Accueil / A C T U A L I T É / L?arm?e fran?aise en afrique

L?arm?e fran?aise en afrique

L?arm?e fran?aise en afrique

 

Le principal outil de contr?le de l?Afrique reste le dispositif militaire fran?ais.?Et quel dispositif !?Plus de 10 000 militaires fran?ais sont actuellement d?ploy?s en Afrique.Pr?s de la moiti? appartient aux forces pr?positionn?es, r?parties sur trois bases permanentes 😕2 900 soldats ? Djibouti (contr?le de la mer Rouge), 1 150 au S?n?gal (base maritime) et 800 au Gabon (plateforme a?rienne des op?rations fran?aises en Afrique). Les autres militaires participent ? des?? op?rations ext?rieures ? (Opex).?Les principales sontl?op?ration Licorne en C?te d?Ivoire (2 400 soldats depuis 2002), l?op?ration Epervier au Tchad (1 200 militaires, depuis 1986)?? ces deux derni?res op?rations sont en passe de devenir des bases permanentes, compte-tenu de leur dur?es -,?l?op?ration Eufor, force europ?enne au Tchad et R?publique Centrafricaine (450 soldats en 2007, bient?t 2100, certains ayant le double statut Epervier/Eufor), et enfin l?op?ration Boali en R?publique centrafricaine (400 en 2008).?Ce dispositif est compl?t? par leCommandement des Op?rations Sp?ciales (COS).?Cr?? en 1992, il s?agit des forces sp?ciales, constitu?es d?un r?servoir de?3 000 hommes?choisis parmi les troupes d??lites, dot?s d??quipements ultra-modernes, d?pendant directement?de l?Elys?e?et capable d?interventions sur toute la plan?te.

La pr?sence militaire fran?aise en Afrique se base en grande partie sur des?accords de d?fense sign?s pour la plupart tr?s discr?tement, en ?change des ind?pendances du d?but des ann?es 60, ou des ann?es 70 pour ce qui est de Djibouti et des Comores. Si certains ?l?ments de ces accords ont fini par ?tre r?v?l?s, l?opacit? continue n?anmoins de r?gner concernant leur nombre et leur contenu pr?cis. ? Personnellement, je n?ai jamais r?ussi ? obtenir la totalit? des accords et leurs clauses secr?tes, (?) tellement secr?tes que je ne sais m?me pas qui les conna?t ?, r?v?lait ainsi?Pierre Joxe, pourtant ancien ministre de la D?fense.?Ces accords sont interpr?t?s assez librement par l?ex?cutif fran?ais en fonction de ses int?r?ts.?De mani?re g?n?rale, leur contenu est le suivant :?garantie de protection de l?arm?e fran?aise contre un agresseur ext?rieur ; aide ? la r?pression de mouvements de r?bellion ; r?tablissement d?une situation interne ? p?rilleuse ?, avec exfiltration du chef de l?Etat en cas de besoin.?Des?accords sp?ciaux?ont ?t? sign?s avec au moins onze pays dont la?Centrafrique?(en 1960), le?Gabon?(en 1960), la?C?te d?Ivoire?(en 1961), le?Togo?(en 1963), le?Cameroun?(en 1974). Certains ont remplac?s par des accords d?assistance, comme au Tchad.

En plus de l?installation de bases militaires fran?aises,?chaque chef d?Etat africain est second? par un responsable des services secrets et un conseiller juridique (souvent magistrat ou conseiller d?Etat)?permettant, en cas de crise, d?assister techniquement le pouvoir en mati?re de r?forme constitutionnelle, ou de faire ?voluer le syst?me administratif pour ?craser toute vell?it? d?opposition politique trop active.?Enfin, des missions de coop?ration militaire visent la cr?ation, l??quipement et la formation de gardes pr?sidentielles modernes, mais ?galement d?une?police secr?te en lien avec les Renseignements G?n?raux fran?ais, afin de surveiller l?activit? des opposants r?fugi?s en France. Certains des accords franco-africains stipulent ?galementl?acc?s prioritaire de la France aux mati?res premi?res strat?giques du pays.Initialement, comme l?a montr??Fran?ois-Xavier Verschave, l?ensemble de ce dispositif visait ??contenir l?avanc?e communiste dans les anciennes colonies fran?aises et ? maintenir au pouvoir des chefs d?Etat ? amis ? de la France.??

Samu?l Foutoyet?(Nicolas Sarkozy ou la Fran?afrique d?complex?e)

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Nous ne sommes pas dupes : la violence est d’abord économique et sociale…

Dans une tribune publiée par le journal Libération, 1400 représentants du monde de la culture, ...