mort! Enterr?!

Cependant, le titre du livre d?Onfray est trompeur. Dans les trait?s th?ologiques, on discourait sur Dieu et sur ce qu?Il implique pour l?existence humaine. Thomas d?Aquin le fait pendant des milliers de pages. Chez Onfray, on manque d?avoir un discours ?quivalent de ce qu?un monde sans Dieu et sans religions implique. Quelques phrases de-ci de-l?, quelques suggestions, mais rien de substantiel. Car le livre n?est pas un trait?, mais un pamphlet o? il tire ? boulets rouges sur les trois monoth?ismes (chr?tien, juda?que et musulman).

L?argument est simple, pour ne pas dire simpliste (quoique tr?s bien ?crit)?: les trois monoth?ismes n?ont strictement rien contribu? ? l?humanit?. Rien-rien du tout. Ils n?ont travers? les si?cles qu?en exaltant l?instinct de mort, en ridiculisant la raison, en obstruant syst?matique la science, en d?vitalisant les corps, en niant et m?prisant la mati?re, en amenuisant et asservissant les femmes. Bref, ils ont syst?matiquement colonis?, asservi, tu?, massacr?, irr?m?diablement tent? de rapetisser et d??touffer le monde mat?riel au nom de l?id?al inatteignable d?un Paradis. La rengaine est bien connue. Si l?argument d?Onfray avait ?t? un tantinet plus nuanc?, il aurait gagn? en cr?dibilit?. Mais la hargne et le ressentiment se lisent ? chaque page, chaque paragraphe, chaque ligne.

Il est ironique qu?Onfray cite en ouverture le saint patron de l?ath?isme radical, le philosophe allemand Friedrich Nietzsche. La citation, tir?e de Ecce Homo, se lit comme suit?:

La notion d???au-del?, de ?monde vrai?? n?a ?t? invent?e que pour d?pr?cier le seul monde qu?il y ait ? pour ne plus conserver ? notre r?alit? terrestre aucun but, aucune raison, aucune t?che. La notion d????me??, d???esprit?? a ?t? invent?e ? pour apporter ? toutes choses qui m?ritent le s?rieux dans la vie ? les questions d?alimentation, de logement, de r?gime intellectuel, les soins ? donner aux malades, la propret?, le temps qu?il fait ? la plus ?pouvantable insouciance.

S?il avait un peu mieux lu son histoire universelle et religieuse, Onfray aurait constat? que plusieurs de ces ??choses s?rieuses?? ont ?t? mises ? l?honneur en premier lieu par les grandes religions monoth?iste, tout particuli?rement la chr?tienne. Je donne quelques exemples, parmi les plus ?vidents. Les soins ? donner aux malades et la mise en place d?h?pitaux et d?orphelinats sont le fait du christianisme; dans aucune autre religion ne trouve-t-on l??quivalent, loin s?en faut. Les questions d?alimentation ont ?t? des pr?occupations constantes des abbayes du Moyen-?ge et c?est sur leurs vastes propri?t?s qu?ont ?t? appliqu?es les avanc?es majeures du collier de cheval appuy? sur le torse de l?animal et du soc de charrue ? labourage profond, des technologies qui ont permis la premi?re r?volution verte et l??mergence des villes. La propret?? C?est une obsession des religions, tout particuli?rement en Islam. Bien s?r, le christianisme a longtemps n?glig? la propret? du corps, ce qui est une cause probable des grandes ?pid?mies comme la peste noire; mais c?est une erreur qui a ?t? rattrap?e. Quant au r?gime intellectuel, les premi?res universit?s du monde sont n?es en Europe, pourtant chr?tienne ? certainement pas dans les mondes hindouistes et bouddhistes ? et les plus grands penseurs de l?Occident ont syst?matiquement ?t? ?duqu?s chez les ??cur?s??, qui ont d?tenu pendant longtemps le monopole de l??ducation.

Est-ce une raison pour blanchir totalement les monoth?ismes des accusations que leur porte Onfray et tant d?ath?ologues ? sa suite? Pas du tout. Ils ont ?t? sanguinaires, r?pressifs, destructeurs, r?ducteurs, obscurantistes, mais gu?re plus que ne l?ont ?t? les royaumes et empires avant eux et autour d?eux?: invasions des Grecs, des Mac?doniens, des Romains, des Mongols, des Chinois, des Japonais, et j?en passe. ?videmment, ces peuples, pour justifier leurs guerres, les ont toujours drap?es d?oripeaux religieux en s?assurant que les consultations des esprits avant les combats leur ?taient toujours favorables.

Le drame pour les monoth?ismes, c?est qu?ils sont en contradiction flagrante avec plusieurs de leurs dogmes religieux qui interdisent le meurtre et proclament l?amour du prochain. C?est tout particuli?rement le cas du christianisme, pour qui le message d?amour du Christ est fondateur. Mais on peut reconna?tre cette vertu, au moins au christianisme: tout en contredisant dans nombre de ses actions le message du Christ, il a n?anmoins port? ce message et, malgr? les carences d?une majorit? de ses messagers, plusieurs l?ont souvent incarn?. Un exemple entre mille?: si l?institution de l?esclavage a ?t? finalement abolie en Occident, c?est gr?ce au substrat intellectuel du christianisme. Certes, il a fallu pour assurer ce triomphe plus de 1800 ans, mais malheureusement l?histoire nous montre que les plus grandes id?es mettent des mill?naires ? prendre racine. Et encore, l?abolition de l?esclavage n?est qu?une premi?re victoire, presque d?risoire face ? d?autres qu?il faut encore remporter.

Finalement, c?est cette contradiction de fond qu?on ne pardonne pas au christianisme tout particuli?rement, Onfray n?y faisant pas exception. On est impatient, ? l?image de toute notre ?poque. On voudrait que le message du Christ s?incarne illico presto. Mais la duret? du c?ur humain y oppose un profond et durable obstacle.

Yan Barcelo

Ce texte est repris de l?article du 4 septembre 2011 de l?auteur; on peut consulter ici les commentaires auxquels il avait alors don? lieu.

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en Stock (CCXIV) : le chaînon manquant du trafic ou un autre Viktor Bout (e) ?

Nous avons débuté il y a déjà quatre épisodes une recherche à propos du trafic historique de drogue arrivant en Europe.  Un trafic qui continue ...